PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Surveillance : le hamster qui mangeait des spaghetti

jeudi 4 août 2016 à 19:23

hamsterSurveillance, boîtes noires, sondes, IOL, chiffrement, métadonnées, les contenus et articles abondent sur ces sujets, mais à la lecture de certains commentaires, il apparaît que le fonctionnement du Web en particulier, et d’Internet en général, est assez mal compris, même superficiellement. Que se passe-t’il très concrètement lorsque je clique sur un lien ? Quelles sont les données — ou, le cas échéant, métadonnées — qui seront visibles et par qui ? Ces interrogations, qui paraîtront naïves à celles et ceux possédant une bonne littératie numérique, sont pourtant tout à fait légitimes et la réponse n’est pas si simple qu’on pourrait le croire.

Certains lecteurs ont peut-être eu l’occasion de croiser Michel — dont je suis le biographe. Amateur de selfies, de poésie et d’amours épistolaires, figurez-vous que le Michel s’est découvert une nouvelle passion. Toujours avide de tendresse et d’affection, il passe des heures devant des vidéos d’animaux meugnons. Là, un chat et une chouette qui se font des câlins, so cute ! Oh, ici, un petit hérisson qui nage dans un lavabo, trop rigolo. Ou encore, chef d’oeuvre de bizarrerie, cette vidéo d’un « minuscule hamster qui mange de minuscules spaghetti » sur un air de banjo. On trouve décidément de bien vilaines choses, sur le Web.

La page de cette vidéo est identifiée par son URL, son adresse : https://youtube.com/watch?v=Ko1-dJh-xwk. Que se passe-t’il lorsque notre Michel clique sur ce lien ? Par quelle magie digitale des internets numériques la page correspondante apparaît-elle sur l’écran de la tablette du Michel, dans son navigateur Web ? Le suspense est absolument insoutenable (vous en conviendrez), passons-donc aux explications.

D’abord une bonne résolution

L’URL de la page hébergeant la vidéo de notre gastronome rongeur est constituée de plusieurs parties remplissant un rôle spécifique.

La première, https://, indique le protocole à utiliser. Ici, il s’agit du protocole HTTP dans sa version sécurisée. HTTP est le protocole de communication du World Wide Web (ou Web, en abrégé), le système hypertexte sur lequel nous nous baladons grâce à notre navigateur. Contrairement à une confusion fréquente, le Web n’est pas Internet, mais seulement l’ensemble des serveurs qui délivrent des informations grâce au protocole HTTP. Internet transporte des informations pour d’autres applications que le Web, qui utilisent des protocoles différents, par exemple pour le courrier électronique, les messageries instantanées, la synchronisation des horloges, le transfert de fichiers, etc. En résumé, Internet fournit la tuyauterie de connexion, les protocoles définissent le « langage » que les parties connectées, les deux extrémités, vont utiliser pour échanger des informations. Si vous appelez par téléphone une personne qui ne parle que l’ouzbek et que vous vous exprimez en néo-araméen occidental, ça risque de piquer un peu. Ici, c’est pareil, le « langage » commun sera donc HTTP.

La seconde composante est le nom d’hôte du serveur à contacter, youtube.com, et la dernière le nom de la ressource à télécharger depuis le serveur, la page web /watch?v=Ko1-dJh-xwk.

La tablette de Michel sait donc quel est le nom du serveur auquel se connecter, quel protocole utiliser pour dialoguer avec lui, et le nom de la ressource à télécharger. Problème, Internet ne sait pas transporter des informations en utilisant des noms, le réseau a besoin de deux adresses IP : celle d’origine, et celle de destination, c’est à dire celle du serveur. La tablette va donc devoir, au préalable, découvrir l’adresse IP correspondant à ce mystérieux youtube.com. Il existe un système, totalement indépendant du Web, le DNS, pour système de noms de domaine, qui s’appuie également sur le réseau Internet pour le transport des informations. Le DNS peut-être vu comme un gigantesque annuaire, distribué sur l’ensemble de la planète, et dont le rôle principal est d’enregistrer à quelles adresses IP correspond tel ou tel nom d’hôte. Lorsque l’on souhaite obtenir une correspondance — résoudre un nom, on s’adresse à un serveur — un résolveur DNS — qui ira chercher pour nous la bonne correspondance dans le système DNS.

Michel a tout compris, son appareil est donc configuré pour utiliser un résolveur fourni par Free. Connaissant l’adresse IP du résolveur, 212.27.40.240, la tablette va pouvoir utiliser Internet pour communiquer avec lui. Pour cela, ils vont tous deux utiliser un « langage » spécifiquement conçu dans cette intention, le protocole DNS. La tablette prépare une requête DNS, dans laquelle elle ne place que le nom d’hôte, youtube.com. Les autres informations contenues dans l’URL de la vidéo ne concernent pas le DNS — qui ne saurait de toute façon qu’en faire. Puis elle place cette requête dans un « paquet », un conteneur, qu’elle transmet à la « box » qui connecte Michel au réseau Internet.

Résolution DNS

Résolution DNS

Le paquet qui circule sur le réseau est composé de deux parties distinctes : un en-tête qui contient les informations nécessaires à son acheminement, les adresses IP d’origine et de destination en particulier, et les données, ici la requête DNS. Le paquet rebondit de routeur en routeur pour être acheminé à sa destination finale, le résolveur DNS. À chaque étape, les équipements du réseau ne s’occupent pas, en principe, des données contenues dans le paquet, de la requête DNS. Seules les informations contenues dans l’en-tête du paquet sont nécessaires à son acheminement, ce sont les seules pertinentes du point de vue du réseau. Internet se contrefiche de ce qu’il transporte, il le transporte le plus vite possible. Ce n’est qu’une fois le paquet arrivé à son but que la requête DNS sera interprété par le résolveur DNS grâce au protocole, au langage DNS. Le résolveur DNS déterminera l’adresse IP correspondant à la requête. Les grosses plateformes, comme YouTube, ont plusieurs adresses IP associées au nom d’hôte, il choisit l’une d’entre elles, par exemple 64.15.116.183. Il crée une réponse DNS contenant cette adresse, et la place dans un nouveau paquet, qui sera transbahuté par Internet à toute blinde dans l’autre sens, jusqu’à la box de Michel puis à sa tablette.

IOL, j’écoute

Les fournisseurs d’accès à Internet et autres opérateurs ne se préoccupent, en général, pas des informations qui sont transportées. Pour des raisons techniques, d’abord, car leurs équipements ne pourraient traiter une telle quantité d’informations, ils ont déjà à les transmettre. Ensuite, les opérateurs n’en ont pas le droit. Le code des postes et communications électroniques stipule en effet que les «données conservées et traitées » par eux ne peuvent « en aucun cas porter sur le contenu des correspondances échangées ou des informations consultées, sous quelque forme que ce soit ». Les exceptions à ce principe sont les interceptions judiciaires, autorisées par un juge judiciaire, et les interceptions administratives, très controversées car mises en oeuvre sans son intervention. Coucou, IOL.

À ce stade, un attaquant passif qui aurait écouté la communication, pourrait en déduire que Michel cherche à se connecter avec youtube.com. En aucun cas il n’aurait eu connaissance du contenu précis, la vidéo de hamster, que Michel cherche à consulter. YouTube est une énorme plateforme, qui héberge des millions de vidéos, sans les autres parties qui composent l’URL, l’espion n’aurait donc pas appris grand chose. Si la requête DNS avait porté sur www.alcool-info-service.fr, www.cgt.fr ou www.rencontres-adulteres.fr, en revanche, l’information aurait eu plus de valeur… Les requêtes DNS traversent Internet, malheureusement, nues comme des vers. Des travaux de normalisation sont en cours pour assurer leur confidentialité par le truchement du chiffrement, mais le déploiement risque, comme toujours, d’être un peu long. Pour l’instant, considérez donc que vos requêtes DNS sont transmises en clair.

HamsTer Transfer Protocol

La tablette de Michel est à présent en possession des éléments nécessaires pour télécharger la page YouTube sur laquelle se trouve le cricétidé gourmand : le nom d’hôte — youtube.com, l’adresse IP du serveur YouTube — 64.15.116.183, et enfin l’identifiant de la page — /watch?v=Ko1-dJh-xwk.

Elle va donc procéder comme elle l’avait fait pour interroger le résolveur DNS, mais avec un autre protocole, un autre « langage » : HTTP. Elle crée une requête HTTP dans laquelle elle place le nom d’hôte et l’identifiant de la page, ainsi que d’autres informations, comme la langue souhaitée, l’identifiant du navigateur utilisé, etc., que nous omettrons ici. La présence du nom d’hôte dans la requête s’explique par le fait que, parfois, un seul et même serveur physique héberge plusieurs sites Web. Sur ce serveur YouTube, bien sûr, ce n’est pas le cas. Voici à peu près à quoi la requête ressemble :

GET /watch?v=Ko1-dJh-xwk
Host: youtube.com

La tablette de Michel enveloppe la requête HTTP dans un nouveau paquet, sans oublier de préciser l’adresse IP de destination dans son en-tête, et balance le tout dans les intertubes. Le paquet va être relayé par les routeurs jusqu’au serveur YouTube, 64.15.116.183. Comme précédemment, aucun dispositif de routage ne s’est soucié de savoir ce qu’il y a dans le paquet, seules les informations de routage les concernent, et y zont pas que ça qu’à foutre non plus que d’aller lire le contenu des paquets qui leur passe sous le nez, merci. Le serveur Web de YouTube, en revanche, sera concerné par ces informations puisque ce sont celles qui lui permettront de sélectionner la vidéo du hamster, et pas une paire de boobs ou un terroriste à tête de canard. Le serveur YouTube prépare une réponse HTTP contenant la page Web, et la place dans un paquet qu’elle envoie dans l’autre sens. En pratique, si le contenu est suffisamment volumineux, la réponse sera répartie dans plusieurs paquets qui feront chacun leur petit bonhomme de chemin.

Requête HTTP

Requête HTTP

Cette fois-ci, un indiscret ayant écouté l’échange aurait pu déterminer précisément la nature de l’information consultée (même sans se préoccuper de la réponse du serveur), puisqu’il aurait vu passer toutes les composantes importantes de l’URL, la jolie « métadonnée » que voilà. Le jour où la consultation de sites faisant l’apologie des hamsters devient un délit, Michel est dans la mouise. C’est de cette façon que circulent les informations que vous consultez sur le Web, mais aussi celle que vous renseignez quand vous les saisissez dans des formulaires : commentaires, emails, mots de passe, données de cartes bancaires, etc. Elles seront visibles des opérateurs — qui ne sont pas censé les exploiter, comme nous l’avons vu plus haut, des sondes d’interceptions et autres boîtes noires, ainsi que de toute personne ou équipement en mesure d’écouter le trafic.

Du flashouillage de sondes

Fort heureusement, YouTube n’est accessible que via la version sécurisée de HTTP, HTTPS. Le protocole fonctionne exactement de la même façon que sa version sans « S », à un « détail » près. Cette fois-ci, comme préalable au moindre échange HTTP, le client (le navigateur Web de Michel) et le serveur s’entendent sur une clé de chiffrement connue d’eux seuls. Ils chiffrent requêtes et réponses de telle manière à les rendre inintelligibles, hormis pour eux, à les transformer en bruit blanc. La seule information que pourra aspirer un dispositif d’écoute, c’est que la box du vaillant Michmich communique avec le serveur, les en-têtes de paquet, pas son contenu. De hamster ? Point.

Requête HTTPS

Requête HTTPS

Le chiffrement n’empêchera jamais la surveillance ciblée d’un individu : être totalement invisible sur Internet est une tâche très difficile, sinon impossible. Pour contrer la surveillance de masse, en revanche, la cryptographie est l’un des moyens principaux à notre disposition.

Défendons la.

François Hollande : un chef militaire qui n’assume pas les pertes humaines ?

vendredi 29 juillet 2016 à 06:41

image

À chaque crime [de masse ou connoté terroriste] sur le territoire français en lien avec l’État Islamique, la réponse du chef de l’État et de son premier ministre est toujours la même : « Nous sommes en guerre ». Cet argument servirait d’explication à la perpétration des meurtres commis par des « soldats de l’État Islamique » [assimilés à des ennemis intérieurs].

Le principe de ce discours politique est basé sur une justification qui voudrait que les instances de l’État Islamique auraient « déclaré la guerre à la France ». Le grand problème de ce discours  — qui ne fait pour l’heure qu’amplifier la menace, en incitant de nouveaux criminels à passer à l’acte — réside dans une réalité qui n’est que très peu discutée : ce n’est pas l’État Islamique qui a déclaré la guerre à la France, mais l’inverse. Est-il possible d’envisager une autre solution que la réponse sécuritaire et militaire, face aux crimes commis par les sectateurs/fanatiques/malades délirants/terroristes pro-Califat sur te territoire français ?

La politique arabe de la France

La France a maintenu une politique étrangère dans le monde arabe tout à fait particulière depuis la période de la décolonisation. Cette « politique arabe » de la France n’était pas un vain mot jusqu’à l’arrivée de M. Nicolas Sarkozy à la présidence, puis celle de M. François Hollande.

De façon simplifiée, l’orientation politique générale de cette politique voulait qu’une amitié franco-arabe n’embarque pas le pays des droits de l’homme vers des décisions pro-israéliennes, et donc pro-américaines. Sorti du cas irakien de 1990 — très particulier puisque M. Saddam Hussein s’était lancé dans l’invasion d’un pays voisin — la France, jusqu’en 2007, à toujours refusé de suivre les Américains ou les Israéliens dans leurs différentes volontés de contrôle du proche et Moyen-Orient par des biais militaires.

Le discours de M. Dominique de Villepin en 2003 au Conseil de sécurité de l’ONU a souligné — à cette époque encore — la place toute particulière de la France dans le « jeu » proche et moyen-oriental. Refuser de suivre et se plier à la demande de la première puissance économique et militaire mondiale, les USA, fut un acte excessivement important, qui protégea alors la France de nombreuses déconvenues, et lui offrit par la même occasion un statut de pays protecteur, vu du monde arabe.

La seconde guerre d’Irak a débuté en mars 2003, et la France a refusé d’y participer. Mais plus encore, elle n’a pas donné son feu vert à l’ONU  en activant son droit de véto. Cette seconde guerre, dite « préventive », fût parfaitement illégale. Les armées américaines et britanniques ont donc envahi un pays, l’Irak, sur des prétextes mensongers, sans mandat de l’ONU, et ont tué par cette invasion — selon les différents rapports — entre 250 000 et 750 000 civils.

La France n’a pas participé à l’occupation de l’Irak, et s’est tenue à l’écart de cette « guerre pour la démocratie ». Jusqu’en 2014.

Les gouvernements français depuis 2007 : la voix voie étasunienne ?

L’une des toutes premières décisions de M. Nicolas Sarkozy touchant à la politique étrangère fût, en septembre 2007, de réintégrer la France dans le commandement intégré de l’OTAN.  Le message passé à tous les partenaires ou pays amis arabes était donc clair. Désormais la France, d’un point de vue militaire, se situait du côté de l’envahisseur américain, et des dirigeants d’Israël, par défaut.

En 2011, M. Nicolas Sarkozy, alors qu’il avait invité le président libyen M. Mohamad Khadafi à sa table 3 ans auparavant — et permis à ce dernier de recouvrer une stature internationale — décide de bombarder la Libye et tuer par tous les moyens possibles le président autocrate de ce pays. Le contexte est celui des printemps arabes, des révolutions populaires plus ou moins orchestrées — selon les pays — par des puissances étrangères, dont les monarchies du Golfe persique, comme il sera démontré par la suite.

La Libye est donc bombardée par une coalition de l’OTAN, sous mandat de l’ONU, et dirigée… par la France. La justification de cette intervention est alors celle « d’aider une population opprimée par un dictateur sanguinaire [population qui se révolte] à se débarrasser de ce dernier ». Les rebelles libyens sont en réalité issus de différentes composantes islamistes intégristes, qui, une fois M. Khadafi assassiné, mènent une lutte armée interne pour le pouvoir. Et pour certains, pour continuer leur djihad plus au sud… armés par les pays occidentaux. La France en tête.

En Irak, depuis 2006, des groupes armés sunnites se sont formés et regroupés sous une bannière commune. Leur objectif est de faire tomber le gouvernement dirigé par un chiite et « mis en place démocratiquement » par l’envahisseur américain. Les exactions des soldats [sous les ordres du premier ministre irakien chiite, M. Nouri Al-Maliki] envers les populations sunnites font le lit de, voire engendrent, différentes factions militaires d’opposition sous la bannière d’Al-Qaïda en Irak. Ces groupes djihadistes forment le « Conseil consultatif des moudjahidines en Irak ». L’un d’eux est l’État Islamique d’Irak (EII).

Alors que M. Sarkozy fait bombarder la Libye en juin 2011, la Syrie est déclarée « révolutionnaire » elle aussi, depuis le mois de mars. Le nouveau tyran à abattre est le président Bachar El Assad. En effet, les grandes démocraties ont décidé, sur le tard, de soutenir les populations et non les dirigeants, comme c’était pourtant le cas en général dans ce types de situations auparavant. L’armée américaine se retire d’Irak cette même année, laissant la voie libre aux groupes djihadistes : l’EII en tête.

La girouette française en Syrie

La révolution syrienne populaire tourne très rapidement à la lutte armée entre des groupes financés par les deux grandes monarchies du Golfe en compétition dans la région : l’Arabie Saoudite et le Qatar, et l’armée régulière de l’État syrien. Au printemps 2012, il est établi que des exactions sont commises par l’armée syrienne depuis le départ du conflit… tout comme les groupes salafistes/mercenaires intégristes/anciens militaires du régime irakien, etc. La guerre civile syrienne n’est pas une simple rébellion intérieure, elle n’est pas un printemps arabe similaire à ceux de Tunisie ou d’Égypte, comme le gouvernement français et une bonne partie de la presse hexagonale essayent encore de le démontrer à ce moment là. La guerre civile syrienne est une tentative de prise de pouvoir de la part de groupes djihadistes, issus de franges d’Al-Qaïda, mais désormais regroupés sous la bannière de l’EII. Le tout, poussé — et surtout financé — par des monarchies qui rêvent depuis longtemps de faire tomber le dernier fief baasiste dirigé par un chiite dans la région : la Syrie de M. Assad. Notons que le mouvement politique Baas (Syrien et irakien) trouve son origine à Damas, et est un socialisme pan-arabique de type… laïc.

C’est en 2012 que le Quai d’Orsay se positionne pour une aide militaire aux « rebelles » syriens. Au printemps, François Hollande, par la voix de Laurent Fabius, parle donc de livraisons de matériels militaires et de soutien logistique aux factions anti-Assad. Cette évocation d’une aide française à des mercenaires intégristes refroidit une partie de la classe politique. Elle questionne également les observateurs sur le positionnement français dans un conflit passablement chaotique, complexe, et manipulé en grande partie hors des frontières syriennes.

De façon officielle, la France recule sur les livraisons d’armes. De façon officieuse, de nombreux doutes subsistent. En août 2013, une attaque à l’arme chimique sur un quartier de Damas vient semer le doute dans la stratégie de passivité des différentes chancelleries occidentales. M. Barack Obama, le président américain, prévient alors qu’il pourrait intervenir si la ligne rouge des armes chimiques était franchie. C’est chose faite.

M. François Hollande se précipite pour proposer le bombardement de Damas, aidé des Américains, de la même manière que M. Nicolas Sarkozy l’avait fait pour la Libye. La similitude est troublante. La France deviendrait-elle une sorte de deuxième gendarme de la Méditerranée, prête à tapisser de bombes n’importe quel État arabe subissant les affres d’une lutte armée intestine ?

La politique française « de la girouette », en Syrie, donne une bonne indication de sa  véritable vocation à cet instant précis : l’obéissance à l’administration américaine, ou en tout cas, son alignement. Obama refuse d’impliquer les États-Unis d’Amérique dans le bombardement contre Damas décidé par la France, qui, recule immédiatement. Le gouvernement de Damas, pourtant, est officiellement accusé de centaines de morts atroces causées par l’utilisation de gaz sarin. Le rapport officiel de l’ONU, publié plusieurs semaines après, est incapable de déterminer l’origine des ogives de gaz, mais un rapport du MIT indique qu’elles ont probablement été tirées du côté « rebelle » et non du côté de l’armée syrienne. (Extrait de l’article du point du 19/04/2014 « Attaque chimique en Syrie : le rapport qui dérange« ) :

« Rédigé par Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU spécialiste des missiles, et Theodore Postol, professeur au MIT, le document de 23 pages affirme que les attaques chimiques ont tout simplement été lancées depuis une zone tenue par les rebelles syriens. Pour étayer leurs propos, les deux experts américains ont étudié des « centaines » de photos et des vidéos d’ogive, de restes de roquettes, d’impacts sur le sol, et de barils contenant le gaz sarin, publiées sur Internet.« 

La France, par le biais de M. Laurent Fabius, refuse d’admettre son erreur. Pour le gouvernement français, c’est M. Assad qui a gazé les habitants de sa capitale. Point.

La guerre continue en Syrie avec plus de 100 000 morts depuis son départ en 2011 : des millions de personnes sont jetées sur les routes de l’exil. L’Irak, en pleine guerre civile depuis 2011, subit lui aussi des attaques de plus en plus violentes du groupe djihadiste EII qui s’est renommé État Islamique en Irak et au Levant, depuis le ralliement du Front Al-Nosra (lui-même issu d’Al-Qaïda) à sa cause. Le Front Al-Nosra : un groupe « rebelle » anti-Assad, que la France voulait armer…

Le Califat se déclare, et la France change « radicalement » de position

En juin 2014, les forces djihadistes de l’EEIL ont conquis une part conséquente des territoires syrien et irakien. Un chef religieux (mais aussi politique et militaire) l’émir Abou Bakr al-Baghdadi, déclare la constitution du Califat Islamique, sorte de proto-État qui s’étire du nord-Irak à un tiers du sud de la Syrie. Une guerre intestine a eu lieu auparavant entre le Front Al-Nosra et l’EEIL, guerre perdue par la branche d’Al-Qaïda : l’État Islamique devient donc une entité politico-militaire et religieuse qui organise administrativement un territoire peuplé de millions d’habitants. Les banques, l’administration, les écoles, l’armée, y fonctionnent. Les revenus de l’EI sont générés pour beaucoup par la vente de pétrole à la Turquie.

Les égorgements d’otages occidentaux qui commencent à se répandre de façon virale sur la planète, filmés et diffusés par l’EI, ont alors plusieurs vocations. La première est de semer l’effroi, démontrer la radicalité de ses djihadistes, attirer les individus les plus violents à participer à des exactions orchestrées de manière hollywoodienne. La seconde est de forcer les puissances occidentales à intervenir militairement pour permettre à l’EI d’organiser sa grande bataille prophétique au Levant. Les deux vocations de ces vidéos fonctionnent parfaitement : l’effroi est semé parmi les populations occidentales, les ralliements affluent, et l’intervention militaire suit. Les États-Unis organisent une coalition militaire de plus de 20 pays, en août 2014, qui agit particulièrement via des bombardements aériens. La France intervient en septembre 2014, bombardant uniquement l’Irak, puisque son soutien aux groupes armés anti-Assad constitue alors une ligne de fracture de sa politique militaire en Syrie. Comment, après avoir soutenu les djihadistes pour faire tomber Assad, les bombarder ensuite, comme le fait Assad lui-même ?

Cette option stratégique bancale va se retourner une fois encore en 2015 avec la participation pleine et entière de la France aux bombardements en Syrie. La dichotomie de l’Elysée se révèle dans sa pleine mesure…

2014 : la France livre des armes aux combattants kurdes et bombarde l’Irak, reniant — en fin de compte — son engagement de 2003 de participer à la guerre préventive américaine illégale. Il faut en, effet, accepter que la guerre contre les forces djihadistes irakienne ne soit rien d’autre qu’une conséquence de l’invasion américaine de 2003. Tout comme l’État Islamique implanté en Syrie n’est qu’une conséquence directe de l’intervention américaine en Irak.

Premiers attentats en France : ne surtout pas parler de l’engagement militaire français

Les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher ont été perpétrés par des délinquants de droit commun, plus ou moins influencés et aidés depuis l’extérieur par des groupuscules terroristes de l’islam radical. Le premier étant revendiqué par Al-Qaïda, le second par l’État Islamique, sans qu’il soit évident de les lier l’un, ou l’autre avec, l’évolution du contexte en Irak ou en Syrie.

Les attentats des terrasses parisiennes, du Stade de France, et du Bataclan sont eux, par contre, entièrement liés à la situation irako-syrienne. Les terroristes ont été pilotés par l’EI, et la revendication de ces massacres a été effectuée par les cadres dirigeants  du Califat. La France venait alors de débuter ses frappes aériennes en Syrie. Les terroristes, lors de l’attaque armée du Bataclan, ont accusé directement l’État français de « crimes commis à l’encontre des Syriens ». L’émir Al-Baghdadi, au départ de la constitution de l’EI, refusait initialement d’appeler à un terrorisme mondial. Il incitait le plus grand nombre à rejoindre les rangs du Califat. Mais avec l’intensification des frappes militaires et l’entrée de la France dans les bombardements irakiens, l’EI, par la voix de son porte-parole Abou Mohammed al-Adnani, a alors menacé tous ceux qui l’attaquaient militairement :

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen — en particulier les méchants et sales Français — ou un Australien ou un Canadien, ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État Islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière […] Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le ».

La guerre de François Hollande contre une entité djihadiste générée par l’intervention américaine, et soutenue un temps pour renverser Assad, venait de trouver une réponse effrayante. Elle n’est toujours pas achevée.

Le terrorisme en France ne s’arrêtera pas, tant que la guerre continuera

Depuis les attentats du 13 novembre, aucune remise en question de la politique étrangère française n’est effectuée. Il semble que l’opinion publique, aidée des médias et des personnels politiques, ait décidé d’oublier les responsablilités françaises dans sa géopolitique génératrice du terrorisme intérieur, au bénéfice d’une grande messe nationale faite de « défense des valeurs », d’un « mode de vie attaqué », d’une « laïcité bafouée », ou autres théories populistes. Théories basées sur une « guerre des civilisations » et un « manque d’autorité/sécurité/capacité de protection de l’État français ». Un théorème très pratique pour occulter les véritables raisons de l’emballement mondial en faveur de l’EI et des nouvelles formes de terrorisme qu’il génère. En France ou ailleurs.

La France serait donc une patrie innocente, pétrie d’humanisme, et seulement attaquée parce qu’elle représenterait l’opposé des valeurs du Califat et de ses sectateurs ? « Ce sont nos terrasses de café qui sentent bon la douceur de vivre à la française, nos concerts de rock et les jupes courtes des jeunes femmes » que les terroristes ne supporteraient pas, si l’on écoute nombre de commentaires post-13 novembre. Et l’on nous aurait déclaré la guerre sur ces motifs, selon M. Manuel Valls et M. François Hollande ?

Cette tentative de faire oublier les raisons politiques objectives de ces meurtres — commis par des djihadistes entraînés ou encore des assassins suicidaires en mal de reconnaissance, mais excités par les appels au meurtre du Califat — de Français, est tout sauf constructive. M. Hollande et Valls accentuent la possibilité de passages à l’acte en refusant de nommer les causes extérieures dont ils sont les instigateurs, en inversant les causes de la « guerre » qu’ils proclament, tout en refusant de discuter de quoi que ce soit d’autre que la sécurité intérieure du pays.

Les solutions sécuritaires intérieures françaises sont au maximum de ce qu’un État de droit peut accepter, mais les attentats au nom de l’État Islamique ne pourront que continuer, dans les conditions politiques actuelles.

Extrait d’un article de Mediapart, au sujet de l’accentuation du terrorisme en cours sous l’effet des réponses politiques :  

« La contagion des esprits est telle que les victimes ne sont plus appréhendées pour ce qu’elles sont – de simples vies saccagées – mais pour ce qu’elles représentent selon les criminels : des pertes infligées à un monde de domination, qui ne fera que révéler sa nature répressive en déclarant « la guerre au terrorisme ». Une telle rivalité mimétique, voulue par le terrorisme, rendra l’État qui riposte encore plus haïssable. Au point de susciter des vocations parmi ses laissés-pour-compte, qui passeront du côté obscur de la faiblesse ; en croyant vivre une prise de conscience des opprimés mâtinée de guerres de religion. » (Pour une pédagogie du terrorisme, Antoine Perrault – Mediapart)

La « guerre contre le terrorisme » a été lancée par M. Georges W. Bush suite aux attentats du 11 septembre 2001. Les effets de cette guerre, sans règles, mondiale, ont été exactement l’inverse de ceux attendus : le terrorisme a explosé au lieu de régresser. Un proto-État à vocation terroriste s’est ainsi constitué et rallie toutes les branches radicales issues de l’idéologie fondamentaliste wahhabite, l’État Islamique. M. François Hollande déclare lui aussi, comme M. Georges W . Bush, faire « la guerre au terrorisme ». Plus il déclare la faire, plus des attentats terroristes tuent des civils innocents dans son propre pays.

Le chef de l’État français est un chef militaire, qui fait la guerre et n’assume visiblement pas les pertes humaines civiles que celle-ci engendre. De nombreux autres meurtres, assassinats, massacres risquent d’avoir lieu en France si rien n’est fait pour stopper cette escalade. S’il « faut savoir arrêter une grève » comme le disait le président français, en écho à l’un de ses illustre prédécesseurs lors des blocages contre la loi travail, il faudra aussi « savoir arrêter une guerre ». Surtout quand cette dernière ne concerne pas [ou très peu] votre pays, déstabilise une région entière du globe, et tue des centaines de milliers de gens depuis des années. Des Arabes, en l’occurrence.

 

Engagez-vous, ou la énième rupture

lundi 18 juillet 2016 à 16:40

Abu-ghraib-leashQue faire contre le terrorisme ? De grandes déclarations creuses ? Continuer de foncer dans le mur en klaxonnant ? Décidément, l’exécutif n’en est pas à une erreur près. Mais ce qui est le plus troublant, c’est cette propension à jeter de l’huile sur le feu. Alimenter la haine qui monte. Bien entendu, ceux qui ont allumé le feu sont à chercher du côté de Daech. Nul ne le contestera. Mais tout de même… Sans vouloir expliquer, ce qui serait sans doute aux yeux de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve un indice de radicalisation de notre part, il n’est pas inutile de faire quelques petits retours en arrière.

Remontons en 2001.

Les attentats de septembre marquent le premier virage des Etats-Unis. Une lente descente aux enfers hors de la voie de la Démocratie. Une marche forcée vers un Etat policier ayant désormais quelques attributs d’une dictature.

Les attentats de septembre 2001 marquent un virage qui permet aux Etats-Unis de déclarer une guerre « préventive ». Ce qui ne s’était pas vu depuis la deuxième guerre mondiale quand Adolphe Hitler avait popularisé ce concept. L’idée, c’est plus ou moins « je t’attaque parce que si je ne le fais pas, tu risques de m’attaquer dans un avenir plus ou moins proche ». On comprend aisément que cette doctrine peut amener des situations avec lesquelles on peut être plus ou moins d’accord selon le côté duquel on se place. Des gentils occidentaux qui attaquent un méchant dictateur fou, on comprend et on est presque prêt à excuser. Mais dès lors, comment refuser ce droit à un dictateur fou qui attaque son voisin. Ou même à un gouvernement démocratique qui « prend ses précautions » à coup de guerre préventive ? Au hasard, l’Inde qui attaquerait le Pakistan, la Chine qui attaquerait l’Inde, la Turquie qui attaquerait la Grèce ?

Vous commencez à comprendre que l’idée d’une guerre « préventive » est particulièrement dangereuse pour la stabilité internationale entre des peuples trop idiots pour comprendre que nous sommes tous coincés sur une toute petite planète qui ne devrait pas connaître de frontières.

On vous passe le fait que nous aurions encore plus de mal à faire comprendre à des extra-terrestres qu’il est idiot de raser la moitié de notre planète pour se prémunir d’une attaque putative de notre part.

Légalisons la torture parce que…

Et comme les Etats-Unis étaient légitimement en colère contre les terroristes qui avaient provoqué quelques milliers de morts sur leur territoire, le gouvernement de George Bush s’en est donné à coeur joie.

Après la guerre préventive qui a contribué à déstabiliser tous les équilibres internationaux, il a décidé de légaliser la torture. Mais pas seulement, il fallait aussi pouvoir enlever n’importe qui n’importe où dans le monde pour pouvoir le jeter au fond d’une prison fantôme, sans aucune existence officielle, afin de pouvoir torturer ou le faire disparaître tranquillement.

Puis est venu le temps des drones tueurs. Simple, efficace, ce concept permet de bombarder des cibles très éloignées avec pas mal de précision, sans risquer de vies humaines… Américaines.

C’est une activité que l’on peut raffiner. Par exemple, tuer un leader d’un groupe terroriste. Puis bombarder le village lors de son enterrement. Comme il est certain que ses copains sont présents pour sa mise en terre, on multiplie les cibles à éliminer. Bien sûr, il y a des dégâts collatéraux. Les villageois. Ou les familles. Mais qu’importe pourvu que le but soit atteint ?

Surveillons tout le monde

La Stasi l’avait démontré (ou pas), la surveillance de l’ensemble de la population permet d’éviter la rébellion en favorisant l’auto-censure. Les Etats-Unis ont donc mis en place un système de surveillance des populations au delà de ce qui pouvait être imaginé. Les révélations d’Edward Snowden le démontrent.

Comme pour la glissade vers un Etat Policier s’affranchissant de toutes les règles (torture, enlèvements, incarcérations indéfinies hors de tout cadre légal, etc.) la population dans sa très grande majorité s’est tue. Elle a laissé faire. On nous surveille ? On n’a rien à cacher. On torture en mon nom ? Mais ce sont des terroristes et ça ne nous arrivera pas à nous, qui n’avons rien à nous reprocher…

A chaque action une réaction

Comme chacun sait, les actions impliquent des réactions. Pour le gouvernement américain, comme pour les gouvernements occidentaux qui ont appuyé ces mutations (la torture, les enlèvements, les vols fantômes de la CIA, les bombardements aveugles, on en passe), ces actions ne devaient aboutir qu’à l’éradication des terroristes. Oui, mais non. La preuve…

D’une part, le terrorisme est une arme qui a toujours été employée et le sera toujours. D’autre part, en tuant des terroristes et leurs proches, on crée des terroristes qui ne l’étaient pas auparavant. Action, réaction. Pas celle attendue, mais celle qui arrive.

Et la France dans tout ça ?

La France a emboîté le pas des Etats-Unis. Bien entendu, on ne torture pas officiellement comme outre-Atlantique. On n’emprisonne pas dans un camp de concentration comme à Guantanamo. Mais on part bombarder les terroristes là où ils sont. Quitte à faire quelques dommages collatéraux. Quitte à prêter le flanc à la propagande terroriste et contribuer à désigner le pays comme une cible prioritaire.

On surveille chaque jour un peu plus la population. On rogne les libertés individuelles sans état d’âme parce que bon, il faut ce qu’il faut pour lutter contre le terrorisme, n’est-ce pas ? Attention si vous répondez que cela vous choque, vous risquez fort d’être accusé de soutien au terrorisme.

Quel bilan peut-on tirer de tout ce qui a été fait par les gouvernements successifs, y compris celui de François Fillon sous la présidence Sarkozy (avec la destruction de la Libye) ?

Il est assez simple et inquiétant. Le plus troublant est que le gouvernement actuel ne l’entrevoit même pas. C’est à se demander si nos dirigeants sont de mauvaise foi ou simplement incompétents.

La présidentielle arrive à grands pas.

Et voici le contexte :

C’est dans ce contexte hautement explosif que le gouvernement actuel incite la population à rejoindre la réserve opérationnelle. Une décision qui ne dépare pas de celles qu’avait prises George Bush en son temps. Lui, allait chercher les jeunes sur les parkings des centres commerciaux pour les envoyer en Irak ou en Afghanistan. Que fait le gouvernement français en lançant cet appel ? Il exacerbe les sentiments nationalistes, jette de l’huile sur le feu du racisme le plus pervers désormais assumé sans complexes et prépare des confrontations entre tranches de la population.

Diviser pour mieux régner ? A quel coût ? Faudra-t-il cinq ans de Marine Le Pen pour que la population retrouve un peu de bon sens ? La situation est désespérante. Presque autant que les dirigeants politiques. C’est dire…

Démocratie fissurée : chroniques d’un mauvais élève de la République (2)

dimanche 17 juillet 2016 à 11:27
image

Dernier concert punk des Bérus, les derniers punks, en 1989 : « Nuit Apache ». Leurs remplaçants en 2016 s’appellent Benjamin Biolay ou Fauve. Comment en est-on arrivé là ?

La ré-élection de « Tonton » contre Chirac en 1988, est un moment amusant, presque décalé. Le Pen est déjà sorti du bois depuis les Régionales de 86 et notre manière à nous, une bande de potes un peu hasardeuse, de participer à cette mascarade, se fait en couvrant tous les murs de la ville un peu visibles, d’un personnage passé à la bombe noire, au pochoir. C’est une tête de punk commandée à un pote graphiste, avec une crête, un gros joint dans la bouche, et en dessous, un slogan : « Votez Le Pet ». L’un d’entre nous ira même jusqu’à en bomber un sur le mur du commissariat. Nous sommes hilares. Mais inquiets, au fond. Parce que la population des « Français sérieux », les électeurs, salariés, artisans, commerçants, etc, semblent devenir un poil plus hargneux que quelques années auparavant. A moins que ce ne soit nous qui nous en rendions plus compte, parce qu’arrivant à l’âge adulte ?
▶ 3:25

88, c’est Robocop : un film bien merdique (comparé à Terminator deux ans avant qui nous avait défrisé) et pourtant amusant, qui annonce l’avenir tout en voulant dénoncer les risques du « fascisme technologique ». 28 ans plus tard, les robots tueurs existent et le principe de déléguer des tâches de sécurité publique à des machines autonomes fait son chemin aux Etats-Unis. En 88 il y a les « Béruriers noir », à l’apogée de leur gloire, et cette jeunesse de plus en plus déboussolée qui sent bien que quelque chose est en train de vraiment basculer, que la rue va bientôt redevenir ce qu’elle était quelques décennies auparavant : un espace contrôlé et — certainement désormais —aseptisé.

Même en Chine, la jeunesse lève le poing

Le monde bipolaire de 1989 se fissure sans que personne ne s’y attende. Les cafés enfumés sont encore plein de monde, de générations qui se croisent. Tu peux alors te taper un flipper tout en écoutant la discussion politique de comptoir et donner ton avis en participant à la création du nuage de fumée qui recouvre l’endroit. Tout le monde s’en branle de l’hygiène, de la santé, parce que tout le monde sait qu’il va crever tôt ou tard, et que quelque part, les punks agonisants n’avaient pas tort : « No future ». A Paris, les bandes de Zoulous cassent du crâne rasé à grands coups de boxe taï, en province ça se cogne parfois sévère entre les derniers représentants à crête colorée du doigt levé contre la société de consommation, de prédation, de conservation, et les immondes sbires chauves du renouveau fasciste. Avoir des Rangers en 1989 peut servir. À prendre des coups, mais à en balancer aussi.

Les derniers groupes de musique contestataires s’éteignent, des nouveaux, plus poétique dans leur rage, apparaissent, dont celui de Bertrand Cantat : Noir Désir. J’apprends par la radio que sur une place chinoise des milliers de jeunes gens défient le pouvoir communiste, qu’un type a même réussi à faire reculer un char d’assaut, tout seul. Il se passe quelque chose. La photo est en une de tous les journaux.

Les Cure sont en pleine désillusion, Robert Smith ressemble de plus en plus à une chouette ombrageuse, Chirac est premier ministre, la modernité fantasmée des années 80 se pare des couleurs de l’arc en ciel. Les Macintosh ouvrent des horizons incroyables pendant que le Minitel passe en 16 couleurs…

Un mur, un putsch, et ça s’accélère

Le mur de Berlin tombe à l’automne 89. Tian’anmen a été réprimée, je m’écoute en boucle le premier disque vynil des Fishbones en me demandant comment tout ça va tourner.

Je le saurai un an et demi plus tard avec la première guerre d’Irak. Un truc de dingues, inimaginable à l’époque, qui a saisi tout le monde. Une propagande incroyable aussi, qui fonctionne à merveille. L’URSS n’est pas encore redevenue la Russie, même si on entend qu’elle est en train de franchement se casser la gueule. Personne ne sait s’il faut s’en réjouir ou non. Les Américains restent des gens inquiétants, eux aussi, parce qu’on les connaît mieux que les soviétiques mais que tout le monde a été prévenu par le type à casquette (qui les connaissait de la seconde guerre mondiale) et qui a demandé par référendum 20 ans plus tôt s’il devait partir ou non : ces gens [les yankees] sont dangereux, ne jamais les laisser prendre le dessus chez nous.

La première guerre d’Irak est un moment vraiment dur. Je repense à « Neuromancien » lu quelques années plus tôt et « 1984 » (bien plus tôt, au début des années 80) et me dis que si des millions de personnes passent leurs soirées à regarder des petits traits verts filer sur un écran noir en stockant du sucre et de la farine dans leurs arrière-cuisine, tout en étant convaincus que la guerre peut être chirurgicale, ça va être compliqué. L’URSS n’est plus, on apprend qu’un type rougeaud a putsché Gorbatchev, c’est dingue. 1991, l’année où le monde bascule une première fois. Certains se réjouissent, d’autres se demandent quand même ce que ça va donner. Mais au fond, on a passé tellement d’années avec la crainte que les deux grands ennemis ne pulvérisent la planète, qu’au fond, on est tous contents.

Le chômage, l’OMC, les PC, Kurt Kobain, le net et… Chirac

Kurt Kobain représente la dernière cartouche de la résistance à la connerie bourgeoise, au recouvrement de la société par la seule quête du confort matériel et la disparition des idéaux. Il se suicide en 1994, et ma jeunesse avec. C’est foutu, ils ont gagné me dis-je. Parce que désormais, sur les ondes, c’est fini. Dans la rue, aussi. Ca commence à se figer. Pas entièrement, puisqu’il y a encore des gens qui discutent, se fâchent, picolent, revendiquent, mais sur quoi au juste ? Le chômage est au même niveau qu’en 2016, plus de 10%, et visiblement les efforts des médias et des politiques pour asséner cette statistique portent leur fruit : tout le monde ne parle que de ça. Et du Sida qui est devenu « cause nationale ». Baiser fait crever, travailler c’est crucial surtout qu’il n’y a plus [ou presque] de travail.

image

Taux de chômage de 1968 à 2010

L’OMC est créée l’année du décès de Kobain, et donc de Nirvana. Coluche ou Desproges ont été remplacés par… Pierre Palmade et Murielle Robin. Ou Jean-Marie Bigard. Je regarde de temps en temps chez l’arrière grand mère de mon premier fils, ces pathétiques tentatives arrivistes de ces pseudo artistes de faire rire le bon peuple avec leurs propres travers. Comme si s’identifier à ces petits bourgeois plus ou moins vulgaires, qui détaillent leur manière de manger, recevoir des invités ou pratiquer le racisme (pour Bigard) au second degré (paraît-il) était devenu un loisir acceptable. Le rire coincé. De la petite bourgeoisie empruntée et… bourrée d’emprunts.

1994 : je découvre gopher et http. Ça scotche. Alors comme ça il y a un réseau mondial d’information auquel on peut se raccorder avec un ordinateur ? Je prends. Je regarde le Minitel comme une pure escroquerie gouvernementale. Ce qu’il est.

En 1995 Chirac est élu avec comme slogan « mangez des pommes ». On atteint des sommets de médiocrité. Tout en découvrant définitivement que Mitterrand était un Machiavel moderne, une ordure mégalomane qui a bien endormi les croyants du « dogme progressiste de gauche ». Ce type aura en fait effectué des changements « positifs et progressistes » pendants 3 ans aidé des communistes, puis totalement tourné sa veste pour organiser le monde de la finance-reine, du libéralisme décomplexé, de l’Europe supermarché des multinationales. Le vote de 1992 sur Maastricht était une belle escroquerie. L’Europe des peuples ? Des banques et des fusions de groupes, plutôt, oui. Les PC commencent à arriver dans certaines maisons. Pas beaucoup. Il y a du MS-DOS/Windows dessus. C’est laid et ça plante pas mal. Mais Win95, voulu comme la copie de l’interface du Mac arrive (MS-DOS est caché dedans, on ne le voit plus). Houhouhou : tu peux jouer avec avec — une fois que tu as résolu les conflits d’IRQ — mais c’est chiant.

Sans réseaux sociaux, sans smartphones ils se mobilisent !

Un truc dingue survient en 1995, comparé à aujourd’hui : une super grève paralyse le pays contre la réforme de Juppé le martial qui veut péter le système de retraite. Sans aucun outil numérique la grève, les manifs. Comme quoi, même à la préhistoire, les gens arrivaient à échanger et se mobiliser. La « fracture sociale » que Chirac voulait résorber durant la campagne n’a pas mis 6 mois à être oubliée. La TVA a augmenté. Les médias ne parlent que de chômage et de déficit public. Le grand manège politique propagandiste a commencé, mais ça résiste encore. Plus bien longtemps, pour une raison simple : la globalisation des échanges menée à fond de train par l’OMC et les institutions européennes qui préparent l’arrivée de l’euro, sont en pleine effervescence.

La musique, le cinéma, agonisent doucement. Les cafés se vident pas mal : il n’y a presque plus de jeux vidéo et de flippers dedans. On peut encore fumer et faire un peu chier les autres, mais on sent bien que ça ne va pas durer.

Et ça ne va pas durer…

Démocratie fissurée : chroniques d’un mauvais élève de la République (1)

samedi 16 juillet 2016 à 10:06

illustration-chronique-demos-fissuree

Le projet n’a rien d’ambitieux, mais il m’amuse : raconter, sur une période de 30 ans, la disparition progressive de tous les idéaux politiques français (et autres…) doublé de l’écroulement de la démocratie.

Cet exercice, ô combien subjectif, passe par le filtre des rencontres, expériences, voire « aventures » d’un informaticien, musicien  et écrivain devenu journaliste, qui n’a jamais voté, mais a toujours cru bon de chercher à comprendre la société qui l’entoure, voire la changer : moi. La stupidité n’est pas l’apanage des puissants, et les erreurs sont humaines.

Je fais partie de ceux qui se comptent comme responsables de « l’état du monde », puisque ayant participé, par force, à mon niveau, à son changement. Ayant en plus jeté dans l’arène du monde deux individus issus pour moitié de mes gènes, et désormais adultes, je ne me vois pas leur dire que je n’ai « aucune responsabilité dans tout ça ». Après tout, j’ai participé à la construction d’un modèle de société… ou oublié de le faire…?

30 ans « d’activité humaine autonome » (hors du foyer parental), c’est une bonne période pour faire le bilan. Pas le mien directement, mais celui de la société dans laquelle je vis. Cette république vacillante, la démocratie française, fissurée… et au bord de s’écrouler. Comment en sommes-nous arrivés là ?

La mort de Coluche, de Desproges : quelque chose change radicalement

C’est étrange, mais la mort de Michel Colluci a été pour moi le début de la fin de quelque chose d’important. Comme celle de Pierre Desproges, deux ans plus tard. Ces deux clown français — totalement différents dans leur approche — ont aidé des millions de personnes à résister à la morgue des politiciens. Le rire, dans une société, est très important, il rapproche les gens, les aide à relativiser. Quand ce rire est fait d’une satire des comportements politiques, des travers humains, de  la société, c’est une sorte de catharsis collective qui soude un peuple contre la bêtise des puissants et de ceux qui les confortent. Coluche était une bête politique au sens le plus noble du terme, et il permettait à des foules hilares de déchiffrer l’absurdité de la société faussement « démocratique ou « libre » dans laquelle ils étaient plongés. Desproges renvoyait les contradictions permanentes qui agitaient à peu près tout le monde.

En 86, Chirac est nommé Premier ministre de François Mitterand, il est ridicule et inquiétant à la fois, Tchernobyl explose,  le scandale du Rainbow Warrior enflamme les unes des journaux, et le plus grand comique agitateur disparait. Je ne dis pas que c’est la mort de Coluche, puis celle de Desproges qui ont fait changer radicalement les choses, mais ne plus les avoir à partir de ce moment, comme « fous du roi » et représentants de l’irrévérence populaire, change quelque chose. Une sensation : tout le monde va se prendre beaucoup plus au sérieux, et prendre beaucoup plus au sérieux ceux qui ont besoin d’être pris au sérieux : les dirigeants politiques.

En 1986, et jusqu’à la mort de Kurt Cobain en 1994 — cette mort de Kurt Cobain est un bon marqueur… de la fin de « la politique par la musique » — la sphère culturelle, artistique, va continuer à tenter de résister à l’envahissement progressif de l’espace sociétal par le management. Ces quelques 8 années sont une sorte de chant funèbre des dernière bribes de la démocratie occidentale issue des 30 glorieuses — celle où la « population » et ceux qui les accompagnaient étaient encore en position de force et de proposition face aux puissances dominantes politico-économiques. La finance nationale internationalisée

Le CAC 40 n’existait pas en 1986, mais son apparition en 1988 (en réalité il est crée le 31 décembre 1987 et s’officialise le 15 juin 1988) n’est pas pour rien dans le basculement de société qui s’opère ensuite. La Cotation en Action Continue remplace la Bourse à la criée, anciennement nommée… Compagnie des Agents de Change, elle s’informatise donc, par force, et disparaît physiquement.

L’histoire de cet indice boursier qui permet d’embarquer la France dans la grande compétition mondiale et d’ouvrir les vannes des flux financiers, avec la possibilité de créer les entreprises géantes aux centaines de filiales installées dans des paradis fiscaux, est intéressante à suivre dans sa progression. Ce tableau montre bien (source : wikipedia) comment une oligarchie de taille internationale s’est créée grâce à la financiarisation de l’économie française (sous une présidence politique socialiste, puis renforcée par un gouvernement socialiste) :

CAC 40 GR : calculé dividendes bruts réinvestis
CAC 40 NR : calculé dividendes nets réinvestis

CAC40-evolution
Le cinéma, la littérature, la musique et la démocratie sont étroitement liés

Pourquoi parler des artistes et de la culture en général pour décrire les changement politico-économiques de la société française ? Parce que le lien entre les aspirations de la population, sa capacité à résister ou au contraire se laisser manipuler par des « élites » est totalement lié à cet aspect des choses. La culture au sens large, populaire, est normalement un ciment commun, et ceux qui la génèrent ont longtemps été les porte-paroles des aspirations, dénonciations, mises en cause, réflexions d’un « plus grand nombre ». Il en a été ainsi en tout cas, à mon sens, plusieurs décennies d’affilée.
Cinéma engagé, contestataire, musique rebelle, théâtre social, romans « dérangeants » : des générations entières se sont levées pour contester l’ordre établi grâce à des œuvres artistiques. Jusqu’à que le marketing recouvre tout, et n’industrialise l’art, le transformant en pur produit industriel sans âme ni inspiration. L’endormissement général, la docilité que le consumérisme généralisé a apporté, sont liés à cette main-mise de la culture par les marchands. Elle débutera de façon très marquée au détour des années 90, et avec l’avènement de l’Internet galerie-marchande, au milieu des années 2000, écrasera totalement toute autre approche.

Que s’est-il passé d’autre de marquant à partir de 1986, pour que nous en soyons arrivés à cet état de délabrement de la société ?

Beaucoup de choses.
Que nous devrions bien observer, pour mieux les déconstruire afin de les reconstruire autrement ?
Fort probable…

A suivre : « Démocratie fissurée : chroniques d’un mauvais élève de la République (2) »