PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

12 cigarettes (5)

Monday 26 January 2015 à 13:14

face

 

Partie 5 : hésitation

— « Il a créé l’univers ? Vous pouvez m’expliquer cette affirmation ? »

Elle vrilla ses yeux dans les siens. C’était le moment. Tout se jouait maintenant. Elle inspira lentement puis se jeta à l’eau :

— « Il a re-créé l’univers si vous voulez… avec le C-Quantum. Enfin, au départ c’était une reproduction. Parfaite. A l’identique. Un programme quantique qui débutait à l’origine sans aucune donnée quantique, sans rien. Puis le code se lançait, et ce que l’on nomme la lumière, la matière jaillissait dans les tréfonds de la machine. Il était possible de visionner cet univers, identique au nôtre. Et dans la machine, en quelques secondes, des équivalents de millions d’années se déroulaient, qui pouvaient être freinés, si on le désirait, ou se dérouler en accéléré. C’était tellement inconcevable, incroyable que tout le monde eut peur. Sauf lui. Ils lui ont dit d’arrêter la machine, de détruire le code. Il ne voulait pas… »

Le médecin pencha la tête :

— « L’univers dans une machine… je ne comprends pas bien ce que cela signifie, ni ce qu’il y a de si effrayant. C’était en fin de compte un monde virtuel, une reproduction de notre monde, mais en informatique. Ca n’a rien d’extraordinaire, bien que ce soit original et surement révolutionnaire, parce qu’effectué avec ce fameux calculateur quantique, mais…. »

La femme eut une moue amusée.

— « Vous ne saisissez pas bien ce que les scientifiques ont compris avec cette démonstration. Ce n’était pas un jeu qu’il avait codé. Il avait démontré… — Elle fit une pause — Il avait démontré… que nous étions dans un programme informatique. Que l’univers n’était rien d’autre qu’un code quantique. Et ce code, il l’avait recréé. »

Le médecin fronça les sourcils. Il pensa aux 12 cigarettes. Au boitier d’argent. Au fumeur de la salle 42. A cette femme. A son rôle à lui. Sa fonction. Ses responsabilités. A ce lieu. S’il appuyait, la sécurité serait là en moins de deux minutes et la femme serait arrêtée, désactivée. Il hésita. Il avait envie d’en savoir plus. Il lui répondit le plus tranquillement possible.

— « Il aurait donc démontré que nous sommes le produit d’un programme d’informatique quantique ? En recréant le programme, si je vous suis bien, qui serait la structure de notre univers ? Et cette découverte l’a mené ici ? Pourquoi, d’après vous est-il ici ? »

— « Parce qu’il a refusé de s’arrêter. Parce qu’il est allé plus loin. Sans que personne ne le sache. Et parce qu’il est impérieux que je puisse justement avoir accès à lui. Pour qu’il change le code. »

Le médecin tapota rapidement : « paranoïa, délires obsessionnels, psychose ? »

— « Je vois. Vous voulez qu’il change le code ? Quel code ? »

— « Vous vous en doutez, docteur, non ? »

Le médecin déglutit. Un tremblement incontrôlé s’était emparé de sa jambe. Il n’avait pas le choix. Il allait devoir passer en niveau 2. C’était certainement un événement aléatoire imprévisible. On l’avait prévenu de cette possibilité : ce genre de choses étaient possibles. Et lui, ne s’était pas méfié depuis le début. Il s’en voulut. Immanquablement.

(Vous pourrez retrouver la suite et l’intégralité de cette nouvelle ainsi que d’autres, prochainement, au format ebook et à la vente sur Reflets)