PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Eric Mohammed Said Rabe al-Sahhaf, chargé des relations presse de Hacking Team

mardi 14 juillet 2015 à 23:41
eric-rabe

Eric Rabe, chargé des relations avec la presse chez Hacking Team

L’affaire Hacking Team nous permet de replonger au coeur d’une problématique vieille comme la presse : les rapports entre les journalistes et les communicants. Le discours de l’entreprise n’est qu’une vérité. Celle de l’entreprise. Elle reflète le monde tel que le voit l’entreprise. Pas tel qu’il est. Le journaliste, de son côté, tente de montrer le monde tel qu’il est. Mais comment savoir à quoi ressemble le vrai monde intérieur d’une entreprise si celle-ci fait tout pour en interdire l’accès ? A part trouver une source au sein de Hacking Team, c’était un peu compliqué. La mise à disposition de tous les mails de l’entreprise permet de se faire une idée de ce que les salariés, patron et chargé des relations avec la presse en tête, faisaient lorsqu’ils étaient en relation avec un journaliste. Ils tentaient de l’enfumer.

Ce n’est pas une nouveauté. C’est un peu le rôle des chargés des relations avec la presse dans toutes les entreprises. Faire passer une vision biaisée de la réalité qui fait apparaitre l’entreprise sous son meilleur jour. Dans ce cas, on peut raisonnablement s’intéresser sur l’intérêt pour un journaliste de donner systématiquement, comme une sorte de bonne pratique, la parole à une entreprise lorsqu’il écrit à son propos. Quel intérêt pour le lecteur ? Limité. Mais au delà du rôle d’enfumage, tous les chargés des relations avec la presse n’ont pas le même mépris de leurs interlocuteurs que celui des salariés de Hacking Team.

C’est le point qui ressort le plus des échanges de mails entre Eric Rabe, responsable des relations avec la presse, et les dirigeants de Hacking Team.

muhammad-saeed-al-sahhaf

Parmi les icônes des relations presse, il y a eu le ministre de l’information de Saddam Hussein, Mohammed Said al-Sahhaf. Il y a désormais Eric Rabe.  Le premier déclarait encore sans rire que les soldats américains se suicidaient aux portes de Bagdad alors que ceux-ci patrouillaient déjà dans les rues de la ville. Le second affirmait sans rire que sa société faisait très attention à l’usage de ses produits et pouvait en bloquer l’usage si ses enquêteurs relevaient des atteintes aux Droits de l’Homme. Dans le même temps, la société s’interrogeait sur la nécessité de se séparer de son client éthiopien qui avait été repéré par Citizen Lab en train de pirater les moyens de communication d’un journaliste opposant résident aux Etats-Unis. Ce questionnement ne résultait pas de l’usage indu de leur produit mais sur le fait que cela nuisait à l’image de Hacking Team

Voici quelques échanges qui permettent de se rendre compte de l’état d’esprit des dirigeants de Hacking Team vis-à-vis des journalistes.

Lorsqu’un journaliste suisse contacte Hacking Team pour obtenir sa position, le patron David Vincenzetti, renvoie un mail lapidaire :

We will ignore this request.

David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

On Nov 19, 2013, at 11:14 AM, Bagnato, Riccardo (RSI) <Riccardo.Bagnato@rsi.ch> wrote:

Dear Mr Rabe,

My name is Riccardo Bagnato, Swiss Public TV.

We wish we could have an interview with someone at Hacking Team in Milan.
We could reach the society in an hour almost, but we need to know  whether it’s possible asap cos.
The report focus is today’s news: https://www.privacyinternational.org/sii
I talked already to someone at Hacking team who told me to talk to you first.

You can reach me at: 0041-091 803 6298

Thx
Riccardo Bagnato

Lorsqu’un journaliste israélien contacte Hacking Team, le patron a toujours sa réponse lapidaire :

I vote for dropping this one.

David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

Begin forwarded message:

From: אביב מזרחי <aviv-mi@ynet.co.il>
Subject: a questions about a hacking team services
Date: July 1, 2014 at 12:04:19 PM GMT+2
To: « ‘info@hackingteam.com' » <info@hackingteam.com>
Cc: אהוד קינן <ehud@ynet.co.il>, « ‘avivmiz@gmail.com' » <avivmiz@gmail.com>

Hello,
My name is Aviv Mizrahi, Im writing for ynet.co.il about tech.
I have several questions about your company.

1. In the article by Citizen Lab and Kaspersky they are saying that some of the people that were surveillanced using your product and services, were journalists and acticvists etc.   (« The list of victims indicated in the new research, conducted by Kaspersky Lab together with its partner Citizen Lab, includes activists and human rights advocates, as well as journalists and politicians »).
Would you like to comment about that?

2. They implied about a list of countries the surveillance took place. Can you approve or deny this list?

NEW ZEALAND
PERU
INDONESIA
BRAZIL
BOLIVIA
ARGENTINA
RUSSIAN FEDERATION
INDIA
HONG KONG
AUSTRALIA
SPAIN
SAUDI ARABIA
MALAYSIA
ITALY
GERMANY
FRANCE
EGYPT
UKRAINE
THAILAND
SWEDEN
SINGAPORE
ROMANIA
PARAGUAY
MOROCCO
LITHUANIA
KENYA
JAPAN
IRELAND
HUNGARY
DENMARK
CZECH REPUBLIC
CYPRUS
BELGIUM
AZER

3. Are these screenshots taken from your control programs of the implants?

https://citizenlab.org/wp-content/uploads/2014/06/7_RCS_Config.png
https://citizenlab.org/wp-content/uploads/2014/06/14_RCS_Map.png
https://citizenlab.org/2014/06/backdoor-hacking-teams-tradecraft-android-implant

thank you!

 

Eric Rabe se félicite lorsque les journalistes reprennent ses arguments:

Da: Eric Rabe <ericrabe@me.com>
Oggetto: Hacking Team story in AP
Data: 25 giugno 2014 00:22:03 CEST
A: David Vincenzetti <d.vincenzetti@hackingteam.it>, Giancarlo Russo <g.russo@hackingteam.it>, media <media@hackingteam.it>
Cc: fredd0104 <fredd0104@aol.com>

This story appeared before my last email exchange with Raphael Satter.  This story is updated with information I provided, but the author left in (unfortunately and I think by mistake) a line that says we didn’t return “messages seeking comment.”  Nonetheless, the report includes points I made and information from our customer policy page.

Best,

Eric

Eric Rabe

Ces arguments sont quasiment identiques à chaque fois qu’un journaliste pointe un client potentiel de Hacking Team fâché avec les Droits de l’Homme, comme l’Arabie saoudite : circulez, il n’y a rien à voir. Il est établi aujourd’hui que l’Arabie saoudite est un client de Hacking Team :

From: Eric Rabe <e.rabe@hackingteam.com>
Subject: Your inquiry: Saudi Arabia: Malicious Spyware App Identified – contatti hacking team
Date: June 30, 2014 at 7:46:45 PM GMT+2
To: <Luciana.Borsatti@ansa.it>

Hi, Luciana,

I am Eric Rabe, Chief Communications Executive at Hacking Team.

As a matter of company policy, we do not disclose either the identities or the location of clients because they rely on confidentiality in conducting their investigations.   However, here is a statement from Hacking Team regarding the recent Citizen’s Lab report.

Statement on Citizen’s Lab/Kaspersky report of June 24, 2014:

Hacking Team is aware of the ongoing efforts of Citizen’s Lab to attack our business by attempting to disclose confidential information, systems, and procedures that we use.  This report is only their latest effort.  It is evident that the primary complaint of the authors is about repressive government, however, Citizen’s Lab has chosen to target a private business operating in full compliance with all relevant law.

We believe the software we provide is essential for law enforcement and for the safety of us all in an age when terrorists, drug dealers, sex traffickers and other criminals routinely use the Internet and mobile communications to carry out their crimes.  We sell only to government agencies such as police forces.  We do not conduct digital investigations.  Those are carried out by law enforcement and are, of course, entirely confidential as is any law enforcement investigation.

The June 24 report does not include our customer policy, however, we invite you to read the policy which describes the steps we take to avoid abuse of our software.  We believe this policy is unique in our industry and a strong, good-faith effort to prevent misuse of our products.  We have both refused to do business with agencies we felt might misuse our software, and we have investigated cases either discovered internally or reported in the press that suggest abuse.  We can and have taken action in such cases, however, we consider the results of our investigations and the actions we take based on them to be confidential matters between us and our clients.

# # #

For the same reason that we do not disclose customer identities, we do not confirm or describe any investigation we might undertake on the basis of questions being raised about possible use of our software.   I understand this does not answer your questions, but I hope you will accept our position that HT operates with a high ethical standard and that we take our customer policy very seriously.

Best,
Eric

Eric Rabe
Hacking Team
______________________________________________

tel: 215-839-6639
mobile: 215-913-4761
Skype: ericrabe1
erabe@hackingteam.com

——– Original Message ——–
Subject:    I: Saudi Arabia: Malicious Spyware App Identified – contatti hacking team
Date:    Mon, 30 Jun 2014 17:11:42 +0200
From:    Borsatti Luciana <Luciana.Borsatti@ansa.it>
To:    <media@hackingteam.it>
CC:    <media@hackingteam.com>

Buon pomeriggio.

Sono una giornalista dell’Ansa e ho letto con interesso il testo di Human Rigths Watch che vi inoltro con questa mail.

Mi chiedevo se potete confermare di aver fornito al governo saudita la tecnologia di cui si parla nel testo. Inoltre, in caso di risposta positiva, se abbiate già verificato le circostanze segnalate da Citizen Lab e Human Rights Watch,  in accordo con i principi dichiarati dalla vostra Customer Policy, o se intendiate farlo in futuro.

In attesa di cortese e tempestiva risposta,
distinti saluti

Luciana Borsatti
Tel. +39 06 6774241/4244
Fax +39 06 6774294
Cell +39 334 6052405

Via della Dataria, 94
00187 – Roma

www.ansa.it
www.ansamed.info

Quand un journaliste du Guardian écrit à Hacking Team, le patron tente de botter en touche, mais malin, Eric Rabe lui signale que quand même, Le Guardian, il faudrait peut-être éviter de les envoyer sur les roses:

OK.

David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

On Jan 23, 2014, at 2:25 PM, Eric Rabe <ericrabe@me.com> wrote:

Since it is The Guardian, I would not ignore this one.   We can point him to our policy, at least.  Let me draft a brief note.

Eric

Eric Rabe
ericrabe@me.com
215-913-4761

On Jan 23, 2014, at 4:45 AM, David Vincenzetti <d.vincenzetti@hackingteam.com> wrote:

I would ignore this as well. Eric, what is your point?

David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

Begin forwarded message:

From: Thomas Brewster <tbthomasbrewster@gmail.com>
Subject: Press Enquiry – Hacking Team
Date: January 23, 2014 at 9:34:46 AM GMT+1
To: <info@hackingteam.com>, <eric.rabe@hackingteam.com>

Hello,

Doing a piece for the Guardian on government use of exploits. Got some things I have to ask, deadline of 11am tomorrow morning:

Le journaliste du Guardian qui pose les bonnes questions se retrouve avec le même genre de discours généré avec un Bulshit Generator :

A well advised reply.

Thanks,
David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

On Jan 24, 2014, at 8:10 PM, eric <eric@hackingteam.com> wrote:

Turns out he has a whole list of places where HT has been “spotted.”  Whatever that means.  FYI, again, I am not responding to his follow ups and if he presists, I’ll send him a note saying:

As you know, confidentiality is critical if our clients are to be able to successfully perform their investigations.  We do not divulge either client names or locations.  I’m sorry not to be able to respond to your further questions.

Have a great weekend,

Eric

Eric Rabe
_________________________________________________________
tel: 215-839-6639
mobile: 215-913-4761
Skype: ericrabe1
eric@hackingteam.com

Begin forwarded message:

From: Thomas Brewster <tbthomasbrewster@gmail.com>
Subject: Re: Your request of Hacking team
Date: January 24, 2014 at 5:43:45 AM EST
To: Eric Rabe <e.rabe@hackingteam.com>

Also, what customers have you stopped serving because of concerns around human rights violations?

Other countries where HT has been spotted: Mexico, Columbia, Azerbaijan, Kazahkstan, Uzbekistan, Oman, Sudan, Malaysia, Ethiopia, Saudi Arabia, UAE and Morocco.

Any comment on any of that and the previous email?

On Thu, Jan 23, 2014 at 5:24 PM, Thomas Brewster <tbthomasbrewster@gmail.com> wrote:
Hi Eric,

Those blacklists mentioned in the customer statement – what are they? Can I see them? I’ve never seen or heard of them…

Also, I have evidence HackingTeam kit has been used in Ethiopia and a number of other countries with poor human rights records. Any response on that? Will have more info for you on that soon.

Thanks

Tom

On Thu, Jan 23, 2014 at 3:03 PM, Eric Rabe <e.rabe@hackingteam.com> wrote:

To:  Thomas Brewster, The Guardian

As I’m sure you expect, we can only partially answer your questions.

You probably know that, because we recognize the potential for abuse, we sell our products only to governments or government agencies.  Our statement of our customer policies explains some of the steps we take to assure that our products are used in a responsible way by our clients and do not fall into the hands of others.

Specifically, to your questions:

1. Has your code been seen used in attacks on US, UK or other western entities?

Our code is used in legitimate security investigations in countries around the world.  Targets include criminals such as narcotics traffickers or terrorist organizations.  However, to assure the confidentiality of investigations, we cannot identify our clients or their locations.

2. Why have VUPEN exploits been seen working alongside Hacking Team malware to infect machines in non-NATO countries?

Hacking Team and VUPEN are separate companies providing different types of services and solutions.  Clients of our may also be clients of theirs, of course, since we operate in the same ecosystem.

3. Do you work with other surveillance providers? If so, who and how?

Hacking Team is an independent company.  Our products are not “resold” by others or available on a wholesale basis.  We take measures to assure that the software cannot be duplicated and distributed beyond our intended client.

4. What will you be doing at the ISS conference?

We attend dozens of trade shows including ISS each year to demonstrate the features of our products to potential clients in the security industry.  Again, we sell exclusively to government agencies.

5. How do you stop your tools ending up in countries with poor human rights records or who are on export control lists?

Check our customer statement that I referenced above for a discussion of this issue.

Hope that helps,

Eric

Eric Rabe
_________________________________________________________
tel: 215-839-6639
mobile: 215-913-4761
Skype: ericrabe1
eric@hackingteam.com

Thomas Brewster
Technology, literature and culture writer
BT Security Journalist of the Year 2012 and 2013
—————————————————–
Website: tombjournalist.com
Tel: +442032902449
Mob: +44 7837496820
Twitter: @iblametom
Skype: thomas_s_brewster


Thomas Brewster
Technology, literature and culture writer
BT Security Journalist of the Year 2012 and 2013
—————————————————–
Website: tombjournalist.com
Tel: +442032902449
Mob: +44 7837496820
Twitter: @iblametom
Skype: thomas_s_brewster

 

Quand le journaliste du Guardian lui parle de l’Ethiopie, les deux zozos de la communication (le patron et Eric Rabe) font mine de ne pas savoir de quoi on leur parle  :

Ethiopia? Me neither.

OK, let’s do not respond to further inquiries.

Thanks,
David

David Vincenzetti
CEO

Hacking Team
Milan Singapore Washington DC
www.hackingteam.com

email: d.vincenzetti@hackingteam.com
mobile: +39 3494403823
phone: +39 0229060603

On Jan 24, 2014, at 2:58 PM, eric <eric@hackingteam.com> wrote:

As expected, Brewster responds.  I’ll ignore this one.  But Ethiopia??  I don’t think I’ve heard of that accusation.

Best,

Eric

Eric Rabe

Pourtant, l’entreprise Hacking Team vend bien à l’Ethiopie…

ethiopia

Lorsque Bruce Schneier écrit que Hacking Team vendra à qui veut lui acheter, le patron de Hacking Team David Vincenzetti s’offusque des attaques de cet « activiste radical de gauche »:

ACTUALLY, the following is blatantly FALSE :

« The cyberweapons manufacturer Hacking Team sells packet injection technology to any government willing to pay for it. »

Obviously, we never behave this way. PLEASE check our customer policy at http://www.hackingteam.it/index.php/customer-policy .

[ IT’S JUST TOO BAD that Bruce Schneier — once a brilliant cryptographer, now a radical leftwing activist — is exploiting the Big Brother is Watching You FUD (Fear, Uncertainty and Doubt) phenomenon in order to sell his books, write quite self-promoting essays, give interviews, do consulting etc. and earn his hefty money — ALSO, it is clear that Mr. Schneier is deliberately ignoring the dramatically mutated geopolitical landscape and the clear and present menaces to our Nations, to our Security, to our Values. ]

FYI,
David

Le traitement du piratage de Hacking Team par Le Monde est symptomatique de cette tendance journalistique à donner la parole aux entreprises concernées par un article :

Les documents volés indiquent que l’entreprise aurait des partenariats commerciaux non seulement avec le Soudan, mais aussi avec les services de renseignement russes, ou encore le ministère de la défense et les renseignements saoudiens.

Hacking Team a toujours nié toute relation commerciale avec des gouvernements accusés de violation des droits de l’homme. « Nous faisons extrêmement attention à qui nous vendons nos produits. Nos investisseurs ont mis en place un comité légal qui nous conseille continuellement sur le statut de chaque pays avec lequel nous entrons en contact », assurait le PDG de Hacking Team, David Vincenzetti, dans une interview accordée en 2011 au journaliste Ryan Gallagher. « Le comité prend en compte les résolutions de l’ONU, les traités internationaux et les recommandations d’Human Rights Watch et d’Amnesty International », avait-il ajouté.

L’entreprise a vivement réagi à la publication des documents. « Nous n’avons rien à cacher sur nos activités et nous pensons qu’il n’y a aucune preuve dans ces 400 gigabits de données que nous avons violé une quelconque loi », a assuré le porte-parole de l’entreprise, Eric Rabe, dans une interview au site spécialisé IBTimes. Concernant les contrats de l’entreprise au Soudan, il a assuré que le document incriminé date d’avant les mesures de sanctions contre le pays décidées par les Nations Unies – sans préciser à quel train de sanctions il faisait référence.

Quelques balades dans les mails échangés au sein de l’entreprise auraient pourtant permis aux trois auteurs de l’article de contrebalancer sérieusement les affirmations de David Vincenzetti ou de Eric Mohammed Said Rabe al-Sahhaf…

Reflets fête ses 5 ans, venez nous rejoindre le 17 juillet

mardi 14 juillet 2015 à 15:08

Nous fêtons 5 ans de journalisme différent le 17 juillet à la Numa. Venez nous rejoindre et partager un moment avec nous. Inscrivez-vous sur cette page. Nous vous expliquerons d’où l’on vient, ou nous en sommes et si nous y arrivons, où nous allons. Ensuite, on boira un verre et on discutera.

anniversaire

12 fois le PIB grec parti en fumée en Chine : une paille

samedi 11 juillet 2015 à 12:27

La bourse  chinoise a perdu 30% de sa valeur en moins d’un mois. La cause ? Une panique des petits porteurs qui se s’étaient mis à boursicotter en grand nombre : l’équivalent d’un peu plus de la population de l’Allemagne, tout de même. C’est donc un krach qui est en cours, avec Hong-Kong, Tokyo et d’autres bourses asiatiques fortement touchées. Jusque là, tout le monde s’en moque un peu, parce que ça reste contenu là-bas, mais si ça commence à se répandre, ça risque de faire très mal. Parce que 3000 milliards d’euros qui font pschiiiiit, c’est un truc difficile à maîtriser. Certains parlent même de malversations : dans le milieu de la finance ? Allons donc, pas chez ces gens là, quand même.

Terres de Gandhaäl (7) – Livre 1 : « Fondations »

vendredi 10 juillet 2015 à 19:03

gandhaal7

Seghuenor reprit son souffle. Des images de son enfance affluaient par vagues successives, comme des chevaux emballés lancés dans un galop effréné. Les heures passées assis en tailleur sur un rocher surplombant la mer, les yeux fixés sur le soleil, suivant sa trajectoire; la souffrance que procuraient les exercices auxquels l’astreignaient son maître. La solitude aussi. L’attente. L’espoir et le désespoir. Seghuenor ressentait pour la première fois le poids que représentait pour lui cette période de sa vie. Il n’avait pas connu l’enfance, les caresses d’une mère aimante, les premiers émois amoureux. Il avait été projeté dans un monde d’apprentissage et d’effort avant même qu’il ne fut en mesure de profiter des instants bénis que connaissent tous les être humains durant leurs premières années. Il se rendit compte tout à coup qu’il était seul, qu’il ne connaissait pas l’amour, la douceur d’un foyer; il comprit en cet instant qu’il était peut-être, à l’instar  d’un projectile que l’on propulse vers une cible, un pion que l’on jouait, déterminé pour une partie dont il ne connaissait pas les tenants et les aboutissants, ni les règles. Il luttait depuis trente cercles, aidé de Mortesse, et d’autres hommes de valeur et c’était la première fois que cette idée lui venait à l’esprit, le saisissait dans toute sa vérité !

Seghuenor ferma les yeux et entreprit de faire le vide dans son esprit, il lui fallait continuer comme si rien ne s’était passé. Les temps n’étaient pas à l’introspection — se dit il avec force — mais à l’action ! Ils luttaient depuis trop longtemps pour qu’il se laisse aller à de pareilles faiblesses, le destin d’un peuple tout entier, d’une nation était en jeu; il fallait continuer, continuer le combat qu’il menait tous les jours…Une prière silencieuse traditionnelle jaillit dans son esprit, évidente :
Akmäth, déesse mère de toutes choses, reine de la nature, gardienne des élément, viens à mon aide et guide moi ! Je ne suis qu’un homme aveugle et j’implore ta mansuétude…
Doldiën l’avait écouté religieusement, aucune émotion ne semblait perceptible sur ses traits. Ses yeux enfiévrés étaient fixes, rivés sur un point invisible devant Seghuenor. Celui-ci continua son récit, rasséréné par la prière muette qu’il venait d’accomplir.
— Depuis quinze cercles les tribus Mestydes sont de nouveau soudées. Nous avons dû parcourir tout le continent sud durant de longs cercles de saisons, livrer bataille, convaincre, menacer, récompenser, pour y parvenir. Les chefs des tribus ont accepté de nous prêter allégeance et sont désormais membres du conseil d’Anglar qui se tient dans la cité première, Shaleenmär. Mais de nouvelles dissensions font jour, les luttes de pouvoir, les complots sont notre lot quotidien. Nous devons nous organiser, Doldiën, nous devons éviter que les peuples du sud ne reviennent en arrière, ne se perdent une fois encore dans de stériles querelles, ne soient asservis par des puissances extérieures ou ne disparaissent tout simplement. Des émissaires du Ghöl-Amgöth, de Morglang, de Dorianor nous sont envoyés; Anglar commence à devenir une puissance non négligeable et les empires Kendaïs, malgré les guerres terribles qu’ils se livrent entre eux, commencent à s’intéresser à nous. Nous avons fait les premiers pas vers l’unité, la paix, nous sommes une jeune nation fragile et ne voulons pas voir tout nos efforts réduits à néant,  me comprends-tu ?
Jalïn Doldiën hocha la tête lentement à plusieurs reprises. Son visage auréolé par les rayons violets crépusculaires semblait plus vieux, creusé par de soudaines rides qui durcissaient son visage. Ce fut un murmure qui s’échappa d’entre ses lèvres.
— Je comprends très bien, Seghuenor. C’est le début d’une grande histoire, une très grande histoire…
Il sourit malicieusement et reprit :
— J’aimerais beaucoup voir Shaleenmär, la première cité bâtie par des hommes libres. Oui, j’aimerais la voir… Vous avez fait un grand travail tous les deux, mais il y a un gouffre entre unifier des tribus et diriger un empire, et vous l’avez bien compris. Que faire?
Il soupira et secoua la tête de gauche à droite comme pour mieux se convaincre.
— Tout se répète à l’infini; comment arriver à déjouer les pièges qu’il nous tend, je ne le sais pas moi-même ! Mais foin de cela, nous verrons bien…  et qu’en est-il des shalwäth, y en a-t-il parmi votre conseil ?
— Nous les avons chassés ! — intervint Mortesse, le regard sombre. Les shalwaths sont dangereux, ils ne maîtrisent pas les forces qu’ils invoquent, ce sont des êtres corrompus !
Seghuenor, gêné par l’intervention virulente de son ami, reprit à sa suite :
— Mortesse ne dit pas cela pour toi, bien entendu Doldiën; mais nous avons eu beaucoup de problèmes avec les sorciers. Leurs pouvoirs inquiètent le peuple, ils sont étranges et incontrôlables pour la plupart. De plus, les rennes du pouvoir ne leur sont pas indifférents, crois-moi ! Un seul fait exception, il vient de temps à autres à la cour et je lui fais confiance. Il est d’ailleurs à l’origine de l’édification de Neldar la pensante, la deuxième cité. C’est un sage et il n’y a pas d’avidité en lui, il veut conserver la connaissance, améliorer les hommes grâce au savoir.
— Pour moi ? répondit Doldiën. Que veux-tu dire par là ?
— Je…beaucoup de choses ici m’ont fait dire que la Shalaaï ne t’était pas étrangère. Ces lumières… Seghuenor balaya d’un bras la tour baignée de lueurs pourpres — la musique que nous entendions il y un instant…
— Oui, bien sûr, j’aurais du m’en douter, suis-je bête !
Le maître de trois sources rit faiblement.
— Il n’y a aucune Shalaaï dans tout ce que tu me décris, aucune ! Je vous expliquerai, et vous verrez demain des choses encore plus subtiles et intéressantes, croyez-moi. Non, non, je n’aime pas la Shalaaï moi non plus. Je la connais pourtant et m’en suis servi à quelques reprises, il y a longtemps, mais ce sont des forces tyranniques et fluctuantes qui rongent celui qui s’en sert, qui peuvent même en faire leur esclave. Les Kendaïs ont asservi les peuples des deux continents grâce à elle, et ce n’est pas fini. Mais parlons d’autre chose.  Qui est donc le sage dont tu me parlais et à qui tu as confié la responsabilité de la deuxième cité d’Anglar ?
— Il se nomme Wholäth Drhare, mais il ne dirige pas Neldar, c’est un conseiller, architecte, un guide pour le Shaïndi Stampa à qui j’ai donné ma confiance pour que ce port soit construit.
— Oui, je comprends…Wholäth, bien sûr…
— Vous le connaissez ?
—  Je le connais très bien. C’est un ami qui m’est cher. Je ne l’ai pas vu depuis si longtemps, peut-être depuis la disparition de Gandhaäl.
Une expression de surprise envahit les visages des deux voyageurs. Mortesse demanda sans préambule:
— Vous voulez dire par là que vous avez connu le seigneur Gandhaäl, que vous avez plus de deux cent cercles ! Et vous voudriez me faire croire que la Shalaaï n’est pour rien dans tout ça ? Allons Doldiën ! Je n’ai rencontré qu’une seule fois ce Drhare, il n’a pas l’air mauvais bougre, mais c’est un Shalwäth et je ne peux avoir entièrement confiance en un invocateur de démons. Si lui aussi est vieux de deux cent cercles il faut m’expliquer comment cela est possible !
— Il y a des hommes qui ne sont pas comme les autres sur ce monde, et la Shalaaï n’y est pour rien ! Ne cherchez pas dès aujourd’hui à vouloir connaître la vérité, il est trop tôt. Si vous êtes venus jusqu’à moi afin que je vous prête main-forte il faudra accepter que certaines choses inexplicables le restent, sachez-le. Mais nous avons beaucoup bavardé et l’heure avance, les invités de la fête doivent nous attendre. Venez, nous continuerons cette passionnante discussion demain, je vous montrerai la vallée de trois sources et nous aurons alors tout le loisir de partager nos points de vue.
Le ton employé par Doldiën avait été péremptoire, les deux hommes sentirent alors qu’il n’y avait pas seulement chez leur hôte calme et compréhension. Jalïn Doldiën se leva, de manière normale cette fois-ci — se dirent les deux compagnons — et les invita à le suivre. Mortesse et Seghuenor, perdus dans leurs pensées, en proie à de nombreuses questions, suivirent le maître de Gondoriän à travers le dédale de pierre que formait sa demeure, tous deux silencieux.

Manuel Valls en argument commercial de Hacking Team

vendredi 10 juillet 2015 à 18:57

manuel_vallsRelancer la croissance, ça passe aussi visiblement par de bons arguments commerciaux. Pour que les gentilles entreprises puissent vendre leurs beaux produits et contribuer à la croissance du PIB.

Et involontairement, ou pas, finalement, Manuel Valls a été transformé en argument commercial de Hacking Team. Pour bien sensibiliser les prospects, Hacking Team avait une belle présentation PowerPoint pleine de FUD expliquant combien les Internets sont remplis de méchants terroistes, de pédonazis, de vendeurs de drogue, de trafiquants en tous genre.

risk-assessment-hacking-team

Et pour appuyer ses dires, Hacking Team cite quelques déclarations de dirigeants de pays. Obama et Cameron pour le méchant chiffrement et… Manuel Valls pour le terrorisme :

Manuel-valls-hacking-team

Encore un effort, messieurs les politiques et la relance durable sera au rendez-vous en dépit de la Grèce ou de la Chine !