PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Le discours de Jean-Jacques Urvoas qui peut vous mener en prison

dimanche 6 novembre 2016 à 20:58

justice-1Lorsque l’on clique sur le bouton « Lire le discours du garde des Sceaux devant l’Assemblée nationale le 17 mai 2016 » sur la page du site du ministère de la Justice présentant le « Projet de loi de modernisation de la Justice du 21e siècle #J21« , un curieux message apparaît :

« Bonjour,
Nos dispositifs informatiques ont détecté un comportement inattendu.
Ce comportement est susceptible de relever des articles 323-1 à 323-7 du Code pénal français, issus de la loi n°88-19 du 5 janvier 1988 et complétés par la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.
Extrait de l’article 323-1 : «Le fait d’accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 € d’amende.
Lorsqu’il en est résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, la peine est de trois ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende.
Lorsque les infractions prévues aux deux premiers alinéas ont été commises à l’encontre d’un système de traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’Etat, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 150 000 € d’amende.»
Ministere de la Justice
Référence: 14626353364104889898″

Bref, à noter dans un coin pour ne pas être surpris, lire un discours de Jean-Jacques Urvoas peut vous mener en prison pour atteinte à un STAD.

Ceci dit, il y a tout de même un truc étrange dans cette histoire…

Selon toute probabilité, le lien qui a été créé sur le bouton est défectueux et génère une alerte sur une sonde quelconque du ministère. D’ailleurs, en cliquant à nouveau sur le lien, on obtient une nouvelle référence de cyber-délinquant (à présenter sans doute aux policiers ?) : 14626353364087972269. Notez que ce numéro ne suit pas le précédent.

Comme l’on a passé la journée à tester et re-tester ce lien pour tenter de comprendre cette étrange affaire, le système de surveillance du ministère a dû faire bip-bip une bonne dizaine de fois. En dépit de cela, et cyber-Dieu sait depuis combien de temps ce lien est en ligne (a priori mai 2016), personne au ministère n’est venu voir pourquoi toutes ces alertes de sécurité étaient générées depuis cette page.

Ils n’ont pas l’air trop inquiets…

justice-2

 

BREAKING : des journalistes découvrent que leurs patrons ne sont pas des anges

jeudi 27 octobre 2016 à 13:23

magnatVous soutenez I-Télé ? Oui, vous savez, les gentils journalistes en lutte contre le méchant Bolloré qui tente d’imposer Jean-Marc Morandini à l’antenne… Il y a ces temps-ci une épidémie de journalistes qui découvrent que leurs patrons ne sont pas des anges et s’en offusquent publiquement. C’est du moins ce que le bruit médiatique nous laisse percevoir. Le premier gros « boum » s’est fait entendre avec le livre « Le monde libre » d’Aude Lancelin. Ancienne directrice adjointe de l’Obs, elle a été remerciée dans des conditions pour le moins désagréables et pour des raisons politiques. Elle en a tiré un livre (full disclosure : que nous n’avons pas encore lu) qui raconte avec une extrême précision c’est qu’est un journal comme l’Obs. Car si le portrait est celui de l’Obs, il s’applique dans les grandes lignes à sans doute à peu près toute la presse. Et puis il y a eu le malaise Morandini. L’animateur est mis en examen pour corruption de mineur aggravée par l’utilisation d’un moyen de communication électronique, et placé sous contrôle judiciaire. Et les journalistes d’I-Télé trouvent que cela fait désordre. Ils font donc grève. Mais le font-ils pour les bonnes raisons ?

La présence de Morandini, mis en examen ou pas, à l’antenne est en elle-même une insulte au journalisme. C’est là que devrait se trouver le point de rupture. Morandini incarne comme Cyril Hanouna ou bien d’autres, tout ce que la télévision peut produire de pire et de plus éloigné du journalisme.

On pourrait expliquer que ce n’est pas nouveau. L’irruption de patrons d’entreprises dans le secteur de la presse ne date pas d’hier. Ils sont marchands d’armes, bétonneurs, banquiers, maroquiniers. Bref tout sauf des patrons de presse. Ils appliquent leurs recettes à des entreprises qui ne peuvent pas fonctionner comme les autres. Et ça fait des journaux ou des télés de m…

Nous n’inventons rien. En 1987, le dessinateur Wiaz passait un dessin à l’antenne, sur TF1 récemment rachetée par Bouygues, représentant un Francis Bouygues s’écriant : « Une maison de maçon.. un pont de maçon.. une télé de m…! ». Dans la foulée, l’émission était arrêtée.

wiaz

Le problème dénoncé par les journalistes d’I-Télé ou la journaliste de l’Obs n’est donc pas nouveau. Les patrons de presse sont désormais pratiquement tous des gens qui ne sont plus issus du secteur. Cela pose trois soucis principaux qui ne viennent pas d’être découverts.

Le premier est économique. Quand on a une rentabilité de 30 % dans son secteur initial, on attend la même chose dans une entreprise que l’on rachète. Soit-elle une entreprise de presse. Or c’est impossible. La presse est un secteur complexe qui ne peut produire de la qualité qu’avec beaucoup de dépenses. Placer des M. Excel qui font des coupes magiques dans les dépenses, cela réduit obligatoirement la qualité de ce qui est produit. Moins de reportages, moins de correcteurs, moins de documentation, des journalistes qui font plusieurs métiers en plus du leur… Il n’y a que ces nouveaux patrons pour penser que l’on peut faire mieux avec moins.

Deuxième problème : les nouveaux patrons de presse s’achètent une danseuse. Ils pensent que la presse est toujours le 4ème pouvoir. Or leurs relations avec les différents pouvoirs (économique, politique, financier) sont légion. Ils ont donc une envie très puissante de ne pas laisser les journalistes qu’ils se sont achetés critiquer leurs amis. D’où les censures que l’on a pu observer. Dans l’autre sens, on peut observer des articles qui « favorisent » les amis des patrons de presse.

Enfin, il reste le problème de l’information du public. Qui découle du problème précédent.

Peut-on imaginer un article défavorable à LVMH dans Les Echos, un journal qui appartient à Bernanrd Arnault ? Un article critique sur Dassault dans Le Figaro, qui appartient à Dassault ? Un article sur IOL dans Libération qui appartient à Patrick Drahi (SFR), gros consommateur de sondes Qosmos) ou dans Le Monde, qui appartient à Xavier Niel (Free) ?

Le Monde Diplomatique a dressé récemment une carte de la presse que les journalistes des différentes rédactions pourraient utilement regarder. Ils sauraient ainsi quelles sont les limites imposées dans l’exercice de leur métier.

ppa-1-6

Les journalistes qui font tant de bruit médiatique actuellement ne découvrent pas le problème. Il y a juste un élément déclencheur, un ras-le-bol. Mais il n’y a pas d’issue à leur problème. Il y a un choix unique : être dedans ou dehors. Si l’on accepte de travailler dans une rédaction, il faut prendre en compte les baronnies, le poids de la publicité, des investisseurs, des patrons de presse vendeurs d’armes ou de sacs-à-main. En échange, on bénéficie d’un salaire à peu près convenable. On tire un trait sur le journalisme mû par la passion, la vocation.

Si l’on préfère faire ce métier parce que l’on a une vocation, une passion, une envie d’informer le public sans biais, il faut désormais être dehors ou dedans et dehors. L’indignation soudaine ne suffit plus. Comme lors de leur dissolution, les Bérurier Noirs criaient « Formez des groupes de rock… LIBRES ! », il est temps de créer des journaux libres.

C’est ce que nous avons décidé de faire avec Bluetouff il y a maintenant à peu près six ans.

C’est une responsabilité. Nous avons payé le prix d’une parole libre.

Quant à vous, chers lecteurs, votre responsabilité est de donner à ce journal libre les moyens de sa survie. Car aujourd’hui, ce n’est toujours pas le cas. Et vous risquez de vous retrouver avec des I-Télé ou des l’Obs dont même les journalistes semblent dire qu’il s’agit de médias de m… maçon…

Modère comme Twitter (le retour sans fin)

mercredi 26 octobre 2016 à 12:32

Laura-Maï Gaveriaux est une journaliste free-lance. Vous pouvez la suivre sur Twitter (@lmgaveriaux). Elle a une approche un peu particulière du journalisme en ce sens qu’elle se déplace sur des terrains particulièrement sensibles ou dangereux sans fixeur. Et elle reste longtemps sur place. Ce qui lui permet probablement de se faire une idée bien plus précise de la situation sur place que ce que l’on peut voir lorsque l’on est embeded pendant une semaine. En ce moment, Laura-Maï est quelque part autour de Mossoul. Un coin riant.

Elle rend compte à sa façon de la guerre en tweetant. Soudain, une personne sévèrement burnée et disposant d’un QI hors normes lui adresse ce tweet:

menaceEtant donné l’endroit où elle se trouve et la douceur du message, Laura-Maï signale le tweet à Twitter. D’après vous, comment a réagi Twitter France ?

support-twitter-laura

Et voilà… Une menace de mort pas du tout voilée, contre une journaliste présente, seule, aux alentours de Mossoul, avec l’EI à peu près tout autour, cela n’enfreint pas les règles de Twitter. En revanche, signaler qu’un faux journaliste, mythomane, violent, est multicondamné, ça… Twitter, tu fais n’importe quoi…

Palantir : le retour

mercredi 26 octobre 2016 à 12:11

palantir-intelligenceIl y a un an, Reflets mettait en garde contre les tentatives appuyées d’une pénétration sur le marché Français de la société Palantir. Cette société spécialisée dans le traitement du Big Data qui aime se raccrocher à des feeds d’information publics bénéficiait, comme nous l’expliquions, de nombreux soutiens de personnalités françaises bien placées. Notre article nous avait valu toutes sortes de quolibets. Aujourd’hui, ce sera le tour de la Lettre A qui annonce que Palantir s’implante au sein de la DGSI :

« Les rendez-­vous se succèdent à Levallois­ Perret, le siège de la DGSI, entre les responsables de sa direction technique (DT) et les commerciaux du géant américain du traitement de données appliqué au renseignement, Palantir. La société dirigée par Alex Karp formerait même déjà les premiers analystes du service à ses outils, en vue de devenir son prestataire privilégié. »

Les liens entre Palantir et la NSA sont de notoriété publique, notamment au travers de In-Q-Tel et de ses contrats variés avec toute sorte d’agences gouvernementales américaines. Fournir des informations aussi sensibles que celles détenues par la DGSI à une telle société dans un monde post-Snowden est une démarche qui laisse pantois.

Au delà c’est toute la démarche reposant sur le prédictif à base d’algorithmes qui est posée. Un monde panoptique où le surveillant est une machine devrait inquiéter un tout petit peu.

Accaparement de terres agricoles en France : quel est le plan des Chinois ?

lundi 24 octobre 2016 à 16:51
photo-drone-201512-thebault-synutra-carhaix-1000-667

Tiens, la plus grande usine à lait infantile d’Europe a été construite en 2015 en Bretagne par un investisseur chinois…

(Partie 2)

Le procédé et les acteurs des rachats de terres agricoles décrits dans le premier article, permettent de comprendre le « comment » de cette opération orchestrée par un entrepreneur français installé en Chine et les dirigeants de 2 multinationales chinoises. Reste le « pourquoi », et ce qui pourrait survenir dans un futur plus ou moins proche.

Photo finale du consortium agricole chinois ?

Les investisseurs chinois, M. Keqin Hu de la multinationale honkongaise Hong Yang en tête, étaient actionnaires de 6 sociétés d’exploitation agricole (SCEA), de 2 groupements fonciers agricoles, et d’une holding, jusqu’à que de nouveaux rachats effectués en 2016 n’apparaissent dans les registres du greffe des entreprises. Il y a désormais 7 SCEA. Pour compléter la photographie de l’édifice agricole de ces investisseurs industriels, un tour rapide des structures qui n’ont pas été détaillées dans l’épisode 1 semble intéressant.

Après Chambrisse à 4 millions d’euros, ou Le Grand Méee à 250 000 euros, La SCEA de la Tournancière n’a pas coûté très cher à Hong Yang (15 000€), et elle conserve ses anciens actionnaires avec une poignée de parts sociales, bien entendu :

apport-hy-tournaciere

Cette SCEA est à l’origine dans l’Indre, elle est basculée en Normandie, toujours à la même adresse que les autres. Son nouveau gérant est toujours Fressange (allié à l’ancien gérant qui reste), et la représentante de Hong Yang qui signe le rachat, est comme d’habitude l’épouse de M. Fressange, madame Wang, .

Vient ensuite la SCEA du Grand Saulay, avec un patrimoine de 104 hectares de prés, taillis et terres, rachetée pour 10 000 euros en juin dernier, (plus des sommes de 30 000 et 60 000 euros séquestrées) par Beijing Reward International. Ce qui fait que cette multinationale du lait en poudre est désormais la propriétaire de trois SCEA ayant des terres à pâturages, comme nous le verrons plus tard. Avec le Grand Saulay, c’est 108 hectares de plus qui tombent dans l’escarcelle des multinationales.

beijing-gand-saulay

Une acquisition à peu de frais : 100 000 € pour 104 hectares, même si tout n’est pas en pâturages ou terres, le prix à l’hectare est ici à 1000€. Difficile de faire moins cher…

La SCEA des Plaines à blé a été rachetée par Hong Yang au tout début de l’opération globale, en juin 2014. Elle comporte des bâtiments agricoles et des terres : 102 hectares. Elle n’est pas située dans l’Indre, mais dans le département de la Charente (sud ouest). L’acquisition s’est faite pour la somme de 280 000 €, soit 2745€ l’hectare. Une fois de plus, c’est une très bonne affaire.

plaine-a-ble

La toute récente acquisition de Fressange, Hu et consors, en 2016 est intéressante à plusieurs titres. En premier lieu elle contredit totalement la déclaration du ministre de l’agriculture qui — répondant à une question en mai dernier au sujet de ces rachats — a expliqué doctement que « Nous avons fait voter une loi, la loi d’avenir agricole, dans laquelle nous avons renforcé les critères, et surtout la capacité des SAFER à préempter. J’ai bien regardé le dossier. Tout cela s’est passé entre 2013 et 2015, avant la mise en œuvre du décret d’application de la loi, le 1er janvier 2016. Il a pu ainsi être acheté 1700 hectares sans que personne n’ait été au courant des transactions, pas même le président de l’APCA, Guy Vasseur, qui est lui-même de cette région et de ce département, avec qui j’ai déjeuné hier« .

L’opération à 942 000 € qui a permis au groupe Beijing Reward International (associé à Hong Yang) de devenir propriétaire à 99% de la SCEA la Bergerie (encore) dans l’Indre, dément cette assertion. Personne ne semble en avoir entendu parler, selon nos sources, et la Safer — si elle a été mise au courant — a laissé l’opération se faire. Chinois : 1 Le Foll : 0.

beijing-la-bergerie montant-la-bergerie

Cette SCEA est à la tête de matériels et de 138 hectares de terres agricoles. Une exploitation complète.

materiels-bergerie terres-bergerie

Restent les 2 GFA (et la holding). La GFA Laporte a été rachetée par le PDG de Hong Hyang à son nom et celui d’une Chinoise, Mme Dong. en janvier 2016, et possède 114 hectares de terres. Le montant de la transaction ? 8280 €, plus le remboursement de divers emprunts frôlant les 500 000€. Le deuxième GFA de Kluiskade a été acheté lui en septembre 2015, toujours par M. Hu et Madame Dong.

Vision d’ensemble…

Pour visualiser le petit empire agricole de plus de 1500 hectares de terres, constitué de 8 sociétés d’exploitation agricole, deux groupements fonciers agricoles et une holding, le plus simple est de « demander » le gérant/directeur permanent de toutes ces structures : Marc Fressange. Ce qui donne ça :

reseau-ressource-investment

Source : societe.com

Si Marc Fressange est directeur général de la Holding et gérant de toutes les structures SCEA/GFA, le PDG de Hong Yang, Monsieur Kequin Hu est lui Président de la holding et actionnaire majoritaire de toutes les structures agricoles, avec Beijin Reward International dans 3 d’entre elles. Hong Yang et Beinjing international sont donc les propriétaires de ce consortium agricole.

Un paysan à la retraite de l’Indre, habitant très près de l’une des exploitation, joint par téléphone, se fait l’écho des rumeurs et inquiétudes qui circulent dans la région : « On craint tous que ce soit une ferme des 1000 vaches qu’ils veulent faire« .  Et c’est bien là le sujet…

Les super fermes des mille vaches chinoise qui fournissent la super usine chinoise géante à lait ?

L’ouverture de l’usine géante de lait en poudre,  à Carhaix en Bretagne, a fait l’objet d‘un article du Monde Diplomatique il y a un an, intitulé « Razzia chinoise sur le lait« . Un article où l’on apprend que cette usine est « Financée par un industriel du Shandong, et [qu’elle] vise à répondre aux besoins des Chinois, qui n’ont d’yeux que pour le lait importé depuis le scandale de la mélamine, en 2008. »

Pour fournir une usine de lait en poudre, il faut des vaches, et dans le cadre de la production industrielle, de beaucoup de nourriture : les vaches ne mangent pas l’herbe des prés dans ces fermes- usines. Un industriel chinois spécialisé dans le lait en poudre s’est donc allié avec un autre industriel chinois pour acheter près de 2000 hectares de terrains, avec des bâtiments agricoles, des outils, machines, etc.

L’usine à lait en poudre bretonne est spécialisée dans l’export vers la Chine de ses produits. Le multi-gérant Marc Fressange a un réseau de magasins spécialisés dans la vente de produits agro-alimentaires français. Et tout ce petit monde aurait investi plus de 5 millions d’euros juste pour vendre du blé ou du colza à la coopérative du coin ?

Sachant que désormais, il est possible pour Keqin Hu, actionnaire des 2 GFA, de faire acheter ou louer des terres qui peuvent être revendue ou louées aux SCEA de l’actionnaire Keqin Hu, avec des agriculteurs toujours présents dans ces structures. La production intensive du lait et des aliments pour les vaches peut s’accroître sans problèmes. De plus, dans deux ans, la holding de ces structures, « Ressources Investment« , pourra être maison-mère de l’ensemble… Pratiquer des investissements pour créer des fermes à vaches géantes ne sera pas un problème du tout.

L’accaparement des terres en France par les multinationales chinoises est très certainement une opération industrielle concertée autour de la production et l’exportation de lait en poudre vers la Chine. Les méthodes agricoles pour y parvenir ne sont pas encore connues, mais en observant les expériences déjà effectuées dans d’autres pays par les Chinois dans ce domaine, il n’est pas certain que celles-ci soient moins destructrices que ce qui est en cours avec la ferme des 1000 vaches.

Le problème est de toute manière mondial, ce qu’un bouquin qui sort en ce moment, « Terres à vendre », reflète parfaitement.

Les politiques françaises en matière d’agriculture semblent atones face à ce montage industriel. Au point de se demander si l’opération chinoise ne bénéficie pas d’un « laisser-faire » de circonstance, avec la promesse d’emplois et de finances dans la filière d’exportation du lait vers les 1,4 milliards de clients chinois potentiels ? Sinon, pourquoi laisser des rachats s’opérer cette année, tout en affirmant que ce ne n’est plus possible avec la nouvelle loi ? Le Foll a lu la presse, mais comme elle était très vague, notre ministre est visiblement passé à côté de quelque chose…