PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Jawad Bendaoud dans le texte…

samedi 27 janvier 2018 à 19:35
Il s’est fait connaître en accordant une interview à la télévision après l’assaut de la planque des terroristes du 13 novembre 2015. Il avait loué un appartement (qui ne lui appartenait pas) aux terroristes. Jawad […]

Jawad Bendaoud dans le texte...

samedi 27 janvier 2018 à 19:35

Il s'est fait connaître en accordant une interview à la télévision après l'assaut de la planque des terroristes du 13 novembre 2015. Il avait loué un appartement (qui ne lui appartenait pas) aux terroristes. Jawad Bendaoud est une sorte de Jean-Pierre Papin du trafic de stupéfiants, un philosophe qui s'ignore.

Big

Ses sorties tragi-comiques ont fait le tour du Net. Petit florilège au moment où s'ouvre son procès...

"Vous savez, le mec dans l'imprimerie avec les Kouachi il a pas choisi. Moi j'ai pas choisi non plus. On m'a vendu un boeuf bourguignon et j'ai fini avec un couscous". Au tribunal.

"Je ne sais pas si y a des consommateurs de cocaïne dans la salle. Mais c'est un peu je prends un gramme et pic et pic et colégram". Au tribunal.

La seule fois où j'ai vu des explosifs, c'est avec Jack Bauer, Enquête Exclusive, tout ça". Au tribunal.

"Ils (des amis, NDLR) me ramènent une Maghrébine qui fume des Marlboro Light. Comment je peux savoir que ces gens-là vont me ramener des kamikazes ?" Au tribunal.

"C'est comme si vous me disiez que Snoop Dog, il fait des soirées avec Ben Laden". Au tribunal.

"Moi, concevoir un détonateur, vous me mettez 25 grammes avec un fil, j'ai peur que ça m'explose à la gueule", dit-il à la présidente, qui lui répond: "Oui le TATP c'est très instable." Au tribunal.

"Moi terroriste, c'est comme si Joey Starr rejoint Daech. Ça a très peu de chance d'arriver". Au tribunal.

Il a traité les terroristes de "fils de pute" et s'en explique :  "J’ai dit que c’était à cause de gens comme ça qu’on ne pouvait plus rouler sans permis et vendre de la drogue". Au tribunal.

"On essaye de me faire passer pour un...

François Molins, les données de connexion, l’arrêt Tele2 et le chiffrement : un casse-tête

jeudi 25 janvier 2018 à 18:16
Il faut parfois savoir lire entre les lignes. La presse s’est faite l’écho d’une déclaration du procureur de Paris, François Molins. Ce dernier s’inquiète des « conséquences désastreuses » d’un accès restreint aux données de connexion dans […]

François Molins, les données de connexion, l'arrêt Tele2 et le chiffrement : un casse-tête

jeudi 25 janvier 2018 à 18:16

Il faut parfois savoir lire entre les lignes. La presse s'est faite l'écho d'une déclaration du procureur de Paris, François Molins. Ce dernier s'inquiète des "conséquences désastreuses" d'un accès restreint aux données de connexion dans le cadre d'enquêtes antiterroriste. Mais encore ?

Big

A première vue, on peut se dire que le procureur s'inquiète de ne pas avoir accès aux données de connexion, en d'autres termes, principalement, aux données de téléphonie. Or, tous les dossiers d'instruction des affaires liées au terrorisme débordent de "données de connexion". C'est même une véritable orgie. On se demande d'ailleurs comment travaillait la police pour résoudre des crimes avant l'apparition des téléphones portables. En ce qui concerne les "données de connexion" liées aux mails, les dossiers liés au terrorismes sont également fournis. La justice obtient sans trop de mal toutes les informations qu'elle demande de la part des grands fournisseurs de mail comme Gmail ou Yahoo, pourtant sociétés étrangères.

Alors, à quoi rime cette soudaine inquiétude du procureur ? La grande crainte des autorités vient d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union Européenne. Les Exégètes amateurs avaient planché sur ce sujet.

Elle ne s'en vante pas, mais la France fait tout ce qu'elle peut, officieusement, pour tenter de renverser cette jurisprudence. Plusieurs hauts responsables français s'inquiètent en off des répercussions potentielles de cet arrêt de la cour de justice de l'UE. De fait, celui-ci pourrait potentiellement mettre en péril des dossiers en cours. Ou, si l'Etat Français se rangeait à la décision, il mettrait en difficulté les services d'enquête qui se reposent dangereusement sur ces...

Macron et les 1 % : le tweet du berger à la bergère

jeudi 25 janvier 2018 à 17:14

Missing

Lors de son discours à Davos, Emmanuel Macron dénonçait un « capitalisme de stars qui bénéficient de la financiarisation et de la technologie », s'en prenant aux 1 % de la population accaparant l'essentiel des richesses.

Réagissant sur Twitter, l'économiste Maxime Combes faisait un rappel fort judicieux à propos de la politique économique et sociale du même président de la République française, Emmanuel Macron :

SERIEUX ?

A #Davos @EmmanuelMacron dénonce la concentration des richesses sur les 1%

En France, il a pourtant :

supprimé #ISF réduit l'imposition du #capital augmenté la #CSG baissé les #APL refusé tout coup de pouce au #SMIC ouvert la #ChasseAuxChômeurs pic.twitter.com/7ryGnEUkwy

— Maxime Combes (@MaximCombes) 24 janvier 2018