PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Tous aux abris : bombardement d'argent magique !

Friday 20 March 2020 à 23:01

C'est la panique chez les politiques et dans les banques centrales

L'incertitude est toujours la même : personne ne sait comment va évoluer la situation. Mais la panique gagne. Les banques centrales ont arrosé comme jamais avec de l'argent magique gratuit et les politiques entrent dans la danse hystérique. Tous aux abris.

Imprimons, imprimons... - Copie d'écran https://brrr.money/

Soyons clairs, personne n'a la moindre idée de ce qui va se passer dans les mois à venir. L'épidémie va-t-elle s'évanouir ? Vivra-t-on une situation à la chinoise ? Ou au contraire, cela va-t-il durer ? Pour l'instant, les marchés financiers sur-réagissent à la moindre nouvelle. L'annonce par le gouverneur de New York demandant aujourd'hui aux travailleurs new-yorkais de cesser le travail a fait plonger le Dow Jones... Dans tous les cas, la plupart des financiers tablent désormais sur une récession profonde au deuxième trimestre. Quand bien même l'activité reprendrait dans quelques semaines, il faudrait reconstituer les stocks, et de nombreuses entreprises ne survivront pas à un arrêt complet de leur activité de plusieurs semaines, ou de plusieurs mois. Les analystes rivalisent en ce moment de prédictions plus ou moins alarmistes sur la profondeur de la récession à venir. Certains tablent sur une reprise au troisième et quatrième trimestre tandis que d'autres annoncent déjà une dépression plus importante que celle qui a suivi la crise de 1929. Explosion du taux de chômage en vue, chute drastique et durable du PIB...

Si l'on admet que l'on ne sait rien et que toute prédiction relève désormais de la boule de cristal, on peut s'aventurer un peu plus loin. Emmanuel Macron, ultra-libéral pur sucre a martelé que l'après crise sanitaire allait marquer un changement de politique. Mais si l'on va encore plus loin, on peut même se...

"La gestion de la crise exacerbe les inégalités"

Friday 20 March 2020 à 21:34

Une psycho-sociologue analyse la crise du Covid19

Marie-Thérèse Neuilly est psycho-sociologue, spécialiste des catastrophes, enseignante-chercheur et consultante. Gestion de crise, résilience, soins en situation de catastrophe, traumatisme psychologique, elle répond à nos questions.

Marie-Thérèse Neuilly, psycho-sociologue - D.R.

Comment définissez-vous la crise?

C’est la déstabilisation d’un système qui avait trouvé son équilibre par une série d’aléas. Si on n’arrive pas rapidement à retrouver un équilibre, c’est la crise. Elle dure tant qu’il n’y a pas d’équilibre. Il y a différents stades et différents niveaux de gravité dans une crise. Cela peut aussi être un système en train de mourir. La crise peut se lire à un niveau personnel et à un niveau collectif. Des individus peuvent se sentir affectés collectivement, mais les répercutions individuelles sont variables. Les individus peuvent se sentir en crise, ou pas. Cela dépend de nos conditions de vie.

Le confinement touche tout le monde…

Oui et non. Certains travaillent. Et pour ceux qui sont bloqués, cela dépend de leurs conditions de vie. Si on est à la campagne, dans un grand appartement confortable ou dans un 20m2, c’est différent. Il y aura toujours des inégalités sociales.

La crise a aussi des conséquences psychologiques. Le retentissement varie en fonction du fonds psychique de l’individu. Par exemple, sa tendance à adhérer à la règle ou à être rebelle. Un individu soumis se soumettra à la règle sociale. C’est un trait psychologique qui s’est construit sur des années. Ce n’est pas d’abord la rationalité qui s’exprime. Évidemment, en fonction de ce trait, il vivra plus ou moins bien le confinement. Ensuite, chacun habille rationnellement ce comportement, mais il est lié d’abord à la trajectoire psychique. Dans la crise que nous traversons,...

En Espagne, une situation très tendue

Thursday 19 March 2020 à 16:23

Revue de presse

L'Espagne est "en avance" dans le déroulé de l'infection, par rapport à la France. La situation y est tendue et l'exécutif prend des décisions drastiques.

Copie d'écran de la Une du site El Pais le 19 mars 2020

Nos voisins sont particulièrement touchés par le virus. En termes de déroulé de l'infection, l'Espagne est en avance est en avance sur la France. A ce jour (19/03/2020) selon El Pais, 17.147 cas ont été recensés et 767 personnes sont mortes. En France, le 18/03/2020, on comptait 9.134 malades confirmés et 244 morts.

Bien que l'épidémie touche tout le monde, elle particulièrement dévastatrice chez les personnes âgées, déjà affaiblies. En Espagne, plusieurs Ephad ont été contaminés et le nombre de morts est impressionnant. El Pais rapporte que 20 personnes sont mortes dans une résidence de personnes âgées à Madrid sur 130 résidents. Quelque 75 personnes, y compris les salariés, ont été infectées, indiquent les autorités. Une enquête est ouverte. Il y a 500 maisons de retraite autour de Madrid. Le cas n'est pas isolé. A Tomelloso, 14 personnes âgées sont décédées en raison du virus. Quelque 34 personnes ont été infectées dans l'institution. A Albacete, ce sont sept personnes qui sont mortes.Jusqu'ici, tout le monde se renvoie la faute de la contagion (direction et autorités). Dans la région de Castilla-La-Mancha où se trouvent 400 centres avec 27.000 pensionnaires, 25 institutions ont déclaré des cas de Coronavirus.

Les autorités espagnoles sont déterminées et ont pris des mesures fortes. Contrairement à ce qui a été écrit ici où là, l'Espagne n'a pas "nationalisé" tout le secteur médical. En revanche, le gouvernement a fait passer le...

Un Ehpad à l’heure du Covid-19

Thursday 19 March 2020 à 11:25

Confinement, mobilisation générale et solidarité

Comment allons-nous prendre en charge les plus fragiles, les personnes âgées dépendantes ? C'est un marqueur fort de société. Nous avons décidé de suivre la vie d'un Ehpad, l'établissement public de Saint-Paulien en Haute-Loire, à travers les yeux de sa directrice, Nathalie Cottier. Épisode 1.

Comment vivez vous la situation?

Je suis un peu fatiguée, stressée, comme l’ensemble du personnel. Mais ça va. On n'a jamais autant donné. Avec l’isolement imposé, on a tous pris conscience de l’importance du lien social. On se rend tous compte que la personne âgée, elle a vraiment besoin de sa famille. Spontanément, chaque personne est sortie un peu de sa fonction. Il y a une solidarité qui s’est mise en place. L’ASH aide l’aide soignant, l’infirmière aide l’ASH. C’est incroyable mais ça se passe bien. On est 50 salariés pour 62 résidents. On est bien doté en personnel. Je sais qu’il y a eu de la panique dans certains établissements. Certains directeurs ont interdit l’entrée aux médecins traitants, aux kinés ou ils ont refusé de reprendre des résidents qui revenaient d’hospitalisation. C’est de la folie! Le directeur a toute sa place dans des situations comme ça pour garder la tête froide et organiser. Il faut que ça soit organisé sans panique. Si je me mets à paniquer, tout mon personnel va paniquer. Je fais des réunions régulières avec l’ensemble du personnel pour écouter, organiser et adapter. Ce que je fais aujourd’hui, ce n’est peut-être pas ce que je ferai demain.

L'Ehpad de Saint-Paulien en Haute-Loire - Ehpad
L'Ehpad de Saint-Paulien en Haute-Loire - Ehpad

Comment s’organise le lien avec les familles?

On a mis en place tout un système de communication avec elles. On lit les mails aux résidents, on leur passe le téléphone, on fait du WhatsApp, du Skype… enfin, tout ce qui est possible. On en a fait tout...

Paris confiné le 17 mars...

Tuesday 17 March 2020 à 23:57

Comme un dimanche de mois d'août, en pire...

Petite balade dans un Paris confiné depuis quelques heures ce mardi 17 mars. Quasiment tous les commerces ont baissé le rideau. Quelques rares passants. Et quelques policiers.

Contrôle de police en bas des champs. Le seul. - © Reflets

Le ministre des boites de nuit de l'intérieur l'avait annoncé la veille au soir, quelque 100.000 policiers allaient contrôler les Français qui s'aventureraient à l'extérieur. En fait, sur un parcours Champs-Elysées, Gare Saint-Lazare, Boulevard Magenta, République, Arts-et-Métiers, Beaubourg, Rivoli, Concorde, Étoile, seul un barrage de police faisait des contrôles, en bas des Champs. Ce qui était bien pratique pour que les journalistes puissent faire les images attendues.

Les rues étaient quasiment désertes. Quelques personnes promenaient leur chien, ou eux-mêmes, rarement en groupe. Un vrai dimanche de mois d'août, sans les touristes, sans les parisiens. Dans l'ensemble la population s'est enfin pliée aux demandes de l'exécutif. Les consignes continuent pourtant d'être troublantes. Alors que l'on demande un confinement complet 24h/24h, telle ville de banlieue annonce que le marché se tiendra toujours les jeudi et dimanche, mais que le cimetière est fermé. Comprenne qui pourra.

Marchés ouverts, cimetière fermé... - Copie d'écran
Marchés ouverts, cimetière fermé... - Copie d'écran

Au cours de la traversée de la capitale, on remarque les sans domicile fixe sont toujours dans la rue, personne à la préfecture ne semble avoir eu l'idée de les mettre à l'abri. Ils errent en groupe, comme quelques migrants. Mais dans les quartiers plus populaires de Paris, on ne croise plus de policiers.

Petite halte sur le parcours chez un médecin qui continue de recevoir ses rares patients. «...