PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Le "Chaos Computer Club" tient son congrès dans un métavers

Wednesday 2 February 2022 à 14:13

Visite en temps de COVID du #r3c

Du 27 au 30 décembre se tenait, comme chaque année le "Chaos Computer Congress", 38ème du nom. Et pandémie oblige, celui-ci se tenait pour la deuxième année en virtuel. L'occasion pour le plus ancien club de hacker allemand de faire un clin d'œil à l'actualité technologique en déployant un métavers open-source, un véritable camp temporaire déployé dans le cyberspace

Une petite formalité pour être accepté dans le métaverse 2D

Le hackerspace de Montpellier, le BIB, avait décidé de participer au "Chaos Computer Congress", pendant les quatre jours de la manifestation. Et à force de quelques invocations et de cybermanipulations, voici le hackerspace transféré dans le métavers 2D et la tente plantée, pour quelques jours, sur le camp du congrès.

Départ de Montpellier et de son hackerspace, le BIB. Direction la sortie, on a pas fait tout ce chemin pour rester devant nos ordis.
Départ de Montpellier et de son hackerspace, le BIB. Direction la sortie, on a pas fait tout ce chemin pour rester devant nos ordis.

Nous émergeons de notre cave et arrivons à l'entrée du camp. Des ferrys conduisent aux différentes îles sur lesquelles se sont installées les communautés présentes. Des panneaux d'orientations nous indiquent la zone lounge, le point information.

Nous tombons sur une conversation pour augmenter les possibilités de l'univers 2D.
Nous tombons sur une conversation pour augmenter les possibilités de l'univers 2D.

Quand on se plonge dans une conférence de hackers comme le CCC, il faut s'attendre à être un peu perdu. Ces zones d'occupation temporaire foisonnent de projets étranges tous plus incompréhensibles les uns que les autres. Et tous entourés d'une aura de mystère. Alors pour trouver nos marques, commençons par les zones d'expositions où les principaux consortium du logiciel libre ont posé leurs stands.

Le camp des éditeurs open-source a l'air d'être ici, rentrons voir les installations
Le camp des éditeurs open-source a l'air d'être ici, rentrons voir les installations

Le projet collaboratif bien perdu dans ce monde sans géographie
Le projet collaboratif bien perdu dans ce monde sans géographie

Quant à l'éditeur "Framasoft", son installation a l'air rudimentaire. Il manque quelques crêtes et des chiens ici
Quant à l'éditeur "Framasoft", son installation a l'air rudimentaire. Il manque quelques...

Une enquête sur les écoles hors des radars de l'Etat

Tuesday 1 February 2022 à 15:07

Dessous Choc #1

Après une trop longue absence, on a ressorti les micros pour vous proposer des entretiens avec des journalistes, essayistes, acteurs de la société civile ou politiques qui ont des choses à dire (intelligentes et intéressantes dans la mesure du possible !). Ils ont tous un point commun : l’investigation. Pour cette nouvelle saison, c’est un habitué de Reflets, un de ses collaborateurs réguliers, qui s’y colle : Jacques Duplessy.

Membre du collectif « Extra Muros » et de Reflets.info, il a mené une enquête passionnante pendant plus d’un an avec Anna Erelle sur les écoles situées en dehors des radars de l’État : L’école hors de la République (éd. Robert Laffont, 2021).

On découvre les matrices idéologiques de certains de ces établissements privés qui prônent plus ou moins ouvertement l’islam radical, défendent certaines thèses d’extrême-droite ou appliquent une pédagogie douteuse aux résultats plus qu’incertains, parfois sectaires. Les deux journalistes d’investigation font la lumière sur un phénomène multiforme qui suscite à la fois gêne et vigilance du côté de l’Education nationale, risque de séparatisme oblige... Le livre et l'entretien sont d'actualité : 16 arrestations ont eu lieu lundi 31 janvier 2022 en Seine-et-Marne dans une école juive orthodoxe (La Yeshiva Beth Yossef), comme l'a révélé Le Parisien.

Jacques Duplessy dévoile quelques-uns des éléments les plus saillants de cette enquête au micro d’Antoine Bellier.

Le ministère de la Justice et d'autres entités publiques touchés par des ransomwares

Monday 31 January 2022 à 19:29

Quels documents vont se retrouver sur Internet dans quelques jours ?

Le ministère verrouille sa com. La ville de Saint-Cloud a également été visée ainsi que le centre interdépartemental de gestion de la grande couronne de la région d'Ile-de-France. La semaine dernière, des documents de Thales s'étalaient sur la toile.

La semaine dernière, Thales Group découvrait une liste de documents mis en ligne par le groupe Lockbit. Étonnamment, avant la diffusion d'une flopée de code informatique concernant des projets internes du groupe, Thales minimisait :

La ligne d'activité Thales Digital Identity and Security (DIS) / Cloud Protection and Licensing (CPL) a pris connaissance de l'attaque par ransomware "Lockbit" visant des données appartenant au groupe Thales. Il n'y a actuellement aucune preuve matérielle d'un impact sur les offres de services ou l'infrastructure CPL, et nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'impact sur les données des clients dans les services CPL, ou les lignes de produits CPL associées. Bien qu'il n'y ait pas eu de notification directe de rançon, une équipe dédiée d'experts en sécurité examine actuellement la situation dans l'ensemble du groupe Thales. D'autres mises à jour de Thales seront fournies au fur et à mesure de l'avancement de l'enquête.

Réponse de Thales lorsque le groupe Lockbit a annoncé avoir piraté le groupe
Réponse de Thales lorsque le groupe Lockbit a annoncé avoir piraté le groupe

Sans surprise, Lockbit a mis en ligne des documents quelques jours après avoir annoncé le piratage du groupe :

Documents Thales mis en ligne par Lockbit
Documents Thales mis en ligne par Lockbit

En effet, comme le soulignait le communiqué de Thales, il n'y avait pas de données clients. Mais beaucoup de code informatique interne, probablement propriétaire.

Bout de code Thales
Bout de code Thales

La démarche consistant à minimiser...

Que pèse l'armée ukrainienne ?

Tuesday 25 January 2022 à 09:56

Etat des lieux alors que la menace d'attaque russe se renforce

Depuis le choc de l'annexion de la Crimée en 2014, le pays a renforcé sa défense. Sur le papier, la force militaire d'Ukraine est la 22e au monde. Mais malgré des réformes menées au pas de charge, l'armée souffre de problèmes structurels et de nombreux équipements sont obsolètes. Revue des forces et des faiblesses.

Un char ukrainien T64 défile à Jiev pour la journée de l'indépendance - Віталій - Creative Commons

Les bruits de bottes sont de plus en plus assourdissants à la frontière de l'Ukraine. Que peut-faire son armée si Vladimir Poutine décide d'une action militaire ?

L'invasion de la Crimée par la Russie et l'insurrection dans le Donbass téléguidée par Moscou en 2014 ont été un choc pour le pouvoir ukrainien. Le ministre ukrainien de la Défense a reconnu que le pays ne comptait alors que 6.000 soldats prêts au combat !

Depuis le gouvernement a tenté de reprendre les choses en main Entre 2010 et 2020, le budget consacré à la défense a été multiplié par trois, passant de 1,43 milliards de dollars à 4,32 milliards.

Aujourd'hui, l'armée ukrainienne compterait environ 150.000 soldats opérationnels. Depuis 2014, les forces armées ukrainiennes ont fait des progrès considérable, affirme une synthèse du service de recherche du Congrès américain (note en anglais) réalisée en juin 2021. Elle ont entrepris des efforts pour adopter les standards de l'OTAN, et ont reçu une assistance de l'OTAN et des Etats-Unis. Elle a entrepris des réformes du niveau tactique au niveau stratégique, ainsi que des mesures politiques, comme par exemple, une plus grande transparence, la lutte contre la corruption et le contrôle des militaires par le civils. L'armée ukrainienne a aussi modernisé son équipement, réformé le commandement et accru la professionnalisation, comme sa préparation.

Des améliorations sensibles

L'armée ukrainienne a reçu notamment des missiles...

Calais : la résistance à l'inhumanité par l'humour

Monday 24 January 2022 à 11:40

Les migrants sont toujours « emmerdés  » quotidiennement par les forces de l'ordre

Arbre de noël décoré avec des grenades lacrymogène, peinture d'un passage piéton pour les migrants, les bénévoles moquent la répression qui s'abat sur les demandeurs d'asile.

Un sapin de Noël à la décoration très particulière - DR

Alors que les policiers et leurs auxiliaires découpent les tentes au cutter des migrants ou les détruisent au bulldozer, confisquent quasi-quotidiennement leurs effets personnels, donnent des coups de couteau dans les réservoirs d’eau ou perturbent les distributions alimentaires, des bénévoles de nombreuses ONG tentent de mettre un peu d'humanité dans cette folie sécuritaire.

Et la lutte passe aussi par l'humour, comme en témoigne deux actions entreprises par des bénévoles du Secours Catholique.

Françoise, une religieuse catholique, manie la dérision dans son action pour soutenir les migrants. Pour Noël, des bénévoles et des réfugiés ont décoré un arbre avec des grenades lacrymogènes qui pleuvent quasi-quotidiennement sur eux.

Il y a quelques temps, elle avait aussi peint, avec le jésuite Philippe Demeestère (celui qui a mené une grève de la faim pour exiger de l'Etat une prise en charge digne de ces personnes) un passage clouté au beau milieu d’une route nationale à Calais. A quoi ça sert? A rien. Mais cela permet de rappeler dans l'espace public l'existence de ces personnes.

Imaginez la scène. A trois heures du matin, la fringante octogénaire et le prêtre partent seau de peinture blanche et pochoirs en cartons à la main pour badigeonner une signalisation pour faciliter la traversée des migrants. «De nombreuses personnes traversaient cette route très passante à cet endroit pour aller prendre une douche dans le local du Secours Catholique, raconte sœur...