PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

La répression a fait 5 morts au Chili

Thursday 14 November 2019 à 14:26

Paroles de manifestants

Les Chiliens sont encore dans la rue, de deux semaines après le début du mouvement. Le président Piñera exclut de démissionner. Il se dit ouvert à la discussion et n'écarte pas une réforme de la Constitution. Nous donnons la parole aux manifestants.

Carlos a perdu un oeil pendant une manifestation. Il a reçu des plombs. - © Reflets

Après trois semaines de manifestations, 20 personnes ont perdu la vie au Chili. Nous sommes allés à la rencontre des manifestants.

Tel un homme sandwich, Mario, 70 ans, apostrophe les carabiniers retranchés derrière une barrière. Sur sa pancarte, on peut lire trois lettres au cœur du conflit social qui secoue actuellement le CHILI : AFP. Les Administrateurs de fonds de pension (AFP) sont des institutions privées chargées de gérer les fonds de pension. Ces fonds de pension procurent aux travailleurs des retraites minimalistes et des bénéfices importants aux six entreprises privées qui les gèrent. Ce système de retraite par capitalisation mis en place sous Pinochet promettait aux Chiliens un solde correspondant à 70% de leur salaire. A la place, ces derniers reçoivent en réalité 35%.

Lundi 28 Octobre, Avenue Vicuña Mackenna, Santiago Sur une des avenues qui mène à la plaza Italia, lieu phare des contestations, Augustin est déterminé,10 jours après le début de la contestation engendrée par la hausse du prix du ticket de métro mais révélatrice d'un mal bien plus profond. La commission d'enquête de ONU est arrivé ce jour-là à Santiago et va rester un mois dans le pays. Si le couvre feu a pris fin la veille, la ville est encore sous tension, rythmée par les affrontements entre manifestants et carabineros. L'annonce de remaniement du président Piñera n'a pas calmé les ardeurs du peuple chilien. Un centre commercial a brûlé ce jour-là.

Depuis le début des...

François Grosdidier : le retour du retour

Wednesday 13 November 2019 à 09:41

Anticor dépose une plainte contre le sénateur

A la veille des municipales pour lesquelles il se présente à Metz, le sénateur François Grosdidier est visé par une nouvelle plainte avec constitution de partie civile de l'association anti-corruption Anticor.

Le sénateur François Grosdidier - Copie d'écran

En se basant notamment sur un rapport au vitriol de la Cour des comptes sur la gestion de la ville de Woippy, l'association a déposé une plainte avec constitution de partie civile. A l'époque, François Grosdidier était maire de cette petite ville de 14.000 habitants. La Chambre régionale des comptes Grand Est avait relevé de nombreuses irrégularités concernant la gestion de la commune, pour un montant total de l’ordre de 1,4 millions d’euros. Alors que le sénateur François Grosdidier lorgne la Mairie de Metz, une commune de 150.000 habitants, cette fois, des questions se posent sur la gestion qui serait appliquée à cette commune disposant d'un budget bien plus important.

Dans sa plainte, Anticor relève que François Grosdidier a une vision très particulière de la justice. La Cour des comptes notait dans son rapport des violations des dispositions légales et réglementaires concernant la rémunération du directeur de cabinet du maire de Woippy pour l’exercice 2013. La Cour estimait alors que le comptable public, en n'ayant pas « exercé le contrôle de la validité de la dépense, lequel comprend notamment le contrôle de l’exactitude du calcul de liquidation ; qu’en n’ayant pas suspendu ces paiements, il a fait supporter une charge patrimoniale indue à la commune constitutive d’un préjudice financier. », devait régler à la commune une somme d'un peu plus de 80.000 euros. Pas de souci... François Grosdidier propose alors au cours d'un conseil municipal un...

Affreux, sales et méchants

Tuesday 12 November 2019 à 22:25

Les nouveaux trackers planqués de la e-économie

Soyons honnêtes, Libé n'est pas le seul à jongler avec le RGPD et les bloqueurs de trackers. Nous avons un peu exploré le Web commercial. C'est pas joli, joli. Ceci dit Libé est le seul à avoir annoncé un retrait des trackers sans le faire.

Inception - Copie d'écran

Nous avons beaucoup glosé sur Libération et sa façon très personnelle de faire "disparaître", façon Garcimore, les trackers de ses pages pour les abonnés. Comme nous l'avons raconté, les données personnelles des lecteurs abonnés continuent de partir vers un tiers, en l'occurence une Data Management Platform, Eulerian. Résumons : Libération a-t-il enlevé les trackers de ses pages ? Non. A tel point que le cookie de session qui identifie les abonnés et ouvre grand l'accès à leur compte et leurs informations personnelles à celui qui le détient, fuite chez Eulerian. Sur le papier, rien de grave puisque l'on imagine mal Eulerian aller hijacker (voler) la session d'un abonné. Mais dans l'absolu, on est à l'opposé de ce qui était annoncé par Clément Delpirou, directeur général de SFR Presse, et Paul Quinio, directeur délégué de la rédaction de Libération pendant l'émission de France-Inter, L'instant M.

Après avoir démontré que Libé avait un peu pipeauté, regardons ce qui se passe ailleurs. Nous expliquions hier que de nombreux prestataires, outre Eulerian, avaient choisi cette méthode d'offuscation pour "s'arranger" avec le RGPD et pour empêcher complètement les blockeurs de trackers de faire leur travail. Un problème pour Chrome ou Firefox qui en intègrent désormais un par défaut. Mais aussi pour les bloqueurs comme Ghostery, Ublock ou Privacy badger. Impossible de bloquer les Data Management Platform...

Libération : à traqueur vaillant, rien d'impossible

Monday 11 November 2019 à 13:25

La fin des bloqueurs de pub ?

Notre plongée dans les méandres des trackers publicitaires de Libération nous a permis de faire des découvertes qui n'intéressent pas que les geeks. Il semble bien que les entreprises qui monétisent leurs visiteurs aient trouvé, avec l'aide de leurs DMPs (Data Management Platforms), un moyen de contourner le RGPD (assez grossièrement) et de leurrer les bloqueurs de pubs et autres trackers.

Notre plongée dans les méandres du premier journal de France à offrir une navigation sans trackers publicitaires à ses abonnés bordel que Libération a mis en place pour continuer à monétiser les données personnelles de ses lecteurs nous a permis de faire des découvertes intéressantes, qui n'intéressent pas que les geeks.

Souvenez-vous, dans notre dernier article, Aeris relevait que Libé a mis en place un lien fourre-tout pour les trackers. Lorsque l'on charge une page du site de Libé en étant abonné, l'un des scripts appelés provient de f7ds.liberation.fr. A priori, un nom de domaine propre sur lui, en tout cas pour un bloqueur de trackers. Celui-ci va en effet considérer qu'il s'agit d'un nom de domaine de Libération, c'est à dire, un site "de confiance" pour qui est en train de consulter liberation.fr. En tout cas pas marqué au fer rouge comme étant un diffuseur de pubs, un pompeur de données personnelles. Ce n'est ni Criteo, ni Facebook. Bref, le bloqueur de trackers va laisser le script se charger dans votre navigateur. Et pourtant, ce domaine masque, au travers de plusieurs redirections une machine de Eulerian, la Data Management Platforms du groupe Altis qui, elle, va collecter vos données personnelles. Et même plus, puisque cela va jusqu'au cookie de session.

Dis papa, c'est quoi cette redirection ? Pour nos lecteurs qui ne maitriseraient pas très bien le concept, voici ce que cache le terme redirection... Lorsque...

Les trackers de Libé se cachent pour (ne pas) mourir

Thursday 7 November 2019 à 22:01

Encore un effort...

Reflets pensait naïvement que Libé avait "oublié" quelques trackers dans son grand ménage. En fait, c'est visiblement un peu plus compliqué que cela...

Le tweet annonçant la fin des trackers sur Libé - Copie d'écran

Après l'annonce tonitruante de Libération, la mise en route d'un journal en ligne sans trackers publicitaires a été laborieuse. Annoncée pour le 29 octobre, elle n'a été en apparence à peu près effective que le 5 novembre. Mais même après une sorte de nettoyage des dizaines de trackers qui permettent au site de Libération de monétiser son lectorat, au détriment de la vie privée, il restait de manière très visible 4 trackers. Jusqu'à ce que l'on découvre, surprise, qu'en fait, tout avait été caché sous le cyber-tapis.

L'annonce officielle... - Copie d'écran
L'annonce officielle... - Copie d'écran

Après le 5 novembre, donc, il restait :

  • Tagcommander.com
  • Facebook.com
  • Acpm.fr
  • Twitter.com
  • Cloudfront/Sharefacts
  • Chartbeat.com

Chartbeat - Copie d'écran
Chartbeat - Copie d'écran

Voilà pour le très visible. Evidemment, avec le mauvais esprit qui nous caractérise, nous avions interrogé régulièrement CheckNews sur cette dichotomie entre le discours marketing digne d'une startup devant la BPI et la réalité. Pourquoi ennuyer CheckNews avec ça ? Parce que le service de factchecking de Libé s'était saisi d'une question qui lui avait été posée : «Libé» est-il le premier média à supprimer ses trackers publicitaires pour ses abonnés ?

Déjà lors de la publication de cet article, nous avions, et nous n'étions pas les seuls, pointé que CheckNews avait bu les parole du patron sans trop se poser de questions puisque de nombreux journaux en ligne disposant d'un numéro de commission paritaire de type...