PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Internet et vie privée : la vidéo à double tranchant

dimanche 13 septembre 2015 à 12:19

C’est une vidéo étonnante, à double tranchant. Les uns y verront un moyen de mettre en garde les citoyens contre leur tendance à prendre le réseau pour une grande agora où ils peuvent étaler leur vie privée, un espace avec lequel ils s’amusent sans jamais pouvoir imaginer qu’il faut y protéger sa vie privée. Les autres y verront un moyen de pointer Internet comme le lieu de tous les crimes, de tous les abus.

Il n’en reste pas moins que cette vidéo a un mérite : démontrer à tous ceux qui adhèrent au concept de la surveillance d’Internet sous prétexte qu’ils « n’ont rien à cacher », qu’ils feraient bien de revoir ce concept.

Les auteurs de cette vidéo et l’objectif de celle-ci, restent très discutables, mais peut-être y a-t-il là quand même — pour les défenseurs des libertés numériques et de la vie privée sur Internet — une piste intéressante pour sensibiliser le public à ces concepts ?

Al Gore, le Nobel menteur, sauveur de planète et milliardaire du carbone (2)

samedi 12 septembre 2015 à 08:52

algore

Cette deuxième chronique au sujet d’Al Gore et de la [un peu trop grosse] vérité qui dérangeait — mais qui désormais excite plus les appétits financiers et politiques qu’autre chose — retrace comment un seul homme, très bien entouré, avec l’aide des plus grandes banques de la planète a réussi à faire basculer l’opinion mondiale et à réaliser son rêve.

Commence par créer le système pour ton business…

Ce qui est génial dans le business plan d’Al Gore, c’est qu’il est simple et efficace. En 2003, le GIEC est encore un organisme dont pas grand monde ne parle. En tout cas, ni les médias ni les politiques ne sont particulièrement intéressés par cette histoire de réchauffement global causé par l’homme. La première palteforme du marché carbone débute aux USA, cette année là, et elle se nomme la Chicago Climate Exchange (CCX), mais ça ne prend pas vraiment. Par qui donc a été montée cette bourse carbone ? Pas par Al quand même ? Hum hum… pas directement, mais avec des bons potes dedans. Bon, en tout cas, le vieux pote d’Al, Maurice Strong, organisateur du sommet de Rio sur le climat, est membre du CA de la CCX quand même. Oh, et puis l’avocat Obama Barack participe à créer les statuts du bidule aussi :

CCX-copains[Que les gens qui ont poussé à organiser les premiers sommets sur le changement climatique, puis à signer des traités sur la réduction des gaz à effet de serre soient les mêmes qui ont créé le système de bourse du marché carbone, ne doit surtout pas inquiéter les militants de la cause : tout ça est fortuit.]

C’est donc à peine un an plus tard, en 2004, que notre PDG de mines de zinc, ex-candidat à la maison blanche, ancien vice-prez des US et pote des créateurs de la première bourse carbone, monte sa boite : GIM (Generation Investment Management). Une boite spécialisée dans… le marché-carbone, et c’est un pur hasard, bien entendu. Et puis Al ne la monte pas avec n’importe qui. Non, puisque l’associé d’Al, le numéro 2 de la boite, n’est autre que David Blood, anciennement directeur de « Goldman Sachs Asset Management », une branche de  GD dédiée à la spéculation. La banque est aussi dans le CCX, il va sans dire.

On appelle à la rescousse quelques cadors de la finance, pour participer à GIM, dont Peter Harris,  Mark Ferguson ou encore Henri Paulson, le fameux responsable du « plan de sauvetage » de l’économie américaine. Toute cette petite équipe vient de chez qui ? De chez Goldman Sachs. Elle a qui comme banquier ? Lehman Brothers, la défunte, morte en 2008. Le magazine Forbes, en 2010, se fait l’écho de cette petite bande de la firme d’Al Gore, surnommée le « Chicago Climate Club », qui a pondu la CCX :

Several partner companies positioned themselves to capitalize on the CCX carbon-trading markets. One was Al Gore’s Generation Investment Management LLP, a London-based firm established in 2004 that invests money from institutions and wealthy investors that are “going green.” GIM planned to purchase lucrative CO2 offsets when anticipated federal government regulations were passed to mandate cap-and-trade.

Gore’s co-founding partners in the venture are former chief of Goldman Sachs Asset Management (GSAM) David Blood, along with Mark Ferguson and Peter Harris, also of Goldman Sachs. Bloomberg reported in March 2008 that the investment fund had hit a hard cap of $5 billion, and had been turning away investors.

…puis, alimente-le avec de l’information

Mais revenons à l’époque de la création de GIM, et surtout au financement du film qui fera « basculer les esprits » : Une vérité qui dérange. 2006, sortie du film qui fait un tabac. C’est un documentaire-catastrophe, et en réalité, rien d’autre qu’une suite de conférences qu’Al s’échine à placer partout où il peut depuis qu’il a poussé à pondre la CCX et créé GIM, avec ses amis banquiers. Le film est financé en partie par GIM, mais aussi par le patron d’ebay, et il sort peu de temps après un blockbuster climato-catastrophique : « Le jour d’après » (2004).

Effrayant Le jour d’après

En 2007, notre grand défenseur de l’environnement, Al Gore himself, reçoit la récompense ultime, le Nobel de la paix, partagée avec la super organisation de propagande recherche sur la responsabilité anthropique dans le changement climatique, le GIEC. Bingo ! La propagande présentation d’Une vérité qui dérange a enfin sensibilisé  les esprits au grand problème du réchauffement par l’homme seul !

Ce superbe documentaire vous est offert par Reflets, en version originale doublée en français. Attention : il contient des gros mensonges, saurez-vous les reconnaître ?

Une Vérité qui dérange from FoxMulder 2012 on Vimeo.

La vérité qui dérange d’Al Gore devait être diffusée dans les classes anglaises en 2007. Une plainte déposée par un dirigeant d’établissement scolaire vis-à-vis du contenu qui lui semblait légèrement exagéré — pour ne pas dire fallacieux — a forcé la haute cour britannique à trancher : le docu d’Al comportait au moins 9 « erreurs » scientifiquement non-validées, mais très alarmantes. Les écoles devront être prévenues que le film n’est pas à prendre pour argent comptant, qu’il contient des faussetés…

Le document, montré par Gore dans son documentaire, et qui va embraser les esprits est une courbe. En crosse de hockey.  Pondue par un jeune géophysiciende de 34 ans, en 1999, cette courbe, dite de Mann (du nom de son malheureux inventeur), est effrayante, puisqu’elle démontrerait que jamais dans l’histoire depuis des milliers d’années, la température du globe n’a augmenté autant que depuis l’homme rejette du CO2 dans l’atmosphère :

courbe-man1

Avec cette courbe, sois sûr de convaincre n’importe quel climato-sceptique. Et de faire peur aux enfants.

C’est ce graphique qui va tout déclencher. La grande cause anti-CO2 démarre avec l’exploitation de cette courbe dans le documentaire d’Al Gore. Et pourtant, elle est biaisée. Archi-biaisée. Au point que la controverse scientifique finira par donner tort publiquement à Mann. Depuis lors, le GIEC n’utilise plus la courbe de Mann.

nouvelle-courbe

Bon, les gars, ok, il fait la même T° qu’en l’an 1000 ou que sous Jules César, mais c’est pas la peine d’en parler trop non plus. Planquez-moi ce graphique au fond du rapport, et basta.

Et c’est là que l’on comprend que la température globale n’a pas augmenté de façon unique dans l’histoire de la planète vers le milieu du 19ème siècle. Elle a grimpé de nouveau au XXème, après une chute vers l’an 1100, et est au même niveau qu’à l’antiquité ou lors de l' »optimum médiéval ». Mais tout le monde s’en moque. Surtout les associés de GIM, qui eux, vendent et achètent des droits carbone à polluer. Comme ceux qui postent des photos d’ours polaires tout maigres, en rafales.

En parlant du Groenland, le problème de variation des températures est le même, et ce sont des spécialistes non-sceptiques qui l’observent, mais le GIEC ne va quand même pas mettre en avant leurs travaux…

groenland-temp-variationLe principe de remettre les données en perspective change la donne. Qui disait qu’il ne fallait pas regarder l’évolution des températures sur une échelle de temps courte pour comprendre la variabilité du climat ?

Les mails des spécialistes, tu n’en veux ?

Les lecteurs de Reflets sont friands de leaks, et c’est tant mieux. Il est toujours plus facile de comprendre les coulisses d’une organisation, d’un phénomène en pouvant lire les échanges de ceux qui font autorité sur le sujet. C’est le cas avec le Climate-gate de 2009. L’archive du piratage du CRU (Climatic Research Unit ) contient des documents de travail, des mails, plein de choses qui montrent bien mieux comment l’orientation, la guerre sur cette information vis-à-vis du problème de l’optimum médiéval s’est faite. Par les spécialistes de labo du climat. dont Mann. Parce qu’avec cet enfoiré d’ l’optimum, la démonstration indiscutable de Gore, aidé de Mann, s’écroule.  Et quand les meilleurs spécialistes s’envoient des mails pour tenter de comprendre ce qu’il se passe, ça donne des choses amusantes :

Anyone looking at the records gets the impression that the temperature
amplitude for many individual records/sites over the past 1000 years or
so is often larger than 1°C.  They thus recognize that natural
variability is unlikely to generate such large changes unless the sun
is having more effect than direct forcing, or there is some fortuitous
but detectable combination of forcings.  And they see this as evidence
that the 0.8°C or so temperature rise in the 20th century is not all
that special.

Ce extrait de mail (0983566497) est issu de l’archive qui a créé le « Climate Gate 2009 », mise à disposition par Wikileaks ici : http://file.wikileaks.org/file/climactic-research-unit-foi-leaked-data.zip

(This archive presents over 60MB of emails, documents, code and models from the Climatic Research Unit at the University of East Anglia, written between 1996 and 2009. )

Et maintenant, le business !

Mais il n’est pas très intéressant, aujourd’hui, de parler des raisons du changement climatique en cours, puisqu’il est désormais incontestable que l’homme change le climat, et que le contester est faire preuve, soit de complotisme, soit de révisionnisme, soit de crétinerie, ou encore d’autres choses qui vous ramènent très vite au point Godwin de la science moderne. Donc, comme ça chauffe de façon unique dans l’histoire, c’est notre faute (à 95% certain), et en plus il y a consensus de la part de 95% des scientifiques… bien que des hollandais aient fait une enquête auprès de plus de 1800 scientifiques qui bossent sur le sujet pour avoir leur opinion sur cette affirmation. Non, c’est une mauvaise idée de parler de ça, puisque le résultat démontre que le consensus des scientifiques qui bossent sur l’aspect anthropique du changement climatique est loin d’être celui indiqué par le GIEC.

Mais nous parlions du business. C’est bien plus intéressant. Pour Al Gore. Mais pas que lui.

valeur-GIMEt donc, la petite entreprise d’Al Gore, (Al Gore qui ne possédait « qu’un » million sur son compte en banque (et deux millions de patrimoine) en 2000, à la fin de son mandat de vice-prez, lui a permis d’être à la tête de 7,3 milliards de dollars fin 2014. Bon plan. Comment fonctionne ce business carbone ? Comment les ricains sont-ils en train d’en faire un levier mondial ? Comment Hollande est un sacré farceur sur le sujet ? Comment Al Gore explique que chacun peut faire un effort en faisant de petites économies d’énergie quand sa villa, à Gore, de 20 pièces avec piscine, dévore 221 000 killowatts-heure par an (comparé à 10 000 chez un américain moyen) ? Vous le saurez en lisant l’épisode 3 de cette merveilleuse chronique de chez Reflets.

Gore-Hollande-18mai

Le 18 mai 2015 : Super Al vient rassurer pépère sur le business carbone. Ca va le faire…

Avec en bonus, l’annonce d’un livre qui sort tout juste et devrait amener encore un peu plus d’eau au moulin de la grande escroquerie du grand barnum COP21-Gore-GIEC-business-carbone :

 

<script src="//platform.twitter.com/widgets.js" async="" charset="utf-8">

Jorion se fait virer de l’université belge où il enseignait l’économie

vendredi 11 septembre 2015 à 17:50

Jorion

L’anthropologue, analyste financier, économiste, Paul Jorion, vient de se faire virer sous des prétextes visiblement très contestables de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) où il enseignait l’économie. Sa vidéo du jour, expliquant les raisons, selon lui, de son éviction, est très intéressante. Comme son blog : http://www.pauljorion.com/blog/

Paul Jorion a annoncé la crise des subprimes dans un ouvrage intitulé : « La Crise du capitalisme américain« , écrit en 2004 et publié seulement en 2007…

Le CAC40 baisse si le chômage américain diminue

vendredi 11 septembre 2015 à 13:56

Raining money on celebrating business man looking to the side

Il est intéressant de connaître les analyses des spécialistes de la bourse pour comprendre pourquoi « ça baisse » ou pourquoi « ça monte ». Et bien aujourd’hui, les ténors des la place financière française de l’indice CAC 40 sont inquiets. Figurez-vous que l’annonce d’un « mieux » sur le chômage pourrait inciter la FED à relever ses taux directeurs. Prêter de l’argent gratuit ou presque peut se faire, mais surtout quand les choses vont mal. Si ça va mieux, on prête un peu plus cher.  Et là, les spéculateurs se déchaînent.

Bilan des courses : plus ça s’améliore, plus c’est inquiétant, donc plus on dégrade, donc plus ça va mal. Le CAC 40 baisse quand l’emploi américain s’améliore. Parce qu’il ne s’améliore pas assez, mais surtout parce que le robinet d’argent gratuit va se fermer. CQFD.

L’analyse de boursorama, du 4 septembre :

« Le pessimisme domine concernant la croissance mondiale, en raison des craintes entourant le ralentissement économique en Chine. Il a été alimenté par le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis pour août.

Certes, le taux de chômage est descendu à 5,1% mais l’économie n’a créé que 173.000 emplois en août, un chiffre décevant pour les analystes, qui tablaient sur 217.000 nouvelles embauches.

« Ces chiffres montrent que l’économie américaine ne crée pas assez d’emplois. Les investisseurs se disent par conséquent qu’il y a un problème de croissance », selon M. Garabédian.

Le rapport sur l’emploi complique également les choses pour la Réserve fédérale américaine (Fed) qui entend relever ses taux d’ici la fin de l’année et peut-être lors de sa réunion des 16 et 17 septembre.

« Les indices ont mal réagi à la publication des chiffres de l’emploi américain du jour, car la probabilité d’une hausse (des taux, ndlr) en septembre 2015 augmente mais la confusion règne toujours », souligne John Plassard, chez Mirabaud Securities. »

Ca va définitivement devenir compliqué…

Si tu #likes la #planète, la #COP21 et que tu es contre le #CO2 : dis merci à Al #Gore (1)

vendredi 11 septembre 2015 à 10:32

Al Gore restera dans les annales de l’histoire. Cet Américain a eu plus d’influence sur l’ensemble des fonctionnements économiques et politiques qu’un Einstein ou un Churchill, le tout sans prendre aucun risque, en s’enrichissant impunément. Les citoyens ne connaissent peut-être pas suffisamment bien le parcours de cet homme politique qui a convaincu les grandes puissances de bouleverser les règles énergétiques et économiques mondiales pour son plus grand bénéfice, et celui de ses associés banksters. Eclairage.

tropbeauAl

Al Gore… écolo de la première heure

Al Gore débute sa carrière politique en 1977, comme « Congressman » de l’Etat du Tenessee jusqu’en 85, puis sénateur jusqu’en 93. C’est cette année, 1993, que William Clinton — l’homme aux cigares qui font plaisir — lui proposera le poste de Vice-président des USA. L’attrait d’Al Gore pour l’écologie débute un peu avant, en 1987 avec le rapport Brundtland, commandé par l’ONU et excessivement intéressant : le concept de développement durable y apparaît pour la première fois, et les principe de préservation de l’environnement, de consommation prudente des ressources naturelles, du lien entre pauvreté et protection de l’environnement y sont centraux. Etrangement, il ne restera à peu près rien des grands principes du rapport 10 ans plus tard, lors de la signature du Traité de Kyoto. L’effet de serre causé les gaz du même nom, CO2 en tête, sera le seul élément retenu pour préserver ou protéger l’environnement :

Cet accord international, bâti sur la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, met en place des objectifs légalement contraignants et des délais pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés. (Le Protocole de Kyoto, un résumé – Nations Unies)

Le GIEC est créé l’année suivant le rapport Bruntland, toujours par l’ONU, via le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le premier rapport du GIEC sort en 1990, et il annonce déjà la couleur (source : Wikipedia – GIEC) :

Dans ce premier rapport de 1990, le GIEC observe que les émissions dues aux activités humaines accroissent sensiblement la concentration dans l’atmosphère des gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, chlorofluorocarbones, oxyde nitreux) et renforcent l’effet de serre naturel. Le GIEC établit quatre scénarios d’émissions futures qui vont du scénario A (aucune mesure n’est prise) aux scénarios B, C, D (correspondant à des degrés de réglementation croissants). Il prévoit un doublement des concentrations équivalentes de dioxyde de carbone par rapport aux niveaux pré-industriels entre 2025 et 2050 pour les scénarios A à C, et 2100 pour le scénario D. Dans le cas du scénario A, le GIEC prédit une augmentation de température d’environ °C d’ici 2100, ainsi qu’une augmentation du niveau des mers de 65 cm. Dans le cas du scénario D, l’augmentation de température sur un siècle ne serait que de °C.

[Sans modèles informatiques dignes de ce nom, à peine après avoir commencé à bosser sur le sujet, le GIEC-ONU est déjà dans les starting-blocks du film catastrophe futur dans lequel la planète est plongée, avec en guest-star à venir, le super gouverneur-vice-président-associé à Goldman Sachs : Al gore.]

Al Gore, en 1992, a mené la délégation du Sénat américain au sommet de Rio sur le climat : sans lui, nous ne serions pas en train de lutter contre le fantastique bouleversement climatique en cours, de l’ordre d’à peine 0,7°c depuis 1860 et 0,020°c à depuis 1998… On lui dit merci. C’est important.

« Estimates of the observed global warming for the recent 15-year period 1998-2012 vary between 0.0037 0C/year (NCDC)(1) , 0.00410C/year (HadCRUT4) (2) and 0.0080C/year (GISS) (3) . These values are significantly lower than the average warming of 0.020C/year observed in the previous thirty years 1970-2000 (4). Can models explain the global warming stagnation? » (http://www.researchgate.net/publication/255809444_Can_climate_models_explain_the_recent_stagnation_in_global_warming)

christy-divergences

Petit graphique présenté par John R. Christy, en juin 2015 climatologue-pas-serieux-parceque-pas-daccord-avec-le-giec-et-algore-et-les-écologistes-les-vrais sur les divergences d’observations et projections de la hausse des températures qui ne haussent pas franchement du tout…

[L’intégralité de l’intervention de ce climatologue, Christi, au Congrès américain se trouve sur le site de la maison Blanche. Il y a plein de choses intéressantes, sur les catastrophes naturelles, entre autres, pas du tout exceptionnelles aux USA aujourd’hui, mais cela mériterait un autre article. Et puis les sauveurs de planète vont s’énerver, ça va faire chauffer Internet, et la température va encore monter…]

Al Gore, un mec bien, un protecteur de l’environnement…

Ce que l’on retient d’Al Gore à la vice présidence des Etats-Unis sous le règne de William Clinton, de 1993 à 2000, est intéressant, puisque l’on découvre que le grand défenseur de la planète a été en réalité un fossoyeur des mesures de protections de l’environnement (Al Gore, a User’s manual) :

gore-1

gore-2La liste est longue, mais il faut savoir qu’Al Gore a poussé et participé activement à faire signer des Traités de libre échange, dont celui de l’ALENA, qui a permis le pillage des ressources et la pollution autorisée par les multinationales. Le père du TAFTA/TTIP, c’est l’AMI, toujours avec Al Gore. Avec en bonus, l’abrogation des lois de séparation bancaire (entre les activités de dépôt et d’affaires), le Glass-Steagall Act signé en 1999, qui a (enfin, après des années de lobbying) autorisé Goldman Sachs et autres Lehman Brother de pourrir la planète avec des produits bancaires hyperspéculatifs, jusqu’à la ruiner en 2008…

Abrogation du Glass-Steagall Act (1999) :

Au printemps 1996, au terme de son premier mandat et en vue d’alimenter son budget de campagne électorale, l’équipe du président William Clinton propose aux enchères de passer une nuit à la Maison Blanche ou prendre un café à la Maison Blanche avec le président des États-Unis.

Le 13 mai 1996, les principaux banquiers américains sont reçus quatre-vingt dix minutes à la Maison Blanche par le président William Clinton, le Secrétaire du Trésor (équivalent Ministre des Finances en France) Robert Rubin (ex directeur de Goldman Sachs), l’adjoint chargé des affaires monétaires John Hawke, le trésorier du Parti démocrate, Marvin Rosen, et le directeur de la régulation des banques Eugene Ludwig (…) L’abrogation définitive intervient en 1999, sous la présidence Clinton : le congrès est majoritairement républicain, mais de nombreux démocrates votent en faveur de l’abrogation. Elle permet aux banques d’utiliser les dépôts des clients pour investir sur les marchés Elle permet la fusion de Citicorp et Travelers Group pour former Citigroup (…) (Wikipedia)

Le plus amusant arrive quand le Washington Post écrit un article en 2000 (Al Gore, Environmentalist And Zinc Miner) sur les mines de zinc d’Al Gore, qui polluent un maximum : business is business, ins’t it ?

…avec des potes banquiers très avisés

C’est en 2004 que tout va basculer pour Al Gore, à tous les niveaux, mais surtout d’un point de vue finances personnelles. Il faut dire qu’arriver à monter le plus gros fonds carbone mondial spéculatif avec un banquier de Goldman Sachs (tout content de pouvoir jouer avec l’argent des déposants depuis que son pote Al a fait sauter Glass-Steagall) tout en diffusant dans la foulée, en 2006, un film catastrophe truffé d’erreurs, sur toute la planète qui alerte sur les dangers du CO2, avec le succès que l’on sait, est une opération assez unique en son genre.

Son compte en banque, à Al Gore, lui aussi est unique, mais cette partie de l’opération Gorienne d’enfumage mondial qui va lui permettre de créditer le compte en banque de son fonds spéculatif de plus de 7 milliards de dollars en travaillant un jour par semaine pour celui-ci, mérite une suite à cet article. Elle viendra bientôt. Si tout ça intéresse, bien entendu. Ou pas.

Ah, on me dit dans l’oreillette que de toute manière, je vais avoir des problèmes…