PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Quand Twitter suspend le compte d’un des journalistes de Reflets

Tuesday 21 July 2015 à 00:31

Capture d’écran 2015-07-20 à 20.33.22Drôle de surprise cette après midi lorsque je tente de me connecter à mon compte @_kitetoa_ sur Twitter : celui-ci a été bloqué. Le processus pour débloquer le compte, selon Twitter, est de se connecter via le Web, de donner son numéro de téléphone et de supprimer les tweets qui ont été signalés. Pourquoi pas… Problème, l’envoi de mon numéro de portable à Twitter doit générer un SMS qui me donnera un numéro permettant de passer à l’étape suivante : supprimer les tweets mis en cause. Or, même en entrant mon numéro de téléphone 10 fois, le SMS n’arrive pas.

Et le support de Twitter tourne en boucle, il me faut entrer mon numéro de téléphone…

Capture d’écran 2015-07-20 à 15.19.09

Toutefois, les choses se précisent. Je peux aller consulter la page expliquant pourquoi mon compte est bloqué.

A force d’interpeller les salariés de Twitter France, mon compte finit par être débloqué. C’était une erreur. Désolés…

Capture d’écran 2015-07-20 à 21.33.32

Reste à comprendre qui a signalé quoi pour que le compte soit ainsi bloqué sans que l’on me demande la moindre explication sur mes tweets.

Il me faut donc faire des conjectures…

VC ou Troll multi-condamné ?

Je cherche dans mes tweets récents des choses qui puissent vaguement s’apparenter à la « publication d’informations confidentielles ou privées appartenant à quelqu’un d’autre ».

Deux options. La première concerne Emanuele Levi, l’étrange Venture Capitalist qui détient 4% du capital de Hacking Team. La seconde concerne Jean-Paul Ney.

Capture d’écran 2015-07-20 à 22.08.44Vu la récente rafale de demande de blocage de comptes par Jean-Paul Ney et ses avatars (voir ici), je penche pour la deuxième option. D’autant que le pénible avait déjà tenté une action de ce genre en mandatant une avocate pour me faire perdre la propriété de mon nom de domaine (suivre le lien pour le détail de cette histoire) : kitetoa.com.

A ce stade, quelques explications s’imposent pour la bonne compréhension de la suite de l’article.

Jean-Paul Ney est une personne un peu dérangée, selon les psychiatres qui l’ont examiné pendant l’une de ses nombreuses garde à vues :

d24-2

Visiblement suffisamment dérangée pour me menacer de mort, moi et ma famille de manière réitérée parce qu’un article que j’avais publié sur Transfert.net lui avait déplu.

Gentil, j’avais prévenu : je vais porter plainte, il appartient à Jean-Paul Ney de cesser ses menaces. Rien n’y faisait. La justice est lente, mais implacable. Jean-Paul Ney était condamné une première fois pour menaces de mort. Condamnation ferme et définitive, comme on dit dans le jargon juridique. Mais cela ne lui a pas suffi. Il s’est ensuite essayé à la diffamation. Deuxième avertissement, j’explique publiquement que je vais porter plainte. Même scénario, Jean-Paul Ney est condamné, cette fois pour diffamation à mon encontre. Condamnation ferme et définitive également.

Jean-Paul Ney est un troll. Il a pourri tellement de monde et s’est laissé aller à tant d’extravagances via son compte Twitter, qu’il s’est attiré une sorte de « fan-club ». La #TeamJipoune dans laquelle sont immédiatement incorporés ceux qui sont « bloqués » par Jean-Paul Ney (il ne supporte aucune contradiction et interdit à tous ceux qui le contredisent de lire ses tweets).

Tu t’es vu quand la presse parle de toi ?

Par ailleurs, il y a quelques jours, la presse a parlé de Jean-Paul Ney à l’occasion de la publication d’un rapport de Malek Bouthih. Il avait auditionné Jean-Paul Ney. Désormais connu pour ses délires sur Usenet, la presse ne l’a pas raté.

Pour mieux comprendre la perception que la presse a de ce grandissime journaliste, vous pouvez lire, entre autres, les articles de l’Express, de Buzzfeed, du Monde, du Point, du Parisien, de FranceTVInfo… On en passe. Ce n’est pas la première fois que la presse s’intéresse à ce personnage. L’Humanité a dressé un portrait de lui ici. Télérama un autre ici. Il y a de nombreuses années, Le Point avait déjà dressé un portrait de Jean-Paul Ney, il était alors mis en examen pour « appropriation d’un secret de défense nationale ». Cette mise en examen a été relayée plusieurs fois sur Internet, mais personne n’a jamais su s’il avait été condamné pour ces faits. Nous y reviendrons.

Voilà pour le contexte.

Passons aux tweets (probablement) incriminés maintenant.

Twitter se refuse à me dire quels tweets sont mis en cause, ni qui a demandé le blocage de mon compte. Mais si la théorie Jean-Paul Ney est la bonne, on peut imaginer que celui-ci a voulu faire disparaître un tweet dans lequel je fourniassait un document issu de l’un des procès qui m’ont opposé à lui.

 

<script src="//platform.twitter.com/widgets.js" async="" charset="utf-8">
Pourquoi publier ce document ?

Parce que depuis toujours, Jean-Paul Ney explique qu’il n’a jamais été condamné, que tout ce qui est sur mon site est une accumulation de faux, et qu’enfin, tout cela est hébergé sur un site à l’étranger par un anonyme, ce qui l’empêcherait de pouvoir agir en justice.

Premier point, vu le nombre de condamnations fermes et définitives qu’il me doit (deux), il sait très bien qui je suis et que Kitetoa est un pseudonyme pour « Antoine Champagne », le propriétaire de  Kitetoa.com. Deuxième point, même si mon site est hébergé à l’étranger, je répond devant les tribunaux des plaintes déposées contre « Kitetoa ».

Il me semble donc logique, lorsque Jean-Paul Ney dit ne jamais avoir été condamné, d’apporter des preuves tangibles de ses condamnations.

Ce que je vais donc refaire ici.

1) Jean-Paul Ney a été condamné en mars 2004 de manière ferme et définitive pour menaces de mort réitérées à mon encontre.

2) Jean-Paul Ney a été condamné en février 2008 de manière ferme et définitive pour diffamation à mon encontre.

Le dossier d’instruction de ma première affaire a été publié dans son intégralité ici.

Et un dossier d’instruction, c’est intéressant parce que cela contient des informations sur les éventuelles précédentes condamnations de la personne mise en cause. De ces dossiers d’instruction, je peux fournir les documents de Justice démontrant que :

3) Jean-Paul Ney a été condamné en novembre 2000 pour vol avec violence.

4) Jean-Paul Ney a été condamné en juillet 2006 pour vol et appropriation d’un secret de défense nationale.

Capture d’écran 2015-07-13 à 01.11.33Les services de police et de gendarmerie le connaissent fort bien et s’en expliquent :

Capture d’écran 2015-07-13 à 01.10.46

Maintenant, comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, si Jean-Paul Ney est si persuadé que tous ces documents sont des faux, que je suis un menteur invétéré, anonyme, caché à l’étranger, membre d’une secte qui le persécute, comme il le répète si souvent, je l’encourage à intenter un procès en diffamation à mon encontre, à me poursuivre pour avoir créé de faux documents de justice. Ce sera plus courageux que de tenter de me faire perdre mon nom de domaine par une procédure idiote, ou de faire bloquer mon compte par Twitter. J’irai m’expliquer devant un juge avec des pièces tamponnées par le Tribunal de Nanterre. En outre, comme à chaque fois qu’il a tenté s’attaquer à moi, je dis clairement que cela ne restera pas impuni. A bon entendeur.