PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Calais : la résistance à l'inhumanité par l'humour

Monday 24 January 2022 à 11:40

Les migrants sont toujours « emmerdés  » quotidiennement par les forces de l'ordre

Arbre de noël décoré avec des grenades lacrymogène, peinture d'un passage piéton pour les migrants, les bénévoles moquent la répression qui s'abat sur les demandeurs d'asile.

Un sapin de Noël à la décoration très particulière - DR

Alors que les policiers et leurs auxiliaires découpent les tentes au cutter des migrants ou les détruisent au bulldozer, confisquent quasi-quotidiennement leurs effets personnels, donnent des coups de couteau dans les réservoirs d’eau ou perturbent les distributions alimentaires, des bénévoles de nombreuses ONG tentent de mettre un peu d'humanité dans cette folie sécuritaire.

Et la lutte passe aussi par l'humour, comme en témoigne deux actions entreprises par des bénévoles du Secours Catholique.

Françoise, une religieuse catholique, manie la dérision dans son action pour soutenir les migrants. Pour Noël, des bénévoles et des réfugiés ont décoré un arbre avec des grenades lacrymogènes qui pleuvent quasi-quotidiennement sur eux.

Il y a quelques temps, elle avait aussi peint, avec le jésuite Philippe Demeestère (celui qui a mené une grève de la faim pour exiger de l'Etat une prise en charge digne de ces personnes) un passage clouté au beau milieu d’une route nationale à Calais. A quoi ça sert? A rien. Mais cela permet de rappeler dans l'espace public l'existence de ces personnes.

Imaginez la scène. A trois heures du matin, la fringante octogénaire et le prêtre partent seau de peinture blanche et pochoirs en cartons à la main pour badigeonner une signalisation pour faciliter la traversée des migrants. «De nombreuses personnes traversaient cette route très passante à cet endroit pour aller prendre une douche dans le local du Secours Catholique, raconte sœur...

« Le poutinisme vise à la destruction systématique de tout ordre »

Friday 21 January 2022 à 14:56

Nicolas Tenzer, spécialiste de la Russie, tente de décrypter l'idéologie du leader russe.

Que cherche Vladimir Poutine ? Alors que l'armée russe masse des troupes à la frontière ukrainienne, c'est à cette question complexe que tente de répondre le président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique et éditeur de la publication "Desk Russie". Selon lui, la recherche permanente de l’instabilité voulue par le chef du Kremlin révèle sa véritable idéologie : un nihilisme.

Nicolas Tenzer, président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique - D.R. - C.C

Les bruits de bottes s'amplifient entre la Russie et l'Ukraine. Cette dernière a été victime ces derniers jour d'une attaque informatique possible. Une guerre entre les deux pays est-elle possible ?

Nicolas Tenzer : Il y a quelque mois, j'aurais dit que Poutine montrait simplement ses muscles pour obtenir des concessions, que c'était du bluff. Mais aujourd'hui, je n'en suis plus certain... Il n’existe pas que de la rationalité dans l’attitude de Poutine, ce qu’une analyse de son idéologie peut contribuer à montrer.

Que cherche Vladimir Poutine ?

Assez curieusement, il existe peu de travaux en profondeur sur ce que veut Vladimir Poutine, autrement dit ses buts ultimes. Plus précisément, beaucoup en restent à l’écume des choses ou aux manifestations momentanées de cette présumée volonté. Il sera aisé, en effet, d’établir que le régime russe entend sinon reconquérir, du moins dominer l’Ukraine, en l’empêchant si possible d’être un régime démocratique et libre, en tout cas en la neutralisant.

Il en va ainsi aussi du Bélarus et de la Géorgie ainsi que du Caucase où il contrôle de fait l’Arménie et a pris pied en Azerbaïdjan, et bien sûr du Kazakhstan. On pourra aussi considérer qu’il entend déstabiliser l’Afrique, affaiblir les démocraties occidentales et l’Union européenne et pousser autant que possible l’ensemble des mouvements opposés au libéralisme politique. Enfin, il entend corroder et, finalement, mettre à bas les règles de droit international...

Inquiétude à propos du variant Omicron BA 2

Thursday 20 January 2022 à 16:51

L'épidémiologiste Antoine Flahault décrypte les dernières évolutions de la pandémie.

L'envolée des cas de Covid au Danemark est dû à un nouveau variant Omicron encore plus contagieux. Le conseiller scientifique du directeur de l'OMS pour l'Europe invite la France à rechercher ce virus qui pourrait expliquer la flambée constatée dans notre pays. Il revient aussi sur la politique de test et de vaccination.

Covid 19 - © Reflets

Boris Johnson, le premier ministre britannique, a annoncé la fin à compter du jeudi 27 janvier, de l’essentiel des restrictions imposées pour lutter contre le variant Omicron en Angleterre. Le port du masque ne sera plus obligatoire, le télétravail ne sera plus recommandé officiellement et un passe sanitaire ne sera plus imposé. Comment jugez-vous l'annonce de ces mesures ?

Antoine Flahault : Le Royaume-Uni accompagne la décrue épidémique actuelle qui est rapide. Le R actuel est de 0,7 (c'est-à-dire qu'une personne contamine 0,7 autre, NDLR). Croire que l'immunité collective permettra d'empêcher toute nouvelle vague de revenir serait présomptueux, mais libérer les restrictions lors des accalmies peut être une preuve d'agilité et d'adaptation à une crise qui s'étire en longueur. Mais les décideurs et la population doivent être clairement informés qu'ils auront à rétablir rapidement ces restrictions en cas de détérioration de la situation, ce qui peut survenir à tout moment. Ces choix, c'est le problème des politiques.

A l'inverse, en France, le passe vaccinal doit être instauré très prochainement. A-t-il encore un intérêt ?

Ce n'est pas aux scientifiques de décider de la mise en œuvre d'une recommandation qu'ils font. Ce qui est certain, c'est qu'il faut le plus de gens vaccinés possibles. Le partage des rôles entre scientifiques et politiques est utile : les premiers essaient d'éclairer la décision...

Une nouvelle plainte pour « torture et actes de barbarie » contre le chef d'Interpol

Wednesday 19 January 2022 à 12:46

Elle est déposée alors que le général émirati Al-Raisi se trouve actuellement sur le sol français.

Le président d’Interpol est accusé par l'ONG Gulf Centre for Human rights (GCHR) d'être complice des tortures que subit l'opposant émirati emprisonné Ahmed Mansoor. William Bourdon, l'avocat de l'association de défense des droits de l'Homme, demande l'arrestation immédiate du général Al-Raisi par la France.

Le général Ahmed Naser Al-Raisi, nouveau patron d'Interpol - Ipixelpro - CC BY-SA 4.0

Une nouvelle plainte pour « torture » et « actes de barbarie » a été déposée mardi à Paris au pôle crimes contre l'humanité du parquet antiterroriste (PNAT) contre Ahmed Nasser Al-Raisi, le nouveau président d'Interpol, élu le 25 novembre 2021.

Selon Me William Bourdon qui est à l'origine de cette plainte pour le compte de l'ONG de défense des droits de l'Homme Gulf Centre for Human rights (GCHR), le général Al-Raisi se trouverait actuellement en France. « Nous avons constaté que le Secrétaire général d'Interpol, Jürgen Stock avait twitté qu'il accueillait le nouveau président pour sa première visite au siège de l'organisation à Lyon, donc j'ai immédiatement déposé la plainte, raconte l'avocat joint par Reflets. Les services de la procureure la République du pôle Crime contre l'humanité, m'ont assuré qu'ils procédaient à un examen de la plainte sans délai._ » Pour de tels faits, le PNAT peut de saisir de l'affaire sur la base de la compétence universelle.

Le général Al-Raisi, président d'Interpol, et son secrétaire général, Jürgen Stock, dans les locaux de l'organisation à Lyon, le 17 janvier 2022
Le général Al-Raisi, président d'Interpol, et son secrétaire général, Jürgen Stock, dans les locaux de l'organisation à Lyon, le 17 janvier 2022

Le patron d'Interpol avait déjà été visé par deux plaintes mais celles-ci avaient été classées par le Parquet pour absence de compétence, car l'Emirati ne résidait pas en France et ne se trouvait pas non plus sur le sol français. « Cette visite en France relance l'affaire et j'estime que la France...

« Le régime des Talibans est chaque jour un peu plus faible »

Sunday 16 January 2022 à 17:36

Entretien avec Ali Maizam Nazary, responsable des relations extérieures du Front de résistance nationale d’Afghanistan

A l'occasion de son passage en France, Reflets a pu participer à une visioconférence avec le porte-parole des insurgés organisée par l’Institut Prospective et Sécurité en Europe. Ali Maizam Nazary fait un tour d'horizon de sa vision de l'Afghanistan sous le joug des Talibans et des perspectives de la résistance dirigée par Ahmad Massoud.

Ali Maisam Nazary, porte-parole du Front de résistance nationale d'Afghanistant, le 14 janvier 2022 - DR

Le Front de résistance nationale est apparu en 2019 après l'ouverture des négociations entre les Etats-Unis et les Talibans. Il est dirigé par Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud, assassiné le 9 septembre 2001 par Al-Quaïda. Le mouvement est structuré autour de divers comités, en particulier le comité Militaire, le comité Politique, le comité aux Relations internationales – dirigée par Ali Maizam Nazary – ou encore les comités pour les Femmes, la Jeunesse, les Arts ou le Sport.

Quelle est l'évolution de la situation depuis l'arrivée des Talibans au pouvoir ?

Ali Maizam Nazary : Les Talibans ont été incapables de mettre en place un État. Les institutions ne fonctionnent pas, des commandants locaux ont le pouvoir. C'est une sorte d'anarchie qui règne. On constate aussi une augmentation des activités criminelles comme le trafic de drogue ou la traite d'êtres humains. La vente de femmes et d'enfants est aujourd'hui bien documentée.

Au départ, les Talibans ont lancé le djihad contre des forces étrangères présentes dans le pays. Mais cette période est finie. Désormais ils ont une responsabilité : prendre soin de la population. Et ils en sont incapables. Ils répètent que Dieu va fournir ce dont les gens ont besoin... Il y a un manque de leadership de leurs responsables.

Dans les faits, nous déplorons une grave crise humanitaire. Mais la racine de cette crise est que des groupes terroristes ont pris le pouvoir. La plupart des ONG...