PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Soutien psy aux soignants : la cellule d'écoute du ministère sonne dans le vide

Friday 30 October 2020 à 11:06

telephone - D.R.
telephone - D.R.

L’appel ne durera que quelques secondes. “Bonjour, vous êtes en relation avec la plateforme de soutien psychologique aux soignants. Ce service est désormais fermé”.

Alors que les professionnels de santé sont en première ligne pour faire à nouveau face à la forte recrudescence d’admissions patients Covid-19, la cellule d’écoute du ministère de la Santé a arrêté de fonctionner au début de l’été. Lancé début avril, ce numéro gratuit 0800 73 09 58, initialement accessible de 8h à minuit tous les jours, devait “pallier les situations d’isolement professionnel et proposer une assistance psychologique face à la sur-mobilisation actuelle” grâce à la mobilisation de psychologues hospitaliers bénévoles.

Cette cellule d’écoute, dont nous ignorons le nombre d’appels recueillis en trois mois, se superposait déjà à d’autres lignes de consultation qui continuent de fonctionner comme le numéro vert de l’association SPS (Soins aux professionnels de la santé), le numéro d’assistance de l’Ordre des médecins, le réseau des cellules d’urgence médico-psychologiques (CUMP) dans chaque département ou les initiatives particulières d'hôpitaux et dans le privé.

Le président Macron a des trous de mémoire à propos des lits de réanimation

Thursday 29 October 2020 à 18:35

A force de donner des chiffres faux, les politiques se prennent les pieds dans le tapis

Le président a évoqué mercredi 28 octobre 2020 le nombre de lits de réanimation disponibles en France. Des chiffres qui ne cessent d'évoluer au gré des éléments de langage à faire passer aux Français. Mais qui se préoccupe encore de la réalité ?

Quand le gouvernement pensait que les masques étaient inutiles pour la population - Copie d'écran Twitter

A force de mentir ou de construire une réalité rassurante, on finit par se perdre dans les chiffres qu'on annonce. Les chiffres sur le nombre de lits de réanimation font l'objet d'un yoyo permanent depuis le début de la pandémie. Nous avions déjà abordé ce sujet dans un article début avril. Le président de la république, Emmanuel Macron, vient de remettre le couvert...

L'air grave, le président s'est adressé aux Français mercredi 28 octobre 2020 pour leur expliquer que... contre toute attente... le virus avait contaminé à nouveau la population, qu'il était quasiment incontrôlable. Quelle surprise. Sans doute la faute au mauvais temps, comme l'ont évoqué certains ministres. En tout cas pas à l'incurie du gouvernement qui depuis le début de la pandémie, prend à peu près toutes les décisions qu'il ne faut pas prendre et change d'avis au fil de ses échecs. Ne portez pas de masques, partez en vacances, consommez, travaillez, envoyez vos enfants à l'école, toutes sortes de choses qui n'ont bien entendu rien à voir avec la propagation de ce virus. Passons. D'autres avaient bien prévu ce qui semble imprévisible pour les décideurs au pouvoir (voir l'interview d'épidémiologistes par Reflets en mai et fin septembre ici et )... Évoquant le nombre de lits de réanimation disponibles, le président a lâché quelques chiffres. Visiblement, il ne se souvenait plus de ce que le gouvernement ou lui-même avaient dit quelques mois...

Une journaliste de TF1 harcelée après un reportage en Azerbaïdjan

Sunday 25 October 2020 à 21:14

La reporter Liseron Boudoul est victime d'une cabale sur les réseaux sociaux

Difficile de couvrir le conflit du Haut-Karabagh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Après deux reportages sur le front côté arménien, une reporter a été envoyée sur la ligne de front dans le camp azerbaïdjanais. Depuis la journaliste est harcelée et la chaîne a supprimé le reportage de son site Web.

Stepanakert, est la capitale de la république du Haut-Karabagh - Copie d'écran - Google

Liseron Boudoul, grand reporter à TF1, n'avait jamais vécu un tel déchaînement de violence sur les réseaux sociaux. "Je couvre les conflits depuis une dizaine d'années, je sais bien que c'est toujours sensible, mais là c'est une première, témoigne la journaliste. Je ne pensais jamais être traitée de "pute des génocidaires" ou d'agent de la Turquie. C'est d'ailleurs assez cocasse, car j'ai été interdite deux fois d'entrée sur le territoire turc à cause de mes reportages en Syrie et pour avoir raconté des liens entre la Turquie et Daesh." Un tweet de Valérie T. ose même : "Possible qu’avec quelques décapitations du personnel haut placé du personnel de TF1, ils penseront mieux et plus évident_" (sic).

Partie une semaine en Azerbaïdjan, son reportage a été diffusé jeudi 22 octobre au journal de 20 heures. "Dans les minutes qui ont suivi, j'ai eu une avalanche de tweets injurieux, raconte Liseron Boudoul. La communauté arménienne s'est mobilisée et TF1 a reçu de très nombreux courriels. Des personnes ont même réussi à obtenir mon téléphone et j'ai reçu des critiques par WhatsApp. Je n'ai pourtant fait que mon travail. La chaîne avait envoyé auparavant mon collègue Michel Scott côté arménien.

Le reportage de Liseron Boudoul est toujours visible sur Youtube... Mais pas depuis la France - Copie d'écran - Youtube
Le reportage de Liseron Boudoul est toujours visible sur Youtube... Mais pas depuis la France - Copie d'écran - Youtube

Nous avions diffusé deux reportages, également au 20 heures. Le traitement du...

Que dire…

Sunday 18 October 2020 à 15:28

Ceci, bien sûr, n’est pas un titre. Mais là, franchement, les mots me manquent.

Du grand confinement de mars au petit couvre-feu d’octobre, huit mois se sont écoulés. La Covid est toujours là…

Le grand conseil : un quoi, pour qui? Vous êtes certain...

Les plus hautes autorités de l’État se sont concertées, elles ont réfléchi, légiféré, décidé de verbaliser, conseillé, préconisé, et puis, de nouveau, choisi de re-verbaliser. Que dire…

Les soignants, eux, ont moins réfléchi, ils ont alerté, soigné, sont tombés malades, ils vont re-soigner, bien sûr. Que dire…

La sphère médicale s’est faite surprendre, les chercheurs ont cherché, se sont cherchés, la médecine s’est médiatisée, dispersée, et puis elle s’est soudainement tue. Que dire…

Les commerçants et autres travailleurs obligés ont adhéré, contraints et forcés, ils ont fermé boutique, puis ouvert, puis re-fermé, puis ré-ouvert, aujourd’hui, ils s’exaspèrent… Que dire.

Mais heureusement il y a La Rochelle! Ici, tout va bien, la ville demeure belle, belle, belle, et re-belle. Ici, les mots et les phrases me reviennent tant il reste deux ou trois choses à dire, à voir ou à entendre pour faire avancer les choses du Covid. Ce n'est pas la première fois que je vous parle de ce lieu où le bon vivre et le bien portant luttent de concert contre le virus. La preuve, regardez la carte ministérielle, le gros rouge semble s'être arrêté sur les frontières des vignobles de la Gironde. Là bas, oui, il y a bien eu de quoi s'inquiéter, mais pas en Charente Maritime, enfin surtout pas à La Rochelle. Tenez, ici, même un cas Covid mortel s'avère moins grave qu'ailleurs! C'est pour le moins l'avis de Mme Carlier Mishari (11e adjointe de la ville en charge de...

Samuel Paty, victime de la folie barbare

Sunday 18 October 2020 à 15:09

L'extrême-droite souffle sur des braises

Un enseignant d'histoire-géographie du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, a été tué et décapité par un homme de 18 ans. Sur les réseaux sociaux, la haine des "musulmans" et des "étrangers" s'étale. Le cercle de la violence et de la haine prospère.

Couverture d'un livre d'illustrations de Seth Tobocman

Le terrorisme a fait une nouvelle victime vendredi 16 octobre 2020. Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines a été sauvagement tué puis décapité dans la rue par un jeune homme de 18 ans. L'enquête le précisera, mais tout porte à croire que l'auteur de cet acte barbare a commis un attentat terroriste au nom d'une vision intégriste de sa religion. Selon les informations qui ont filtré au fil des heures, l'enseignant avait fait un cours sur la liberté d'expression durant lequel il aurait montré une ou des caricatures du prophète, ce qui aurait déclenché une chasse à l'homme sur les réseaux sociaux de la part de certains parents d'élèves. Les coordonnées du professeur auraient été diffusées sur les réseaux. Outre l'évidente condamnation de cet acte, l'annonce de ce nouvel assassinat a déclenché une marée de messages hostiles sur les réseaux sociaux. Le cercle de la haine, du rejet et de la violence se nourrit sans fin. Les messages contre les "musulmans" et les "étrangers" se sont multipliés. La fachosphère et de nombreux internautes appellent à "affréter des charters", à expulser du pays "les musulmans" ou les "étrangers".

Si la lutte contre le terrorisme était, pour être efficace, aussi simple que la mise en place de d'avions remplis de personnes "expulsées", cela se saurait. Le temps passe, les...