PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Poutine dans le texte

Wednesday 23 February 2022 à 12:02

Nous rendons accessible l'intégralité du discours du président russe du 21 février.

Les commentaires succèdent aux commentaires. Il nous semble important de rendre disponible l'intégralité du discours de Vladimir Poutine. Son discours truffé de mots comme, "russophobie agressive", "attitude parasitaire" ou "génocide", de révisionnisme historique et de fake news nous fait entrer dans une autre dimension. L'existence même de l'Ukraine qui "n'a jamais eu de tradition stable de véritable État" semble remise en cause. Le spectre de la guerre réapparaît en Europe.

Vladimir Poutine s'adresse à la nation le 21 février 2022 - Kremlin

Ce texte est une traduction depuis la version anglaise du discours du 21 février mise en ligne sur le site du Kremlin. Nous avons ajouté quelques liens vers Wikipedia. D'un point de vue "occidental", le discours de Vladimir Poutine est choquant, il valide une volonté du Président Russe de peser lourdement dans a région, comme un retour à la guerre froide. D'un point de vue russophone, les choses sont différentes, Poutine ne fait que protéger la Russie contre l'expansionnisme de l'OTAN à l'Est. Vous pouvez lire ce thread sur Twitter pour mieux comprendre le conflit que se livrent les deux super-puissances depuis des années dans la région.

Le président de la Russie Vladimir Poutine :

Citoyens de Russie, amis,

Mon discours concerne les événements en Ukraine et pourquoi ils sont si importants pour nous, pour la Russie. Bien sûr, mon message s'adresse également à nos compatriotes en Ukraine.

La question est très sérieuse et doit être discutée en profondeur.

La situation dans le Donbass a atteint un stade critique, aigu. Je m'adresse à vous directement aujourd'hui non seulement pour vous expliquer ce qui se passe, mais aussi pour vous informer des décisions prises et des étapes ultérieures potentielles.

Je tiens à souligner à nouveau que l'Ukraine n'est pas seulement un pays voisin pour nous. C'est une partie inaliénable de notre propre histoire, de notre culture et de notre espace spirituel. Ce sont nos camarades, ceux qui...

Solarezo, ex-fleuron de l'énergie solaire, fait encore des étincelles dans les Landes

Tuesday 22 February 2022 à 17:14

Conte de fées ou mauvais western ?

La société Solarezo avait pour ambition, il y a dix ans, de devenir un acteur majeur du « solaire made in France » en reprenant une usine du géant Sony dans les Landes. Placée en liquidation judiciaire au bout de trois exercices, sa déconfiture n'a pourtant pas fait que des malheureux.

Cables électriques en pleine forêt des Landes, janvier 2021 - Joel Auster

L’histoire avait tout d’un beau conte de fées industriel qui fleurait bon les « énergies vertes ». En décembre 2009, la société lyonnaise Solarezo est accueillie à bras ouverts à Pontonx-sur-l’Adour, près de Dax (Landes), lorsqu’elle est choisie comme repreneur d’une usine de cassettes vidéo que le géant japonais Sony a décidé de fermer après vingt-cinq ans d’exploitation. L’arrêt des machines laisse 320 salariés sur le carreau. Solarezo bénéficie du soutien de l’industriel local DRT (qui en contrôlera près de 48%), champion des produits chimiques dérivés de la résine de pin, grande richesse de ce territoire. Sur le site de Pontonx, Sony avait déjà débuté une reconversion dans la production de panneaux solaires. Solarezo promet de maintenir des emplois et de mettre le paquet sur le photovoltaïque, un filon d’avenir en région Aquitaine, de quoi être présent sur toute la filière : des panneaux aux centrales, pour faire du « solaire made in France ».

En réalité, le conte de fées va vite tourner au mauvais western. La société sera finalement placée en liquidation judiciaire trois ans plus tard, le 28 août 2013. Et un conflit larvé oppose depuis 2014 deux anciens dirigeants de Solarezo (dont l’ex-PDG) à la Sepanso, la principale fédération de protection de la nature en Nouvelle Aquitaine. Les défenseurs de l'environnement sont parvenus à faire annuler par le conseil d’État des transferts de permis de construire qui laissent penser que certains ont profité plus que d’autres...

Au coeur des nouveaux mouvements sectaires

Saturday 19 February 2022 à 15:40

Dessous Choc #3

Qui sont ces mouvements sectaires newlook qui surfent sur la révolution numérique, les discours complotistes et les nouvelles modes thérapeutiques ? Timothée de Rauglaudre a mené l’enquête avec Jean-Loup Adénor dans un livre récemment publié aux éditions Robert Laffont (Le nouveau péril sectaire). Il en dévoile quelques-uns des éléments les plus marquants à Antoine Bellier.

Les mouvements sectaires ne se résument pas à ces groupes d’illuminés au crâne rasé chantant dans le métro une langue inconnue ou invoquant au moyen de rituels alambiqués telle ou telle divinité aussi complexe qu’improbable. Ces caricatures qui collent à la peau de ces groupes empêchent d’en approcher le vrai visage. Celui-ci est en réalité beaucoup plus banal que ces clichés mais aussi beaucoup moins inoffensif.

Profitant de la baisse de vigilance des pouvoirs publics et de l’affaiblissement des moyens de prévention qui existaient jusqu’à récemment, les mouvements à tendance sectaire sont de plus en plus difficilement détectables. Ils pullulent sous diverses formes dans des domaines du quotidien tels que l’éducation ou le secteur du bien-être et de la santé. Dotés de ressources considérables, ils profitent de la fragilité de certains individus pour étendre leur emprise, provoquant des ravages – notamment psychologiques – aux conséquences parfois irréparables.

Comment faire si l'on ne peut plus utiliser Google Analytics à cause de la CNIL ?

Friday 18 February 2022 à 17:00

Et si c'était la mauvaise question ?

Dans un monde digne d'Alice au pays des merveilles, les commentateurs redoublent d'inventivité pour imaginer un cyber-espace sans le système de mesure d'audience de Google. Mais aussi, pour tenter de décrire ce que cela signifie pour la protection des données personnelles. En fait... Rien.

Google Analytics

Il n'est pas content, le gendarme des données personnelles... La CNIL a publié un avis qui a mis dans tous leurs états à peu près tous les gestionnaires de sites Web français. Imaginez... L'autorité administrative indépendante chargée de faire respecter le droit à la vie privée, vient de dire de manière alambiquée qu'utiliser cet outil de mesure d'audience, si celui-ci transfère des données vers les États-Unis, c'est un peu contraire au RGPD. Google Analytics, c'est une part de marché estimée à 70 ou 80% dans le domaine de la mesure d'audience. Les gens du marketing ont probablement sauté par les fenêtres des buildings à la publication de cet avis, comme des traders en mode crise de 29. C'est comme si d'un coup, la lumière s'éteignait et que l'univers était plongé dans le noir. Que faire ?

« La CNIL constate que les données des internautes sont transférées vers les Etats-Unis en violation des articles 44 et suivants du RGPD. Elle met donc en demeure le gestionnaire de site de mettre en conformité ces traitements avec le RGPD, si nécessaire en cessant d’avoir recours à la fonctionnalité Google Analytics (dans les conditions actuelles) ou en ayant recours à un outil n’entraînant pas de transfert hors UE. Le gestionnaire de site en cause dispose d’un délai d’un mois pour se mettre en conformité. »

Avec ce petit commentaire, la CNIL démontre que des données personnelles fuitent vers les États-Unis lorsque Google Analytics est...

La France éjectée du Mali

Thursday 17 February 2022 à 18:05

Antoine Glaser décrypte la position de la France en Afrique

Le président Macron a annoncé aujourd'hui le départ de Barkhane du Mali et le redéploiement des forces françaises vers le Niger. Le fondateur de La lettre du continent et spécialiste de la « Françafrique » explique pourquoi la France a perdu pied au Sahel.

Opération Barkhane au Mali - État-major des armées - EMA

Emmanuel Macron a confirmé ce jeudi 17 février que les troupes françaises de l’opération Barkhane et de leurs alliés de l’opération Takuba allaient se retirer du Mali. Mais pour le président français, ce n'est pas un échec, juste un « retrait coordonné » des forces militaires. « En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les États européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la Task Force Takuba estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations », indique la déclaration commune signée par la France, ses alliés européens et le Canada

Des militaires seront toutefois redéployés au Niger voisin. « Le cœur de cette action ne sera plus au Mali, mais sera au Niger », a déclaré le président français qui affirme délivrer « un message de continuité à notre engagement dans la lutte contre le terrorisme au Sahel ».

Actuellement, 4.600 militaires français sont déployés dans la bande saharo-sahélienne dont 2.400 au Mali, a indiqué le porte-parole de l’état-major. Ce nombre devrait tomber à entre 2.500 et 3.000 hommes à terme (pour une région qui fait 10 fois la France en taille). Barkhane devrait avoir quitté le Mali d'ici 4 à 6 mois. 53...