PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Benalla et les parangons de vertu

Friday 27 July 2018 à 17:52

Un Alexandre Benalla et tout est oublié

Ils ont pu étaler leur indignation dans tous les journaux, s'époumoner devant tous les micros, grimacer devant toutes les caméras, certains politiques drapés dans leur vertu ne l'ont pas toujours été

Fanfan - D.R.

C'est un effet de bord inattendu. Les politiques, hors La république en marche, ont entonné un chant particulier depuis le début de l'affaire Benalla/Macron. Tout à coup, c'est la République que l'on assassine, c'est le retour de l'ancien monde, c'est une atteinte à l'état de droit, on en passe. Ces nouveaux parangons de vertu ont trouvé une oreille très complaisante au sein du quatrième pouvoir qui a relayé leurs discours. Rares sont les organes de presse qui ont rappelé que ces contempteurs du dévoiement de la politique avaient quelques casseroles solidement accrochées aux fesses.

Marine Le Pen n'a pas manqué de cuisiner les personnes auditionnées par la commission d'enquête parlementaire. Ces gens-là sont forcément coupables de quelque chose et cachent des choses au peuple. Quant à Emmanuel Macron ? Il se comporte «comme un chef de clan ». Toute ressemblance avec papa Le Pen serait fortuite. Il n'y a jamais eu de clan Le Pen. «Il l aurait dû avoir une parole officielle, il aurait dû s’adresser aux Français», a-t-elle osé... Inutile de rappeler à Marine Le Pen que son papa vient de refuser une convocation de la police, tout comme elle l'avait fait pour les juges qui voulaient l'entendre dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs d’assistants du parti d’extrême droite au Parlement européen. Non, le clan la famille Le Pen n'est pas du genre à fuir ses responsabilité et à refuser de s'expliquer devant le...

Du mercenariat sauvage aux sociétés militaires privées

Thursday 26 July 2018 à 14:48

Bob Denard et Erik Prince, quelle différence ?

La présence de mercenaires sur plusieurs zones de conflit actuelles (Syrie, Ukraine entre autres) ainsi que le développement de sociétés spécialisées dans la sécurité et la défense, interroge quant à la nature précise de ces deux activités et les liens qu’elles peuvent entretenir. Mercenariat et sociétés militaires privées, même combat ?

Metal Gear Solid 4 - D.R.

Le terme de « mercenaire » désigne communément toute personne qui propose ses services contre une rémunération. Dans le domaine militaire, un mercenaire est donc un engagé volontaire, étranger ou non, (qui n’appartient donc à aucune armée officielle) rémunéré pour une activité militaire pour le compte d’un employeur (état, sociétés privées, ONG, particuliers).

Si le mercenariat est une activité vieille comme la guerre, il est souvent critiqué et mal vu. Dès 1532, dans son traité politique Le Prince, Machiavel considère l’emploi de mercenaires comme une menace pour un dirigeant politique : « les capitaines mercenaires sont ou ne sont pas de bons guerriers : s’ils le sont, on ne peut s’y fier, car ils ne tendent qu’à leur propre grandeur, en opprimant, soit le prince même qui les emploie, soit d’autres contre sa volonté ; s’ils ne le sont pas, celui qu’ils servent est bientôt ruiné. »

Évidemment, le statut et le métier de mercenaire ont changé en cinq siècles. De nos jours, le terme même de « mercenaire » fait débat et laisse peu à peu la place à un vocabulaire moins péjoratif. Ainsi, on ne parle plus aujourd’hui de « troupe » ou de « compagnie » de mercenaires, mais de « société militaire privée » (SMP). Cette appellation renvoient à une réalité plus complexe qu’au temps du penseur florentin et désigne des activités différentes.

Il est important de différencier les sociétés militaires privées (SMP) du mercenariat « classique ». Les SMP se doivent notamment d’agir dans un...

Alexandre Benalla : les images de son implication le 1er mai, avant la Contrescarpe

Tuesday 24 July 2018 à 19:54

Avant de s'acharner sur un civil place de la Contrescarpe, Alexandre Benalla était déjà très actif dans la journée

Les images tournées par Taranis News dans la journée, avant les événements de la Contrescarpe montrent un Alexandre Benalla en communication via le fameux talkie-walkie et en constante présence de forces de l'ordre qui n'ont pas l'air de le chaperonner. Il semble faire partie intégrante du dispositif policier.

Alexandre Benalla et Philippe Mizerski - Taranis News - © Tarani News

Taranis News, agence de presse indépendante a ressorti ses rushs de la journée du 1er mai. On y voit très distinctement Alexandre Benalla aller et venir en compagnie de policiers et notamment de son chaperon, Philippe Mizerski, de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC). Il est déjà accompagné de Vincent Crase.

Philippe Mizerski ne semble pas s'intéresser plus que cela à ce que font les deux pieds-nickelés. Alexandre Benalla est déjà très affairé avec son talkie-walkie et porte, son brassard "Police" dans ces images tournées boulevard de l'hôpital et près du pont d'Austerlitz deux à trois heures avant la bastonnade de la Contrescarpe.

Allexandre Benalla en train de commander un Uber pour un certain Emmanuel M. (non encore identifié) - Taranis News - © Taranis News
Allexandre Benalla en train de commander un Uber pour un certain Emmanuel M. (non encore identifié) - Taranis News - Taranis News

Place de la Contrescarpe, Philippe Mizerski assistera passivement aux coups violents portés par Alexandre Benalla ou Vincent Crase.

Sur plusieurs images on le voit utiliser le talkie-walkie, sans doute pas pour commander une pizza. Son implication, bien au delà d'un simple observateur est évidente.

Allexandre Benalla en train de commander une pizza à un certain Gérard C. (non encore identifié) - Taranis News - © Taranis News
Allexandre Benalla en train de commander une pizza à un certain Gérard C. (non encore identifié) - Taranis News - Taranis News

Au cours de son audition devant les députés, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République, a indiqué qu'Alexandre Benalla «était extrêmement disponible, extrêmement réactif, extrêmement efficace !»

C'est donc...

Fancy Bear : du spearphishing, des bitcoins et beaucoup de YOLO

Monday 23 July 2018 à 20:50

Des espions russes pas très discrets

Le dossier d'accusation à l'encontre de 12 agents russes soupçonnés d'avoir participé au piratage de la campagne démocrate de 2016 révèle une quantité de ratés stupéfiante de la part des agents russes, et relie ce piratage aux Macron Leaks.

22 Kirova, Moscou - Google Street View

Ce sont pas moins de 12 agents de deux unités, 21165 et 74455, du Glavnoe Razvedyvatelnoe Upravlenie, ou GRU, l'un des (très gros) services de renseignement russes, qui sont identifiés dans le document. Celui-ci apporte de nombreux éléments techniques, qui complètent ou précisent des informations qui étaient d'ores-et-déjà connues. Il permet ainsi de se faire une image très nette de la campagne de piratage ayant visé les élections présidentielles américaines de 2016. Outre la campagne d'Hillary Clinton, du Democratic National Committee (DNC), du Democratic Congressional Campaign Committee (DCCC), les attaques ont également visé le système électoral de différents états, particulièrement l'Illinois, et un fournisseur de logiciel électoraux, VR Systems. Ces actions avaient notamment débouché sur la fuite de très nombreux emails et documents, d'abord via le site « DCLeaks », dans un second temps par l'entremise d'un avatar créé pour l'occasion, « Guccifer 2.0 », puis, finalement, via l'organisation Wikileaks.

Les responsabilités de chacune deux unités sont assez clairement établies par le dossier. L'unité 21165, installée au 20 Komsomol'skiy Prospekt, dans les anciens locaux des services de cryptanalyse soviétique à Moscou, s'est chargée du piratage proprement dit. Une campagne de spear phishing (harponnage, ou hameçonnage ciblé) a permis de récupérer les informations d'authentification de comptes emails, d'accéder aux...

L'affaire (Benalla) banale de la sole plate

Saturday 21 July 2018 à 16:24

Emmanuel Macron évolue en 3 dimensions, pas nous...

L'affaire Benalla n'en est pas vraiment une. Ce sordide fait divers qui implique un (trop) proche d'Emmanuel Macron est surtout un énième révélateur que dans notre société, certains sont hors-sol tandis que nous, nous y sommes confinés.

Manu et Alex - EPA - D.R.

Un type particulièrement et très étrangement proche du président s'arroge le droit de porter un brassard de police et de tabasser un passant dans le cadre d'une manifestation. Voilà qui est choquant. Mais cela va plus loin. Alexandre Benalla est "couvert" par la présidence qui se contente de le mettre à pied pendant quinze jours. Ce n'est qu'après la publication d'une vidéo de la scène et son identification par Le Monde que le scandale éclate et que l'Elysée le licencie. Jusque là il s'agit d'une "affaire Benalla". Elle devient une affaire d'Etat dans la mesure où la présidence a visiblement tenté de "couvrir" les agissements de ce collaborateur en ne les dénonçant pas à la Justice. Cela semble simple. En fait c'est une affaire de sole plate.

Cette affaire n'est qu'un énième révélateur de la façon dont se comporte une partie de la population. Qu'elles soient simplement détentrices d'un grand pouvoir ou d'une fortune conséquente, certaines tranches de la population vivent hors-sol. Les règles qui s'appliquent au reste de la société, ne les concernent pas. Chez ces gens là, monsieur, on fait les règles, mais elles s'appliquent à d'autres. Ils ne rendent compte à personne ou presque. Leur vie est tellement différente de celle de la majorité des citoyens, que cette dernière ne peut même pas imaginer à quoi elle ressemble. Sans quoi, la population ferait rapidement un remake de...