PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Les forces de l’OTAN utilisent des radios dont le coeur est fabriqué par … la NSA

jeudi 4 décembre 2014 à 15:56

MBITRC’est sans doute une information connue dans le petit monde du complexe militaro-industriel, mais ce ne l’était pas tout à fait pour nous. L’équipement radio des troupes de l’OTAN, l’AN/PRC-148, a été fabriqué pendant des années par Thales Communications, une filiale du groupe Thales. Une belle réussite française donc. Thales est un pivot du complexe militaro-industriel français, et une très vielle connaissance d’Amesys. Voilà de quoi réjouir des Arnaud Montebourg, ou d’autres chantres du made in France. Petit bémol toutefois, le coeur de cette radio n’est pas tout à fait Français. Il est fabriqué par la NSA, la fameuse agence devenue soudain planétairement célèbre après les révélations d’Edward Snowden.

L’AN/PRC-148 embarque de la cryptographie dans un microcircuit spécifique appelé Hellatite. Qui fabrique ce microcircuit ? Le Special Processing Laboratory (SPL) de la NSA.

Si l’on se réfère à ce qui a été publié dans la foulée de la mise à disposition des documents d’Edward Snowden, mais aussi de cet article récent de The Intercept sur les réseaux GSM et la NSA, on peut raisonnablement imaginer que le SPL a fourni aux autorités américaines les outils pour monitorer tout ce qui passait par ces radios.

thales

On a retrouvé les divisions du Parti Socialiste !

mardi 2 décembre 2014 à 17:14

rosam

Il y a quelques temps, Reflets vous parlait des adhérents du Parti Socialiste. Plus précisément, de la difficulté à obtenir du PS des chiffres précis. Nous évoquions le nombre d’adhérents figurant dans un listing disponible en 2006 sur le site du PS : 133 831 adhérents. Le 30 novembre 2014, au micro d’Europe 1, Jean-Christophe Cambadelis a lâché le morceau : ils ne sont plus que 60 à 70.000 à jour de cotisation.

Une assez belle hémorragie de 50% depuis 2006. Rassurons-nous, ou pas, l’UMP a probablement connu la même.

Maintenant, la question à 2 cents d’euros de Reflets est la suivante : la base Rosam existe-t-elle encore ? Si oui, l’ensemble des champs de la base est-il conforme aux prescriptions de la CNIL en matière de fichiers de partis politiques. La réponse viendra peut-être rapidement. Qui sait ?

Reflets offre une leçon de SEO à un pro

mardi 2 décembre 2014 à 12:18

LilBoy-est-mortIl parait que le SEO (Search engine optimization) est un métier. Depuis un moment. Il y a des tonnes de bouquins sur ce sujet. Et à notre connaissance, il n’y qu’une seule agence qui fasse cela correctement (full disclosure : c’est un ami qui l’a créée). Il y a mille façons de faire apparaître un lien sur la première page des réponses de Google. La plupart sont contre-productives, en tout cas sur le long terme. Ce qui est intéressant pour la foultitude d’agences qui ont envahi ce terrain, c’est que les responsables des entreprises qui sont leurs clientes, sont totalement ignares dans ce domaine. Cela a permis par exemple à l’agence en charge du référencement de Reflets de s’épanouir et de flirter avec les dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires.

Pour être à tout moment, quel que soit l’article, en première position de Google, nous n’hésitons pas, bien entendu, à passer un coup de Baume Référencement sur tous nos papiers avant de les publier. Tout cela pour vous dire que le référencement, on connaît un peu, puisque l’on pratiquait déjà cet art vaudou au milieu des années 90. Alors, lorsque l’on reçoit un mail comminatoire d’un expert en SEO, nous demandant de retirer un lien sur un article de Kitetoa.com, « or else », on a tendance à rigoler. Jaune.

Ce soir, SEOExpert nous a envoyé un mail cryptique et passablement énervant. Au fil de la discussion, le projet est né dans ma tête de troll patenté et d’expert non reconnu du SEO, de lui expliquer comment obtenir un référencement de qualité et durable (une vingtaine d’années si je ne meurs pas avant – et encore…) pour son patronyme et le nom de l’agence dans laquelle il travaille. Mais après avoir discuté avec le responsable de l’agence qui s’est excusé de cette démarche peu maligne, après avoir relu les échanges trois fois, je me suis dit qu’il était idiot de plomber sa carrière alors qu’il est encore si jeune. Nous l’appellerons donc SEOExpert.

Donc, SEOExpert nous adresse un mail cryptique :

Bonjour,

Suite à une pénalisation du site de notre client par Google, je me vois dans l’obligation de vous demander de retirer les liens de votre site pointant vers l’URL suivante : 

www.lurl.com

qui sont positionnés sur les pages suivantes :

www.kitetoa.com/lepapiergentilquicontientlurl.html

Ayant constaté que l’article sur kitetoa.com est particulièrement neutre et même limite bienveillant pour son client, ne comprenant pas grand chose à ce mail et ayant constaté avec l’adresse email de SEOExpert qu’il ne s’agissait pas d’un hoax, je lui réponds en lui demandant des éclaircissements.

Là, je crois que j’ai dépassé les limites.

Bonjour,

Il est tout a fait compréhensible pour le reste de vos collègues auprès de qui je fais la même demande.

Il y a une première fois à tout!

Le site lurl.com a subi une pénalisation pour liens factices de la part de Google. Et comme vous le savez surement, cela vient des campagnes d’acquisition de liens via les annuaires généralistes et autres sites faisant trop de liens sortant ou avec des ancres suroptimisés.

Les liens que vous faites vers le site lurl.com peuvent etre jugés comme toxiques par Google. De ce fait je me permet de vous demander de retirer ces liens afin que Google ne les prennent plus en compte.

Dans le cas contraire, je me verrai obligé de déclarer votre site comme un site spammant or ce n’est pas m’a volonté ni celle du client.

Est-ce assez claire? Si vous avez des questions n’hesitez pas. Je reste à votre disposition.

Voyons voir… Récapitulons. Kitetoa.com a écrit un article au début des années 90, qui évoque, plutôt positivement une entreprise, et à l’époque, avait mis un lien pour que les gens puissent accéder au site Web institutionnel de l’entreprise. Flash forward :  en 2014, SEOExpert, mandaté par l’entreprise en question m’écrit pour se plaindre que Google pénalise le lien vers le site en question, parce -probablement- à un moment ou à un autre, ledit site a fait appel à un magicien vaudou du référencement. SEOExpert m’enjoint donc à retirer dare-dare le lien que j’avais fait dans les années 90 sans quoi… Il me dénoncera (à qui, sous quel prétexte ?) comme site spammant.

J’avoue avoir tremblé comme une feuille. La litanie de lettre recommandées m’enjoignant de retirer tel ou tel article de Kitetoa.com m’est soudain revenue en mémoire. Lettres d’avocats, lettres de particuliers, lettres à mon hébergeur, lettres à mon registrar… Toutes promettant les foudres du ciel. Jamais on ne m’avait menacé de me dénoncer comme spammeur.

Encore moins pour avoir fait un lien simple vers un site.

Je réponds donc sur le même ton à SEOExpert :

re-bonjour SEOExpert,

Je crois que vous engagez sur une pente savonneuse qui risque de produire l’effet inverse à celui que votre société et votre client recherchez.

Je ne suis en rien responsable des liens « factices » que vous évoquez.

Essayez de vous documenter un peu sur la jurisprudence liée aux liens opérés par des sites vers d’autres sites, dans le cadre d’articles de presse.

C’est un premier point.

Deuxièmement, je vous recommande de vous documenter sur le site auquel vous demandez de retirer un lien dans un article et sur son auteur.

En troisième lieu, vous devriez prendre quelques instants pour vous documenter sur l’effet Streisand.

Enfin, vous devriez prendre en compte le fait que lorsque l’on demande un service à quelqu’un, il est préférable de dire « s’il vous plaît » plutôt que d’employer un ton comminatoire.

Bien à vous,

Ce sur quoi SEOExpert me répond grosso-modo que ma qualité de journaliste ne m’autorise pas plus qu’un autre Webmaster à faire des liens hypertexte :

Monsieur,

Nous n’avons rien à caché donc aucunes craintes que quelque chose soit diffuser.

Vous etes malgré vous responsables des liens en provenance de vos domaines. Maintenant ce n’est pas une question de jurisprudence ou meme de justice. Je vous parle d’un cas particulier qui concerne exclusivement le moteur de recherche Google.

Maintenant si le fait d’avoir collaborer sur des médias d’envergure nationale vous donne plus de droits qu’un autre webmaster. Que voulez vous que je vous dise?

Je pense avoir été courtois avec vous que ce soit dans mon premier mail ou dans le second dans mon explication.

Bon courage pour la suite,

Bon courage ? Mon cher SEOExpert, c’est à vous qu’il faudrait beaucoup de courage pour l’avenir s’il m’avait pris l’idée d’énoncer votre patronyme ici ou ailleurs. Vous auriez enfin compris comment fonctionne le SEO et plus particulièrement, le référencement naturel qui repose sur deux pilier, dont l’un semble vous aveugler : les liens hypertexte et la qualité des contenus mis en ligne.

Pour un bon référencement magique, il faut à la fois des liens vers le site que vous voulez propulser sur la première page des réponses de Google, mais aussi et surtout, un contenu de qualité, c’est à dire informatif. C’est sur ces deux points que se plantent lamentablement toutes les agences qui font commerce dans ce secteur.

Elles ajoutent des liens n’importe où, ce qui déplaît au Dieu Google.

Backlinks

Mais surtout, elles créent du contenu marketing. Peu importe que Google soit un junkie du marketing dont il est par ailleurs un Michel-Ange. Il n’aime pas que l’on vienne titiller ou tenter de contourner son algorithme avec du marketing.

Parvenir à placer un lien sur la première page des réponses de Google (si tant est que cela ait un sens), est finalement assez trivial. Le faire rester là pendant dix ou vingt ans, est une autre paire de manches. Et ça, il est probable qu’aucune agence n’y parvienne.

D’une part les actions de ces agences sont ponctuelles, elles ne s’inscrivent pas sur une telle durée, d’autre part, les contenus créés ne restent pas. Purement marketing, ils sont hébergés sur des plates-formes qui disparaissent du Web.

Même les ministères sont coutumiers du fait. Ils ouvrent des sites qui meurent au premier renouvellement du nom de domaine. Adieu contenu, adieu SEO.

En revanche, cher SEOExpert, ce qu’il y a de bien avec des vieux dinosaures comme nous, c’est que les sites sont là depuis 1997, que jamais un seul contenu n’a été retiré, quels que soient les courriers reçus, et que les textes seront encore là dans dix ou vingt ans. Du coup Google aime bien. D’autant que le nombre de liens pointant vers nos contenus augmente au fil des ans, rendant nos contenus toujours plus « populaires » pour l’algorithme du moteur de recherche.


In memoriam Lilboy, notre maître à tous en SEO

La loi Veil a eu 40 ans : retour sur son histoire

vendredi 28 novembre 2014 à 20:46

3741835136Le 26 novembre de cette année, date anniversaire de l’ouverture des débats de la loi Veil de 1975, ce texte a été revoté de façon symbolique. Une façon d’assoeir cette loi une bonne fois pour toute et de faire taire les rumeurs quand à une probable remise en cause dans le droit fil de ce qui a été tenté en Espagne. Elle a été votée par 147 députés sur 150.

Si certains d’entre eux se sont insurgés contre ce vote symbolique, d’autres ont carrément voté contre, tel le député UMP des Yvelines et président du Parti-chrétien démocrate, Jean-Frédéric Poisson, qui expliquait son point de vue « Je suis en principe opposé à tout acte qui consiste à mettre fin à la vie d’un être humain innocent. (…) L’avortement est une réalité grave, souvent douloureusement vécue par les femmes« .

Christine Boutin, présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate, a quant à elle affirmé sur twitter « Il y a 40Capture du 2014-11-28 13:04:32 ans je recevais un coup de poignard dans le cœur avec le vote de cette loi ! Il entraîna ma carrière politique ! « .

Jacques Bompard, député apparenté extrême-droite, s’est quant à lui lui excusé de voter contre, estimant que les avortements sont de « nombreux attentats contre le bon sens».

Mais rappelons quelques dates clefs. En 1967, est votée la légalisation sur la contraception. En 1971, est publié le manifeste des 343. En 1972, le procès de Bobigny fait scandale. En 1973, parait le manifeste des 331.

Simone_Veil_(1993)_by_Erling_MandelmannÀ la suite de son élection, Valéry Giscard d’Estaing, charge alors Simone Veil, Minisitre de la Santé, de proposer un projet de légalisation sur l’avortement.

Elle tiendra ce discours devant l’assemblé Nationale :

« Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ? Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme – Je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. »

La loi est adoptée à la presque majorité des députés de gauche et du centre.

La loi Veil, IMG (Interruption médicale de Grossesse), légalise donc l’avortement sous certaines conditions :

L’IMG peut être pratiquée à tous moment de la grossesse.

Il ne faut pas confondre IMG et IVG.

L’IVG votée parallèlement à l’IMG, permet à toute femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse de demander à un médecin l’interruption de sa grossesse, qu’elle soit majeure ou mineure, française ou étrangère. Seule la femme concernée peut en faire la demande et seul un médecin peut la pratiquer, jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse. Ceci est un droit garanti par la loi (article L.2212-1 du code de la santé publique).

Cette loi a bien évidemment évolué au fil des années, et la durée légale durant laquelle l’IVG est encore possible a été revue de nombreuse fois.

Rappelons également que, l’IVG est légalisée, en France, au Canada, en Suisse, et en Italie. Que le fœtus n’a, aux yeux de la loi française, pas d’existence en tant que personne légale. Que l’IMG, ou encore interruption thérapeutique de grossesse (ITG), n’est en rien comparable à l’IVG pour les raisons précédemment énoncées.

Dans l’histoire, avant la loi Veil en faveur de l’IMG et de l’IVG, les femmes désirant avorter devaient le faire clandestinement, souvent hors médicalisation, et dans des conditions particulièrement précaires. Ces avortements avaient des conséquences souvent très lourdes. On utilisait des produits chimiques, divers objets perçants ou encore des plantes, ce qui avait pour conséquence d’entraîner de graves blessures internes, la stérilité (et même parfois la mort), sans pour autant aboutir à un avortement.

Elles consistaient à :avortement (1)

Les conséquences de ces « avortements » étaient graves. Nombre de ces femmes, mouraient, tombaient malades, ou devenaient stériles. Les connaissances médicales de ces soit-disant « médecins » clandestins étaient si limitées, qu’ils détérioraient l’appareil reproducteur des femmes, en perçant les trompes, la vessie, et en y introduisant des bactéries par le biais d’objets non stérilisés. Beaucoup de femmes mourraient d’hémorragies, dues à un avortement incomplet, ou encore parce qu’un organe avait été abîmé et percé ou déchiré.

En 2015, on sait que ces pratiques existent encore, et ce, même dans les pays où l’IVG est légalisée.

Cette loi continue malgré tout de faire scandale. A l’heure où l’être humain est libre de son corps, libre de ses choix, un grand nombre de personnes sont encore pour son abolition.

L’Espagne a tenté en 2014 de revenir sur le droit à l’avortement.

Les détracteurs de cette loi avancent souvent des arguments qui effectivement peuvent faire sens, comme le fait qu’un embryon, même s’il n’a pas de statut légal, reste un être vivant et qu’on ne peut sous aucune condition interrompre sa vie. Selon eux, il existe par ailleurs suffisamment de contraceptifs pour éviter les « accidents ».

dodifont-001-imgIl est effectivement indéniable qu’à 12 semaines de grossesse, une échographie permet rapidement de constater que cet embryon ressemble bien à un être humain. Il est effectivement réaliste de dire qu’aujourd’hui nous disposons d’un grand nombre de moyens contraceptifs et nous ne parlons pas ici des préservatifs. Mais contrairement aux idées reçues, les contraceptifs ne sont pas fiables à 100%.

En outre, une femme sait ce qui se passe lorsqu’elle tombe enceinte. Une femme sait qu’elle porte la vie, que cela fasse deux jours ou 6 six mois. Une grossesse n’est pas toujours désirée, une grossesse n’est pas toujours la bienvenue, les conditions ne sont pas toujours les plus favorables, la façon dont une femme est tombée enceinte n’est peut-être non plus idéale (viol, inceste, …). Il est sans doute toujours, toujours préférable d’éviter une IVG. Mais il appartient aux femmes, de choisir leur grossesse.

Une IVG laissera toujours une trace. Une IVG n’est pas un acte anodin. Aucune femme ne fait ce choix de gaieté de coeur. Aucune n’aimerait avoir à faire ce choix un jour. Aucune femme ne veut supporter le regard du médecin ou de son entourage.

C’est pour toutes ces raisons et tellement d’autres encore, que cette loi Veil à été revotée à titre symbolique ce 26 novembre 2014.

Comme le souligne Catherine Coutelle (PS) Présidente de la Délégation aux Droits de Femmes , « le droit universel des femmes à disposer librement de leur corps (qui) est une condition indispensable pour la construction de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et d’une société de progrès».

Merci Madame Veil pour cette loi, pour toutes ces femmes qui en ont un jour eu besoin, et pour toutes celles à venir qui devront faire ce choix si difficile.

Intialement publié sur Godzimama

Elections #UMP : et le gagnant est… Bozo le clown !!!

vendredi 28 novembre 2014 à 20:22
EDIT 2 :
Normalement,un scrutin électronique, ça se passe comme ça :
<script type="text/javascript"> jQuery(document).ready(function($) { $('#wp_mep_1').mediaelementplayer({ m:1 ,features: ['playpause','current','progress','duration','volume','tracks','fullscreen'] }); });
Mais dans la vraie vie, ça se passe comme ça :
EDIT 1 :

Le vote des primaires de l’UMP a débuté. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes :

Votez Bozo !

Ça devient lassant… Dans 40 minutes, l’un de ces répertoires publics contiendra les votes des militants UMP… fear.
Capture d’écran 2014-11-28 à 19.25.09