PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Do you speak manif ?

mardi 3 mai 2016 à 14:04
Manifestation_contre_la_loi_Travail_9_avril_2016_06

L’hélicoptère et le génie de la Bastille. CC Wikimédia. by @Jules78120 / CC-BY-SA

Voici un petit reportage, forcément subjectif, sur les trois derniers jours de grèves, avec les manifestations contre la loi travail. Je vous laisse le soin de trouver d’autres points de vue, articles, photos ou vidéos, pour vous forger un avis plus complet.

Le début

5 avril 2016.

Tout n’est que clichés, le bruit des sonos qui se contredisent, l’odeur de la merguez dans les plats à paella. Les éternels ballons géants, les autocollants sur les habits, les slogans immuables. J’ai quelques soupçons de recyclage de banderoles d’une année à l’autre.

Il y a en fait deux manifs. Les anciens, reconnaissables à la barbe audacieuse. Et les jeunes. Ceux qui veulent la fin, ceux qui veulent le début.

Les CRS sont omniprésents, et les services d’ordres tendus. Autorité, organisation, chaussure de sécurité, gros bras et gants renforcés. Ca, c’est coté CGT et FO. En face, c’est bonbonne de lacrymo dans le dos, verte, entre l’extincteur et le machin pour sulfater la vigne.

Dispersé dans la foule, du jeune rebelle qui est là pour son baptême de rebelitude, la canette en verre à la main. La moitié des gens ont une écharpe ou un foulard, prêt à être remontée, jeune comme vieux.

Le look rebelle de 2016 est résolument tourné vers les années 80, avec rouflaquette, jean trop court pour mettre en valeur les grosses chaussures, et grosse chaîne pour le porte feuille dans la poche arrière.

Les CRS ouvrent la voie avec leurs gros camions, et bloquent les côtés systématiquement, pour la tête de cortège. Le service d’ordre est devant la tête de cortège, très rigoureux. Mais il y a une avant garde, en avance, par ce que ça se traîne pas mal.

L’impression de déjà vue est dérangeante. L’impression de patiner dans les époques, mais en plus méchant.

Un petit con, tout devant, souhaite se débarrasser de sa canette, la réponse est instantané, gros nuage de lacrymo, une percée des CRS, il se fait embarquer direct. Voila, il l’a eu, son baptême.

Le temps que le cortège arrive, l’incident est clos, et le service d’ordre toujours aussi tendu.

On a évité le mouvement de foule ou la charge sur les mémés pleines d’autocollant et les enfants.

Un camion de location n’a pas tenu la montée à petite vitesse, il finit le trajet poussé.

A l’arrivée, il n’y a pas grand chose. Les gens semblent un poil déçu. Par le manque d’action ? Par le beau temps indécent? Les flics en civil sont aussi déçu, ils rangent leur kit baston dans leur sac à dos. Casque trop petit, genre parachutiste, avec une loupiote accrochée, masque transparent, tout aussi petit, et le seul indice pour les différencier de cataphiles, les matraques télescopiques, en acier. Je pense que ce sont les plus déçus.

Mêmes les jeunes au look de racaille (ahh, le charme du survet’), font les kékés, mais n’ont pas du tout envie d’aller au casse pipe.

L’autre manif, celle des lycéens, semble avoir été plus mouvementée, avec des jeunes mis à terre. Les flics ont dû être moins déçus, du coup.

Il fait beau

9 avril 2016.

Les cieux sont plus favorables, cette fois-ci. En revanche, le trajet est à l’envers : de Denfert à Nation.

Arrivé par le métro, tout est bien rangé. Des tonnes de marchands de bouffe, avec leur poêle géante et la bidoche épicée dessus.

Des tas de champignons géants avec des noms de syndicats, section, région, corps de métier.

Tout est bien ordonné, par syndicat, à la queue-leu-leu. Pas mal de professions en habit de travail, comme le personnel de l’aéroport CDG.

Les classiques sous-sectes du Parti Communiste avec leurs tracts désespérés. Sérieusement, des maoïstes, en 2016, ça va aller maintenant, il y a prescription, il faut arrêter. La photo du Che, c’est du folklore, mais Mao! Enfin, un agent spatiotemporel perdu dans la manif, qui distribue des quarts de page A4 mal calés, pas de quoi s’énerver.

La foule est dense, mélangée, pas de présence de CRS, il fait beau. L’ambiance est bien plus détendue que les fois précédentes. Aux croisements avec les grosses avenues, il y a des cordons de CRS, mais en mode décoratif, comme des pitous que l’on aurait alignés.

Pour éviter de se faire crier dessus par les sonos, on remonte le cortège, qui a un poil tendance à piétiner.

On récupère un peu de lecture en passant, il y a même de la BD.

La partie lycéen/étudiant n’est qu’une petite tranche des manifestants, bien rangés, blocs après bloc. On les reconnaît bien, ce sont ceux qui ont des banderoles toute bricolées et peu lisibles, en drap coloré plutôt qu’en toile bâchée professionnelle.

On commence à en avoir plein les pattes, et du coup, on remonte; ça bouchonne un peu.

Ah tiens, c’est étonnant, un système de cordes tenues par ce qui pourrait être du service d’ordre. Une grande ligne bien droite, bien perpendiculaire, et ça remonte de chaque côté, assez loin vers l’arrière. L’impression de voir un berger contenir son troupeau de moutons. Du coup, on le dépasse par le côté, pas envie de jouer à du dessus/dessous avec la corde.

À posteriori, on a compris que cette corde délimite le début du cortège officiel. La fois précédente, il y avait un large espace vide entre l’avant-manif et la manifestation officielle. Là, c’est nettement plus confus.

Ça bloque carrément devant le pont d’Austerlitz, en bas du parc du jardin des plantes. Etonnamment, il y a pas mal de fans de trottinette et de natation. Des gens avec des lunettes de piscine ou des casques accrochés aux sacs à dos. Le casque de skater est tendance chez les photographes avec de beaux téléobjectifs.

Donc, plus rien ne bouge. On est sur le côté, entre un gros cordon de CRS et des gens avec une écharpe devant le nez et surtout une très forte envie de sport. Ça pue.

On avance pour voir ce qui bloque, sur le pont. Il y a une ligne de CRS au milieu du pont. Mais le modèle teigneux. Un centurion tout droit sorti d’Astérix se frite avec une mémé militante : vous ne passerez pas, et ils entament un pas de danse, un pas de côté, un pas de l’autre côté. Vu l’approche bornée du CRS qui a du mal à gérer son manque de RTT, on rebrousse chemin.

C’est quand même une grosse nasse, et le blocage du pont parait super arbitraire, c’est le trajet logique. On demande gentiment à passer par le côté. Ces CRS-là sont encore en mode détendu, mais ils sont quand même en manque d’informations, ils nous conseillent de suivre le cortège, ce qui leur parait être le moins dangereux, et le chef (celui qui a des lunettes de soleil) a bien rappelé que personne ne passe par ce côté.

Sauf que les énervés du rond-point envoient une volée de projectiles, à l’opposé. Voilà, on est en sandwich entre les CRS et les énervés qui chantent « Un coup de tonfa, lève les bras, un coup de bouclier lève les pieds ». Donc, passage en mode négociation express, non, on ne va pas dans la direction des CRS teigneux du pont, ni à proximité des gens qui cherchent la castagne. Les CRS ne lâchent rien et en restent aux ordres, aussi absurdes soient-ils. Mais bon, c’est l’autre côté qui a droit au défouloir, pas celui-ci. Tant mieux, par ce que l’on est a côté des lances grenades et des bonbonnes vertes de gaz dans le dos, façon sulfateuse pour la vigne. OK, on remonte, mais ça pue le mouvement de foule et la nasse.

Ah tiens, ils laissent un gros espace dans le cordon, je soupçonne les CRS d’avoir biaisé les ordres pour laisser sortir les gens pacifistes et ne se garder que les teigneux.

On avance sans traîner, pour ne pas risquer un mouvement de foule dans le dos. À bonne distance, on voit les tirs de lacrymos, des belles paraboles avec la traînée de fumée, certaines sont renvoyées, des bruits sourds (des grenades assourdissantes?). Voilà, il y a eu du sport. Bon, visiblement essentiellement de la course à pieds façon chat et la souris.

Ça ressemble quand même pas mal à du SM en plein air, entre adultes consentants. On est loin des coups en traître sur des gamins que l’on souhaite rééduquer à coup de matraque, comme ce que ce sont pris les lycéens.

En rentrant dans le métro, à Nation, sans sortir de la rame, ça pue et ça pique un peu. Ça laisse présager l’ambiance à la surface.

Joli mai

1 mai 2016.

Ah, la mère de toutes les manifs, le premier mai. Il fait beau et il y a une belle lumière, bon, OK, le trajet est petit joueur, Bastille-Nation. Nation rime d’ailleurs avec Baston, en 2016.

On reste dans les classiques. Les champignons des syndicats. Les partis politiques qui restent poliment sur le côté. Divers variantes du PC, Nouvelle Donne qui redonne signe de vie, les Verts qui essayent de faire oublier leur incapacité à gérer l’échelon national. Ah tiens, pas de PS, le premier mai est censé leur parler, au moins un peu, et puis en 2011, ils avaient défilé. Ah oui, mais 2011. Avant 2012, quoi.

Bah, en attendant, il y a LO et la CNT, et encore d’autres scissions du PC.

Donc, cette fois-ci, on fait attention, on ne dépasse pas la corde, la limite officielle de la manif qui ne se fait pas taper. Ça date de quand cette histoire de corde?!

Voilà, on a dépassé les sans-papiers. Ensuite, une usine complète, qui doit faire de l’alimentaire, avec leur blouse blanche et charlotte bleue, ils font un bruit d’enfer avec leurs pompes à corne, une variante mécanique des machins des supporters de foot. Pire qu’une vuvuzela, ces machins. Maintenant, on est derrière les Tamoules, avec la banderole sans sous-titre.

Ça avance bien jusqu’à gare de Lyon, le moment où l’on bifurque sous le pont de la promenade plantée. La route attaque la montée vers Nation, et ça commence à bouchonner.

Bon, ne pas s’impatienter, on n’a qu’à poireauter en restant sagement au niveau du camion buvette de la CGT.

Ah tiens, des gardes mobiles passent sur le côté, à la queue leu leu. C’est une bête idée, au moindre mouvement de foule, ils se font coincer contre le mur. Ils viennent de s’en rendre compte et commencent à courir, coincés entre leur bouclier et le mur, et il y en a un paquet.

Hum, ça commence à sentir le pâté. Bon, on avance un peu, pour voir, et histoire d’arriver au moins jusqu’au métro Reuilly Diderot. On commence à voir le gros nuage, devant, au loin. Des gens préviennent: « ça gaze devant ». OK, demi-tour, pas de risques, on va rentrer par une rue perpendiculaire. Plus moyen de faire une manif, un premier mai, juste 80 ans après 1936.

Bon, aucune des rues n’est perpendiculaire, c’est le bronx, ce quartier, on se retrouve à Reuilly Diderot, avec le métro fermé, mais pas de manifestants alors que c’est le trajet. Par contre, il y a des gens de la BAC. Heureusement qu’ils mettent une étiquette sur le bras, pour ne pas confondre, par ce que l’on est en plein cosplay casseur tel qu’on peut les voir sur un reportage de TF1. L’avenue est vide, beaucoup trop vide, on remonte un peu pour prendre la première sortie possible, la première perpendiculaire. On croise des gens qui repartent de Nation. Un type handicapé, aidé par deux personnes, un jeune aidé par deux bien plus âgés, il marche en canard, il a les yeux comme deux paires de fesses à 90°. Voilà, en hommage à Verdun il vient de se faire méchamment gazer.

« Et là ça va, la dernière fois je me suis pris un projectile dans la tête ».

Une démarche de cartoon, un dialogue de série B. Mais la pédagogie du CRS ne semble pas fonctionner, il recommencera.

Arrêt de métro Montgallet, correspondance à Reuilly. La RATP empêche les gens de remonter avec un début de tension bien palpable.

Ce sera le dernier métro à marquer l’arrêt.

Bon, comme chaque fois, on ne voit rien, comprends rien à ce qu’il se passe.

Ça bloque, ça bouchonne de manière incompréhensible et tout simplement arbitraire. Le résultat est mécanique, d’un côté, des CRS qui n’ont pas assez dormi, en face, une sélection de manifestants bien remontés. Ensuite, destockage de lacrymo, tout doit disparaître avant le nouvel arrivage. Manifestation bon enfant, familiale au démarrage, puis grosse tension, grosse baston, et de jolis images de bavures qui tournent en boucle sur Internet.

Pour avoir une vision plus précise, il faut multiplier les sources. Là, la manif a été coupée en deux, avec un bon gros mur de CRS. Les vieux cons d’un côté, les jeunes cons de l’autre. Une manifestation des plus tranquilles, hein. Un très beau démarrage qui finit dans un gros cafouillage.

Après une expertise express sur Wikipedia, le rôle de la BAC est de faire des interpellations spectaculaires, avec des flagrants délits, et de gérer des émeutes. Là, on parle de manifestation.

Bitcoin, existentialisme (et rock’n’roll ?)

lundi 2 mai 2016 à 20:07

pants-on-fireDepuis ce matin, l’Internet Numérique™ est le théâtre d’une comédie technico-dramatique dont il la le secret. À quel sujet ? Bitcoin, what else ?

Dramatis Personae

En effet, la BBC, The Economist et le magazine GQ nous apprenaient, de concert et à l’heure où blanchit la campagne, que l’identité de Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur de Bitcoin, avait (encore) été révélée. Il s’agirait ainsi de Craig S. Wright, un entrepreneur australien. L’information fut rapidement reprise de ci de là. Par exemple, dans la langue de Molière, par le Huffington Post ou le Monde, ou encore sur Wikipédia.

Malgré quelques réserves de la BBC (timides) et de The Economist (un peu plus appuyées), les différents articles présentent l’information comme plutôt crédible, sinon probable. En effet, Wright aurait signé cryptographiquement des messages en présence de journalistes de la BBC, avec une clé privée liée à des transactions de la blockchain Bitcoin connus pour avoir été créés par Satoshi. Un lien « inextricable » – pour reprendre les termes de la BBC – aurait ainsi été établi entre les deux identités. De plus, les allégations de Wright auraient été appuyées par deux membres de la Bitcoin Foundation, notamment le très respecté développeur Gavin Andresen, qui aurait déclaré être convaincu que « Craig Steven Wright est la personne qui a inventé le Bitcoin ».

L’enfer, c’est les autres

Pour que tout un chacun puisse vérifier la véracité de ses allégations, Wright s’est aimablement fendu d’un billet de blog.

Pour rappel, une signature cryptographique s’appuie sur deux clés liées mathématiquement l’une à l’autre. La première, la clé privée, est secrètement conservée par son propriétaire. C’est cette clé qui permet de produire, à partir de messages, des signatures. La seconde, la clé publique, peut-être librement diffusée. Elle permet de vérifier l’authenticité des signatures, qu’elles aient bien été créées à l’aide de la clé privée correspondante.

La démonstration de Wright est la suivante. On sait avec certitude que Satoshi a effectué certaines transactions Bitcoin, comme celle-ci. L’adresse d’entrée de cette transaction,12cbQLTFMXRnSzktFkuoG3eHoMeFtpTu3S, est donc un identifiant de Satoshi. À cette adresse est associée le hash (l’empreinte) d’une clé publique. Quiconque peut signer des messages avec la clé privée correspondante est donc probablement Satoshi, ou à tout le moins un candidat un peu plus crédible que les autres, puisqu’il contrôle une de ses clés privées. Wright prétend avoir signé un passage de Jean-Paul Sartre et nous livre le mode d’emploi « for dummies ».

Dans le billet, Wright fournit la clé publique, qui correspond bien à l’adresse Bitcoin. Il fournit également le message à signer (ou plus exactement une empreinte du message, ce qui revient au même puisqu’il permet de vérifier que le message est bien celui qu’il utilise), ainsi que les paramètres à utiliser (la courbe elliptique secp256k1). Tous les éléments sont donc disponibles pour créer une signature et la comparer à celle fournie par Wright. Le gros problème, c’est que, ce faisant, on n’obtient pas la même signature. Vous pouvez essayez par vous même, nous avons jeté un œil au code, aux éléments et à la méthode utilisée par Patrick McKenzie ici, tout cela nous semble correct. Par ailleurs, la signature fournie par Wright est celle contenue dans une ancienne transaction. Non seulement elle ne prouve rien, mais est de plus totalement hors sujet.

Le billet de Wright ne permet donc absolument pas de confirmer qu’il soit en possession de la clé privée de Satoshi, et contient des incohérences (comme l’utilisation de & au lieu de && ici), et pose nombre de questions. Pourquoi avoir fourni une signature qui ne correspond pas au message, pire, une signature sans rapport avec la démonstration ? Est-ce une erreur de la part de Wright ? Est-ce une tentative de falsification, pensait-il que personne n’irait vérifier ?

Si la signature était valide, elle ne constituerait d’ailleurs pas une preuve irréfutable. Elle pourrait tout à fait avoir été créée par quelqu’un d’autre il y a des années, la clé privée aurait pu être volée, etc. Mais, en tout état de cause, ce serait quand même un bien meilleur début que le billet tarabiscoté de Wright.

Paroles, paroles

Pour prouver que l’on est en possession d’une clé privée, la méthode est pourtant triviale : il suffit de signer un message, n’importe quel message, choisi par un tiers avec cette clé privée. Gavin Andresen, sollicité sur Reddit, a assuré que c’est très exactement ce que Wright et lui auraient fait. Andresen aurait fourni un message (un chosen plaintext), que Wright aurait signé. La signature aurait été copiée sur une clé USB et vérifiée par Andresen sur une autre machine. Il n’aurait pas été autorisé à la conserver, pour éviter qu’il ne puisse la divulguer avant le jour J. Ce n’est pas forcément faux, mais ça semble quand même un peu léger. Comme le note très justement le cryptologue Nadim Kobeissi dans sa réponse à Gavin Andresen, « la cryptographie n’a pas été créée pour que nous nous croyions sur parole. Elle a été créée spécifiquement pour que nous n’ayons pas à le faire ».

Gavin Andresen est un personnage respecté, que peu suspectent de malhonnêteté. Les hypothèses vont donc bon train quant aux tours de passe-passe que Wright aurait pu utiliser pour manipuler Gavin Andresen, certaines étant très crédibles. La situation est tellement rocambolesque que, craignant même que ce dernier puisse avoir été « hacké », l’équipe Bitcoin aurait révoqué ses droits d’accès en écriture sur les dépôts de code source.

Si l’intention de Wright était de mettre le waï, c’est plutôt réussi. Pour le reste et mis à part le fait que certains journalistes, notamment de la BBC, devraient peut-être insister un peu sur le fact-checking (ou fournir la signature, s’ils l’ont à leur disposition), nous n’avons pas appris grand chose. Craig S. Wright est-il Satoshi Nakamoto ? Pour l’instant, nous n’en savons rien. Et on s’en fout un peu « en vrai », non ?

Nous verrons bien. En attendant, je laisse le mot de la fin à notre facétieux Jean-Paul national : « ceux qui me voient se fient rarement à ma parole : je dois avoir l’air trop intelligent pour la tenir ».

#NuitDebout : la démonstration du blocage politique et social français

lundi 2 mai 2016 à 19:50
ND

Je vote avec mes mains à Nuit Debout. Et après ?

En un peu plus d’un mois, le mouvement « Nuitdebout » a permis de vendre beaucoup de papier, fait couler pas mal de salive, et démontré de nombreuses choses. Pas toujours celles que l’on attendait. Les analyses se succèdent sur le mouvement, avec leur lot de prédictions ou commentaires sur l’impossibilité de prédire la suite des événements, sans que personne ne puisse véritablement déterminer la qualité réelle de cet ovni politique et social qui enchaîne assemblée générale sur assemblée générale et commissions sur plusieurs places de villes françaises. Dont celle de la République, à Paris. Sauf que ce n’est peut-être pas seulement « Nuit Debout » en tant que tel qu’il faut analyser, mais plutôt la société française, ses élites déconnectées et opportunistes, son système politique à bout de souffle : tous ces phénomènes de plus en plus sous le feu des projecteurs, et qui ont… engendré le mouvement.

Une poignée de citoyens énervés et concernés

C’est à partir du film de François Ruffin « Merci patron ! » et les manifestations contre le projet de loi de réforme du code du travail que l’idée de rester sur la Place de la République à la suite de la manifestation du 31 mars a émergé. C’est ATTAC qui a fait la demande préfectorale pour occuper la place de la République, puis l’organisation physique s’est effectuée avec le collectif « convergence des luttes » et l’association « droit au logement ».

De quelques dizaines de personnes, puis des centaines les premiers jours, une foule plus dense s’est réunie Place de la République (ailleurs aussi en France, à Lyon, Toulouse, Rennes, etc…) pour « discuter », « s’organiser », « animer » le mouvement. L’objet de toutes ces AG faites de prise de parole, et des « commissions » où chacun peut venir s’inscrire est le plus souvent une réinvention des pratiques démocratiques. Décider de quelque chose, de façon horizontale, par consensus.

Les acteurs de « Nuit Debout » croient en une pratique de la démocratie directe, avec des règles simples de vote, d’adhésion ou de refus à l’aide de signes des mains. Ils sont une poignée à l’échelle du pays, ce sont des citoyens de conditions d’âge et d’origines différentes, bien qu’une majorité soit jeune (moins de 40 ans), « blanche » et plutôt diplômée. Des citoyens concernés par les problèmes sociaux, économiques, démocratiques majeurs que le pays subit, et énervés, bien que pacifiques, par l’immobilisme des décideurs politiques ou économiques face à cet état de fait.

Nuit Debout dérange-t-il ?

Le pouvoir socialiste, définitivement démasqué comme un pouvoir autoritaire, de type « droite libérale », réactionnaire — et à la solde des puissances capitalistes issues du CAC40 — ne sait pas encore comment se débarrasser du mouvement « Nuit Debout ». Évacuer définitivement les places et jouer de l’autorité pure le démasquerait encore un peu plus et pourrait faire monter le thermomètre social contre sa politique, déjà bien contestée. Et puis quand on lance un hashtag « Eh Oh la gauche », pour tenter de démontrer qu’on défend des valeurs humanistes, de justice sociale, d’égalité et de démocratie, il est quand même difficile dans le même temps d’empêcher les manifestations démocratiques populaires de type « Nuit Debout ».

La solution actuelle retenue par Hollande, Valls, Cazeneuve & Co reste simple, et très XXème siècle : créer les conditions d’une dérive violente pour justifier la fin de la récréation. Les forces de police excitent par moments les foules en usant de la force de façon exagérée, puis se retirent (un peu, mais pas trop) laissent (un peu) des casseurs perpétrer leurs méfaits, pour de nouveau abuser de la violence contre des personnes pacifiques et souvent très jeunes. Les vidéos, les témoignages de ces abus circulent, des policiers en sont même venus à parler d’ordres « venus d’en haut » demandant de casser le mouvement…

Cette stratégie gouvernementale n’a pas fonctionné pour l’heure, la place de la République (pour ne parler que d’elle) est toujours emplie d’une foule de bisounours gens organisant des réunions « non-mixtes » (sic), provoquant des AG sur autant de sujets qu’il y a de militantismes dans le pays. La question de savoir qui est dérangé par ce squat  à mi-temps — qui se maintient depuis plus de 30 soirées  malgré des évacuations musclées — survient alors, au delà de l’exécutif. Difficile à dire. Les sondages, pour ce qu’ils valent, indiquent qu’une immense majorité de la population n’est pas pour l’interdiction de « Nuit Debout ». Presque autant  que ceux qui rejettent la politique de François Hollande : plus de 70%. Nuit Debout rejette la politique de Hollande, comme les trois quarts du pays, peut-être est-ce là que se situe la liaison entre la population et le mouvement ?

Passer l’été, et après ?

« Nuit Debout » devrait perdurer au delà de l’été, à moins que des violences « intolérables et inadmissibles » ne surviennent, légitimant une évacuation définitive des places françaises, comme ce fut le cas en Espagne avec la Puerta del Sol. Le mouvement ne renvoie toujours pas de signes d’une convergence des luttes concrètes, et ne semble donc toujours pas s’autoriser à rallier des syndicats. Pas de porte-paroles, pas de leaders, des commissions, des AG, des AG, des commissions seulement ?

Le mouvement Nuit Debout représente concrètement, donc physiquement, quelques milliers de personnes. Les syndicats, en ne comptant pas la CFDT ou la CGC, ont en gros 1,5 à 2 millions d’adhérents. Le choix de ne pas converger s’entend très bien par la crainte de récupération d’une quelconque organisation, mais la puissance de feu sans cette convergence est très réduite.

Malgré tout, pouvoir rester Place de la République jusqu’à l’automne en se relayant est tout à fait possible pour les acteurs de « Nuit Debout ». Sans que rien ne bouge particulièrement. Sans propositions ou organisations autres que celles déjà en place. A l’automne, la pluie surviendra, les primaires à droite, la rentrée des classes, le froid, les agitations des Le Pen et Sarkozy, la nouvelle saison des experts sur TF1/Walking Dead sur AMC et en P2P, and whatever…

Le cas d’Occupy WallStreet est parallèle à Nuit Debout. Sa conclusion devrait être un modèle-repoussoir pour tous ceux qui souhaitent que le mouvement français ne finisse pas comme le mouvement américain. Parce qu’au fond, Nuit Debout est avant tout un espace de parole qui cristallise tous les blocages de la société française. Des blocages, qui en 2016, deviennent des impasses emplies de barils de poudre. Ou plutôt de bruits de bottes.

La fin d’un système qui résiste très fortement

Les analystes de la chose politiques sont à peu près tous unanimes pour dire que le « système politique français » est à bout de souffle, ne peut plus perdurer tel qu’il est, qu’il doit changer. La présidentialisation excessive, que la Vème République de 1958 a inscrite dans le marbre est l’un des éléments du blocage. Mais le fonctionnement parlementaire, lui aussi, amène les citoyens à ne plus adhérer à la démocratie représentative, qui n’a de « démocratique et de représentative » que le nom.

Ce phénomène de rejet a débuté avec le référendum de 2005, dont le vote citoyen a été balayé 3 ans plus tard par un certain Nicolas Sarkozy. Les différentes affaires de conflits d’intérêts, de corruption, de justice aux ordres, de votes reliés aux lobbies, de stratégies de communication mensongères des différents pouvoirs en place et de leurs représentants ont encore un peu plus accentué le divorce entre les élus nationaux et les 90% de la population soumise « aux sacrifices » économiques et sociaux, demandés… par ceux qui bénéficient de privilèges ahurissants — plus importants que les monarques du XVIIIème siècle et de leur cour.

Ceux qui profitent éminemment du fonctionnement à la fois institutionnel, politique et économique en place savent bien que sa contestation s’amplifie. Dans les urnes, avec un absentéisme qui profite au FN, dans les commentaires sur Internet, les réseaux sociaux, les sondages, les cafés, les réunions de famille, la haine à l’encontre de la classe politique et de leurs soutiens issus de la classe des ultra-riches grandit. Et chacun de se questionner sur le comment « s’en débarrasser » ?

Les Panama Papers sont venus à point nommé démontrer la résistance du système en place, qui s’il est fait en apparence, de vieilles structures issues du siècle dernier, est en réalité basé sur une architecture financière souterraine ultra complexe et d’une puissance phénoménale. L’argent achète tout, surtout lorsqu’il est condensé dans des proportions démesurées entre les mains de quelques acteurs clés. Il n’y a aucun intérêt pour ceux qui se sont construits des forteresses de pouvoir — grâce au système en place — de le changer. Ce continent de flux financiers, puisque c’est bien cela qui est évoqué, est mafieux. L’argent (très) sale se mélange à celui des bénéfices des multinationales, ou encore celui des rentiers spéculateurs grâce à des circuits entièrement autorisés par les pouvoirs politiques en place depuis des décennies. Ceux qui bénéficient de ce système opaque détiennent la majorité des médias, orientent et menacent les représentants, voire les achètent, et n’ont en aucune manière l’intention de changer quoi que ce soit dans leurs pratiques. Sauf si un changement politique survenait, totalement indépendant de leurs circuits habituels (grandes écoles, grandes entreprises).

Ce que Podemos n’arrive pas à faire, les Français le peuvent-ils ?

La création et l’évolution du parti Podemos, issu du mouvement « Indignados » du printemps 2011, a mené pour l’heure l’Espagne à un statu-quo politique,  mais avec des avancées positives en termes de changements et d’évolutions des mœurs politiques. Avant que Podemos ne se déclare, la vie politique espagnole post-indignados était retournée dans le vieux schéma des pseudo-socialistes contre la droite libérale, avec la victoire de la droite dans un premier temps. Podemos n’arrive pas encore à s’imposer, fait de nombreuses concessions et recule souvent, c’est un fait. Mais il a le mérite d’exister et de donner la parole à de nouveaux acteurs politiques, jeunes et déterminés à permettre que de nouvelles voix s’expriment, que de nouvelles pratiques démocratiques apparaissent. Rien d’équivalent en France.

Nuit Debout est une caisse de résonance pour une partie des « déçus de la politique française », un espace de réinvention démocratique sympathique, jeune et revendicatif. Il permet de fournir aux journalistes des sujets pour le 20h, et force les élites à se positionner. Mais au fond, si rien n’est fait pour transformer l’initiative en force politique permettant de remettre en cause la classe au pouvoir, que peut donc apporter au final Nuit Debout ? Un test pour le gouvernement, qui va pouvoir vérifier sa capacité à « mater » le mouvement, l’incapacité de Nuit Debout à aller plus loin qu’organiser des débats ? Ou bien les deux ?

L’Odieux Connard s’est fendu d’un pastiche d’un roman graphique sur la révolution française en version Nuit Debout. « Si la Nuit Debout avait existé en 1789 » est un chef d’œuvre d’humour et de dérision qui peut résumer assez bien le mouvement. Dans sa… heu… complexité ? Bon, un extrait, et allez le lire entièrement sur son site :

nuit-debout-odieux-connard

Toute force de contestation, demandeuse de changements de société, doit se donner les moyens de tenter de « gagner » le pouvoir. Si elle se contente de demander au pouvoir de bien vouloir changer, elle n’est rien d’autre qu’un valet qui supplie son maître. Et le maître ne donne jamais rien à un valet suppliant.

La loi travail est le détonateur qui a activé Nuit Debout et les syndicats sont une force indispensable pour contrer ce projet de réforme : il semble donc nécessaire pour Nuit Debout de tenter la « convergence des luttes » pour se lancer dans une aventure politique. Sinon, les forces d’oppression, réactionnaires, conservatrices et du « grand capital » ne feront qu’une bouchée des quelques milliers de bisounours gentils débatteurs-manifestants-militants. Et la démonstration sera alors faite que rien ne changera dans ce pays avant longtemps. Pour finir par prouver que le blocage politique et social français est total et peut rester encore des années en l’état ?

Ce serait fort dommage…

Les violences policières sont la graine qui fera grandir la haine et la violence

samedi 30 avril 2016 à 15:21
D.R.

D.R.

Les violences policières se multiplient au fil de l’enracinement du mouvement social actuel et des liens qu’il tisse avec les syndicats. Un oeil perdu ici, des matraquages là, les forces de maintien de l’ordre s’en donnent à coeur joie. En se comportant comme des hors-la-loi, les représentants de la police sèment une graine qui fera grandir la violence, la haine, dans les années à venir. C’est totalement contre-productif, mais tellement classique. Manuel Valls qui est inversement martial à sa taille devrait y réfléchir. François Hollande qui a réussi le défi de laminer définitivement le Parti socialiste (le résultat de 2017 sera sans doute sidérant) devrait essayer de se projeter dans l’avenir.

Tu vas voir à la récré si tu mens au Sénat !

jeudi 28 avril 2016 à 18:26

Societe-generaleIl risque quelques années de prison et pas mal d’euros d’amende pour avoir menti devant une commission du Sénat. Ce médecin avait des conflits d’intérêts et avait déclaré le contraire devant les sénateurs. C’est mal de mentir aux Sénateurs. Surtout qu’il était prévenu. Les Sénateurs le disent avant de commencer l’audition. On est sous serment, on risque gros si l’on ment. Ça n’a pas loupé, les représentants du peuple ont transmis le dossier à la justice. Nous, à la place de Frédéric Oudéa, on se ferait du mouron… #OhWait…