PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

La revente d’eBooks et de MP3 peut-être interdite ?

Wednesday 24 July 2013 à 11:23
clé usb en or massif Ces gogo qui ne comprennent pas ce qu’il font : appliquer une économie de rareté au numérique, et qui soit encore plus rare que le marché physique. Faut quand même le faire !

Depuis quand les éditeurs de bouquins nous interdisent-ils de revendre un livre qu’on a acheté mais qui ne nous plaît pas ? Jamais !
Alors pourquoi veulent t-il interdire la revente de fichiers achetés ? Déjà que ces fichiers sont bardés de protections et de verrous numériques mis en place parce que l’acheteur est pris pour un voleur, maintenant ils veulent ajouter un verrou légal.

Après l’illimité qui n’est pas de l’illimité, voici la vente qui n’est pas de la vente, mais une simple location. Ben oui : le livre numérique ne nous appartient pas, car on ne peut pas faire ce qu’on veut avec. Au lieu de ça il appartient à Amazon, à Apple, à la boîte chez qui vous téléchargez le fichier, et cette boîte peut vous supprimer le fichier à distance quand il le souhaite.

OK, les artistes et créateurs doivent pouvoir vivre de leur art, mais est-ce que ça doit forcément passer par des moyens qui font chier l’utilisateur ? Depuis quand les créateurs veulent-ils faire chier l’utilisateur, si c’est pour espérer lui revendre le fruit de son travail ? J’ai beau ne jamais avoir fait d’économie, mais permettez-moi de de dire que je pense que c’est une très mauvaise idée.
Qui pousse véritablement le client à se fournir sur The Pirate Bay ? Qui le pousse à rejeter le système économique actuel ? Qui le dégoûte de la culture, non pas à cause des auteurs, mais à cause des éditeurs (les ayants-droits qui ne pensent qu’au fric) qui font chier leur monde ?
Récupérer le livre sur les réseaux illégaux est très simple, et y’a aucune limite artificielle sur le fichier récupéré. Si vous voulez que l’offre légale fonctionne, il faut quelque chose d’aussi simple à utiliser (je ne parle pas du prix) : « Le jour où l’on entendra "C’est plus facile pour moi de regarder un film légalement que de le pirater !" le piratage s’effondrera. » (citation).

Je ne dis pas que le reste du monde fait mieux actuellement, mais c’est pas avec le rejet d’un bloc de tout ce que le numérique permet que la France va rattraper son retard (et accessoirement monter l’exemple, car d’une puissance mondiale, c’est un peu ce qu’on attend : une avance). Parce que oui la France est en retard dans le numérique et sur beaucoup de points, sauf dans la répression et les lois stupides : là elle est la championne !

Arrêter le progrès est impossible : inutile de chercher. Alors changez le monde pour qu’il s’y adapte et avance dans le bon sens, plutôt que d’être un frein au développement. Vos conneries suffisent amplement là.

Du coup, ça me fait douter sur l’issue de la réflexion lancée par la Hadopi sur une possibilité de la légalisation du partage, qui n’était pourtant – pour une fois – pas une mauvaise idée. Dommage…

image de Molotalk

Bye bye Opera…

Sunday 21 July 2013 à 15:39
Il y a 3 ans je disais « Bye Bye Firefox ». Maintenant c’est Coucou Firefox !

En effet, depuis l’annonce d’Opera Soft de passer du moteur Presto à Webkit, j’avais eu peur qu’il n’allait plus être le navigateur complet et rapide que j’avais… Les premières versions d’Opera 15 ont confirmé mes craintes : il n’y a plus rien. Opera n’est plus rien. Je ne dis pas l’abandonner pour toujours, mais actuellement il ne vaut pas le coup : beaucoup trop jeune encore.

Hier, un vieux bug non corrigé a terminé de me pousser sous Firefox.

Opera a été un bon navigateur, avec plein de bonnes d’excellentes choses dedans. J’ai déjà tenté d’en porter quelques unes sous Firefox, comme la barre de signet verticale.

J’ai aussi tous mes addons, qui soit remplacent les même qu’avait Opera, soit remplacent une fonction native : VideoDownloaded (pour télécharger des vidéos flash), AdBlock (bloquer des pubs), Ghostery (bloquer les spywares dans les pages), Omnibar (unifier la barre d’adresse et la barre de rechercher), Scrapbook (sauvegarder des pages web), UserChromeJS (faire des user-JS pour l’interface de Firefox, WOT (voir la réputation des sites), GreaseMonkey (faire des scripts pour chaque site).

Je constate que depuis 3 ans, Firefox a intégré diverses choses sympas : un bloqueur de Flash, un système de synchronisation des signets, des moteur de recherche pour chaque site, un speed-dial (encore totalement bugué, mais bon je m’en passe), un moyen pour grouper des onglets et les mettre en petit.

Il reste cependant certains trucs que Firefox n’a pas : la réactivité d’Opera. Le passage d’un onglet à un autre, par exemple : il reste un petit délai, que seul l’habitude d’Opera me permet de déceler. Même chose pour le défilement vertical et le chargement des formulaires.
Autre chose : quand je reviens en arrière dans l’historique d’un onglet, Opera mettait la page en cache (et donc aussi le contenu des formulaires qu’on venait de remplir). Firefox ne le fait pas, et c’est mal. Opera mémorisait également la position de défilement dans la page.

Firefox ne permet pas non plus de régler chaque site individuellement. Et évidemment pas de lecteur RSS intégré :(.

Image de Mozilla

Clavier virtuel en JavaScript

Saturday 20 July 2013 à 12:22
Pour certains besoins personnels, je me suis concocté un clavier virtuel en JavaScript pour les sites web. En réalité, j’ai repris le code de Brian Huisman (GreyWyvern) que j’ai grandement amélioré (plus léger, beaucoup plus rapide, plus joli, plus de fonctions, code plus propre…).


Vous pouvez l’utiliser en bookmarklet. Il suffit de mettre ce lien en favori, d’afficher une page, de cliquer sur le bookmarklet, puis de cliquer dans un champ à remplir d’un formulaire :

javascript:s=document.createElement('script');s.id='r6109_vkbsgp';s.type='text/javascript';s.src='http://lehollandaisvolant.net/tout/dl/virtual-kb/keyboard.js?french';document.head.appendChild(s);void(null);

(ou alors glissez CE LIEN sur votre barre de favoris)

Notez que le « french » correspond au clavier virtuel par défaut qui est affiché. Vous pouvez le remplacer par l’un de ceux-ci : albanian, arabic, armenian-e, armenian-w, assamese, azebaijani-cyr, azebaijani-lat, belarusian, bengali, bosnian, bulgarian-ph, burmese, canadian-fr, chinese-bapomofo-ime, chinese-cangjie-ime, czech, danish, dari, devanagari, dingbats, divehi, dutch, dvorak, esperanto, estonian, farsi, faeroese, finnish, french, georgian, german, greek, gujurati, hebrew, hindi, hungarian, icelandic, irish-gaelic, italian, japanese-kana, kazakh, kannada, khmer, korean, kurdish, kyrgyz, latvian, lithuanian, macedonian-cyr, malayalam, maltese48, marathi, misc-symbols, mongolian-cyr, norwegian, pashto, pinyin, polish, polish-prog, portuguese-br, portuguese, punjabi, romanian, russian, serbian, slovak, spanish, swedish, swiss-fr, swiss-de, syriac, tamil, tatar, telugu, thai-kedmanee, thai-pattachote, turkish-f, turkish-q, ukrainian, uk, urdu, urdu-phonetic, us-int, us-std, uzbek-cyr, vietnamese, yiddish.

Notez qu’alors le clavier ne sera que cliquable.
Si vous voulez émuler les touches (encore un peu bogué) avec les frappes au clavier (en mode qwerty, un « A » affiche un « q »), il suffit d’ajouter un « ,true » après le « french » :

javascript:s=document.createElement('script');s.id='r6109_vkbsgp';s.type='text/javascript';s.src='http://lehollandaisvolant.net/tout/dl/virtual-kb/keyboard.js?french,true';document.head.appendChild(s);void(null);
(ou alors glissez CE LIEN sur la barre de favoris)

Le code Javascript et le fichier CSS sont là (licence GNU). Il sont incluables directement dans du HTML, mais dans ce cas merci de télécharger le code sur votre site plutôt que de le lier ici :
http://dl.lehollandaisvolant.net/virtual-kb/keyboard.js
http://dl.lehollandaisvolant.net/virtual-kb/keyboard.js.css

Je ne pense pas faire évoluer ce bookmarklet d’avantage. En revanche, je compte ne faire qu’une version améliorée pour le japonais (hiragana/katakana) uniquement (où quand on tape « ha » ça me sort « は »).

Le code est sous licence GNU, donc n’hésitez pas à le reprendre et à le modifier.

N’ayez pas peur des gros mots !

Friday 19 July 2013 à 14:30
spongebob rainbow fuck you
Durant ma séance de procrastination quotidienne, je tombe sur ce dialogue où les insultes sont masquées. Puis sur ceci, un peu plus sérieux à propos du créateur de Linux et de son franc parler qui ne plaît plus. Et enfin sur les conneries d’iOS sur iPhone qui refuse de corriger les mots comme « viol », « avortement » ou « virginité » (me rappelle d’ailleurs de ça, où Apple bannit des mots sur votre baladeur).

Arrêtez, bordel ! Arrêtez de tout censurer les gros mots comme si c’était mal. Car ce n’est pas mal.

Les insultes permettent d’exprimer des choses comme n’importe quel autre mot. Ça ne sert à rien de les cacher. Au contraire : on perd en information en censurant. Retranscrire les émotions à l’écrit est déjà très difficile, alors laissez-moi utiliser les mots que je veux. Ce n’est pas en les masquant que j’en penserai moins de toute façon, alors autant ne pas les masquer.

Je n’en ai rien à faire de dire des gros mots, des insultes, des jeux de mots et d’autres trucs peu sérieux. Tant pis si ça dérange et j’emmerde ceux qui me le reproche : est-ce que je reproche aux autres de parler comme des politiciens ? Non ! Parce que ça ne me gêne pas : ce n’est pas la forme qui compte, mais le fond, et on peut très bien se parler et se comprendre avec styles différents et c’est bien ce qui compte.

Je n’ai pas envie de me mettre une bible dans le cul pour parler comme les standards de la société le veut. À quoi ça sert de parler et de s’exprimer si on censure ce qu’on pense, sous prétexte que certains mots sont « interdits » et « mal vus » par les adeptes du politiquement correcte ? À rien. La liberté d’expression, c’est mieux quand on a aussi la liberté de penser.

Ce n’est pas en s’interdisant religieusement d’employer des insultes que de vous serez quelqu’un d’apte socialement. C’est le fait de savoir comment les employer qui fera de vous quelqu’un qui sait communiquer. Quelqu’un que l’on ne risque pas de comprendre de travers.

Alors cessez cette hypocrisie ridicule. Exprimez-vous. N’ayez pas peur des mots. N’ayez pas peur de dire ce que vous pensez et tout ce que vous pensez. Osez appeler un con un con. Il n’y a pas de gros mots, il n’y a pas de mots mieux que d’autres.

On peut parfaitement utiliser des insultes sans être insultant, tout comme on peut très bien utiliser la langue de bois pour raconter de la merde.

Captvty, logiciel de visionnage des « replay » mis en demeure par TF1

Wednesday 17 July 2013 à 13:40
Avant que je commence, rappelez-vous ce que font TF1 et consorts avec votre droit d’auteur :

Bien.

Captvty est un logiciel qui permet de rattraper simplement et facilement des programmes TV que vous avez loupés en utilisant les services de streaming des sites des grandes chaines, dont M6-Replay, TF1-Replay et tous les autres :

captvty
Récemment, le site qui héberge le logiciel (via son hébergeur) a reçu une mise en demeure par TF1 : leurs disant (je vous laisse lire sur le PDF, contenant également la réponse de Captvty à TF1) que Captvty est illégal, qu’il propose le téléchargement des vidéos sur son site, qu’il contribue donc à une contrefaçon et à un piratage du site de TF1.

Lol. Rien que ça. Ce sont évidemment des conneries.

En fait, techniquement le logiciel ne fait rien de plus qu’un lecteur flash : il récupère le flux vidéo mis à disposition par le site de TF1 et l’affiche à l’écran de l’internaute. Il permet aussi d’enregistrer le fichier sur le disque dur de l’internaute. Cette dernière fonction est peut-être ce qui gêne TF1, mais elle n’est pas illégale : la loi est très claire sur ce point : les chaines de TV n’ont pas le droit d’empêcher les internautes de récupérer une émission diffusée à la TV pour leur usage privé :

L. 331-9 (loi n°2009-669) : « Les éditeurs et les distributeurs de services de télévision ne peuvent recourir à des mesures techniques qui auraient pour effet de priver le public du bénéfice de l’exception pour copie privée, y compris sur un support et dans un format numérique, dans les conditions mentionnées au 2° de l’article L. 122-5 et au 2° de l’article L. 211-3. »

Autrement dit, toutes leurs mesures de protection à eux seraient déjà complètement illégales.

Encore une fois, donc, on remarque que les chaînes de TV se permettent d’intimider les éditeurs de logiciels et les petits sites web en racontant n’importe quoi (les faits reprochés sont faux techniquement, et donc inattaquables devant un tribunal).

Guillaume (qui est derrière le site de Captvty.fr) et qui m’alerte sur tout ceci mentionne d’ailleurs très bien :

Depuis juillet 2011, Captvty a fait l’objet de quelques tentatives d’intimidation de la part de certaines chaînes TV qui sont restées sans suite puisque sans fondement.

Comme d’habitude donc : ils montrent les crocs et sortent les lettres d’avocats pour faire peur, puisque légalement ils n’ont absolument rien.

Au cas où, voilà la dernilère version du logiciel hébergé chez moi : captvty-1108.zip, et là la page de téléchargement officielle