;
Mai
4
2012

JLP vs MLP, round 1 : l'immigration

L'immigration, épine dorsale du programme du Front National depuis sa création, a toujours permis au parti d'extrême droite de désigner l'immigré comme bouc-émissaire. En usant toujours allègrement de démagogie.

Marine Le Pen (MLP) a-t-elle tué le père pour ses débuts à la tête du Front National ? Côté immigration, rien n'a franchement bougé, le FN continuant à accuser encore et toujours l'immigré.

Un point de méthodologie

Avant de commencer le match, je vais vous détailler la marche suivie. C'est la moindre des choses pour vous permettre d'apprécier le raisonnement et d'éventuellement le vérifier.

J'ai choisi comme première source les sites de campage de Jean-Marie Le Pen (JLP) en 2007 et de MLP en 2012. marinelepen2012.fr est toujours en ligne et très facilement accessible, ce qui n'est plus le cas depuis un moment du site de JLP.

Heureusement, le site Archive, véritable mémoire du Net, a permis de récupérer des captures d'écran de la version de 2007, et donc du fameux programme lepéniste.

Les différentes parties ont ensuite été passées à la moulinette sémantique de Many Eyes et allégées de la manière suivante :

  • en enlevant les mots parasites du type "dans", "je", "les"
  • en enlevant les mots récurrents à tous les discours politiques du pays (droite comme gauche) type "France" ou "français"
  • en enlevant les chiffres, pas pertinents dans ce genre de visualisations
  • en enlevant les doublons en préférant celui qui est cité le plus de fois. Par exemple, en enlevant "national" cité 26 fois si "nationale" était cité 32 fois.
  • en enlevant les verbes, sauf s'ils étaient suffisamment récurrents pour signifier quelque chose
  • en oubliant parfosi d'enlever des mots parasites, ce travail d'allégement étant du genre plutôt fastidieux

Le résultat offre une vision globale des points sur lesquels ont souhaité insister JLP et/ou MLP. Sont-ils si différents concernant l'immigration ?

Mêmes constats, mêmes raccourcis

Voici la carte sémantique associé au programme migratoire de JLP en 2007 :

 
Outre les incontournables "immigration", "immigrés", "étrangers" inhérents au sujet principal, JLP se fixe sur le coût. Les mots "prestations", "millions", "milliards" occupent une place suffisamment importante pour être relevés. Un élément de langage couramment assimilé par le FN est celui "pompe aspirante".

JLP estime que les contribuables français s'endettent pour financer des prestations sociales dont ils ne profitent pas. L'immigré est pour lui le stade ultime de "l'assisté", ce profiteur qui vit aux crochets des aides de l'Etat.

Penchons-nous maintenant sur la carte sémantique de la fille Le Pen.

 

A priori, pas de grandes différences avec le père, mais une insistance particulière sur le terme de "clandestins". Nous y reviendrons. Le mot "suppression", associé notamment au regroupement familial, est également assez présent.

Les solutions préconisées sont-elles pertinentes ?

Non, car :

  • les chiffres cités sont souvent faux, ou trop orientés
  • l'analyse de la situation n'est pas assez fine, quand elle n'est tout simplement pas erronée

Les erreurs de constat du père et de la fille

Prenons le programme de JLP, et sa première pique :

6 millions : c’est le nombre des nouveaux résidents installés en France depuis 20 ans (et non pas deux millions comme le prétendait, il y a peu de temps encore, l’INSEE)

La contestation du respectable Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques n'est pas la meilleure façon de gagner en crédibilité. JLP insinue grossièrement qu'il y aurait donc 4 millions d'immigrés, certainement clandestins, qui seraient passés à travers les radars conventionnels. Aucune source n'est bien entendu citée pour étayer son propos.

La suite est du même accabit :

400 000 à 500 000 : c’est le nombre officiel de nouveaux immigrés qui entrent chaque année sur le territoire national dont 300 000 en situation « régulière » selon l’OCDE

Malheureusement pour JLP, c'est faux. Selon les chiffres de l'OCDE, le nombre d'entrées de personnes étrangères en France n'a jamais dépassé les 136 400 personnes sur une période de dix ans (2000-2009). Soit plus de la moitié des immigrés en situation "régulière" cités par JLP.

Continuons gaiement :

40 millions : c’est le nombre d’immigrés extra-communautaires vivant sur le sol européen, selon un rapport du Parlement européen

Comme pour sa première affirmation, Le Pen cite un chiffre avec une source identifiée, mais vu la rigueur avec laquelle il a repris les chiffres de l'OCDE, on peut s'en méfier.

Faisons comme s'il avait raison et poursuivons :

60 milliards d’euros : c’est le montant du déficit annuel dû à l’immigration si l’on se réfère à l’actualisation 2005 du rapport Milloz, jamais réellement contredit.

Ceci est inconstestablement mon passage préféré. Pour la petite histoire, Pierre Milloz, chercheur à l'origine dudit rapport, a fait partie du FN et a même été conseiller régional pour les couleurs de ce parti.

On ne contestera pas le fait que Milloz doit certainement, avec un diplôme de l'IEP en poche, savoir mener une enquête. Mais il peut aussi de la même façon savoir comment l'orienter pour conforter son opinion.

Pierre Milloz, c'est un peu l'Institut Montaigne du FN. Sous couvert d'impartialité scientifique, il soutient son poulain. De plus, Le Pen a tort lorsqu'il affirme que le rapport Milloz n'a jamais été contesté. Deux chercheurs s'en sont chargés peu de temps aprés la première parution du rapport.

Certains rétorqueront que JLP mentionne l'actualisation 2005 du rapport. C'est vrai, mais beaucoup de chercheurs ont au contraire démontré que les immigrés rapportaient plus qu'ils ne coûtaient.

Le vrai problème est méthodologique. Milloz peut arriver à la conclusion que les immigrés coûtent trop cher en gonflant ou en négligeant certains facteurs, ce que ne feront pas d'autres chercheurs. Le fait que des affirmations contradictoires existent suffit à mettre en doute le trou de 60 milliards causé par les immigrés.

JLP fait encore fort dans la suite de son constat :

700 millions d’euros : c’est le coût annuel de l’Aide médicale d’État (AME) réservée aux étrangers en situation illégale

L'AME citée par JLP n'existe pas pour le plaisir de dépenser de l'argent à perte, mais pour éviter la propagation express d'épidémies. Un article du Figaro fait un constat du coût trop élevé de l'AME, qui oscille entre 530 et 588 millions d'euros, soit déjà moins que la somme soutenue par JLP.

Avec un agréable côté partisan, le Figaro cite le cas particulier d'un Egyptien faisant du "tourisme médical" avant de se fixer en France pour sous-entendre une généralisation à l'ensemble des sans-papiers transitant en France.

Dans ces conditions, on pourrait aussi se demander si des Français ne se font pas parfois passer pour des sans papiers l'histoire de ne pas avoir à payer leurs médicaments. Bizarrement, ni Le Pen ni la journaliste du Figaro ne pensent à cela.

Mais ce n'est pas encore fini, puisque JLP poursuit en affirmant :

5 % : c’est le taux d’étrangers qui entrent en France avec un contrat de travail, ce qui signifie que 95 % entrent sans

Monument de lecture hâtive. JLP sous-entend que les immigrés ne venant en France pas pour des raisons économique arrivent pour prendre du bon temps. La seule chose vraie, c'est que les immigrés économiques sont effectivement la tranche la plus faible des nouveaux arrivants. Preuve en image pour l'année 2006 :

 

Malgré tout, on ne peut décemment pas traiter les étudiants comme des assistés, tout comme les immigrés humanitaires qui trouvent refuge en France. De plus, la tranche "Familial" peut aussi bien concerner les humanitaires que les économiques. Bref, le constat de JLP est terriblement raccourci.

Dernier gros lot avant de passer au discours de la fille :

25 % : c’est le taux moyen annuel de la population étrangère en milieu carcéral, un taux qui avoisine probablement les 70 % si l’on prend en compte toute la population d’origine immigrée.

50 % des bénéficiaires du RMI sont étrangers.

Image de l'immigré délinquant et de l'immigré assisté, que demande le peuple ? Sauf que ce problème n'est pas forcément lié à l'origine mais à la sociologie en général, et à la pauvreté en particulier.

Passons maintenant à MLP, dont le constat pour 2012 est un poil plus court. D'abord, sus aux capitalistes immigrés :

L’immigration est utilisée par les puissances d’argent et le grand patronat pour peser à la baisse sur les salaires et les droits sociaux des travailleurs français. Voulue et sans cesse réclamée par le MEDEF, la Commission européenne et les grands groupes du CAC 40, l’immigration n’est pas un projet humaniste, mais une arme au service du grand capital.

Hum, non. L'immigration est avant tout un moyen de compenser rapidement une demande de main d'oeuvre dans certains secteurs. On peut tabler sur une augmentation de la natalité nationale pour le même résultat, mais comptez plus de 20 ans pour que les effets soient appréciables.

Il reste évident qu'il faut surveiller les flux migratoires, ce n'est pas non plus une raison pour traiter les immigrés comme des suppôts du grand capital, parasites, assistées et déliquants. Continuons avec la caution science de MLP :

L’immigration représente un coût important pour la communauté nationale, évaluée à 70 milliards d’euros par an par le démographe et économiste Yves-Marie Laulan.

Yves-Marie Laulan (à ne pas confondre avec "lolant"), c'est un peu le Pierre Milloz de Marine Le Pen. Non seulement ce monsieur est économiste, mais il est aussi blogueur. On pourra apprécier ses analyes tout en finesse lorsqu'il explique dans un de ses billets que :

Financer par l’emprunt une immigration largement composée d’inactifs et d’assistés sociaux, et cela en pleine crise économique et financière, il n’y a qu’en France que l’on voit cela.

Avant d'ajouter :

La France connait depuis plusieurs années un appauvrissement tendanciel. Le revenu par habitant plafonne depuis dix ans et recule depuis 6 ans. C’est le prix de la crise, d’un mauvais management de l’économie mais aussi d’une immigration excessive. L’immigration n’enrichit pas, elle appauvrit .

D'abord, le termes d'assistés est un mirage. Les immigrés peuvent être victimes du racisme, de discrimination, mais ils paient leurs impôts, consomment et sont taxés de la même façon que n'importe quel Français. D'autres économistes certainement aussi qualifiés que M. Laulan ont une toute autre analyse de la situation.

Terminons avec le constat de MLP :

L’immigration non contrôlée est source de tensions dans une République qui ne parvient plus à assimiler les nouveaux Français. Les ghettos, les conflits inter-ethniques, les revendications communautaires et les provocations politico-religieuses sont les conséquences directes d’une immigration massive qui met à mal notre identité nationale et amène avec elle une islamisation de plus en plus visible, avec son cortège de revendications. Le communautarisme est un poison contre la cohésion nationale.

MLP a raison de parler de laïcité et de regretter la ghettoïsation de certaines zones. Cependant, répondre à un communautarisme par un autre communautarisme n'est pas une réponse très judicieuse. Agiter le spectre de "l'islamisation" non plus.

Bon, et côté propositions ?

Ce n'est vraiment pas glorieux. Papa Le Pen préconise :

  • de supprimer l'AME et le RMI pour les étrangers. Résultat à prévoir : crise sanitaire et précarisation des étrangers
  • de réformer le droit à la nationalité, notamment en supprimant la binationalité
  • de faire la tolérance zéro aux clandestins et de rétablir les frontières. Vrai casse-tête juridique, la libre circulation des personnes à travers l'espace Schengen relève du droit européen, supérieur au droit français
  • de rétablir la double peine et supprimer le regroupement familial. Sans commentaire...
  • d'aider les pays d'origine des immigrés selon leur coopération. Permettre d'aider le développement de pays en difficulté pour que leurs ressortissants en partent moins n'est pas idiot. Seulement dans la forme, JLP ne fait aucun chiffrage, contrairement aux économies revendiquées en enlevant les "pompes aspirantes". Son humanisme n'est du coup pas franchement convaincant, d'autant qu'il n'est dicté que par la coopération de "bons élèves" !
  • de réaffirmer la laïcité et de renforcer une certaine idée de l'éducation civique. Ca ne mange pas de pain.

Du côté de la Marine, ce n'est pas franchement mieux :

Prenons la première mesure, qui vise à réduire l'immigration légale de 200 000 entrées à 20 000 en cinq ans. Et essayons de voir à partir de ce graphique si c'est possible :

 

En prenant juste en considération les étudiants immigrés, ceux qui peuvent devenir des travailleurs Français très qualifiés et donc très intéressants d'un point de vue économique, on atteint les 53 304, soit plus du double du minimum voulu par MLP. Moyen moins.

Les immigrés humanitaires, qu'on peut difficilement renvoyer dans leur pays, représentent 18 857 personnes. Sans oublier les immigrés économiques, que Papa Le Pen semble tellement apprécier, et qui regroupent à eux seuls 19 575 personne en 2009.

Qui refuser de ceux-là ? Bref, le chiffre soutenu par MLP est intenable et sa proposition relève donc de la démagogie.

Aprés, on atteint des sommets avec un plan d'attaque anti clandestins :

  • arriver à une immigration clandestine zéro. Impossible à tenir.
  • interdire les manifestations de soutien aux clandestins.

Ce passage est savoureux parce qu'il amène de jolis paradoxes. J'en parlais sur Google+ avec un partisan de MLP qui avait laissé un commentaire vantant la crédibilité de sa star politique. Très surpris par cette affirmation, j'ai remarqué que cet homme arborait un avatar "Stop SOPA", du nom de la loi anti liberté d'expression numérique made in USA.

J'ai demandé à ce partisan frontiste si le positionnement anti SOPA de MLP était compatible avec un site qui défendrait les intérêts des clandestins. J'attends encore sa réponse 🙂

Mais reprenons sur les clandestins :

  • suppression dans le droit français de la possibilité de régulariser des clandestins
  • renégociation de la Convention européenne des droits de l’homme, et notamment de son article 8 qui est utilisé par les associations de promotion de l’immigration pour accroître l’immigration vers la France

Alors, pourquoi tant de haine envers les clandestins ? A mon avis, c'est une stratégie de la peur que MLP essaie de raviver en insistant sur les clandestins, une catégorie de personnes très difficile à chiffrer, très peu connue du grand public.

Mais Marine Le Pen a tort d'affirmer que ces gens-là abaissent le coût du travail et volent des postes aux Français. Ils effectuent des tâches ingrates pour un salaire de misère qu'aucun travailleur accepterait. Souvent, ils paient leurs taxes, mais sans pouvoir faire valoir leurs droits.

Le Collectif des cinéastes pour les sans papiers avait fait un excellent court métrage qui rappelle en quelques minutes ces quelques vérités.

Autre perle du programme de MLP, l'exécution dans leur pays d’origine des peines d’emprisonnement prononcées contre les étrangers. Pour cela, la candidate frontiste espère que des accords bilatéraux soient passés avec les pays d'origine, sans préciser la contre-partie qu'elle donnera au dit pays.

Encore un peu de démagogie, compensée faiblement par un ressucé de Papa Le Pen sur l'aide aux développement des pays qui "coopèrent". L'ensemble du programme de JLP en termes d'immigration est d'ailleurs globalelent présent dans celui de la fille.

On terminera par la priorité nationale, qui revient à faire de la "discrimination négative". A se demander si la fille "dédiabolisée" n'est finalement pas plus agressive que le père en matière d'immigration.

7 Comments + Add Comment

  • Super article Raphi !
    Il montre très bien la stupidité de ces programmes.

    Je rajouterais la propositions de MLP pour l'exclusion des immigrés sans papiers qui prendrait minimum 10 ans et coûterait des millions à l'état.

    • Raphi

      Merci mon Fabien, je suis content qu'au moins une personne l'ait lu jusqu'au bout 😉 !

  • Très intéressant, bravo pour les chiffres et les enquêtes rapportés.

    Mais pour ma part n'étant absolument pas un spécialiste des statistique je préfère l'idéologie.
    (je n'ai jamais fais confiance à un seul institut ou politique de ma vie pour des chiffres.. seule la Cour des Comptes trouvent grâce à mes yeux^^).

    Je n'ai jamais fait confiance aux "Le Pen" pour ce sujet mais il faut dire que la Gauche à tellement rendus tabou ce thème, en traitant de racistes, tout ceux qui évoquaient le sujet que c'est dure d'avoir une discussion claire la dessus.

    Pour ma part, je considère que tant que nous sommes dans une situation instable et que tant que nous ne pouvons accueillir une personne dans la dignité avec un véritable avenir et une bonne intégration, l'immigration doit être débattue.

    Je pense déjà qu'il faut dénoncer les conventions internationales sur le regroupement familiale car elle donne trop d'immigration légale car c'est la plus importante tout en gardant bien sûr une marge humaine.

    Pour les étudiants étrangers, en fait, j'ai un problème je peux pas m’empêcher de penser à l'autre pays qui envoie l'étudiant, lui espère qu'il revienne, pour faire bénéficier son pays mais c'est rarement le cas je pense .Je suis pour accueillir des étudiants étrangers même plus mais à condition qu'il en fasse bénéficier les deux parties, dans l'état de l'Afrique actuelle par exemple, une mais d’œuvre qualifiée lui permettrait un meilleur avenir.

    J'espère un retour d'une droite populaire qui parle sérieusement de ce sujet et pas une chasse gardée pour "la famillia" mais bon...

    • Raphi

      Ce qui est certain, c'est que c'est un sujet propice aux dérapage. On peut dénoncer un certain angélisme de la gauche dans les années 1980 comme une forte tendance de la droite à caricaturer à l'extrême les immigrés.

      Dans cet esprit, je trouve aberrant que certains élus prédisent des "Gaza-sur-Seine" si les étrangers ont le droit de vote aux élections. C'est un peu comme si on avait prédit des "L'Oréal-sur-Seine" quand il était question du vote des femmes...

      Un autre constat est que la France a eu allègrement recours à l'immigration quand elle en avait besoin, mais qu'elle a loupé l'intégration de pas mal de représentants de la deuxième génération.

      Il n'est évidemment pas question de "laisser entrer toute la misère du monde" et de laisser les idées intolérantes du FN et d'une certaine Droite Populaire occuper seuls ces espaces.

      Ce qu'il y a de bien à souligner dans ce sens, c'est que la question migratoire a été très clivante dans les programmes. Sarkozy a par exemple déclaré vouloir réduire l'immigration légale à 100 000 entrés, ce qui revient peu ou prou à supprimer le regroupement familial. Hollande est quant à lui partisan du cas par cas, ce qui permet de trancher plus sobre notamment sur ce même regroupement. Mélenchon était pour sa part partisan d'une régularisation de tous les clandestins, ce qui aurait permis aux travailleurs cités plus haut d'enfin faire valoir leurs droits comme n'importe quel travailleur français.

  • Impressionnante cette analyse... Chapeau bas !

  • "L'immigration, épine dorsale du programme du Front National depuis sa création, a toujours permis au parti d'extrême droite de désigner l'immigré comme bouc-émissaire. En usant toujours allègrement de démagogie."

    je me suis arrêté là dans l'article.

    Le FN a toujours dénoncé l'immigration, en précisant toujours qu'il n'avait rien contre l'immigré lequel n'était pas responsable de la mauvaise politique française en terme d'immigration, et qu'au contraire il fallait aider l'immigré pour qu'il s'assimile bien à la société française sans tomber dans le communautarisme.

    • Raphi

      Amusant, la nuance n'est pas si claire dans les programmes du père et de la fille. L'intérêt de lire la suite, c'est que j'ai puisé dans lesdits programmes, soit à la source.

      Merci, au revoir.

Leave a comment