PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

France THD : les maires inquiets par le rachat de Bouygues Telecom

Friday 19 February 2016 à 17:40

C’est un petit courrier de l’association des maires de France daté du 16 janvier 2016 qui en dit long sur le pessimisme des élus  — particulièrement ceux des communes rurales —  face au plan France Très Haut Débit du gouvernement. Le document est intitulé : « Les réseaux très haut débit d’initiative publique pourraient pâtir du rachat de Bouygues Telecom par Orange ».

Document Sans Titre du 02/12/2016 – 477 publié par Drapher

Le principe des RIP (réseaux d’initiative public) est simple sur le papier, mais beaucoup plus compliqué sur le terrain. L’idée principale, résumée sur le site de l’ARCEP est de permettre à des collectivités territoriales, poussées par l’État, de financer des « chantiers » pour améliorer, agrandir les réseaux d’accès à Internet en France. Une région, et le plus souvent un département, lancent des RIP, avec des enveloppes (nos impôts), puis des opérateurs Telco sont payés pour déployer les infrastructures de nouveaux réseaux / améliorer des réseaux existants.

Point sur la Collecte publié par Drapher

Le Plan France Très Haut Débit (France THD) est donc excessivement dépendant des RIP. Les réseaux THD ne vont pas se développer sous la seule volonté des opérateurs privés… qui ne sont pas nombreux et n’ont pas grand chose à gagner à investir massivement au fond des campagnes quand une rente très confortable et simple à développer existe en ville. Cela étant particulièrement vrai pour l’opérateur historique Orange.

quota-RIP

Tout le problème actuel de ce système de RIP/France THD, dans des départements à forte densité rurale, réside donc dans l’inertie des quatre grands opérateurs, qui n’ont pas franchement envie d’aller tirer des fibres optiques au fond des campagnes : peu de clients, beaucoup d’investissements, retours en termes d’image très faible. Rente fort médiocre.

Et voilà que Bouygues, très intéressé pour prendre des parts de marché dans la fibre rurale, puisque « n’ayant pas de base d’abonnés ADSL » jette l’éponge et… se jette dans les bras… d’Orange. Orange, celui qui a justement la « grosse base d’abonnés ADSL », et qui est en situation de quasi monopole dans de nombreux territoires…

Il est facile de comprendre l’inquiétude des maires de France si le rachat de Bouygues par Orange se fait : le THD en campagne, ce ne sera pas pour demain. Ni pour après-demain.

Une fumisterie souveraine… mais libre !

Monday 15 February 2016 à 20:19

bidochon-OSCe n’est pas comme si on ne nous avait pas déjà fait le coup de la souveraineté mal placée. Nous avons tous encore en tête ce holdup sur des fonds publics occasionné par le « cloud souverain », un projet initié par François Fillon en 2009 qui est aujourd’hui devenu pour l’un, un cloud americano britanico luxembourgeois (bâti sur de l’argent public, lui, parfaitement souverain de chez nous) et pour l’autre un cuisant échec commercial avec ses 150 millions d’investissements et ses 108 millions d’euros de pertes.

Flashback

L’erreur était pourtant grossière : on distribuait 75 millions d’euros à des acteurs qui n’avaient pas grand chose à voir avec le cloud (Orange et Thales pour Cloudwatt et Numericable et Bull pour Numergy), tout en écartant des acteurs légitimes comme OVH, Gandi et d’autres qui réalisaient déjà à l’époque une part significative de leur chiffre avec des offres clouds compétitives.  Tout ceci ne pouvait déboucher que sur un lamentable échec, avec des offres loin d’être compétitives et des clients qui ont préféré du Google ou du Amazon à cette souveraineté hors de prix et techniquement pas au niveau. Reflets s’est longtemps posé la question d’aller s’héberger dans le cloud souverain de Bull mais pour une raison dont nous ne nous souvenons plus, ça ne s’est pas fait.

Bug de souveraineté

Le cas Numergy est très intéressant puisque leur « souveraineté » financière sur ces 15 dernières années ne pouvait laisser augurer qu’elle reste souveraine bien longtemps. Patatra… Numericable racheta SFR et c’est ainsi que plusieurs dizaines de millions d’euros souverains passèrent entre les mains du cablo-opérateur luxembourgeois Altice, lui même détenu par l’américain Carlyle et le britannique Cinven. Cocorico, circulez il n’y a rien à voir. Point de rapport parlementaire sur ce fiasco, pas de mise en perspective, d’analyse de ce cuisant échec, mais peu importe, trouvons une autre connerie souveraine à servir au contribuable.

Et maintenant, un OS… WTF ?

Fort de cette expérience ce fiasco, le contribuable appréciera donc qu’on récidive, mais cette fois avec un concept encore plus absurde. Celui de l’OS (Système d’exploitation) souverain. Pour comprendre toute l’absurdité de cette proposition, un minimum de culture informatique préalable est requis, pas de panique, on va simplifier au maximum et évacuer les OS exotiques pour nous concentrer sur des OS utilisables par le commun des mortels et sans matériel propriétaire (oh oui, vendez nous du rêve et proposez nous une architecture hardware souveraine qui soit autre chose qu’un minitel).

Il existe à ce jour 3 principales familles de systèmes d’exploitation :

Tatatatata Reflets… t’en as oublié !

« Mais vous avez oublié Apple OSX, vous avez oublié IOS, vous avez oublié Android ? »

Non nous n’avons pas oublié Apple, ni Google. Apple comme Google ne sont pas partis de rien sous prétexte de « propriétarisation » ou de « souveraineté » dans les tarifs qu’ils pratiquent et les données personnelles qu’ils aspirent. Apple est parti d’Unix, Google a de son côté fait le choix de GNU Linux.

Avant même de parler de souveraineté, on pourrait commencer par aborder ces histoires de « nouveaux OS ». Régulièrement (tous les 3 ou 4 ans), il y a bien un original ou deux qui nous annoncent un nouveau système d’exploitation totalement révolutionnaire.

Second détail qui échappe probablement également au Parlement, un système d’exploitation, c’est bien sympathique, mais s’il ne dispose d’aucune application, si aucun éditeur logiciel n’a un intérêt quelconque à porter ses créations sur ce système d’exploitation, on se retrouve avec un OS souverain qui ne sert pas à grand chose :

Mais coup de bol, le projet ne souhaite pas partir de rien.

Delphine Batho, architect of an open world

Nous avons presque échappé au pire, Delphine Batho lance la (fausse) bonne idée, on va partir d’un Linux. Attention séquence architecture système long term strategy à l’Assemblée Nationale. Ce sera donc un système d’exploitation :

« ouvert et démocratique, à partir d’un noyau Linux, garantissant une mutualisation, permettant de soutenir le développement collaboratif d’un écosystème numérique libre, respectueux des lois, dans lequel les citoyens comme les entreprises puissent avoir confiance »

Vous voulez dire comme une Mandriva à son époque ? Comme Mageia aujourd’hui ? Madame la député, il est bien possible que cette proposition fasse rire un peu jaune certains développeurs/entrepreneurs français. Ne seriez vous pas en train de nous rejouer le coup du Cloudwatt/Numergy ?

Pourquoi ne pas distribuer vos millions directement au projet Mageia qui est tout bien comme vous dites ? Libre, ouvert, piloté par une association localisée en France, avec des contributeurs passionnés et compétents.

Pourquoi nous faire passer pour des cyber-bidochons dans le monde entier en réinventant la roue avec un label « souverain » pour distribuer de l’argent public à des acteurs sortis du chapeau qui n’ont pas grand chose à voir avec le développement d’un OS communautaire libre et ouvert comme on nous a déjà fait le coup pour le « cloud souverain » ?

Non mais sérieusement, un GNU Linux… vraiment souverain ?

Et bien oui ! Ce sera un OS parfaitement souverain, ce sera un OS libre et ouvert basé sur GNU Linux, « Les chinois l’ont bien fait » comme dirait l’ami Jacques, (l’homme qui voulait « nationaliser Internet »), c’est Red Flag..

Pour que ce soit bien souverain, les contributeurs du noyau comme ceux des applications devront-ils présenter leur carte d’identité avant de proposer une contribution ? Qu’allons nous faire de toutes les applications existantes mais qui ne sont pas souveraines ? Allons nous les réécrire ? Et sinon ce projet, vous l’évaluez à combien de milliards étalés sur combien de décennies ? Les perspectives d’adoption en entreprise qui vont devoir réécrire leurs applications métier et pour les particuliers qui vont découvrir que leur jeu ne fonctionne pas et que leur téléphone ne se synchronise pas avec cet OS souverain, vous les évaluez à combien au juste ?

Question annexe : pourquoi rentrer dans ce délire d’OS souverain alors que nos administrations s’entêtent à contractualiser avec Microsoft pour nos infrastructures de défense et d’éducation nationale ?

Très franchement, n’est-ce pas placer la charrue avant les boeufs que de disserter sur un OS libre « souverain » alors que nous ne sommes déjà pas fichus de passer au libre tout court pour nos infrastructures les plus critiques ?

Souveraineté ?… de qui ça ?

La plus grosse escroquerie intellectuelle de cette histoire d’OS souverain, c’est la notion même de souveraineté d’un état sur un système d’exploitation. Pitié, finissez en une bonne fois pour toute avec ce terme qui n’a ni queue ni tête quand on le transpose à la notion de souveraineté informatique nationale. La seule souveraineté qui puisse exister en matière d’informatique, c’est la souveraineté de l’utilisateur final, qu’il soit français, chinois, américain ou irakien.

Tout n’est pas perdu, puisque le gouvernement semble plus pragmatique que les auteurs de cette proposition farfelue et invite à « privilégier une approche encourageant les acteurs à contribuer au développement de systèmes d’exploitation en source ouverte existants, comme Linux ».

Attendons la prochaine loi sur le Numérique, nous découvrirons bien un projet d’Internet souverain, les nord coréens l’ont bien fait.

 

L’écumeur des cybermers et le parquet flottant

Sunday 14 February 2016 à 16:21

There is this thing called InternetDans le cadre d’une enquête sur de fausses alertes à la bombe reçues par des lycées parisiens, les amis du petit déjeuner ont rendu lundi 8 février, une amicale visite à un lycéen. Ils l’ont placé en garde à vue et ont, semble t-il, saisi ses armes de destruction massive son matériel informatique. France Info nous apprenait le lendemain que « c’était l’adresse IP de son ordinateur » (sic) qui avait permis aux cyberlimiers de l’OCLCTIC de remonter la piste du « jeune hacker (sic et resic) ». Ce dernier, « connu de la justice dijonnaise pour des faits de piratage informatique » – « selon une source policière » parce que sinon ça fait pas sérieux – « aurait offert son savoir-faire à des complices pour appeler les lycées parisiens de manière anonyme, grâce à des logiciels cryptés utilisant des serveurs distants à l’étranger (sic, resic et reresic) ». Bref, tout ça sentait bon le grand n’importe quoi, et il aura fallu attendre deux analyses un peu plus calmes du Monde puis de Numerama pour y voir un peu plus clair.

Le parquet, pied au plancher, avait requis la détention provisoire et la mise en examen du tipiakeur pour « complicité de menaces de destruction dangereuses pour les personnes », « complicité de menaces de mort », « complicité de fausse alerte ». Quel forfait avait donc commis notre jeune flibustier, de qui s’était-il fait le complice et quelle était la nature de cette complicité ? Il était l’opérateur de serveurs de messagerie instantanée XMPP ouverts. Par malchance, c’est sur ces derniers que « l’Evacuation Squad », le groupe de débiles apparemment à l’origine des fausses alertes à la bombe, avait jeté son dévolu pour ses communications. Les passerelles XMPP permettent une interconnexion à toute une ribambelle de services tiers, dont Twitter. En l’occurrence, ce sont des tweets d’Evacuation Squad, en relation avec les alertes, qui auraient transité par le serveur XMPP de notre infortuné gaillard. Voilà donc comment l’adresse IP du serveur du jeune homme est apparue sur les radars de la cybermaréchaussée, voici tout le lien qui le rattache à cette affaire. L’accusation ne tient pas deux minutes, puisque cela reviendrait à rendre toute personne fournissant un service en ligne potentiellement complice de tout et de n’importe quoi. Cela n’a pas échappé au juge qui a choisi de ne pas suivre les réquisitions du parquet. Fin de l’histoire, tout rentre dans l’ordre, ils vécurent heureux et eurent plein de serveurs XMPP.

Ce serait aller un peu vite en besogne, et oublier un chef d’accusation supplémentaire (nous avons affaire à un dangereux pirate, ne l’oublions pas), pour lequel le juge a décidé de suivre le parquet : le « refus de remettre aux autorités judiciaires ou de mettre en œuvre la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie ». D’après Le Monde, l’ordinateur personnel de notre fripouille était chiffré, et il aurait refusé de révéler aux enquêteurs la clé idoine pendant sa garde à vue. Notre méchant brigand n’est donc complice de rien, mais l’article 434-15-2 du code pénal semble suffisant pour le poursuivre quand même. Cet article, équivalent légal du coup de clé à molette sur le coin du pif, punit le refus de remettre les clés secrètes « d’un moyen de cryptologie susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit ». Passons sur la bizarrerie logique qui autorise le gardé à vue à se taire, mais qui l’oblige à remettre ses clés de chiffrement. Notre têtu malandrin risque, pour salaire de son opiniâtreté, jusqu’à cinq ans de prison et une prune de 75 000 €. Une broutille.

Security - XKCD - Creative Commons Attribution-Non Commercial 2.5 License

Security – XKCD – Creative Commons Attribution-Non Commercial 2.5 License

S’il s’agit bien, comme l’indique Le Monde, de l’ordinateur personnel du jeune pirate, le rapport avec la choucroute est pour le moins distendu. Chose que n’a pas manqué de relever Numerama, qui nous rappelle au passage que « nul ne [peut] être contraint de fournir des éléments de sa propre inculpation ». La seconde possibilité serait qu’il s’agisse des clés utilisées pour chiffrer les connexions d’Evacuation Squad aux serveurs XMPP de notre boucanier numérique. Mais, d’une part, pour que ces clés aient un quelconque intérêt il aurait fallu que les communications aient été interceptées au préalable. D’autre part, ces serveurs semblent configurés pour l’échange de clés Diffie-Hellman qui permettent aux connexions TLS d’acquérir la propriété de forward secrecy. Lorsque des serveurs sont paramétrés de cette façon – ce qui est une bonne pratique – chaque nouvelle connexion utilise une clé de chiffrement éphémère, qui est détruite lorsque la connexion prend fin. Le jeune forban ayant l’air un peu tatillon sur les questions de vie privée, il paraît donc douteux qu’il ait bidouillé son serveur pour enregistrer ces clés. Ne les ayant pas en main, on voit bien mal comment il pourrait les remettre. La dernière possibilité, serait que ce soit la clé privée des serveurs XMPP qui ait été visée. Mais lorsque le protocole d’échange de clés Diffie-Hellman est utilisé, cette clé secrète ne sert en pratique qu’à authentifier le serveur, pas du tout au chiffrement. Elle autoriserait seulement les enquêteurs à intercepter les échanges futurs – via des attaques MiTM – pas les communications passées. Dans tous les cas de figure, la supposée entrave à la justice s’accommode fort mal de la réalité technique.

Au delà des considérations techniques ou juridiques (et des emmerdements bien réels causés par ces fausses alertes), cette histoire soulève évidemment des questions d’éthique. Tout d’abord, exercer des pressions sur les petits acteurs qui fournissent des services en dehors des grandes « plateformes », c’est faire le jeu de la centralisation de ces dernières, qui ne sont pas forcément en odeur de sainteté au niveau des données personnelles ou de la surveillance. Il ne faudra pas non plus venir pleurnicher sur la « souveraineté » perdue. Mais surtout, les technologies respectueuses de la vie privée ne peuvent — par définition — avoir la protection sélective. Les plus efficaces d’entre elles sont conçues pour que les opérateurs et autres administrateurs n’aient jamais accès aux clés. Est-il acceptable que le fournisseur d’un service protecteur de la vie privée soit inquiété pour le simple fait de proposer un tel service ? Notre choix en tant que société est plutôt binaire. Nous pouvons encourager le développement de ces technologies. Dans ce cas, nous arrêtons la schizophrénie et nous intégrons qu’elles puissent être marginalement utilisées par des personnes peu scrupuleuses, aux enquêteurs de s’adapter. Ou alors, nous faisons le deuil de notre vie privée, nous nous privons d’un bien collectif et social essentiel, et nous acceptons de vivre dans une société de transparence asymétrique dans laquelle le secret et la sécurité sont l’apanage des puissants ou des criminels.

En attendant d’avoir fait ce choix, on lui souhaite bon vent, à notre écumeur des cybermers.

GoLeaks : jamais la presse n’a autant eu besoin de ce projet

Friday 12 February 2016 à 19:24

goleaksGoLeaks est un projet de mise en relation des journalistes et des lanceurs d’alerte. S’il apparait évident que les sources journalistiques ont besoin d’une protection de leur identité, si un beau principe de droit existe bien sur le sujet, en pratique, nous savons tous que ce beau principe n’est pas suffisant et qu’il est aujourd’hui plus que jamais mis à mal par « l’état d’urgence ».

Protéger une source est quelque chose de compliqué, car même lorsque l’on est journaliste, on n’est pas forcément rompu aux techniques d’anonymisation des communications.

Nous avons même coutume de rappeler régulièrement que le meilleur moyen de préserver une source, c’est tout simplement de ne pas être en mesure de l’identifier.

GoLeaks est donc un projet d’origine française, initié par deux personnes, Romain et @Datapulte, visant à créer un point de contact sécurisé et destiné à anonymiser les échanges entre journalistes et lanceurs d’alerte afin de préserver l’identité de ces derniers. C’est un projet qui nous apparait aujourd’hui comme vital pour la presse et qui vient palier les « petites lacunes » de l’amendement portant sur l’exemption de peine (mais pas de poursuite, de condamnation, ni de garde à vue) pour les lanceurs d’alerte (pour peu qu’on veuille bien leur reconnaître ce statut qui reste à définir),

Nous vous offrons donc la chance d’être le 42e contributeur de ce projet  :

Soutenez GoLeaks dès maintenant 

De l’écœurement, du journalisme et de la vie en général…

Friday 12 February 2016 à 16:33

80_chien_prends_l_air__003496700_1721_25012014

Il n’est pas si simple de continuer d’écrire. Surtout quand on écrit « avec ses tripes ». Peut-être parce que ce que l’on écrit nous semble — à tort ou à raison — important, ou tout du moins, intéressant. C’est une démarche présomptueuse, et je suis le premier à l’admettre. Mais avec les années, le temps qui passe, l’écriture devient quelque chose d’autre qu’une simple expression égotique, peut-être une forme de deuxième nature, un « truc » qui vient aussi facilement que respirer, boire ou déféquer. Allons savoir…

Ce billet — qui n’est pas un article [laissons les professionnels du décryptage de la chose informationnelle se débrouiller avec cette nuance] — est là pour déclarer une impuissance : celle de celui-qui-écrit. Le journaliste ? Possible. Probable. L’auteur aussi. L’individu, sûrement. Parce que pour la définition de ce qu’est véritablement un « journaliste » (et non pas le journalisme), il faut de multiples réflexions et aller-retours avec le réel. Et l’éthique. Et ce n’est pas gagné. Ce billet est écrit en écho à l’article de Kitetoa. Suivez le guide.

Je suis écœuré (et pas Charlie)

Oui, je suis écœuré, par de nombreuses choses, et ce, depuis peu. Avant, je luttais contre l’écœurement, parce que j’avais [certainement] espoir, et puis parce que je pensais que toutes les bornes n ‘étaient pas encore franchies, et qu’il était donc encore possible de sauver « quelque chose ». Aujourd’hui je ne ne crois plus que cette société puisse donner quoi que ce soit de bon. Au contraire. Le pire est à venir, à mon sens. Et il est déjà en partie là, ce pire…

Nous sommes libres et égaux en droit, parait-il. C’est inscrit dans notre constitution. Une phrase fondatrice. Qui nous lie. Nous relie. Et aujourd’hui, ce n’est plus le cas, ni de manière déguisée, ni de façon formelle. Un gouvernement, socialiste, a décidé de briser ce fondement, accompagné par une population qui a décidé de détester tout ce qui constituait la société qui lui a permis d’évoluer. La détestation française des réfugiés de Syrie et d’Irak est un premier marqueur. Elle souligne un passage. Une nouvelle forme de « vivre ensemble ». France, terre d’asile : mon cul.

Ont-ils oublié, tous ces peignes-culs vaillants patriotes et citoyens français qui s’inquiètent des étrangers arabes — qui fuient les bombes financées par leurs impôts — ce que leurs grands parents ou arrières grands-parents ont vécu il y a plus de 70 ans ? Savent-ils que, ce qui constitue la grandeur de leur nation — qu’ils portent aux nues — est justement cette capacité à accueillir les démunis au lieu de rejeter l’autre ?

Pauvre France. Pauvres Français.

Le journalisme, ce truc génial, mais…

Chercher à comprendre le monde, et le raconter est… passionnant. C’est le fondement du journalisme. Raconter le monde.

Mais que se passe-t-il quand le monde devient totalement flou, incohérent, contradictoire, mensonger, corrompu, et rentre dans une sorte de folie froide et belliqueuse ? Il se retourne contre celui qui tente de le décrire, de le comprendre. Il devient un ennemi. A fuir.

Je n’ai pas toujours été journaliste. Même si j’en ai fait longtemps sans le savoir. Et arrivé à un certain âge, grâce entre autres à la rencontre avec les fondateurs de Reflets, cette activité professionnelle m’a beaucoup enrichi. Pas pécuniairement, loin s’en faut, puisque gagner sa vie comme informaticien est largement plus confortable que de détenir une carte de presse et parvenir à la « gagner » décemment, cette vie.

L’enrichissement que procure le journalisme est humain : échanges, rencontres, partages : cette profession force (normalement) à se frayer un chemin à travers les méandres du monde des hommes et des femmes. Mais il arrive un moment où vous doutez. De votre capacité. De celle des autres. Du sens.

Le journalisme devient alors un parent pauvre de la distraction de masse que les sociétés modernes ont érigé en modèle collectif. A quoi bon participer à cette vaste mascarade où au final, chacun ne fait qu’une seule chose : se distraire pour oublier le triste sort réservé à la société humaine dans laquelle il est plongé ?

Contrer la dystopie…

Le plus troublant aujourd’hui est certainement l’émergence d’une dystopie concrète et durable. L’une des formes de contre-utopie sociétale décrite dans de nombreux ouvrage d’anticipation du XXème siècle s’est installée. Doucement, sans beaucoup de bruit, par étapes successives en prenant son temps. Les technologies y sont centrales : nano-technologies, miniaturisation informatique, déploiement massif des réseaux, accroissement des capacités de calculs et de stockage… Toutes ces avancées technologiques sont les piliers de la société totalitaire du contrôle et de l’asservissement des masses qui a débuté, et se déploie sous nos regards… blasés

Le procès intenté par le groupe Boloré à Bastamag, Rue 89 et quatre blogueurs est symptomatique de la dystopie actuelle : une multinationale —qui a déjà fait condamner une chaîne de service public, France Inter et son journaliste reporter pour un sujet dénonçant ses exactions en Afrique — pense pouvoir empêcher la presse d’enquêter sur ses activités, et ainsi museler toute contestation à son égard. Une multinationale porte plainte contre un journal en ligne pour « diffamation » ? Fait taire, grâce à la justice, des journalistes qui font leur métier ? L’heure est grave. Non ? Si ? On s’en fout ? On s’en fout… Il y a quand même la défense des accents circonflexes et l’intitulé du nouveau ministère de la Famille qui sont des sujets plus importants, n’est-ce pas ?

par l’utopie concrète…?

Les puissances du capital ont engagé un bras de fer avec les populations de l’ensemble de la planète depuis un certain temps. Leur victoire est à peu près totale. Le rêve marchand que ces puissances ont longtemps promu — est devenu réalité. Ce rêve est un cauchemar pour les quelques « humanistes utopiques » encore debout.

La seule issue pour contrer cette dystopie techno-marchande désormais en place, est de créer son double opposé : l’utopie humaniste concrète. Ce que les dizaines de commentaires écrits à la suite de l’article de Kitetoa semblent confirmer. Il faut faire, ensemble, concrètement. Se réunir. Créer des structures de contre-utopie. Monter des entreprises non-marchandes, à vocation humaniste, de partage, d’échange. Reprendre le pouvoir dans le monde réel. Pour « mettre une grande claque aux mauvaises odeurs » comme le disait une publicité déjà fort ancienne. La publicité, c’est central, n’est-ce pas ?

Ce billet étant écrit, il est temps pour moi de me remettre quand même en selle. Parce que, de toute manière, j’ai à faire, nous avons à faire. Et à écrire aussi. Et tant pis si c’est vain. Longue vie à Reflets. De toute manière,  on aura essayé, et c’est déjà ça…