PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

#PJLRenseignement : le pistolet qui tire dans le pied des politiques

Wednesday 8 April 2015 à 17:35
Photo Flickr : https://www.flickr.com/photos/actualitte

Photo Flickr : https://www.flickr.com/photos/actualitte

Comme nous l’évoquions hier, le pistolet à très gros canon et plein de munitions que François Hollande et Manuel Valls sont en train de s’acheter, le projet de Loi sur le renseignement, est aussi une arme défectueuse. Elle finit toujours par tirer dans le pied de ceux qui s’en servent.

Bien entendu, on peut estimer que nous sommes dans un régime politique différent de ceux cités dans le papier publié hier, que les opposants au pouvoir en place en France, quel qu’il soit, ne subiront jamais les mêmes persécutions que ceux des pays dictatoriaux. Ce serait faire peu de cas de la nature humaine et de l’Histoire récente.

Donnez à un être humain le moyen de tout savoir sur les autres, il est peu probable qu’il ne s’en serve pas. La lecture du Livre de la Voie et de la Vertu est un bon départ pour comprendre combien les dix-mille êtres sont faibles sur ce point (et sur d’autres). Quant aux hommes politiques, ils ont une fâcheuse tendance à prendre des libertés avec les règles établies par le contrat social qui nous unit. Les rapports entre Bernard Squarcini, l’ancien patron de la DGSI et Nicolas Sarkozy sont là pour le démontrer. Lorsque les révélations du Monde sur l’affaire Woerth-Bettencourt deviennent gênantes pour le pouvoir en place, l’équipe de Nicolas Sarkozy, alors président, demande au patron du renseignement intérieur d’identifier la source du Monde. Sans procédure judiciaire, les services vont se procurer les fadettes (les listes détaillées des appels téléphoniques) des journalistes du quotidien du soir.

Illégal.

L’affaire est jugée et Bernard Squarcini, condamné pour cela.

Zoophile, tendance teckels morts

Et demain, avec des grosses « boites noires » bardées d’algorithmes et de deep packet inspection placées chez les FAI, que va-t-il se passer ? Rappelons que pour fonctionner, les algorithmes prédictifs des services de renseignement devront analyser les données. Ces données, ce sont tous nos échanges opérés via les réseaux des fournisseurs d’accès à Internet en France. Ce qui va se passer, c’est que très probablement, l’exécutif aura a sa discrétion un outil lui permettant de tout savoir sur à peu près n’importe qui.

Massif ou pas, chalut ou harpon, peu importe. L’outil est là et peut cibler telle ou telle personne avec une précision chirurgicale et une efficacité totale.

Un élu qui enquiquine le pouvoir ? On lui demandera de ne pas se représenter car un certain dossier révélant ses tendances zoophiles sur des teckels morts pourrait se retrouver sur le bureau d’un journaliste. Un journaliste qui enquête un peu trop sur le pouvoir ? On lui fera savoir que certaines recherches qu’il a effectuées sur Google pourraient bien devenir publiques. Un juge « rouge » qui ennuie le pouvoir (les juges qui ennuient le pouvoir sont souvent qualifiés de « rouges », surtout quand la droite est au pouvoir), hop, on lui explique que ses échanges de selfies dénudés avec sa maitresse pourraient bien être diffusés sur Internet.  Etc.

Bien entendu, nous ne sommes pas dans une dictature et les « opposants » ne finiront pas torturés dans un cachot humide et sombre. Mais le résultat ne sera pas très différent en cela que l’opposition au pouvoir exécutif deviendra une activité à haut risque.

Balle dans le pied

Ce que ne veulent pas comprendre, par manque d’imagination – ou par peur d’être catalogués comme ayant refusé de voter les « outils nécessaires au monde du renseignement alors qu’un nouvel attentat a eu lieu et qu’il aurait pu être évité si seulement ces irresponsables de parlementaires avaient voté pour… »,  les députés et sénateurs, c’est que cet outil va se retourner contre eux. Même punition pour François Hollande et Manuel Valls.

Lorsque l’alternance aura joué, les responsables de l’opposition seront à la merci d’un nouvel exécutif et de ses boites noires. Bien entendu, on a peu de mal à entrevoir ce que ferait le Front National avec un tel outil. Mais il ne faut pas non plus beaucoup d’imagination pour évaluer ce qu’en feraient des animaux politiques comme Nicolas Sarkozy, Claude Guéant ou Brice Hortefeux…