PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

A Sartrouville, des jeunes se mobilisent pour les soignants

Tuesday 31 March 2020 à 12:14

Tous les soirs, avec le soutien de restaurateurs, ils livrent des repas

Les jeunes de Sartrouville font preuve de solidarité avec le personnel médical. D'autres nettoient aussi les halls d'immeuble pour éviter la propagation du virus. Leur initiative commence à faire boule de neige dans d'autres quartiers.

Les équipes médicales livrées en burgers... - Image du compte Facebook

Sur leur page Facebook «Les grands frères et sœurs de Sartrouville», les membres du collectif partagent les photos et vidéos de leur mobilisation. Leur élan de solidarité a commencé le 19 mars. Ce jour-là, ils lancent un appel à la mobilisation des commerçants de la ville: «Fournissez des paniers-repas pour le personnel hospitalier qui est en ce moment-même occupé à nous soigner! Et nous, nous irons leur livrer».

Les commerces de restauration répondent présent. Certains ajoutent même des petits mots d’encouragement, comme ce restaurant indien: «Cher personnel hospitalier, nous vous souhaitons bon courage. Ayant conscience de votre travail acharné, nous voudrions vous offrir ces plats chauds pour vous apporter notre soutien. Votre travail et dévouement sera marqué dans l’histoire, à nous ne vous montrer votre soutien en vous aidant à garder l’appétit. L’équipe de Jodhaa’s».

Depuis ce jour, des repas sont livrés quotidiennement le soir à l’hôpital d’Argenteuil: pizzas, sandwichs kebab, sushi, burger, cuisine chinoise…. «Les commerçants offrent et les jeunes livrent, si ce n’est pas une leçon de solidarité, comment appelez-vous ça? C’est juste magnifique, se réjouie Piroo, un des fondateurs du collectif. Au début, on avait une dizaine de restaurants engagés, maintenant ça explose

Les restaurateurs ne sont pas les seuls à se mobiliser. Bilel, un des volontaires raconte dans une vidéo au média Brut: «Maintenant on a aussi les parents dans nos quartiers qui font des gâteaux...

Nice : la ville tapedur qui n'aime pas les migrants

Monday 30 March 2020 à 15:38

Le préfet des Alpes Maritimes taclé par la Justice

Nice est avec Menton un symbole de la criminalisation des associations qui viennent en aide aux migrants. Le renvoi de mineurs isolés se poursuit mais la Justice sanctionne ces décisions.

Contrôle policier systématique dans le train en gare de Menton-Gravan - © Reflets

Nous vous avions longuement parlé des passeurs d'humanité de la vallée de la Roya en octobre 2018. La situation ne s'améliore pas beaucoup puisque début février, le tribunal administratif de Nice a constaté le caractère illégal du refoulement vers l'Italie de deux mineurs isolés et d'un demandeur d'asile depuis Menton, une pratique que nous avions documentée lors de notre reportage dans la Roya.

Le Tribunal a donc à nouveau sanctionné les décisions du préfet des Alpes-Maritimes.

Les associations pratiquent régulièrement des missions d'observation pour vérifier les pratiques des autorités françaises. La dernière en date a eu lieu du vendredi 31 janvier à 5h du matin jusqu’au samedi 1er février à 20h et a regroupé membres de plusieurs associations telles qu’Amnesty International, l’Anafé, le Secours Catholique-Caritas France, la Cimade, Roya Citoyenne, la LDH, Univ’ migrations, l’AdN, WeWorld, Diaconia Valdese, ou le MRAP, sous la coordination de la CAFI (Coordination des Actions aux Frontières Intérieures) et de l’Anafé. Durant 39 heures, 40 personnes se sont relayées devant les locaux de la police aux frontières de Menton et à la gare de Menton-Garavan. Elles ont pu constater que :

  • Sur les 79 personnes interpellées pendant ces 2 jours, la quasi-totalité l’ont été suite à un contrôle au faciès dans le train à la gare de Menton-Garavan, pourtant interdit par la loi.
  • 92 personnes ont été refoulées sans respect de leurs droits, à savoir le droit à un...

Uderzo, un grand bonhomme de la BD

Sunday 29 March 2020 à 16:24

Astérix et Obélix sont orphelins

Toujours pour nous évader de notre état de confinés d'urgence, nous vous proposons deux émissions pour mieux découvrir Uderzo. Une archive de l'INA, la célèbre émission "Le tribunal des flagrants délires", et un documentaire sur sa vie.

Exemple de case qui circule sur les réseaux sociaux pour dire adieu à Uderzo - Copie d'écran Twitter

Albert Uderzo, l’un des papas, avec René Goscinny, d’Astérix est décédé à son domicile de Neuilly-sur-Seine d’une crise cardiaque, à l’âge de 92 ans. Pas besoin de vous présenter le personnage qui a fait sa notoriété: ce petit gaulois moustachu qui, avec ses compagnons d’un village perdu d’Armorique, résiste avec brio, à grand renforts de potion magique, à l’envahisseur romain. Les hommages rendus au co-créateur d’un des plus célèbres personnages de BD se multiplient, notamment sur les réseaux sociaux comme celle qui illustre cet article.

Parmi d’autres images, vues sur Facebook, on retrouve Astérix et Obélix assis l’un à côté de l’autre, la paume de leurs mains droites soutenant leurs têtes, les yeux dans le vague. Même le petit chien Idéfix les rejoint dans leur déprime….

De la même manière que l’un de ses personnages fétiches: Obélix, était tombé dans une marmite de potion magique quand il était petit, Uderzo eut très tôt le gout pour la bande dessinée qu’il découvrit grâce aux histoires de Mickey, la célèbre souris de Walt Disney dont il dévorait les aventures dans le Petit Parisien. L’autre personnage qui marqua son enfance et inspira ses personnages futurs, ce fut Popeye, le marin mangeur d’épinards créé par Ezlie Crisler Segar.

C’est par l’intermédiaire de son frère Bruno qui le voyait dessiner avec entrain que le jeune Albert se fit embaucher comme apprenti dans la maison d’édition des frères Offenstad. Et peu à peu, de rencontres en concours, de coups de chances...

Une nouvelle étude du Pr Raoult semble confirmer l’efficacité de la chloroquine

Saturday 28 March 2020 à 14:19

Le Dr Jean-Louis Thomas analyse cet essai clinique

Nouvel épisode du feuilleton de l'hydroxychloroquine. L'équipe de l'IHU - Méditerranée infection a rendu public vendredi 27 mars un nouvel essai clinique sur 80 patients. Elle confirmerait l'efficacité de l’association hydroxychloroquine - Azithomycine. Mais des doutes subsistent, sur l'efficacité du traitement et sur le fait qu'elle empêcherait l'aggravation de la maladie.

Le Plaquénil - Copie d'écran

Quelle est votre analyse du nouvel essai clinique du Pr Raoult?

C’est un essai mené dans l’urgence sur 80 patients entre le 3 et le 21 mars. Cette fois, le protocole comprend l’association hydroxychloroquine - Azithomycine (un antibiotique). Certains patients atteints de pneumonie ont aussi reçu un second antibiotique, le Ceftriaxone. En fait il y a 74 nouveaux patients ajoutés aux 6 malades de l’étude précédente qui recevaient déjà cette association thérapeutique. La durée du traitement a été allongée par rapport à l’étude précédente et a été portée à 10 jours.

La tranche d’âge est large: de 18 à 88 ans. L’âge moyen est de 52 ans. 57,5% avaient des facteurs de fragilité, c’est-à-dire au moins une maladie chronique. Mais quand on regarde le score NEWS utilisé pour estimer le degré de fragilité des patients, on s’aperçoit qu’il est faible dans 92% des cas et élevé chez 8% des patients. Donc on a 8% de grands fragiles.

Il a pris les précautions standards pour éviter les accidents cardiaques. Avant d’entrer dans l’étude, chaque malade subit un électrocardiogramme (ECG), puis un second ECG est fait 48h après. Seul un patient est sorti de l’étude à J4 en raison d’une potentielle interaction avec une autre molécule.

Le point faible de l’étude est qu’il n’y a pas de groupe témoin, ce n’est pas une étude en double aveugle où un groupe reçoit un placebo. Mais cel se comprend dans le contexte d’urgence.

Je vois un autre biais qui n’est pas très problématique: on sait que des faux...

Un étrange silence

Saturday 28 March 2020 à 11:44

Ma « Nessum dorma »

La ville, c'est un peu l'homme et anonyme seul parmi la foule. Mais quand une ville se vide sur une injonction (restez chez vous), les interactions que l'on avait tendance à oublier nous manquent soudain.

La ville - D.R.

Une ville ce sont des pierres, du béton, du ciment, des tuiles et des ardoises et plein d’autres choses mais aussi de l’asphalte, des trottoirs, des pavés, des promenades sous les arbres et dans les parcs, le long du fleuve, du mouvement et du bruit.

L’homme urbain développe une grande ingéniosité pour se déplacer d’un point à un autre en changeant de mode de locomotion, en terminant éventuellement son périple par une ascension qui peut emprunter par exemple un escalier roulant, ayant enfin atteint son but dans la complexité des transports, et le labyrinthe des cheminements. Ses modes d’habiter en fonction des différentes cultures répartissent le temps entre le diurne et le nocturne – mais le nocturne est éclairé, on dira qu’il est éclairé a giorno, au grand dam des contemplateurs d’étoiles – entre le dedans et le dehors, entre le loisir et le travail, entre l’arrêt et le mouvement etc…

Les sociologues de l’Ecole de Chicago , pris dans ce maelström nous brosserons les traits saillants de cette « écologie urbaine », en nous montrant la richesse de ces échanges, de ces multiples interactions dans la société de l’abondance, mais aussi de la pauvreté et de la marginalisation, de la solitude, de la « foule solitaire » .

La ville industrielle décryptée par leurs enquêtes a été remplacée par des ensembles résidentiels ou de bureaux, les activités tertiaires se sont installées dans les centres villes, les banlieues se sont étalées jusqu’à une troisième couronne, renforçant les...