PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Chaos proche-oriental, Califat, réfugiés : y a du sang dans le gaz…

Wednesday 9 March 2016 à 16:43

La situation en Syrie est dramatique. Malheureusement, le traitement médiatique de ce conflit monstrueux est totalement aveugle, et orienté. Rapide résumé de cette probable guerre énergétique qui ne dit pas son nom.

al-Baghdadi

Al Baghdadi, le grand manitou du Califat islamique : celui par qui la douche froide arrive. Et comment on va faire maintenant pour notre gazoduc ?

Au nom du gaz ! Heu, pardon, d’Allah…

Depuis le début du conflit syrien, tout est fait pour simplifier la situation et démontrer au public occidental qu’il y aurait deux camps : celui d’un horrible dictateur, Bachar El Assad, et celui des « rebelles », qui se défendraient contre ses exactions et voudraient le renverser. La raison du conflit serait donc simple, au point que des commentateurs ont parlé en 2011, d’un « printemps syrien ». Faire un parallèle entre la révolution tunisienne et un soulèvement populaire en Syrie laissait le champ libre à une analyse simpliste et « stratégiquement pratique » pour certaines puissances. Au premier chef desquelles les monarchies du Golfe, et leurs alliés : les puissances occidentales, France et Grande-Bretagne en tête.

Les spécialistes de la région, et plus particulièrement ceux qui travaillent sur les accords stratégiques énergétiques, rappellent quelques éléments qui laissent penser que l’origine du conflit en Syrie, n’est ni simple, ni aussi simpliste qu’on veut bien nous le dire.

Pour ces analystes, le point de départ du conflit de 2011 pourrait bien résider dans un accord avorté entre le Qatar et la Syrie datant de 2009. Avorté au profit de l’Iran…

Cet accord, que le Qatar comptait faire signer à Bachar el Assad pour laisser passer un gazoduc sur le territoire syrien en direction de la Turquie (vers le projet de gazoduc Nabucco sous impulsion américaine) pour desservir l’Europe, était très important. Pour le Qatar, comme pour les européens, les Turcs et les Américains.

Entretien avec David Amsellem – Le facteur gazier dans le conflit syrien – 10/03/2014 (lesclesdumoyentorient.com) :

En 2009, l’émir du Qatar proposait ainsi à Bachar El-Assad la construction d’un gazoduc reliant leurs deux pays en passant par l’Arabie saoudite et la Jordanie afin d’acheminer le gaz du gisement North Dome, situé dans le Golfe persique, vers l’Europe. Or, le Qatar partage une partie de ce gisement avec l’Iran, un allié privilégié de la Syrie. Pour cette raison, Damas a refusé le projet qatari et a signé en 2011 avec Téhéran un accord pour la construction d’un gazoduc reliant l’Iran à la Syrie en passant par l’Irak (Islamic gaz pipeline). Ces projets ont été gelés avec le début de la guerre civile.

L’Iran, ennemi juré des monarchies saoudiennes et qataris. Alors que l’on sait que les contingents de mercenaires très bien équipés par ces mêmes monarchies continuent d’essayer de faire tomber le régime de Damas depuis bientôt 5 ans, un doute nous assaille. L’histoire serait-elle autre que celle décrite à longueur d’articles et de reportages ?

Le gaz aurait dû passer, mais l’EI arrive…

Avec 3 milliards de dollars d’aide aux rebelles en 2013, le Qatar n’y est pas allé pas avec le dos de la cuillère pour faire tomber le « boucher de Damas », ainsi nommé en Occident par commodité de langage et par habitude propagandiste. Il faut aller vite, parce qu’il y a des projets de gazoducs concurrents, avec les Russes, alliés de la Syrie et de son « horrible président » (les princes du Qatar, eux sont des dirigeants amis).

Extrait d’une citation de David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l’Institut d’Analyse Stratégique (Le 09/09/2013 – TV5Monde – Syrie : le gaz du Qatar influence-t-il le conflit ?) :

Le problème du Qatar, c’est un champ de gaz commun avec l’Iran. Jusqu’à présent le Qatar exporte son gaz par méthanier, mais l’inconvénient des méthaniers c’est qu’ils transitent par le détroit d’Ormuz sous surveillance étroite de l’Iran. Ces incertitudes ont poussé le Qatar à chercher d’autres options, dont la voie terrestre, avec la formalisation d’un « pipe », à destination des européens, passant par le Nord et débouchant sur la Méditerranée.Mais les Russes ont eux aussi un projet concurrent, South stream, et qui déboucherait à proximité de la Turquie, en mer Noire.

L’Arabie Saoudite n’a pas été en reste dans le financement et le soutien aux groupes salafistes armés en guerre avec l’armée régulière syrienne. Les deux monarchies concurrentes ne s’apprécient pourtant guère, et le gazoduc quatari devant passer par l’Arabie Saoudite, il est difficile de comprendre comment l’affaire pourrait se régler. Des placements de dirigeants au sein d’un futur pouvoir syrien : qataris et saoudiens se répartiraient des places dans le gouvernement à Damas ? Toute la belle stratégie européano-russo-qataro-saoudienne est de toute manière tombée à l’eau en 2014, quand le barbu enturbanné Al Baghdadi proclame le Califat, c’est à dire l’État islamique. Le ralliement de la plupart des groupes armés à l’EI va jeter un léger froid chez les financiers des monarchies.

 Et maintenant, on fait quoi ?

Ceux qui ont misé sur une chute du régime syrien et ont soutenu les groupes salafistes ou les Frères musulmans en Syrie, se retrouvent aujourd’hui avec une union sacrée des mercenaires intégristes autour du Califat islamique. Laurent Fabius ne voulait-il pas livrer des armes à ces groupes, que son gouvernement maudit aujourd’hui ? Les actes criminels au nom de l’État islamique sont venus démontrer que les intérêts cachés et les soutiens en coulisses des États dits « démocratiques » ou des puissances pétrolières et gazières à des fins d’intérêts financiers et politiques, ne peuvent mener qu’à des désastres.

Les Syriens n’ont pas été soutenus. Ni pour stopper la répression aveugle que faisait s’exercer leur chef d’Etat à leur encontre, ni pour arrêter les fous de dieu qui voulaient prendre le pouvoir. Le gouvernement français se mêle de ces conflits prétendant le faire par » humanisme ». Il semble que ce ne soit pas vraiment le cas, pour ceux qui pouvaient encore le croire. Et lorsque la France subit une riposte terroriste sur son territoire, sa seule réponse est de réduire les libertés de sa population et faire s’exercer une suspicion généralisée.

L’investissement de la France dans le conflit syrien aidé de ses alliés qataris, saoudiens, n’est pas pointé du doigt par les observateurs du conflit, et lorsque les Russes s’en mêlent, rien n’est dit sur la partie d’échec stratégique en cours. Le gaz qatari est surement loin désormais. Sauf à penser que l’État islamique puisse être réduit à néant, ce qui semble très incertain. Mais les gens payent dans le sang cette guerre manipulée. Au point que les populations européennes en viennent à ne même pas voir que ce sont leurs gouvernements qui ont participé à pousser le million de réfugiés qui fuient la guerre.

La propagande de guerre est en pleine activité (article de Guillaume Champeau sur Numérama)

Les habitants du monde riche se bâfrent devant les actualités télévisées, convaincus de voir la réalité.

Rien ne change.

Tout empire.