PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Terrorisme : raconter l’émotion, jusqu’à l’écœurement, pour ne pas parler du fond

mercredi 23 mars 2016 à 11:40

Les attentats terroristes choquent. Attristent. Effrayent. Surtout quand ils sont nationaux, ou dans un pays voisin. Chacun se sent touché, parce qu’il aurait pu être une victime. Chacun s’identifie. Nettement moins quand ce sont des gens de pays plus éloignés, de culture différente. La Côte d’Ivoire, récemment, en est une parfaite illustration. Au fond, les médias ne font plus qu’une chose : raconter l’émotion : la douleur, la souffrance, la peur à nos portes. Pour éviter de parler du fond. Des raisons qui poussent des terroristes à tuer, et de ceux qui les commanditent. Mais surtout, de la responsabilité politique des gouvernements des pays touchés par le terrorisme.

« Ils attaquent le cosmopolitisme, notre liberté d’expression »

C’est ce genre de phrases qui parsèment la presse écrite, télévisuelle ou radio. Proférées par des analystes ou des politiques qui n’ont qu’une seule vocation : éviter de parler du fond. Comme si le terrorisme djihadiste n’était qu’une volonté de fous de dieu de s’en prendre à un modèle de société qu’ils détesteraient.

Jusqu’à une époque pas si éloignée, quand des terroristes revendiquaient des attentats, leurs revendications étaient « discutées « dans les pays industrialisés. Parfois, négociées. De l’extrême gauche à l’extrême droite, de Khadafi à l’IRA ou à l’ETA, le terrorisme était condamné — et c’est bien la moindre des choses — mais pour autant n’était pas relégué à une simple action violente sans aucun fond. Politique.

Le terrorisme est politique. Toujours. L’État islamique, ce Califat désormais organisé et territorialisé s’est créé par réaction et volonté politique. Que le religieux y soit brandi est parfaitement logique, puisqu’il est une composante politique très importante de la région : le proche et moyen-orient. Politique et religieux y sont parfaitement imbriqués. Les gouvernements américains, français, et de manière générale, ceux de l’Union européenne sont partie prenante de la situation au Proche-Orient, en bons alliés des Etats-Unis d’Amérique. Particulièrement depuis 2003 avec l’invasion de l’Irak. Il y a donc une responsabilité américano-européenne dans le chaos qui secoue cette région — et au delà — une responsabilité stratégique de déstabilisation totale de la région par des actes de guerre parfaitement illégaux et monstrueux.

Hellfires, bombes et « fausse guerre »

Parler des poseurs de bombes ou des kamikazes dont les actes sont revendiqués par un pays étranger, et chercher à comprendre comment ils ont pu le faire, chercher des solutions pour les arrêter, les contenir, les repérer, est à peu près aussi pertinent que vouloir empêcher la pluie de détremper un champ avec des bassines.

cleanedabu-1

Ces photos de la prison d’Abu Ghraib en Irak n’ont aucun rapport avec la radicalisation islamiste terroriste. Non, aucun rapport. Ils haïssent juste notre liberté.

Il n’y a aucune solution sécuritaire pour empêcher des individus — purs instruments fanatisés engendrés et soutenus par le Califat — de passer à l’acte, à l’échelle d’un pays, et encore moins à l’échelle d’un continent. Cette réponse décalée, qui voudrait faire accroire que l’Europe parviendrait — en se transformant en forteresse, en créant un système policier et autoritaire, en réduisant les libertés, — à se prémunir de nouvelles attaques terroristes, est un leurre politique qui ne changera rien. Voire, qui accentuera le problème. Exactement comme la guerre contre le terrorisme de Georges Walter Bush a fait exploser le terrorisme au sein de la « planète islamiste » au lieu de le faire disparaître.

Le refus des responsables politiques de parler des réalités proches et moyen-orientales et de leur implication dans les « véritables guerres » qui s’y déroulent, est un problème central pour tenter de résoudre le problème des attentats en Europe. Répéter « nous sommes en guerre » en réponse à un attentat, lorsque l’on est premier ministre, est une manœuvre dangereuse. Le premier effet est d’amplifier l’action des terroristes, de leur donner un pouvoir immense. Le second est de générer un sentiment de trouble, d’angoisse et de crainte parmi les populations. Le troisième est de démontrer que cette réponse est parfaitement mensongère et décalée avec la réalité. Ce qui ne peut qu’inciter les populations à ne plus comprendre ce qu’il se passe, ni comment cet effroyable situation va finir par s’arrêter.

syrie_alep_ruines_640

Alep, été 2015 : une ville dans un pays vraiment en guerre, et bombardé par la coalition arabo-occidentale depuis 2014.

Si la France est en guerre, elle doit la déclarer. Officiellement. Reconnaître le Califat comme un Etat ennemi qui l’a attaqué sur son propre territoire. Puis envoyer son armée se battre contre les soldats de l’armée du Califat, jusqu’à un dénouement militaire. Dénouement qui sera, soit le repli des troupes françaises (européennes ?), soit la reddition du Califat.

Ou alors, nous « sommes en guerre », mais nous ne faisons pas vraiment la guerre. Il faut dans ce cas, faire jouer la diplomatie. Discuter avec l’État contre lequel nous « sommes en guerre », le Califat, pour parvenir à une issue diplomatique. Envoyer des ambassadeurs, négocier. Ou bien, encore, nous « ne sommes pas vraiment en guerre ». Ce qui signifierait qu’en réalité, « nos » armées (USA, France, Royaume-uni etc…), depuis des années, en Afghanistan, au Pakistan, en Irak, en Syrie, pratiquent une forme étrange d’ingérence militaire qui voit par exemple des centaines de personnes déchiquetées par des missiles alors qu’ils sont en pleine cérémonie de mariage, ou des populations mourir à petit feu sous les bombes que « nos avions » larguent. Une guerre qui ne se nomme pas. Mais qui tue, épuise, déstabilise et renforce la haine à l’encontre de nos pays ?

Non, bien entendu. Ce ne sont que des fanatiques qui haïssent juste notre liberté et nos valeurs. Les meilleures du monde, nos valeurs. Bien entendu… Il n’y a donc rien à faire d’autre que de parler des tueurs, du fanatisme religieux, s’indigner, s’en moquer, demander plus de sécurité, et attendre. Une génération, d’après Manuel Valls. C’est ce qui s’appelle faire le « job » en langage politique. Les proches des victimes des attentats, des bombardements, de partout sur la planète, apprécieront.

valls-terrorisme

La famine au Darfimbabwour : une analyse stupéfiante de #LaPresse et de son public

mardi 22 mars 2016 à 15:17

Vous êtes un peu déprimé ? Vous le serez encore un peu plus lorsque vous aurez visionné cette vidéo qui analyse avec une pertinence stupéfiante le traitement médiatique de la famine au Darfimbabwour, les réactions du public, le rôle des « experts ». Bref, c’est criant de vérité et démoralisant à souhait.

 

 

Le conditionnement quotidien : l’arme absolue contre toute rébellion

mardi 22 mars 2016 à 10:55

mai68-etudiants-ouvriers

Les conditions pour un nouveau mai 68 sont souvent citées lorsque des manifestations surviennent impliquant la jeunesse. Depuis une vingtaine d’années, au moins. Comme si mai 68 était un absolu qui pouvait se régénérer à travers les âges et pouvait permettre un changement de société salvateur et bienvenu. Sauf que tout a changé ou presque en… un demi siècle. Petite revue de l’impossibilité intrinsèque actuelle de voir un quelconque mouvement de contestation de la société par la jeunesse française soutenue par une partie de la population (un peu plus âgée), survenir.

1968 : le grand dé-conditionnement

1968, c’est un peu la préhistoire en termes de contrôle des populations et des capacités d’influence de masse. Comme celles de la surveillance. C’était il y a 48 ans. Pas d’ordinateurs domestiques, pas de satellites, pas de de distributeur de billets de banque et donc pas de carte à puce, le seul téléphone filiaire, des journaux papiers, et… deux chaînes de TV. En réalité, le fonctionnement de la France en 1968 est plus proche de celui de la fin du XIXème siècle que de l’époque l’actuelle. Les premières tentatives de « conditionnement et influence des esprits » ont bien débuté aux Etats-Unis dans les années 50, mais elles sont embryonnaires, avec un manque crucial : les technologies de masse.

C’est ainsi qu’une jeunesse parfaitement survoltée commence à revendiquer une liberté totale et parfaitement antinomique avec les objectifs des oligarchies capitalistes en place.

Mouvement beatnik de libération des corps et des esprits, concerts de rock déjantés, cafés plein à ras bord de jeunes gens en train de refaire le monde à grands coups de citations de philosophes et d’auteurs contestataires du système de consommation : en 1968, on pense, on met en cause, on échange, on se rencontre, on imagine. « L’imagination au pouvoir », ce slogan n’est pas étranger à l’immense vague d’espoir que soulève la jeunesse de l’époque, fermement décidée à remettre en cause toutes les règles du système politique, économique et social.

50 ans plus tard : des hamsters dans des cages numériques

Le monde bipolaire de 1968 n’est plus. Il n’y a plus deux camps qui s’opposent, celui du capitalisme et celui du communisme. Le premier a remporté la bataille idéologique et fait basculer le monde industrialisé dans une unique politique, économique et sociale. Les fondements de l’idéologie capitaliste sont simples et anciens, à la portée d’un simple d’esprit, puisqu’ils ne comportent que quelques éléments basiques, que l’on peut réunir sous des verbes comme : consommer, dominer, s’emparer, améliorer, optimiser, gagner, conserver. Le principe de l’idéologie dominante, diffusé en boucle sur tous les supports de communication est celui d’une boucle de rétroaction psychique basée sur des pulsions primaires, dont la première est celle de l’achat. Posséder des objets. Emplir le vide intérieur avec des images, des sons, des objets de distraction, des aliments, des sensations offertes par la consommation. L’objectif d’une vie moderne est simple : obtenir de l’argent, pour combler, par l’achat, le vide intrinsèque que chacun porte en soi.

zombies-virtuel-zuckerberg

L’éducation est au centre de la sensation de vide partagée par une grande part des populations industrielles et industrieuses. La plus grande partie des individus a été élevée devant un écran de télévision, puis par des jeux vidéos, et finalement des « espaces numériques de consommation de masse », et au final, les trois ensemble. Tous ces médias sont industriels, conçus par et pour une industrie qui ne vise qu’une chose : la maximisation de ses profits, par la captation du public le plus nombreux possible. Chaque journée passée à remplir son cerveau des heures durant de spectacles de distraction amplifie une capacité bien connue : le conditionnement. Basé sur l’addiction, le conditionnement est la source du système capitaliste moderne. Il fonctionne parfaitement aujourd’hui, avec centaines de millions de hamsters humains tournant quotidiennement dans une cage — numérique — la plupart du temps.

La fin de l’intelligence est enclenchée

Les outils numériques les plus consommés sur la planète ont capté l’attention des individus au point de les empêcher de  comprendre par eux-mêmes la réalité qui les entoure. L’influence exercée par le flux incessant d’informations est centrale et rythme le quotidien d’une majorité de la population qui pense comprendre le monde alors qu’elle ne fait qu’une seule chose : laisser une vision du monde — totalement fabriquée — pénétrer leur esprit au point de changer leurs émotions et les mener à des comportements déterminés. La captologie, utilisée par Facebook via son système de newsfeed est un exemple — connu — parmi d’autres. La Darpa (département de recherche de la défense américaine) y travaille aussi.

Google est soupçonné de pouvoir jouer avec ses résultats pour influencer l’élection présidentielle américaine, s’il le souhaitait :

We present evidence from five experiments in two countries suggesting the power and robustness of the search engine manipulation effect (SEME). Specifically, we show that (i) biased search rankings can shift the voting preferences of undecided voters by 20% or more, (ii) the shift can be much higher in some demographic groups, and (iii) such rankings can be masked so that people show no awareness of the manipulation. Knowing the proportion of undecided voters in a population who have Internet access, along with the proportion of those voters who can be influenced using SEME, allows one to calculate the win margin below which SEME might be able to determine an election outcome.

Les chercheurs démontrent dans leur étude que les résultats d’un moteur de recherche influencent de façon « dramatique » le comportement individus, leur façon de consommer, leur préférences :

Recent research has demonstrated that the rankings of search results provided by search engine companies have a dramatic impact on consumer attitudes, preferences, and behavior (source : The search engine manipulation effect (SEME) and its possible impact on the outcomes of elections)

La fin de l’intelligence humaine est enclenchée. Ce qui est nommé « intelligence » n’est pas la capacité à obtenir de bons résultats à des test de QI ou parvenir à obtenir des diplômes, savoir réaliser des tâches abstraites ou résoudre des problèmes. Non. C’est la fin de l’intelligence humaine en tant que capacité à exprimer de façon individuelle une critique autonome, à discriminer le vrai du faux, à comprendre le réel pour ce qu’il est, à penser au delà des références établies, etc…

Se rebeller ? Oui, mais pourquoi ?

L’émergence d’un nouveau mai 68 n’est pas envisageable en 2016 : la population, massivement, a accepté et se nourrit du système qu’elle peut à certains moments contester… à la marge. L’enseigne MacDonald’s accueille 440 millions de clients par an en France.  (extrait d’un site de propagande commerciale d’information des « tendances jeunes »)

S’il y a bien une marque qui sait comment surprendre les jeunes consommateurs grâce à des opérations offline, c’est clairement McDonald’s ! Hier, la rédaction d’Air of melty vous dévoilait le nouveau panneau publicitaire ultra pertinent (et rafraîchissant) de McDo en période de canicule, comme une preuve de plus que l’affichage offline n’était pas mort, bien au contraire, même auprès des désormais célèbres Digital Natives. Nous vous le disions, que ce soit en ligne ou dans le monde réel, les jeunes consommateurs attendent des marques qu’elles leur proposent des expériences inédites, marquantes et surtout adaptées à leurs attentes. Et c’est exactement ce qu’a mis en place la chaîne de restauration rapide.

melty-les-jeunes-toussa

La rébellion devra attendre que des hordes de jeunes sortent de chez MacDonald’s et laissent de côté les « expériences inédites » de la marque. Il leur faudra aussi moins visionner de vidéos sur Youtube pour prendre le temps de se questionner sur la société dans laquelle ils aimeraient vivre, ou encore ce qu’est une démocratie, et si la liberté est principalement une liberté d’achat ou un peu plus…

Des solutions ? Oui, mais avec beaucoup d’efforts…

Une société constituée principalement de zombies assistés par des robots pour la quasi totalité de leurs activités ne peut pas se rebeller. Au contraire. La technologie n’est pas devenue un outil de libération et de créativité, elle est actuellement le cœur du conditionnement individuel. Sachant que l’éducation est centrale pour permettre l’émancipation, et que celle-ci a été vendue à « l’entreprise », il semble difficile d’imaginer un quelconque changement positif émancipateur à venir dans les sociétés modernes. La seule issue semble être la création de lieux alternatifs, d’éducation populaire, où les individus peuvent s’emparer de la technologie pour mieux s’en libérer, où l’humain passe avant la machine. Ces lieux voient le jour, de plus en plus, et même s’ils ne seront jamais suffisants à l’échelle du pays, ils permettent d’organiser des communautés de personnes qui seront — et c’est une certitude — la future résistance face au totalitarisme techno-capitaliste en cours de constitution. La différence entre ceux qui créent ces lieux, y participent et ceux qui « contestent en ligne », se situe dans très peu de choses, pourtant devenues centrales : la liberté réelle, l’effort collectif et l’humain…

Cette vidéo, récente, dévoile quelque chose de parfaitement évident : quand l’être humain abandonne son esprit aux machines, il en devient une, et à termes, rien ne les distinguera…

L’étrange cryptographie du New York Times

lundi 21 mars 2016 à 12:04
Photograph by Rama, Wikimedia Commons, Cc-by-sa-2.0-fr

Beyer cryptographic watch – Photograph by Rama, Wikimedia Commons, Cc-by-sa-2.0-fr

Hier matin, alors que nous buvions le premier d’une longue série de cafés dominicaux, nous reçûmes une alerte du système top-secret du Service du Chiffre de Reflets, qui attirait notre attention sur un article du vénérable New York Times. L’article dresse un état des lieux sur le mode opératoire des auteurs des dramatiques attentats de Paris. Dates, lieux, noms, faits, témoignages, c’est dense, très complet, et pour cause : les journalistes du NYT ont eu accès à une copie du rapport de 55 pages transmis par l’antiterrorisme à la Place Beauvau, ainsi qu’à nombre d’autres documents et témoignages.

Quelques passages nous ont pourtant laissé perplexes, pour ne pas dire embarrassés, et nous ont fait instantanément penser à un autre article du NYT et des mêmes auteurs, daté de novembre dernier. Cet autre texte, très documenté lui aussi, contenait pourtant un passage qui nous avait déjà un peu fait tiquer sur le plan technique.

Dans l’article de novembre, le NYT nous apprenait qu’Abaaoud, l’un des terroristes, utilisait les « technologies de chiffrement ». Plus loin, on comprenait ce qui était entendu par là, et l’on pouvait lire qu’Abaaoud avait fourni à Hame, un jeune français parti en Syrie et entendu par les autorités à son retour, des « logiciels de chiffrement » :

Mr. Abaaoud avait demandé à Mr. Hame de frapper une cible facile, où il pourrait cause un « maximum de victimes ». Il avait donné à Mr. Hame une adresse email pour le joindre et une clé USB contenant une clé de chiffrement qu’Hame devait télécharger sur son ordinateur. Mr. Abaaoud avait promis davantage d’instructions sur le lieu où se procurer des armes pour l’attaque et sur la salle de concert à frapper.

C’est assez probablement le système de chiffrement PGP, communément utilisé pour sécuriser les communications par email, qui est ici évoqué. Or, si l’on sait comment fonctionne la cryptographie hybride, notamment sa composante asymétrique, pour que les « instructions » puissent circuler dans le sens Abaaoud – Hame, c’est Hame qui aurait dû remettre une clé à Abaaoud (sa clé publique, en l’occurrence), et pas l’inverse. Les informations contenues dans ce paragraphe sont très probablement vraies, si on les envisage indépendamment les unes des autres. Mais la narration est organisée de manière à ce que le chiffrement soit perçu comme le moyen essentiel pour la planification des attentats.

Le plus récent des deux articles reprend le témoignage de l’une des malheureuses victimes prises en otage dans le Bataclan :

L’un des terroristes sortit un ordinateur portable, le plaçant, ouvert, contre un mur, a déclaré la femme âgée de 40 ans. Quand l’ordinateur s’est allumé, elle a vu une ligne de charabia sur l’écran : « c’était bizarre – il était en train de regarder plein de lignes, comme des lignes de code. Il n’y avait pas d’image, pas d’Internet, » a-t-elle dit.

Il n’y a bien sûr aucune raison de douter du témoignage de cette personne, mais qu’a-t-elle vu au juste ? D’après la description, il pourrait s’agir de n’importe quel logiciel produisant une sortie dans un terminal texte, ce qui a souvent tendance à impressionner ceux qui n’ont jamais évolué en dehors d’un environnement graphique. Les fameuses lignes de code étant apparues, d’après elle, juste au moment du démarrage de l’ordinateur, la plus évidente des conclusions est qu’il s’agisse des éléments affichés par la séquence d’initialisation de son système d’exploitation.

Séquence de boot Linux

Séquence de boot Linux

Le NYT conclut pourtant que cette description « correspond à l’apparence d’un logiciel de chiffrement particulier, que l’EI a revendiqué avoir utilisé durant les attentats de Paris », en faisant probablement allusion à une macabre vidéo diffusée par l’organisation en janvier, dans laquelle figurait une utilisation fictive de PGP. Même si l’on admet que c’était bien un message PGP qui était affiché sur l’écran de l’ordinateur du terroriste, quel intérêt ce dernier aurait-il eu à lire un message sous sa forme chiffrée, par définition illisible ?

Un autre passage est bien plus étonnant :

Selon le rapport de police et des interviews avec des officiels, aucun email ni aucune communication électronique des attaquants n’ont été trouvés, ce qui incite les autorités à conclure que le groupe a utilisé le chiffrement. On ignore encore quel sorte de chiffrement […].

Les communications électroniques laissent toujours des traces. Les échanges, même lorsque le contenu est chiffré, et même en admettant que ces contenus soient consciencieusement supprimés après avoir été envoyés et reçus, requièrent la présence d’informations nécessaires à l’acheminement des messages. Par définition ces informations, des métadonnées, ne peuvent être chiffrées. Il n’y a pas des centaines de conclusions que l’on peut tirer de l’absence de ces traces : soit ces communications n’ont pas eu lieu, soit elles ont eu lieu via d’autres canaux. Comment peut-on déterminer la présence de quelque chose parce que l’on constate son absence ? Le raisonnement est proprement stupéfiant. Pour reprendre les mots de Christopher Soghoian de l’ACLU, « l’article du NYT sur les attentats de Paris a autant (sinon plus) de sens si vous remplacez « chiffrement » par « magie » ».

Tweet de Christopher Soghoian

Il est très probable que des outils intégrant de la cryptographie soient utilisés par certains membres ou sympathisants de Daech : passons à autre chose, on ne peut pas plus les en priver que l’on ne peut les empêcher d’utiliser le théorème de Pythagore. De la part d’un journal aussi respecté que le New York Times, on est en revanche en droit de s’étonner de tels biais de confirmation dès lors qu’il est question de chiffrement.

Terrorisme : Valls et ses amis comptent sur votre tendance à la mémoire courte

dimanche 20 mars 2016 à 18:07

Lolcat_terroristComment ? Il ne faudrait pas tout faire pour lutter contre les terroristes qui ont fauché autant de vies innocentes cette année en France ? Comment peut-on critiquer le Loi sur le renseignement, qui permettra d’écouter massivement les communications en France ? Elle fera ressortir l’aiguille de la meule de foin, permettra de déjouer des attentats ! L’état d’urgence ? Une nécessité. D’ailleurs, Manuel Valls le proclame alors que vient d’être arrêté Salah Abdeslam, »D’autres réseaux, d’autres cellules, d’autres individus, en France et en Europe, s’organisent pour préparer d’autres attentats. Nous devons être mobilisés« .

Oui, un ennemi nous a déclaré une guerre asymétrique. Oui, il y aura d’autres attentats et d’autres morts. La probabilité est extrêmement forte. Mais de là a valider toutes sortes de textes liberticides ? Nous avons la mémoire courte et c’est ce sur quoi misent des gens comme Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve.

Le terrorisme n’est pas une nouveauté, une nouvelle donnée dans l’équation de nos vies. Pas même en France, pourtant épargnée par rapport à d’autres pays.

Certains n’étaient pas nés, mais l’OAS a fait pas loin de 2000 victimes. Disposions-nous des « boites noires », des systèmes d’écoute sophistiqués, des IMSI catchers, pour lutter contre elle ? Cela a-t-il empêché la Démocratie de prendre le dessus ?

Le terrorisme n’a pas de bord politique ou idéologique. C’est une façon de combattre un pouvoir en place. Nous avons donc, en France, subi le terrorisme d’Action directe (extrême gauche), comme celui dela Cagoule, de l’OAS ou du Service d’Action civique (SAC) (extrême droite). Sur le plan idéologique, toujours sans état d’urgence, sans boites noires, sans IMSI catchers, l’Etat français a dû faire face à un terrorisme né des conflits israélo palestinien et libanais avec le groupe Abou Nidal, le Hezbollah, et Ilich Ramírez Sánchez, plus connu sous le nom de Carlos.

Surprise ? Ces terroristes ne sont plus actifs, une partie d’entre eux sont sous les verrous ou viennent de sortir de prison après de longues années de détention. Comment donc l’Etat a-t-il pu arrêter les auteurs d’attentats ou mettre fin aux actions des groupes sans disposer de l’état d’urgence, des boites noires, des IMSI catchers, de la déchéance de nationalité, de la Plate-forme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ) ? C’est à se demander si les policiers de l’époque étaient des surhommes…

Avec quelles armes lutte-t-on contre le terrorisme ?

Manuel Valls, Bernard Cazeneuve ou François Hollande laissent entendre qu’il ne faut pas réfléchir ou tenter d’expliquer d’où vient le terrorisme qui nous frappe actuellement. C’est pratique. Cela permet de renforcer notre tendance à la mémoire courte, à oublier que le terrorisme ne date pas d’hier, qu’il nous a déjà frappés durement, en France ou à l’étranger (attentat du Drakkar par exemple).

En oubliant cela, on participe à la création d’un mythe. Celui du terrorisme le plus abject, un terrorisme nouveau, contre lequel il faudrait des armes « non conventionnelles », seule manière de l’éradiquer. « Nous gagnerons la guerre contre le terrorisme » a indiqué François Hollande. Tant mieux. Mais quelle guerre ? Avec quels moyens ? Avec des lois liberticides qui créent les conditions d’une dictature si Palpatine arrivait au pouvoir, comme le laisse entendre le bâtonnier de Paris, Frédéric Sicard, que l’on peut difficilement soupçonner d’être du côté des terroristes  ?

La Démocratie cesse-t-elle d’être la Démocratie lorsqu’elle utilise les mêmes armes que ceux qui veulent la détruire ?

Cette question théorique pour philosophes du Droit n’est plus aussi théorique qu’elle le semble.

Les années de plomb des deux mandats de George Bush et de celui de Barack Obama nous permettent de tirer les leçons de cette voie qui consisterait à accepter l’idée que tout est légitime pour lutter contre le terrorisme. Sur ce point, il n’est pas inutile de lire le travail du photographe Edmund Clark et du journaliste Crofton Black sur les prisons secrètes de la CIA… On peut aussi réfléchir à l’augmentation des morts par frappes de drones et la déconnexion totale d’une bonne partie d’entre eux avec des actions terroristes. On peut aussi réfléchir aux effets de la légalisation de la torture.

Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, François Hollande… Pas en mon nom, je n’ai pas la mémoire courte.