PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Quand on n’aime pas Libervia et le darknet

vendredi 4 décembre 2015 à 10:54

sarcasmOn le sait, les charges contre le logiciel libre sont régulières. Les charges contre le chiffrement le sont tout autant et le sont encore plus depuis que quelques organes de presse s’emparent du sujet sous un prisme un peu déformé, soit par ignorance soit par calcul, qu’il soit politique ou commercial.

Chez Reflets, nous avons une tripotée d’ « amis » de longue date, particulièrement dans le monde de la surveillance électronique et de l’armement (c’est souvent en fait les mêmes). Et quand sur un article assez anodin sur un logiciel libre, Libervia, on voit apparaître un curieux commentaire comme celui-ci :

« Bien joué ! En plus d’être beau et communautaire, grâce à ce beau projet, la criminalité (terrorisme, enclave mafieuse, trafic en tout genre) va bénéficier d’un nouveau service sécurisé. Bien joué les gars. Avec le darknet c’est un beau programme.

Trop fort ! »

… Juste par curiosité, comme ça, on procède à un petite vérification. Pourquoi ? Parce que c’est souvent drôle et ça vient souvent de chez la même bande de grands comiques.

Et une fois de plus, bingo !

tropfort-thales

Si chez ces entreprises on pouvait s’occuper de refourguer ses boites noires et ses missiles à des régimes peu recommandables ou à alimenter son fond de commerce en sollicitant les politiques pour qu’ils s’arment contre l’ensemble de la population… au lieu de venir troller les contributeurs du libre qui offrent de leur temps pour produire des outils de communication libres, nous lui en saurions gré.

Fin de la récré du trolldi, vous pouvez vous remettre à troller dans les intertubes.

Le salon de la mort vous salit bien

vendredi 4 décembre 2015 à 02:36

kalash-2013-bis

Milipol a ouvert ses portes, comme si de rien n’était, quatre jours après le 13 novembre. Tout était sous contrôle, les « mesures de sécurité » avaient été bien entendu « renforcées » pour « assurer aux exposants et visiteurs […] les plus hauts standards de sécurité et de sûreté ».

kalash-2013Inutile de faire les présentations de cette grande foire biennale des armes de guerre et des panoplies policières, qui partage les festivités avec l’État du Qatar une fois sur deux à Doha. Une chose est certaine, en cette année 2015, grande première : un stand qui faisait partie du décor n’était pas présent au parc des expositions de Villepinte. Celui de Concern Kalashnikov, le consortium russe qui commercialise le fameux fusil mitrailleur AK-47. Quelques jours après une magnifique démo grandeur nature dans les rues de Paris, ce stand aurait eu de la gueule, comme en 2013 ou lors des précédentes éditions. Pas possible de savoir si ceci explique cela, en tous cas la société russe n’est pas référencée dans le catalogue des exposants diffusé cette année (les photos datent donc d’il y a deux ans).

Les armes à feu à Milipol, faut dire que ça reste une valeur sûre mais un brin folklorique. On a quand même eu l’occasion d’aller rendre visite à un autre fabricant de flingues qui tâchent, Verney-Caron, à la différence qu’il a su se diversifier. L’inventeur du flashball – pardon, on préfère parler de « lanceur de balles de défense » (LBD), nuance oblige puisqu’il s’agit d’armes « à létalité atténuée » – était là pour présenter sa grande nouveauté. flashballSans doute l’effet Cop21: la petite baballe ressemble aujourd’hui à une mini balle de tennis, de couleur verte pomme (les modèles précédents étaient noirs beurk). Mais rassurez-vous, le projectile continuera de pouvoir blesser et éborgner les sauvageons avec la même efficacité. Un représentant est fier de souligner qu’à l’impact, « ça fera toujours aussi mal [sic], mais ça laissera moins de traces ». Tout baigne.

La mode des drones de surveillance est toujours très vivace à Milipol, même si cette fois des start-up sont venues vendre leurs « solutions » pour détecter et détruire des petits objets volants qui constitueraient des menaces pour des sites sensibles ou stratégiques – les drones aperçus autour des centrales nucléaires ces derniers mois y sont sans doute pour quelque chose.

aerocougar

Pour sortir du lot, les ingénieurs fous de l’aéronautique commencent à voir plus grand. Comme cette petite boite franco-américaine basée à Toulon, Aero Surveillance. Elle a adapté un de ses engins, un mini-hélico de 40 kg, pour pouvoir embarquer des lanceurs Cougar de grenades lacrymogènes. Le maintien de l’ordre, mais vu du ciel. Pour cette belle contribution à rétablir la tranquillité publique dans nos belles cités menacées par les hordes barbares des ennemis de l’intérieur, Aero Surveillance s’est rapproché d’un professionnel de la grenade offensive : le groupe Lacroix, qui exploite déjà depuis longtemps le filon des grenades assourdissantes ou de désencerclement, armes de guerre urbaine qui ont mutilé des centaines de manifestants.

Les derniers « tests » de ce drone lacrymo ont été bouclés juste avant le salon. Cette exclusivité mondiale n’a pas échappé à Milipol News, la feuille de choux quotidienne distribuée dans les travées de la foire, qui a osé qualifier ce jouet de « premier drone armé français ». Trop modeste, le PDG de la boîte, Philippe Roy, n’a pas apprécié ce compliment. Aux visiteurs qui venaient sur son stand admirer cette curiosité, il a préféré présenter son invention comme un « drone de défense et de protection ». La belle blague. Il parait que cet arsenal a tout de même « intéressé de nombreux visiteurs de pays étrangers, y compris des professionnels israéliens toujours à l’affût de solution sécuritaires innovantes » (dixit la propagande de Milipol). C’est bien là l’essentiel.

sherpa

Sans doute pour saluer l’instauration de l’état d’urgence, les « solutions anti-émeutes » ont soigné leur communication. Renault Trucks présentait ainsi son dernier bijou, le Sherpa APC, un blindé de dix tonnes capable d’«évoluer aussi bien en tout terrain grâce à une très haute garde au sol qu’en environnement urbain ». Dommage: le modèle dernier cri, équipé d’une échelle d’assaut géante, était invisible sur le stand du ministère de l’Intérieur. « En raison de la situation actuelle, proclamait une discrète affiche, ce véhicule n’a pas pu être exposé » (cf photo ci-dessus). Milipol News tenait ainsi ses lecteurs en haleine: « Le Sherpa du GIGN n’est pas sous les sunlights, il est dans un garage, prêt à intervenir ». Du matos « doté d’une protection héritée du monde militaire, et dont on sait aujourd’hui [qu’il] n’a rien d’un luxe face à la puissance de feu affichée par les terroristes ».

viseo

On ne va pas y passer des heures non plus, à propager la bonne parole sécuritaire. Ah si quand même, un dernier pour la route : Iris Viséo, un véhicule de surveillance et de pacification des villes qui devrait faire fureur dans les polices municipales. « Le meilleur  compromis que l’on puisse trouver entre l’homme à pied ou à cheval et le véhicule classique », dixit un des managers de cette boite bien de chez nous. Le truc a même gagné le dernier concours Lépine européen. Lui aussi est bon pour le climat – tout électrique, blindé de batteries au plomb —, sa cabine télescopique peut culminer à 3,50 m et résister à un vent de 130 km/h. On attend avec impatience des tests grandeur nature, in situ, pour estimer le nombre de manifestants, cagoulés ou pas, dont il faudra disposer pour lui faire mordre la poussière.

Finalement, on aurait même pu se tromper d’endroit en arrivant à Villepinte pour aller jouer aux petits soldats à Milipol. Comme on peut le voir sur l’image ci-dessous, le hall 1 était occupé par un autre salon qui assurait le service après vente.

funerarium

La Maison du Libre à Brest cherche un local : help !

jeudi 3 décembre 2015 à 16:26

mdl

C’est une association qui accueille plein de projets « libres » (ainsi que d’autres associations). La Maison du Libre à Brest est malheureusement en manque de local suite à un reboot, conséquence de plein de problèmes survenus dans l’intégration au sein d’un projet collectif nommé « les Fabriques du Ponant ».

Pas grave, seulement, maintenant il leur faut un local aux gens de la MDL.

Alors, si vous faites partie des légions de l’Internet libre, ou simplement que vous soutenez ces même légions, que vous n’appréciez pas les éructations de @Mettout de l’Express plus que ça, et que vous avez des plans pour un local à Brest, il est temps de faire œuvre de bienfaisance…

Sinon, vous pouvez toujours relayer ce message.

Mais attention : sachez que tout ce que vous relayez peut-être retenu contre vous.

P.S : Open Path View, c’est chez eux.

L’équipe de Reflets

Vers un état d’urgence permanent et l’interconnexion des fichiers ?

jeudi 3 décembre 2015 à 16:22

etat d'urgenceUne dépêche AFP est tombée évoquant un projet de loi pour permettre un état d’urgence à durée illimitée. On ne parlerait plus de 3, ni même de 6 mois, mais d’un état d’urgence permanent, jusqu’à ce que « ça aille mieux ». Et si le terrorisme, c’est comme la reprise économique, c’est pas demain la veille.

Mais voilà… en découvrant ce matin « l’autre » projet, celui d’interconnecter tous les fichiers informatiques des différentes administrations, on se dit que c’est relativement cohérent cet état d’urgence permanent. Car une fois interconnectés ces fichiers, ils le resteront, état d’urgence terminé ou pas… Donc autant que l’état d’urgence devienne la norme non ?

Que reste t-il maintenant à trouver pour la prochaine salve ? On pourrait peut-être faire comme les américains pour NIPRNet et SIPRNet en ouvrant l’accès à ces données à des centaines de milliers de personnes plus ou moins apparentées à une administration ?

Quoi la CNIL ?

Capture d’écran 2015-12-03 à 16.14.26

Capture d’écran 2015-12-03 à 16.14.34

 

Logiciel libre : Libervia (Salut à Toi) est sorti !

mercredi 2 décembre 2015 à 19:44

campagne_androidReflets avait déjà parlé de ce développement à ses débuts, et promis d’en faire de nouveau la promotion une fois celui-ci plus abouti. C’est le cas aujourd’hui.

[Communiqué]

Nous sommes heureux d’annoncer la sortie de Libervia (Salut à Toi) 0.6.0.

Libervia est un « couteau suisse de la communication », un outil libre et décentralisé permettant de partager publiquement ou de façon privée des messages, des fichiers, des articles de blog, de microblog, etc.

Le projet a de nombreuses fonctionnalités allant du chiffrement de bout en bout aux jeux, et peut également servir de base pour créer de nouveaux réseaux. C’est aussi un projet éthique, géré par une association loi 1901, suivant un « contrat social », utilisant exclusivement des logiciels libres, militant pour la décentralisation, et fermement opposé à la publicité.

Cette version a vu un très gros travail sur le système de blogs : Libervia offre un moteur de blog décentralisé, accessible à des groupes restreints ou de l’extérieur, et entièrement basé sur le protocole standard et ouvert « XMPP ». L’utilisation de ce standard permet de communiquer avec d’autres projets comme Movim ou Jappix, créant ainsi un grand réseau libre.

Le partage de fichiers en pair à pair (P2P) a aussi été grandement amélioré grâce au protocole « Jingle », ouvrant la voie pour de futures applications comme la visioconférence.

L’annonce officielle est disponible sur le blog suivant (basé sur Libervia) : https://libervia.org/blog/salut-a-toi

Une campagne de financement participatif est en cours pour faire une version de bureau (une étape déjà franchie), et une version Android. Cette campagne étant très proche de la fin, c’est le moment de nous soutenir ! site officiel : http://salut-a-toi.org démo : https://libervia.org campagne de financement : https://www.arizuka.com/fr/projects/libervia

N’hésitez pas à nous contacter (http://salut-a-toi.org/community.html)

L’équipe « Salut à Toi »