PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Journaliste : une profession en voie de disparition

Thursday 22 November 2018 à 11:35

Et le pire, c'est que c'est sans doute normal

Est-ce le journalisme en tant que tel qui disparaît ou une certaine forme de journalisme ? Quoi qu'il en soit, dans le monde qui vient, la presse du monde d'hier ne sera plus. Tout étant cyclique, évolutif, c'est sans doute assez logique.

Kodachrome 64 - Mailbox - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

Il n'y a pas "une" presse, mais "des" presses. Peut-on raisonnablement dire que Voici et Le Canard Enchaîné sont le même produit ? Que Mediapart et Le Figaro sont interchangeables ? Pour fabriquer un journal, papier ou électronique, il faut des "ouvriers". Des journalistes, des maquettistes, des informaticiens, des pros de l'UX, on en passe. Ces ouvriers ne fabriquent pas le même produit selon qu'ils travaillent dans telle ou telle entreprise de presse. Le monde change et la presse avec. Désormais, il y a une majorité de titres qui tendent vers l'infotainment ou une forme de publicité déguisée, en réalité, des contenus adaptés aux besoins des annonceurs. Sur le Web, la plupart des journaux a pris le parti de monétiser les visiteurs et les données personnelles de ces derniers. On ne vend plus de l'information, on produit de l'information qui attire des visiteurs, dont on vend les données. Bref, la presse devient un vendeur de données personnelles.

Quand Le Monde envoie les données des visiteurs qui consultent sa page d'accueil à une trentaine de sites tiers, c'est à dire à d'autres entreprises, il ne le fait pas par bonté d'âme. Il le fait parce que cela lui rapporte de l'argent.

Sites tiers sur Lemonde.fr - Copie d'écran - CC
Sites tiers sur Lemonde.fr - Copie d'écran - CC

Quand Libération envoie les données de ses visiteurs à plus de 70 sites tiers, c'est aussi parce que c'est son business.

Sites tiers sur Liberation.fr - Copie d'écran - CC
Sites tiers sur Liberation.fr - Copie...

Un cookie fait son apparition sur Reflets

Monday 12 November 2018 à 19:20

Après plusieurs mois à tenter de résister aux sirènes du Marketing Digital 2.0 , Reflets s'est finalement décidé à mettre en œuvre un outil de mesure d'audience.

Notre principale métrique depuis le passage à un système d'abonnements était, justement, le nombre d'abonnements. Vous avez été très nombreux à nous faire confiance et à soutenir notre travail et toute l'équipe — particulièrement notre comptable bahaméen — vous en remercie. Néanmoins, nous manquions de recul quand à la fréquentation de nos articles, aux thématiques qui vous intéressent le plus.

Message de service du comptable de Reflets - © Reflets
Message de service du comptable de Reflets - Reflets

Pour être un peu moins aveugle, nous avons donc lancé un serveur Matomo. Il s'agit d'une solution équivalente à Google Analytics, à ceci près qu'il s'agit d'un logiciel libre et que nous l'hébergeons sur notre propre infrastructure. Aucune donnée concernant nos lecteurs ne sort de chez nous et le directeur marketing (il n'y en a pas) ou le directeur commercial (il n'y en a pas) de Reflets n'ont pas accès à ces informations.

Comme le recommande la CNIL, la durée de vie du cookie déposé par notre serveur Matomo est limitée dans le temps. Le serveur est configuré de telle sorte que les adresses IP sont anonymisées, la géolocalisation volontairement imprécise. Enfin, nous respectons, le cas échéant, votre paramétrage Do Not Track et vous avez la possibilité de désactiver le dépôt du cookie de suivi depuis notre page...

#NonRetour : Les carbo-fascistes prêts à se payer l'Amazonie

Monday 12 November 2018 à 13:50

Le nouvel axe de la droite dure menace le plus grand réservoir de bio-diversité au monde

Ça y est, la sonnette d'alarme a enfin été tirée. Ban Ki-Moon l'a annoncé, le monde a "atteint un point de non retour climatique". La politique des petits pas, un petit pas en avant, deux petits pas en arrière, ne suffirait décidément plus.

Déforestation en Amazonie - WWF

Dans son dernier rapport, le GIEC a appelé à des transformations rapides et d'une ampleur "sans précédent". Et ceci pour espérer rester dans l'estimation la plus optimiste, celle d'un réchauffement de 1,5 C à l'horizon 2100, celle que nous pourrions nommer le dérapage contrôlé. Car à 2 C, le climat commence à s'emballer. Le "système Terre" oscille, condamnant au passage écosystèmes, banquises et modèles actuels de développement humain. Quand au scénario numéro trois, celui que visent les fameux accords de Paris, nous en savons peu. Tablant sur un réchauffement de 3 C mais plus probablement 5C, ce scénario prévoit la sortie du modèle de climat tel que nous le connaissons. C'est le grand saut dans l'inconnu. La planète étuve.

Serait-ce le scénario qui aurait effrayé notre ministre de l'écologie, et grossiste en shampooing, Nicolas Hulot, le poussant à démissionner en ces termes :

"Non, je ne comprends pas que nous assistions globalement les uns et les autres à la gestation d'une tragédie bien annoncée dans une forme d'indifférence. [...] Je ne comprends pas comment, après la conférence de Paris, après un diagnostic imparable qui ne cesse de se préciser et de s'aggraver de jour en jour, ce sujet est toujours relégué dans les dernières priorités."

Différents scenario de réchauffement par rapport aux émissions de gaz carbonique - United Nations - Carbon Offset Platform
Différents scenario de réchauffement par rapport aux émissions de gaz carbonique - United Nations - Carbon Offset Platform

Par cette démission choc, sous...

Macron et les sans-papiers, une histoire d'amour

Thursday 8 November 2018 à 16:12

Emmanuel Macron répondant à une question idiote - Copie d'écran - D.R.

L'émission Quotidien a diffusé des images du président Emmanuel Macron s'adressant à des anciens combattants. Les micros tournaient, ce qui donne à voir un président tout à son affaire pour expulser les envahisseurs, ceux qui vont procéder au "Grand Remplacement". Un militaire lui demande : "Quand mettrez-vous les sans-papiers hors de chez nous ?". Réponse en mode funambule sur une corde entre deux pics à 2000 mètres d'altitude : "Haaaa, ceux qui n'ont pas de papiers et qui n'ont pas le droit d'asile, croyez-moi qu'on va les... On va continuer le travail". Les sans-papiers qui n'ont pas le droit d'asile...

Par principe, un sans-papiers n'a pas le droit d'asile. Au mieux, il tente de le demander. Imaginons qu'Emmanuel Macron ait voulu parler de ceux qui n'ont pas obtenu le droit d'asile. Parle-t-il de ceux qui l'ont demandé et ne l'ont pas obtenu, ou de la multitude qui est expulsée avant même de l'avoir demandé, comme nous l'avons démontré dans notre dossier sur la vallée de la Roya, parce que l'Etat français les empêche de le faire ?

Dans tous les cas de figure, Emmanuel Macron adopte la stratégie (qui a échoué) de Nicolas Sarkozy : parler leur langue aux électeurs potentiels du Front National RN. En celà, il participe à la polarisation des questions qui séparent les Français.

Monde de merde...

Wednesday 7 November 2018 à 17:02

Bienvenue dans un avenir très incertain

Les petits signes se multiplient... Nous allons vers un monde de merde, comme disait George Abitbol. Espérons que nos enfants feront mieux que nous...

George Abitbol - D.R. - D.R.

Trump aux Etats-Unis, Salvini en Italie, Erdoğan en Turquie, Duterte aux Philippines, Orban en Hongrie, Duda en Pologne, Poutine en Russie, on pensait que l'extrême-droite, le populisme rance avaient fait le plein. Eh bien non... Voilà que le Brésil élit Bolsonaro. Un nostalgique de la dictature militaire qui a plombé le pays de 1964 à 1985. Selon Bolsonaro, «L'erreur de la dictature a été de torturer sans tuer. » On ne peut pas lui reprocher de ne pas être clair :«Oui, je suis favorable à une dictature! Nous ne réglerons jamais les problèmes de la nation avec cette démocratie irresponsable!»

Un truc à la mode visiblement, ce truc de l'homme « fort », « autoritaire ». Il y a quelques jours l'Ifop sondait les français avec cette question : « Certains pensent que la France doit se réformer en profondeur pour éviter le déclin mais qu’aucun homme politique élu au suffrage universel ne disposera plus du pouvoir nécessaire pour mener à bien ces réformes et que dans ce cadre, il faudrait que la direction du pays soit confiée à un pouvoir politique autoritaire, quitte à alléger les mécanismes de contrôle démocratique s’exerçant sur le gouvernement. Etes-vous tout à fait d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas du tout d’accord avec cette opinion ? » Surprise, 40% des sondés répondent par l'affirmative...

A ce stade, on serait tenté de se résigner... Les électeurs ont les dirigeants qu'ils méritent...

La multiplication des « fascistes » à la...