PROJET AUTOBLOG


L'Étudiant libre

Site original : L'Étudiant libre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

élections démocratiques ? Uniquement si tu a du pognon

Saturday 17 May 2014 à 11:51
Je suis scandalisé. Outré. Indigné. Révolté. Les affiches, et les tracts pour les élections sont injustes. Pourquoi ? Tout les partis ne sont pas représentés[1]. Pas vu de trace papier ni du Parti Pirate ni du Féministes pour une Europe solidaire. On n'a que les gros partis nationaux, et quelques partis locaux.
Bref, des partis qui veulent présenter une alternative au système actuel. Comme peut-on changer l'Europe si on ne connait pas les alternatives ? Le CSA compte le temps de parole sur les ondes. Pourquoi pas le « temps de lecture » pour que tout le monde puissent s'exprimer équitablement ?

Drôle paradoxe du nationalisme

Wednesday 14 May 2014 à 15:13
Quel drôle paradoxe la nationalisme. D’un côté, ils veulent garder les « confettis d'empire » comme disait si bien Napoléon, des vestiges de l’époque coloniale et se remémorant l'âge d'or où le soleil ne se couchait jamais sur la France. Ces miettes datant d'une époque révolue, et nommée simplement France d'outre-mer.
Bon, passons sur les actes racistes, qui ne sont pas cautionnables et qui doivent être sanctionner. OK, vous voulez limoger les personnalités venant de ces îles. Mais pour cela, vous devez abandonner cette coquetterie d'un temps révolu. Sinon, si vous voulez conserver l'illusion d'un monde passé, il faudra les accepter. Un point c'est tout.
Pour les autres, plus tolérant, ce genre de conflits ne nous concerne pas. Après tout, si les frontières sont en pointillés, c'est pour qu'ils soient franchies. Ainsi, qu'importe l'origine d'une personne, on ne s'intéressera, pour un travail, qu'a ces capacités. Ces débats stériles et xénophobes de personnes de votre propre pays. Il serait plus constructif d'établir des liens culturels et économique avec eux qu'être contre eux. Un peu un commonwealth français, afin de garder des relations privilégiés suite aux rapports qu'on a eu avec l'Histoire . Mais bon, en France, la décolonisation s'est toujours passé dans la violence. Drôle de monde.

[Lettre ouverte destinée au Parti Pirate] Pourquoi réduire les subventions de la PAC est une mauvaise idée

Saturday 10 May 2014 à 16:53
Un des sujets clé des élections européennes est la réduction ou non des aides dédiées à l’agriculture.
Vu que c’est un sujet important, et que, de par mes études, je me suis penché sur la question, je vais essayer de vous éclairer. Ce sujet me tient à cœur. En effet, la nourriture est la base de la société, et, à tort, on a des raisonnements trop simplistes à ce propos. De plus, la France est le premier pays agricole d’Europe.
Un des arguments énormément utilisés est que les subventions aident au productivisme, au détriment de l’environnement et de la santé des consommateurs (thèse du Parti Pirate, un des seuls parti à être POUR la réduction des subventions de la Politique Agricole Commune, tiré de votematch.eu).
Pour comprendre cette affirmation, il faut connaître l’histoire de la PAC.

Histoire de la PAC et pourquoi on en est là


Au début de la PAC, en 1957 (suite au traité de Rome), il y avait 5 objectifs à atteindre :
– Accroître la productivité de l’agriculture en profitant des progrès agricoles
– Assurer un niveau de vie équitable à la population agricole
– Stabiliser les marchés en arrêtant les fluctuations des prix
– Garantir la sécurité des approvisionnements
– Assurer un prix raisonnable au consommateur.
Il faut aussi voir le contexte : à cette époque, on sortait de la guerre, on n'avait plus assez à manger. Il fallait donc nourrir tout le monde et on avait un pays à reconstruire ! Le secteur agricole était considéré « arriéré », à la marge, sur la touche, et certainement un des secteurs les plus pauvres. De plus, la France, dès le début du XXe siècle, et, après la guerre, a connu un exode rural. Qui dit exode rural dit moins de main d’œuvre. Qui dit moins de main d’œuvre dit moins de production, donc on ne nourrissait pas tout le monde.
Alors, on a décidé pour résoudre ce problème de « diffuser le progrès technique ». En gros, on met en relation les agriculteurs et les techniciens. À l’époque, les agriculteurs n’étaient pas autant instruits qu’aujourd’hui. Ils faisaient comme papa et ne savaient pas si c’était efficace ou pas. C’est donc à cette époque qu’on a crée les premiers lycées agricoles, les « formations » des agriculteurs (foyers de progrès agricole, centre d’étude technique agricole, postes de conseillers…), et qu'on a décidé de moderniser les équipements (on utilisait encore des techniques datant du Moyen-Âge !). Voilà un peu ce que fait le plan Monnet (1947-1953), politique française complémentaire à la PAC.
La PAC, elle, joue plus sur les marchés. Pour cela, elle s’équipe de plusieurs principes.
Tout d’abord, l’unicité des prix et des marchés. En gros, on supprime les barrières douanières intra-européennes et on favorise le libre échange. On fixe des prix pour soutenir à la fois le consommateur et l'agriculteur (en lui assurant des revenus fixes).
On utilise aussi la préférence communautaire. Simple comme principe : on privilégie l’économie européenne. Mais à l’époque, c’était aussi vrai dans d’autres secteurs !
Enfin, on utilise aussi la solidarité financière, avec le FEOGA (Fond Européen d’Orientation et de Garantie Agricole) qui sert à financer les dépenses de la PAC.
Finalement, on en arrive à un marché organisé.
Mais alors, comment finance-t-on la PAC (et donc le FEOGA) ?
C'est très simple : plusieurs principes régissent le financement.
Tout d'abord, les prix garantis : je vous en ai parlé, on assure un prix minimum. Si le producteur vend en dessous de ce prix, la PAC lui verse la différence. Imaginons que l’agriculteur vend 5€ un produit et que le prix minimum est de 10€, la PAC lui versera 5€.
Ensuite, le système des prélévements-restitutions : on taxe les produits importés pour subventionner l’agriculture locale. C’était une méthode efficace.
Avec ces méthodes, on a pu tirer le bilan suivant, en 1992:
On avait réussi à augmenter les exportations de la production française et on avait modernisé un secteur en retard ; on avait augmenté la production, permettant d’avoir une autosuffissance alimentaire.
Néanmoins, il y a des points noirs au tableau :
la baisse de la population agricole et donc du nombre d’exploitations. L’exode rural avait été un traumatisme en France car, culturellement, l’agriculture était le lieu d’excellence. « Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France » disait Sully. Avec l’exode, il ne restait plus personne ou presque.
Il y avait eu aussi le choc pétrolier de 1973, qui avait engendré une baisse des prix, et donc des salaires, pour lutter contre l’inflation.
Sans compter les nombreux problèmes environnementaux (épuisement des sols, nitrates dans l’eau, etc) et sociaux (stress, burnout… c’est assez épuisant).
Le productivisme a donc sorti la France du marasme économique post-guerre, mais au détriment de l’environnement et de la société. Il avait, à son époque, une utilité réelle et devait répondre aux priorités de l’époque.
Ainsi, en 1992, 1999, 2003 et 2014, la PAC a été réformée à de nombreuses reprises pour corriger le tir.
De cette manière, en 1992, on a décidé de lutter contre le productivisme en baissant les prix garantis et en les remplaçant (en partie) par une aide directe. On a utilisé le découplage (c'est-à-dire la dissociation du montant des aides directes par rapport à la production). On a ordonné aussi que les aides soient données selon l’hectare et non plus selon la tonne ; 10 % des terres arables (= cultivables) seront mises en jachère (= repos).
C’est aussi lors de cette réforme que la PAC que furent créees les mesures agro-environnementales. En gros, on soutient l’élevage extensif (par exemple, le pâturage) et l’agriculture biologique. Mais, en 1992, ces aides sont destinées uniquement aux agriculteurs volontaires souhaitant préserver l’environnement.
Suite à ça, une deuxième réforme a eu lieu, en 1999 (c'est ce qu'on appelle les accords de Berlin). D’une volonté à assurer une production de denrées alimentaire à bas prix et en quantité suffisante, on est passé à vouloir donner à l’agriculture une valeur de multifonctionnalité, ce domaine n’ayant pas qu’une vocation de production, mais aussi de maintien du territoire (social, environnemental, entretien des paysages…). Il est crée un deuxième pilier à la PAC pour la protection de l’environnement (normes, principe du pollueur payeur). Il y a aussi une accentuation du découplage partiel et une baisse des prix garantis (donc du productivisme). L’Europe, finalement, a pris en compte les crises sanitaires (vaches folles), la qualité et la sécurité des aliments.
En 2003, la PAC organise la production en fonction de la demande. Il y a des aides indépendantes vis-à-vis de la production mais plus axées sur d'autres conditions (bien-être animal, environnement). Économiquement, on renforce le développement rural (aide à l’installation, mise aux normes) et on baisse les subventions à l’exportation, les droits de douane, on crée des soutiens internes pour équilibrer les écarts Nord/Sud (je vous rappelle le protectionnisme avec la préférence communautaire), et ainsi permettre que les produits du Sud (le Brésil, par exemple) soient compétitifs avec les produits européens.
La réforme de 2014, elle, apporte un développement des circuits courts, une diversification des cultures (donc biodiversité) et une préservation des réservoirs écologiques et des paysages.
Ainsi, dire que la PAC favorise le productivisme au détriment de l’environnement et de la santé publique est totalement faux depuis les années 1990. A partir de 2000, les pays du Sud concourent avec l’Europe et dire que la PAC les défavorise est totalement faux. Des efforts ont été fait.
Le Parti Pirate, en affirmant que le productivisme est favorisé par la PAC, diffuse donc de la désinformation. Il y a une volonté d’aller contre ce productivisme. Mais stigmatiser les agriculteurs n'est pas une bonne chose. En effet, c'est un métier difficile, peu valorisé, notamment dans les grandes régions productivistes (un peu moins pour ceux en montagne, qui privilégient une production de qualité). Alors qu'on les a traités de retardataires après la Seconde Guerre Mondiale, ils ont eu une chance de gagner du prestige en redressant la France, grâce au productivisme. Maintenant, on les pointe du doigt. Il faut donc aider les agriculteurs à être fiers de leur production, en incitant le qualitatif (et un quantitatif qui répond à la demande, sans retomber dans les excès du surplus).
Un des véritables enjeux sera de valoriser cette filière d’un point de vue social (redonner du prestige, de la fierté d’être agriculteur), par exemple en incitant à faire du qualitatif (bio). Il ne faut pas diminuer les aides de la PAC, mais les réorienter

Propositions


La nourriture est un sujet particulièrement sensible. Vu les scandales alimentaires (lait chinois, lasagnes au cheval), il y a une véritable confiance à regagner auprès des consommateurs. De plus, les agriculteurs sont écrasés sous le poids des marges des grands réseaux de distributions, n’ayant presque plus rien.
Ainsi, il faut favoriser la vente directe ou les circuits courts : les consommateurs voient les producteurs, discutent. On voit qui produit et le producteur voit les consommateurs, pouvant ainsi mieux répondre à leurs besoins. Sachant qu’il pourra répondre à la demande, et que les produits ne seront pas jetés, il s’efforcera à produire un produit de meilleur qualité. Il y aura aussi moins de marges prises par les grandes enseignes, l’agriculteur pourra ainsi avoir un salaire décent. Les circuits courts sont une solution gagnants-gagnants : moins de marge, un salaire plus élevé, un produit meilleur et des besoins comblés.
Il faut aussi favoriser les produits du terroir, du territoire. Ils sont un facteur d’identité important et préservent des savoir-faires ancestraux. De plus, la consommation de produits locaux permet de réduire les transports et de favoriser le tissu économique local. Dans un monde mondialisé, l’identité locale est importante, d’où l’importance des labels (AOC). De plus, le localvore permet de réduire les émissions de CO2 et contribue au développement économique local
Je suis aussi favorable à une agriculture biologique, ou du moins durable (qui tend à permettre à tous de se nourrir et de répondre à ses besoins sans compromettre les ressources afin que les générations futures puissent répondre aux leurs). Bien sûr, au départ, on produira moins sans engrais. Mais au fil du temps, les sols se refabriqueront et seront aussi compétitifs que l’agriculture conventionnelle. Cette dernière épuise toutes les ressources du sol et les rend stériles. Bien sûr, l’agriculture biologique, dans sa philosophie, ne peut que aller de pair avec des semences dans le domaine public. L’agriculture conventionnelle est sous perfusion. A contrario, l’agriculture biologique, avec le respect de l’environnement, permet de produire autant, de meilleure qualité et préserve les ressources.On fait avec la nature et non contre(Gilles Clément).
Mais il y a aussi la notion de multifonctionnalités et du territoire. Qui voudra, si les agriculteurs cessent de faire, entretenir les paysages, bien commun à tous ? Qui maintiendra les milieux naturels, comme les prairies sèches en montagne ? Socialement, qui maintiendrait les traditions locales, comme les fêtes ? Les agriculteurs font donc un travail d’entretien de biens communs à tous, travail que peu voudraient faire

Conclusion


Au final, dire que la PAC favorise le productivisme au détriment de la santé et de l’environnement est de moins en moins vrai, comme démontre les réformes de la PAC.
Ainsi, pour une meilleure agriculture, il faut réhabiliter le statut de l’agriculture en favorisant les circuits courts, l’agriculture durable (voire biologique) et multifonctionnelle qui elle seule permet l’entretien des biens communs.

Journée mondiale contre les DRM

Tuesday 6 May 2014 à 17:41
Aujourd'hui, est la journée mondiale contre les DRM, pour digital rights management, ou en français mesures techniques de protection (MTP) ou gestion des droits numériques (GDN).
picture
Traduction depuis une version de fsf.org. Pas trouvé un meilleur jeu de mot en français

LAMBDA : Et c’est quoi, concrètement, les DRM ?
MANCHOT BARBU : Ce sont des petits programmes incluent dans les films, les ebooks, musiques, pouvant restreindre l’utilisation. Cela peut être restreindre l’utilisation par le lieu géographique, le support de lecture (par exemple ne lire que sur ta tablette), à un modèle précis (pour bloquer la concurrence), empêcher la copie privée…
LAMBDA : Et pourquoi les éditeurs font-ils ça ?
MANCHOT BARBU : Pour garder un certain contrôle sur le produit, de la production jusqu’à la vente, voir même pendant l’utilisation.
LAMBDA : c’est-à-dire ? Et en quoi est-ce gênant ?
MANCHOT BARBU : Un célèbre éditeur a supprimé certains livres des tablettes des clients. C’était ironiquement 1984 de George Orwell. Le consommateur n’a donc plus de contrôle sur les produits qu’ils achètent, c’est devenu une forme de location. Tu n’es plus maître de ce que tu achètes !
LAMBDA : Donc, les personnes ne voulant pas être embêtés par les DRM voudront prendre des versions sans DRM, et donc sans payer le fournisseur ?
MANCHOT BARBU : C’est exact. Les DRM embête tant les fabricants (toujours trouver des solutions de plus en plus compliquées pour leurs produits) et les utilisateurs, notamment ceux qui passent par les moyens légaux, se retrouve plus embêtés que ceux par des moyens moins légaux.
LAMBDA : Et donc, les DRM sont donc inutiles ?
MANCHOT BARBU : Oui ! D’ailleurs, en 2007, Steve Jobs a même écrit une lettre aux majors de l'industrie musical pour l’abandon des DRM.
LAMBDA : Et quelles sont les moyens alternatifs ?
MANCHOT BARBU : Tout d’abord un changement de mentalité. Avoir un lâché prise sur la production. Si le consommateur aime vraiment le produit, il va le payer, voir même donner un peu plus que prévu ! Les DRM imposent aussi une situation de monopole. En cassant ce monopole, ont fait naitre de jeunes artistes qui ne serait pas faire connaître autrement. Pour que l’œuvre soit vendue, il faut qu’elle soit de qualité. La qualité des œuvres augmentera donc ! C’est donc un cercle vertueux !

Firefox, ou comment la presse nous prend pour des abrutis

Saturday 3 May 2014 à 13:02
Depuis peu, le nouveau Firefox 29 est sorti. Tout le monde s’en prend à son interface, qu’on dit pomper honteusement sur chrome. Tout de suite, je souhaite réparer cette injustice : regardez bien : les onglets sont plus arrondis sur Firefox. Cela semble, à mon goût, plus travailler. De plus, il est plus personnalisable grâce à son menu. Et l’animation fait pour le marque-page est joli, comme quoi, le diable se cache dans les détails !
Maintenant que le point épineux, et dont tout le monde parle et pense que c’est l’unique chose qui compte. Même certains journalistes spécialisés dans l’informatique.
Mais il n’y a pas que ça, et cela ne sert à rien de dire « ouais, maintenant, chrome et firefox, c’est pareil, autant utiliser chrome ».
Par exemple, la synchronisation entre les différents appareils à été simplifié. Je n’ai plus qu’à rentrer un mot de passe et un courriel et voilà, c’est dans le sac !
Sur Firefox Mobile, les applications Firefox OS sont transformés à la volé en application native Android. J’ai tenté une fois de faire une application Firefox OS, et l’avoir en hors ligne est très bien !
Dans la partie technique de Firefox, ils ont pris en compte par exemple les variables en CSS (un rêve !), quelques trucs pour les formulaires. Pourtant, personne n’en parle !
Finalement, le cas firefox montre un traitement particulier fait à l’informatique : on prend un produit parce qu’il est joli, sans pouvoir voir ses capacités derrières, ce qu’il fait vraiment. Un peu comme si on choisissait une voiture sur des critères esthétiques et non technique (oh, wait).
Ainsi, on voit le décalage entre l’informatique et le commun des mortels. La plupart des personnes n’y comprenant rien (ou ne voulant rien comprendre, j’y reviendrais après), ils préfèrent juger sur des critères esthétique que techniques.
Ainsi, on préfère utiliser chrome, qui récupère vos données personnelles et les donnent à Google, sous prétexte de rapidité (je demande des tests, des chiffres). Ainsi, on perd de la liberté pour du confort (et encore, pour un millième de seconde). Et ne me dite pas que Webkit est meilleur que Gecko, je ne vous croyais pas.
Ainsi, il manque ce bagage technique aux personnes pour comprendre les technologies qu’ils utilisent. Souvenez-vous vos cours de technologies au collège : c’est fun, on apprenait comme marchait un robot, et c’était moins magique, on avait envie d’apprendre comment cela fonctionnait.
Suite à la révolution industrielle, on a lancé les cours de physique chimie, pour montrer que non, c’était pas un produit magique. Au fil des avancées technologiques, on éduque le peuple pour pas qu’il en a peur, pour qu’il les maîtrise et qu’ils soit maîtres d’elles (en effet, quand on ne maîtrise pas une technologie, on n’a pas d’esprit critique vis-à-vis d’elle). Il suffit de voir tous les pseudos solutions miracles, telles les « solutions sécurisées en un clic  » pour voir qu’on vend du vent. Et ça va pas en s’améliorant : on apprend aux bambins à utiliser des Ipads, et donc à se conformer à un système. J’ai appris très tôt à ne pas apprendre à utiliser un logiciel, mais un type de logiciel. Comprendre le mécanisme d’un traitement de texte et non pas utiliser Word. Grand utilisateur de LibreOffice, quand il s’agit de donner un coup de main sous Word, je peux, avec un peu de raisonnement trouver l’équivalent sous word.
Ainsi, il manque une éducation technologique aux personnes, leurs apprenants comment ça marche et comment l’utiliser, sans tomber dans la pub de marques (vous apprenez à conduire une voiture, pas une Citroën ou une Toyota ? Ben, là c’est pareil).
Il faut aussi leurs apprendre à ne pas se fier aux apparences : le terminal et le clavier est plus rapide et puissant que la souris et l’interface graphique. On mémorise plus vite une combinaison de clavier, une commande, qu’une place dans un espace (mémoire textuelle vs spatiale). Le clavier est, pour certains en tout cas, mais question d’habitude, plus rapide que la souris. On gagne donc en productivité.
Pour conclure, j’ai marre des articles de bas étages et de café de commerces traitant des technologies (et même de la science, de la politique et du reste). On n’est pas idiot, si on explique, on peut comprendre. Et en comprenant, on reprend contrôle sur les choses. À moins certainement que c’est de cela que vous avez peur ?
Error happened! 0 - Undefined variable: xml In: /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php:77 http://blog.m0le.net/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/?20 #0 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(77): exception_error_handler(8, 'Undefined varia...', '/var/www/html/s...', 77, Array) #1 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(368): VroumVroum_Feed_Exception::getXMLErrorsAsString(Array) #2 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #3 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/index.php(1): require_once('/var/www/html/s...') #4 {main}