PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Avec l’épidémie, un demi-milliard de personnes menacées par la pauvreté, selon OXFAM

Friday 10 April 2020 à 12:27

Logo Oxfam - D.R.
Logo Oxfam - D.R.

L'ONG Oxfam alerte sur le fait qu’un demi-milliard d’individus pourrait sombrer dans la pauvreté si rien n’est fait pour limiter l’impact économique du Coronavirus. Elle craint "un potentiel recul de 10 ans dans le combat contre la pauvreté, voir de 30 ans dans certaines régions du monde comme l’Afrique ou le Moyen-Orient". En quelques jours, 83 milliards de dollars d’investissements étrangers se sont retirés des pays émergents. Le prix des matières premières s’est effondré (-61% pour le pétrole, -15% pour le café, -21% pour le cuivre) alors que bon nombre de pays africains dépendent largement de leurs exportations. L’industrie touristique est à l’arrêt et les taux d’intérêt sur les emprunts publics des pays en voie de développement ont déjà augmenté de 3,5%.

Oxfam appelle à un « plan de sauvetage » qui repose sur 6 mesures prioritaires pour lutter contre les ravages économiques de la crise du coronavirus et rebâtir un monde plus égalitaire :

1- Accorder des subventions en espèces à tous ceux et toutes celles qui en ont besoin, notamment dans les pays pauvres et pour les personnes qui ont perdu leur revenu.

2- Soutenir en priorité les petites entreprises et conditionner les aides aux grandes entreprises à des mesures visant à protéger les plus vulnérables et à investir dans la transition écologique.

3- L’annulation immédiate du remboursement de la dette des pays en développement due en 2020 à hauteur de 1 000 milliards de dollars. Par...

Crise sanitaire et surveillance

Thursday 9 April 2020 à 14:22

Les crises passent, les outils restent

Dans des circonstances exceptionnelles, l'exécutif est souvent prompt à imposer des outils de surveillance qui ne font pas bon ménage avec les libertés individuelles. Tous les prétextes sont bons : lutte contre le terrorisme, crise sanitaire... L'exceptionnel demeure après la crise. L'état d'urgence devient la norme.

Mais qu'est-ce que l'on a de si intéressant ? - D.R.

Surtout ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas une dictature et, les données collectées sont anonymisées. Une fois que ces deux arguments sont lâchés, tout le monde est rassuré. N'importe quel outil de surveillance, aussi attentatoire aux libertés individuelles soit-il, peut être déployé. Les arguments visant à détourner l'attention du citoyen un tantinet méfiant auront fait leur effet. En France, par exemple, l'idée d'une surveillance des personnes via les mouvements de leurs téléphones portables, afin de lutter contre le coronavirus, fait son chemin lentement depuis quelques jours. On est passé de "ce n'est pas dans la culture française" (Christophe Castaner) ou on n'est pas comme la Chine (comprendre une dictature) à : nous avons récolté ces données, mais elles sont anonymes (Stéphane Richard, PDG d'Orange). Pour finir avec cette déclaration de Christophe Castaner : on pourrait peut-être utiliser certaines données des téléphones, pour tracer les contaminations éventuelles au Covid-19 et d'ailleurs les Français seraient surement d'accord... Ne vous inquiétez pas, on ne regardera pas les données GPS, ça reposera sur le bluetooth, tout est fait pour rassurer le chaland. Sauf peut-être cette petite phrase d'Olivier Véran et Cédric O dans Le Monde : « Nous en sommes à une phase exploratoire, mais nous ne voulons fermer aucune porte ». C'est bien le problème en matière de surveillance. Les autorités ne se sont jamais...

Un étrange silence - 2

Wednesday 8 April 2020 à 18:32

« In landa Desolata »(1)

Contaminations, menaces invisibles, confinements, les territoires de l’interdit... Peut-on faire un parallèle avec la catastrophe de Tchernobyl ? Psycho-sociologue spécialiste des catastrophes, Marie-Thérèse Neuilly a été consultante pour le programme Unesco - Tchernobyl.

Pripjat, Tchernobyl, zone urbaine - https://pxhere.com/fr/photo/126636 - CC BY 2.0

Qu’ont-ils de commun ces lieux désertés, décrétés inhumains, quadrillages urbains vides de sens ? Lieux stigmatisés, porteurs de mort, où rode une menace invisible. Qu’il s’agisse de Prypiat(2) , en Ukraine, ville abandonnée, ou de celles que le coronavirus hante. Un chemin inattendu relie ces espaces, dans un étrange silence qui tombe sur ces territoires de l’interdit.

Les laboratoires, le virus, la science, la centrale, ont en commun les notions de mystère, de secret, renforcés par le caractère impalpable de l'atome, ou celui invisible du virus. La centrale atomique appartient ainsi au fabuleux, au mystérieux et à l'incontrôlable. Le virus a droit à une représentation simplifiée, et une personnalisation qui fait de lui un guerrier qui cherche à détruire l’humanité.

Il y aura 34 ans que la catastrophe a eu lieu. Le 26 avril 1986. Mais nous-mêmes ne sommes- nous pas en état de catastrophe ? Alors que la pandémie touche la moitié du monde. En 1986 c’était un nuage toxique qui faisait le tour de la terre, menace invisible pour la santé des populations. A Tchernobyl ce fut la désespérance, la peur de la contamination, la fin d’un monde. Il a fallu fuir, monter dans les bus, les camions militaires, tout laisser derrière soi. La vie s’est arrêtée à Prypiat et dans les villages ukrainiens et biélorusses de la « zone interdite ». Quelques années après dans le cadre de l’aide internationale, l’Unesco a mis en place des programmes de sauvegarde du patrimoine et de soutien...

Une aide-soignante syndicaliste de l'hôpital de Hautmont mise à pied

Wednesday 8 April 2020 à 12:40

Elle avait interpellé la direction sur le manque de matériel de protection suite à une suspicion de Covid-19

Difficile d'être syndicaliste et de défendre ses collègues par les temps qui courent. Pourtant les manquements au droit du travail sont de plus en plus fréquents. Le cas de Laetitia P. illustre plus largement les pressions de plus en plus fréquentes pour que les soignants se taisent face au manque de moyens.

L'Ehpad d'Haumont - D.R.

Laetitia P., aide-soignante au Centre hospitalier d'Hautmont (Nord), s'est vue notifier samedi 4 avril une mise à pied pour une durée de quatre mois maximum. La direction lui reproche des faits de «menaces» et d'entretenir un «climat de crainte» dans l’établissement, selon les termes de la lettre qui lui a été remise et que Reflets a pu lire. Représentante syndicale de Sud Santé, Laetitia P. siège au CHSCT de l’établissement qui comprend un Ehpad et un service de soin de suite et de réadaptation.

L’affaire débute il y a trois semaines quand un patient présente des symptômes grippaux. «Le 1er avril, raconte Gilles Fagot, du syndicat SUD, la direction annonce au personnel qu’il est suspecté d’être atteint du Covid-19.» Un cas pour l’heure toujours pas confirmé, selon l’hôpital.

«Légitimement, en tant que déléguée au CHSCT, la déléguée syndicale a envoyé jeudi un mail pour demander du matériel de protection individuel et que les patients et le personnel soit testé, raconte Gilles Fagot. Laetitia a ajouté aussi qu’ "en cas de deuxième vague de contamination, les salariés pourraient faire usage de leur droit de retrait et qu’ils sauraient trouver les responsables de la situation." Avant ce mail, les équipes n’avaient que deux masques pour 5 à 6 personnes. Les cadres leur disaient que c’était réservé à certains soignants.» Suite à ce courriel, la direction a distribué aux salariés dans l'après-midi des masques FFP2, périmés, selon le syndicaliste.

Dans...

Discovery : les premiers résultats disponibles la semaine prochaine

Tuesday 7 April 2020 à 20:19

Virus
Virus
Les résultats intermédiaires du protocole Dicovery lancé par l'Union européenne (couvrant sept pays ) et qui teste depuis le 22 mars une série de médicaments pour lutter contre le coronavirus devraient être disponibles en fin de semaine ou au début de la semaine prochaine, au moins en interne, selon des indiscrétions. Le volet français du protocole est coordonné par l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Les médicaments testés sont le Remdesivir, le Lopinavir combiné avec le Ritonavir, le Lopinavir associé au Ritonavir et l'interféron bêta. Le dernier médicament testé est l'hydroxychloroquine, un antipaludéen.