PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Ukraine : les enseignements de trois mois de conflit

Friday 20 May 2022 à 10:49

Les combats se concentrent actuellement dans le Donbass

La situation militaire s’est plutôt figée ces dernières semaines, même si l’armée russe a engrangé quelques gains dans le Donbass. L’armée ukrainienne a pour sa part progressé dans la région de Kharkiv. On semble s’inscrire dans la perspective d’une guerre longue, même si des surprises ne sont pas à exclure. Retour sur près de 90 jours de guerre et perspectives.

Un soldat ukrainien retranché dans l'usine Azovstal à Mariupol le 16 mai. - D.R.

Quand le 24 février l’armée russe passe à l’offensive, certains soldats transportent déjà leur uniforme de parade. Vladimir Poutine, comme la plupart des analystes occidentaux, pensait que Kiyv tomberait en quelques jours. Mais, dès les premières heures, l’opération ne se passe pas comme prévu. Les Russes ne parviennent pas à tenir l’aéroport d’Hostomel qu’ils ont capturé grâce à une audacieuse opération aéroportée. L’aéroport change plusieurs fois de mains et est rendu inutilisable. Il est pourtant une pièce maîtresse pour l’approvisionnement des troupes qui doivent capturer la capitale.

«L’armée russe a échoué dans sa première phase de guerre éclair visant à décapiter le pouvoir ukrainien, analyse Cédric Mas, historien militaire et président de l’Institut Action résilience. Ils avaient parié sur un pouvoir fragile, un faible sentiment national et une armée qui s’effondrerait. Ils ont perdu. Et ensuite, ils ont mis plusieurs semaines à se sortir de ce bourbier et annoncer se recentrer sur le Donbass. Le revers initial enregistré s’explique aussi par la surestimation du nombre de soldats engagés initialement le 24 février. On parlait de 190-200.000 hommes, mais ils n’étaient peut-être que 120-150.000. Ils ont peut-être manqué de troupes et la logistique a aussi été défaillante.»

L'Osint change le suivi d'une guerre

Il n’est pas toujours simple dévaluer l’évolution des combats entre les armées russe et Ukrainienne, car ce qu’on appelle le brouillard de la guerre est...

Mise en examen de Lafarge pour complicité de crimes contre l'humanité en Syrie

Wednesday 18 May 2022 à 18:26

La cour d'appel confirme

La mise en examen d’une entreprise pour complicité de crimes contre l'humanité est une première mondiale. Nous republions aujourd'hui notre enquête de novembre 2017 qui racontait tous les détails des arrangements de Lafarge avec l'État islamique et la mise en danger de ses salariés.

Lafarge, en pleine activité à l'Assemblée Nationale fin 2017 - D.R.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé aujourd’hui la mise en examen de Lafarge pour complicité de crimes contre l'humanité. La multinationale, par le biais de sa filiale syrienne, aurait versé jusqu’à 13 millions d’euros à divers groupes armés, dont l’État islamique, afin de maintenir en activité sa cimenterie en Syrie. ECCHR et Sherpa, les associations à l’origine de la plainte, se félicitent de cet arrêt qui confirme qu'une entreprise suspectée d'avoir sciemment versé plusieurs millions de d’euros à une organisation criminelle peut être mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité.

Les juges ont également maintenu la mise en examen de Lafarge pour mise en danger de la vie des employés syriens.

A cette occasion, Reflets republie son enquête du 20 novembre 2017 qui vous aidera à mieux comprendre les enjeux de ce procès de longue haleine, visant à rechercher la responsabilité des entreprises lorsqu'elles placeraient leurs profits au dessus de la sécurité de leurs employés ou qu'elles contribueraient à des crimes sur des terrains de guerre par leur activité commerciale ou par leurs interactions avec les auteurs de ces crimes.


L’affaire remonte loin dans le temps et les documents auxquels Reflets.info a pu avoir accès montrent une entreprise complètement déconnectée des préoccupations éthiques et morales. La peur de perdre l’investissement réalisé dans l’usine de Jalabiya dans le Nord de la Syrie (650...

Ukraine : dans les territoires occupés, vivre sous le joug russe

Wednesday 18 May 2022 à 09:31

Les habitants racontent la surveillance et les exactions. Mais certains osent résister.

Du sud de l'Ukraine jusqu'aux banlieues occupées de Kyiv, les témoignages se ressemblent : les soldats de l'armée russe font vivre un enfer aux habitants. Ils subissent arrestations, assassinats et pillages. Toutes les personnes ayant une autorité politique ou morale sont dans le collimateur. Malgré cela, une résistance multiforme émerge et s'organise.

Sur le visage des déplacés se lit parfois l'horreur de ce qu'ils ont vécu. - Denis Meyer

Les zones occupées par l’armée Russe en Ukraine sont devenues un trou noir : il est difficile d’avoir des informations sur ce qui s’y passe. Reflets a pu recueillir des témoignages exceptionnels sur la vie sous le joug de l’occupant.

Une vie faite de privations, de pillages, d'arbitraire et d'exactions.

L’accès à la nourriture et aux médicaments est particulièrement difficile. Les prix des produits de première nécessité ont été multipliés par trois ou quatre. «Il est difficile de faire passer de l’aide humanitaire à cause du danger, explique Roman Rakhuba, directeur de l’association des églises mennonites d’Ukraine. Les soldats russes peuvent vous arrêter ou voler ce que vous transportez. Les combats sur la ligne de front sont fréquents.» Une menace plane tout spécialement sur les hommes : ils peuvent aussi être raflés à tout moment, car l’armée russe entend les mobiliser de force pour combattre l’armée ukrainienne.

Certains prennent tous les risques pour faire parvenir de l’aide humanitaire et évacuer des civils, quitte parfois à conclure un accord sordide avec l’occupant. «Un pasteur avait passé un marché avec les Russes: ils acceptaient qu’il amène de l’aide humanitaire et transporte des femmes et des enfants vers les zones tenues par l’armée ukrainienne en échange qu’il ramène des cadavre de soldats russes, raconte Roman Rakhuba. Il a pu ainsi faire sortir une centaine de personnes. Mais fin avril, quelque chose s’est mal passé, il a été arrêté à un barrage et...

Charente-Maritime: Aytré, les deux pieds dans la mer…

Monday 16 May 2022 à 09:55

Escherichia coli : bactérie qui réside dans le tube digestif de l’homme et des animaux à sang chaud (institut Pasteur)

L’une des plus agréables plages de la côte Rochelaise subit une contamination fécale depuis plusieurs décennies. Sur place, le problème se résume volontiers à une interdiction de baignade signifiée en 2018. Aux dernières nouvelles, tout devrait pouvoir rentrer dans l’ordre pour la saison 2023. Et si tout cela se jouait à pile ou face ?

Soleil couchant sur la baie d’Aytré - © Reflets

Ce pronostic bienveillant émane du maire d’Aytré lui même: « les analyses de 2021 étaient plutôt bonnes, en 2022 nous allons renforcer les analyses tout l’été, du mois de juin au mois de septembre. Si ces analyses sont bonnes avec les arrêtés qui ont été pris on sera forcément gagnant pour 2023, on parie sur cette réouverture, on va mettre tous les moyens en œuvre ! ».

Ce bel élan d’optimisme surprend alors qu’aucun résultat tangible ne prédispose vraiment à se réjouir de la situation actuelle.

Le maire Tony Loisel, prend la parole. Confiant, vraiment..? - © Reflets
Le maire Tony Loisel, prend la parole. Confiant, vraiment..? - Reflets

La fonction aura sans doute obligé le discours tant ce dossier pèse lourd dans les tiroirs de la municipalité. Au fil des mandatures les élus se sont suivis à Aytré, tous concernés par ce même mal chronique, et tous contraints d’admettre qu’une carte postale s’avère plus attractive qu’un résultat d’analyse pour attirer le touriste.

Les couvertures d’été du magazine d’Aytré de 2017 à 2021 - © Reflets
Les couvertures d’été du magazine d’Aytré de 2017 à 2021 - Reflets

Le sujet brûlant se voit périodiquement évoqué, mais du bout des lèvres. Comme pour justifier d’une prise en compte des problèmes ou du bien fondé des actions qui sont, vont être, ou auraient déjà été menées. En 2018, le responsable du pôle public et santé environnementale de l'Agence régionale de santé à La Rochelle, Frédéric Le Rallier, le rappelait à la presse : « La qualité des eaux de baignade est suivie depuis les années 1980, à Aytré comme ailleurs, mais Aytré est la seule commune de Charente-Maritime à...

Morne victoire

Tuesday 10 May 2022 à 11:18

La politique, ce n'est plus ce que c'était ma bonne dame...

Emmanuel Macron a donc remporté l'élection présidentielle. Son camp se réjouit. Une majorité de votants souffle en constatant que Marine Le Pen n'est pas aux commandes. Mais quelles leçons tirer de ce scrutin ? Tout a été ravagé. Perspectives d'un avenir qui s'annonce plutôt sombre...

La "foule" au Champ de Mars le soir de la présidentielle - © Reflets

Il fallait le voir pour le croire, ce dimanche 24 avril... Au Champ de Mars, quelques fanatiques agitaient frénétiquement des drapeaux français, hurlaient « Et un, et deux, et cinq ans de plus ». Ils étaient probablement un gros millier à répondre au chauffeur de salle, le patron des « jeunes avec Macron ».

Le Champ de Mars avait été privatisé et n'entraient que des personnes triées sur le volet. On était bien loin de la liesse habituelle d'après élection. Les rues de Paris étaient désespérément vides. Comme un dimanche soir de vacances scolaires. Pas de voitures klaxonnant, pas de macronistes hurlant leur joie sur les Champs Élysées, pas de liesse populaire sur l'une des places emblématiques de la capitale. Rien. Morne plaine. Ce vide sidéral traduit le désintérêt des Français pour la politique. Et ça, c'est un véritable problème pour les années à venir.

Ni les vainqueurs, ni les vaincus ne se sont rassemblés. À République, quelques centaines de personnes, principalement des jeunes, ont manifesté calmement contre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, deux candidats dont ils ne voulaient pas. Ils ont sans doute été les premiers matraqués par la police du second mandat d'Emmanuel Macron. Ils ne seront pas les derniers...

Emmanuel Macron a atteint son but. Il a laminé le Parti Socialiste qui n'existe plus, il a ravagé Les Républicains qui sont en voie d'extinction. Il se pose en seule alternative à l'extrême-droite et rafle donc la mise sans...