PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Les aides publiques à la presse: un serpent de mer qui se mord la queue?

Wednesday 21 July 2021 à 19:26

Eric Fottorino confie ses impressions sur la situation

Vitamines ou morphine, quel avenir pour les aides à la presse écrite… Telle est l'ultime réflexion portée au Sénat par la commission des finances. Un titre et un discours qui gagneraient en pertinence à user d'un style plus en phase avec réalité du jour: quel avenir pour la presse?

Les aides à la presse: un petit cercle entre financiers de bonne compagnie - Reflets

Enquête sur la franc-maçonnerie, palmarès des grandes écoles ou classement des meilleurs hôpitaux, la saison des marronniers en fleurs s'inscrit toujours en rouge au calendrier des rédactions. Battu et rebattu de la première virgule jusqu'au dernier centime, ce genre de papier s'affiche périodiquement en couverture de tous les journaux. Il en va un peu différemment pour cette récurrente affaire d'aides financières allouées à la presse. Certes le sujet est tout aussi vendeur, mais ce serpent de mer-là ondule plus volontiers en eaux profondes. Le milieu de l'information semble toujours étrangement gêné d'aborder cette histoire. On ne serait pas davantage précautionneux s'il s'agissait d'enfouir un lourd secret de famille dans le placard. A contrario, on ouvre largement le tiroir à souvenirs du côté des organisations syndicales alors que la classe politique en profite également pour crier haro sur le baudet. Qui de se fendre d'une petite mission d'information, et qui de diligenter la rédaction d'un volumineux rapport parlementaire. Chacun analyse la forme et le fond, les uns comptabilisent, les autres abondent de recommandations, et tous finissent par avouer, pour des raisons très opposées, que rien ne va plus, mais plus du tout-du tout dans le bon sens. L'info de première, et la bonne nouvelle, c'est qu'à ce moment-là tout le monde est d'accord. Le véritable scoop, et le scandale aussi, c'est que cette belle...

La galère de l’indemnisation des effets secondaires des vaccins

Tuesday 20 July 2021 à 16:07

Le long combat des victimes du vaccin H1N1 préfigure celui des victimes des vaccins contre le Covid

Pour se vacciner en confiance, il faudrait que les Français soient sûrs qu’ils seront bien indemnisés en cas d’effets secondaires. Notre enquête sur la prise en charge des victimes des effets secondaires du vaccin H1N1 montre que l’Oniam, l'Office en charge d'évaluer les préjudices, traîne les pieds et impose un parcours du combattant aux familles. Dix ans après, plus d'une centaines de familles ne sont toujours pas indemnisées.

Centre de vaccination devant l'Hôtel de Ville de Paris, juillet 2021 - © Reflets - CC

« Pour que les Français se vaccinent en confiance, il serait important qu’ils sachent qu’ils seront facilement et bien indemnisés, assène Me Charles Joseph-Oudin, avocat spécialiste en droit de la santé. Car il aura forcément des effets secondaires parmi les vaccinés contre le Covid-19. Il y en a déjà eu. Or, il y a eu un précédent avec le vaccin contre la grippe H1N1, et on voit comment l’indemnisation est un véritable parcours du combattant. La confiance sera plus grande si les personnes savent que les autorités publiques vont aider rapidement. »

C’est l’Etat via l’Oniam, l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, qui est chargé des indemnisations. Théoriquement, c’est simple et rapide. Mais dans la réalité, pour être correctement indemnisé, c’est un véritable combat qui peut durer des années. Contacté, l'Oniam a répondu par un mail vide accompagné de deux pièces-jointe (voir en fin d'article).

Que sait-on des effets secondaires des vaccins contre le Covid ?

Les effets secondaires des différents vaccins contre le Covid existent, mais ils sont extrêmement rares. Mais rapportés au nombre très élevé de vaccinations, ce chiffre sera loin d’être anodin. Surtout que derrière chaque cas, il y a des souffrances et des vies brisées.

Depuis le début de la vaccination, les effets indésirables sont suivis et ont été analysés par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Au 24 juin, selon l’agence, il y aurait eu :

  • 33.296 cas d’effets indésirables...

NSO : une soudaine médiatisation qu'il faut replacer dans un contexte

Monday 19 July 2021 à 21:38

Pas de révélation fracassante, mais une utile mise en lumière d'un vendeur d'armes numériques

Le consortium Forbidden Stories et Amnesty International ont eu accès à 50.000 numéros de téléphone sélectionnés comme cibles pour être espionnés. Des journalistes, des opposants, bref, le lot habituel lorsque l'on parle des armes vendues par ce type d'entreprise.

NSO fait de la cyber-intelligence et... des armes numériques

Lorsque 17 médias internationaux publient en même temps sur un sujet aussi spécifique, la médiatisation est énorme. Dimanche 18 juillet, le consortium Forbidden Stories et Amnesty International ont annoncé avoir eu accès à une liste de 50.000 cibles du logiciel Pegasus de NSO, une boite israélienne fabriquant des armes numériques. Bilan des premiers articles ? NSO vend à des gouvernements des outils de surveillance terriblement intrusifs qui permettent de prendre le contrôle total d'un téléphone sans que l'utilisateur ait à faire la moindre manipulation. Pire, ce ne sont pas uniquement des terroristes et des criminels qui sont visés mais des journalistes, des opposants politiques et des militants pour les droits fondamentaux. Surprise ? Non.

Ce travail essentiel du consortium ouvre surtout une liste de questions : comment en est-on arrivés là ? Peut-on sortir de ce cercle infernal ? Les cibles françaises étaient-elles réellement visées par le Maroc ou ce dernier rendait-il service à un service ami ?...

Porter à la connaissance du grand public des affaires de ce type est une gageure. Les journaux sont rarement preneurs de ce type se sujets. Trop techniques, trop compliqués, pas assez « concernants », on en passe. Les directions de la rédaction et les chefs de services sont souvent trop âgés et/ou pas assez pointus sur le plan technique pour comprendre la portée sociétale de tels sujets. Ce qu'a fait ici le consortium est donc très important. D'autant que...

Pass Sanitaire : Florian Philippot réussit un rapt

Sunday 18 July 2021 à 17:37

Mais il faut dire que beaucoup étaient consentants...

Les Gilets jaunes ont réuni environ un millier de personnes tandis que Florian Philippot a organisé et réussi un véritable rapt. Ils étaient 18.000, selon un policier, à défiler derrière lui. Y compris des gens qui ont tout à perdre s'il arrivait au pouvoir. On atteint le pic de l'Everest du confusionnisme.

Improbable danse black-blancs-nationalistes-beurs en fin de manif de l'extrême-droite... - Reflets - CC BY-NC-ND 4.0

Ce n'est pas une nouveauté, l'extrême-droite courtise de longue date l'électorat « populaire », traditionnellement de gauche, en tout cas au siècle dernier. C'est ce que certains ont appelé le « confusionnisme ». Il faut dire que l'extrême-droite utilise désormais des termes propres à la gauche et à la gauche de la gauche. On parle de « social », du « peuple », on fustige les banques, les milliardaires qui grâce aux « médias » zombifient les masses. C'est un rapt des mots, des idées. Désormais, après la manifestation du 17 juillet 2021, on pourra parler de rapt des manifestants. Car si les Gilets jaunes ont bien attiré environ un millier de personnes dans le 14ème arrondissement, Florian Philippot a lui, attiré dans son sillage environ 18.000 personnes jusqu'au ministère de la Santé, selon des policiers croisés autour de la manifestation. Le représentant de l'extrême-droite a bien entendu mobilisé ses troupes habituelles, mais il a aussi agrégé des gens de gauche, des Gilets jaunes, des antivax et des anti pass sanitaire. Ces derniers sont sans doute motivés par des idées parfaitement défendables. Bien entendu, l'exécutif profite de la pandémie pour mettre la contestation sous cloche, bien entendu le pass sanitaire pose des questions de liberté individuelle et de surveillance qui l'on ne peut occulter. Mais cela justifie-t-il d'aller grossir les rangs de l'extrême-droite ?

#LesMédias, ces méchants... - Reflets - CC
#LesMédias, ces méchants... - Reflets - CC

Dans la...

Macron et ses annonces : the elephant in the room

Tuesday 13 July 2021 à 18:21

Des annonces inapplicables, une seule, essentielle, fait défaut

Les Antivax appellent à entrer en résistance et manient le point Godwin comme on échange des banalités au Bar des Amis. Le président annonce les énièmes « mesures fortes » qui ne serviront pas à grand chose et tout le monde évite le sujet évident : la vaccination devrait être obligatoire.

Emmanuel Macron dans les tribunes du stade Loujniki de Moscou, le 15 juillet 2018 - Kremlin.ru - CC BY 4.0

Le président de la Startoupe Nation a fait son apparition dans les étranges lucarnes hier soir. La huitième depuis le début de la pandémie. Il a égrené sa liste de mesures pour enrayer l'explosion du covid version « variant Delta ». Des mesures souvent inapplicables qui vont en partie échouer. Tout est dans le « en partie ». Ce « en partie » se mesurera en nombre de morts, d'hospitalisés en réanimation, de victimes de Covid long. Par son incapacité à prendre la seule mesure qui permettrait d'éviter ce volume de « en partie », la vaccination obligatoire généralisée, le président continue de faire des paris qui se comptent en souffrance. Tout bénef, car, qu'il gagne ou qu'il perde, il ne paye rien.

Il faut remonter en arrière pour bien mesurer l'inanité des déclarations de mardi 12 juillet.

Le 31 mars dernier, Emmanuel Macron, dans l'une des ses apparitions expliquait : « Là où beaucoup de nos voisins ont décidé de confiner, il y a maintenant quatre mois, nos voisins Allemands par exemple, là où nous amis italiens en sont à leur quatrième confinement, nous avons, aussi par ces choix collectifs que nous avons fait, gagné des jours précieux de liberté, des semaines d’apprentissage pour nos enfants, nous avons permis à des centaines de milliers de travailleurs de garder la tête hors de l’eau sans jamais perdre le contrôle de l’épidémie. Nous avons donc je le crois bien fait. Croire en la responsabilité des Français, ce n’est jamais un pari. »

Une...