PROJET AUTOBLOG


L'Étudiant libre

Site original : L'Étudiant libre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

A la découverte du web noire

Thursday 25 September 2014 à 18:24
Désolé aux puristes, j’essaye de vulgariser un maximum. Je ne suis pas un expert, mais je veux juste vulgariser ça aux profanes
Récemment, une amie m’a demandé qu’est-ce que le Darknet, web profond. En gros, le web profond (je vais prendre la terminologie française tant qu'on y est) est semblable aux ruelles sombres des rues : on trouve des trucs undergrounds, souvent illégales mais parfois passionnant. Par définition, c'est le contraire du web superficiel, c'est à dire visible par tout le monde.
Mais d'abord, démystifions le web profond.
#1 Késako ?
On appel Web profond ce qui n'est généralement pas visible aux yeux du grand public. Pour y accéder, il faut s'y connaitre, être du milieu, savoir comment y accéder. Difficile de tomber dessus par erreur !
Le web profond a plusieurs caractéristiques, que l'on retrouve souvent :

Quelques logiciels


Il peut prendre plusieurs formes. Des sites publiques (visible à tout ceux qui veulent y accéder), ou des sites privés (Friend to Friend, une sorte de Paire à paire entre personnes autorisés).
Plusieurs logiciels existent pour accéder à ce monde différent.
Freenet est un logiciel qui stocke les sites par le pair à pair. En gros, si on veut censurer un fichier, on serait obliger de supprimer toutes les instances. En gros, c’est le pied pour conserver une information sans qu'elle soit censurée. Voici un bon tutoriel pour rentrer en la matière. Les sites ressemblent à http://127,0.0,1:8888/USK@0XXXXXXXXXX.
RetroShare permet quant à lui de faire du Friend to Friend. Voici le site officiel.
Tor, quant à lui, fonctionne un peu comme Freenet. Il permet de naviguer sur des sites en .onion.

Quelques sites underground


TOR


The Pirate Bay : http://jntlesnev5o7zysa.onion/
Un moteur de recherche : https://kbhpodhnfxl3clb4.onion/
Quelques listes (avec des trucs illégaux) :
http://onion-sites.over-blog.com/
http://paste.scratchbook.ch/view/a41516b8
http://thehiddenwiki.org/

Freenet


Roadtrip d'un motard à Tchernobyl : http://127,0.0,1:8888/freenet:USK@ATl4zRvs6fOKKummkVtC48t3dCPEzQOuuCT4jLh5h~w, ezF5JYyb74lWLTg5REu9PU4zlWZVF9kvaNn10MzYs0U, AQACAAE/ghost_town/1
Quelques livres sur la cryptographie : http://127,0.0,1:8888/freenet:SSK@D-PrtVcx~NmCEJdJjb3oXiJPcPWFB~IACmaTf7dgbNY, vpcHRAWEqD6oC4n~f91EnO8pTCvtl-~85UOagKoiRik, AQACAAE/cryptobooks-1

Je vous conseille de lire les sites de Sebsauvage et de Mitsu, qui font une veille sur ce genre de réseaux. Bonne découverte !

Est écossais celui qui habite en Écosse

Friday 19 September 2014 à 00:00
J’ai écrit cet article Jeudi soir, donc je ne sais pas le résultat concernant le référendum écossais.
Si le oui a été remporté, espérons que cela n’est que le début d’une belle et grande Europe Fédérale (et après un état mondial fédéral ?) débarrassé de l’égo d’une souveraineté nationale caduque. Oui à l’autodétermination des peuples, mais oui aussi à l’unité dans la diversité. Durant la campagne, les partisans du Yes disait « est écossais celui qui habite en Écosse ». C’est une très belle définition, faisant preuve d’une grandeur d’esprit qui manque chez certains politiciens français.
Si le non l’emporte, ne soyez pas triste, écossais. Vous avez montrez la voie, que oui, c’était possible, dans une Europe sclérosée par la crise (économique, politique, sociale, environnementale), de vouloir montrer une autre voie, une voie différente du « There is no alternative » que psaume les libéraux depuis tant d’années.
Dans tout les cas, merci d’avoir fait rêver les européens.


Scotland the brave


PS : Ah oui, je crois que je sais pourquoi il y a tant d’affections réciproques entre écossais et français : les deux peuples détestent les anglais historiquement.

[Revue de presse] Le combat pour Internet est un combat pour des personnes

Monday 15 September 2014 à 14:03
Cory Doctorow est un militant. Lors d’une conférence, il remet en cause le dogme de « l’information doit-être libre. »
Ce qu’il y a de merveilleux dans l’idée de gagner sa vie avec un travail créatif, c’est qu’il existe un grand nombre de façons de le faire. Pratiquement chaque artiste qui a un succès commercial est un cas particulier et gagne sa vie d’une manière différente de ce que font tous les autres.

En fait, gagner sa vie dans le domaine de la création est tellement rare que ce n’est peut-être qu’une sorte d’anomalie statistique, une probabilité infinitésimale.

Chaque fois que quelqu’un vous promet de vous protéger en enfermant vos trucs sans vous donner de clé ? — Ce n’est pas pour vous protéger.

La célébrité ne vous rendra pas riche, mais vous ne pouvez pas vendre votre art sans elle. […] « si personne n’a entendu parler de vos trucs, personne ne les achètera »

Mais le secteur indépendant est en train de se faire écraser par les industries du divertissement.

Qu’est-ce que l’Internet ? c’est le système nerveux du 21 e siècle à travers lequel passent toutes nos activités. Tout ce que nous faisons aujourd’hui implique l’Internet et l’Internet sera nécessaire pour tout ce que nous ferons demain.

Empêcher Internet de créer des copies c’est comme empêcher l’eau d’être mouillée.

l’information ne veut pas être libre, ce sont les gens qui veulent être libres. Tout ce qu’elle veut de nous, tout ce que l’information veut de chacun de nous, c’est qu’on arrête d’anthropomorphiser l’information. Parce que l’information n’est qu’une abstraction et elle ne peut pas vouloir le moindre fichu truc.

ils sont allés dans une cité HLM du nord de l’Angleterre qui a bénéficié d’un accès gratuit à Internet pendant quelques années. Il se trouve que cette cité était juste à côté d’un nœud de raccordement du réseau, et ils ont été raccordés, ils ne l’ont pas demandé ou signé quoi que ce soit… Et PWC a comparé les habitants de cette cité à ceux de HLM voisins qui n’avaient pas eu ce coup de chance géographique. Et ils ont trouvé que les familles qui avaient été connectées, par rapport aux familles des autres HLM, faisaient de meilleures études, se nourrissaient plus sainement, avaient de meilleurs emplois, un plus grand pouvoir d’achat, moins de dettes, plus de mobilité sociale, une meilleure participation à la vie publique, étaient mieux informés sur la politique et votaient davantage.

mais si vous avez besoin de casser l’Internet pour réussir votre truc… alors vous êtes du mauvais côté de l’histoire.

Lire la suite sur le Framablog

Le cybercorsaire du cyberespace ou la lutte vaine contre la cyberguerre

Sunday 14 September 2014 à 17:34
crédit : etc.usf.edu
crédit : etc.usf.edu

Jean-Paul travaille pour le ministère de l’intérieur. Il est « cybercorsaire »[1]. Son rôle ? Il doit pirater des sites internet de terroristes. Des sites tenus par des personnes voulant recréer un âge d’or qui n’existe plus[2], de la pédopornographie, ce genre de truc que monsieur et madame tout le monde ne s’intéresse pas.
Mais de jour en jour, son métier est de plus en plus dur.
picture
Tweet véridique

En effet, les méchants terroristes ne sont pas idiots. A chaque site censuré, c’est dix qui apparaissent sur la toile. Un vrai jeu du gendarme et du voleur.
Puis un jour, le Premier ministre proposa une loi : l’utilisation de DPI[3] sur toutes les communications. Et un système de filtrage par liste blanche[4]. Pas fou, les terroristes utilisent d’autres moyens pour faire passer leur message : Freenet, Tor, ou même des tracts dans la rue passé sous le manteau. De plus, cette censure les aident : après tout, si on cherche à les censurer, n’ont-il pas un message important qui gênerait le gouvernement ?[5] Finalement cette loi a une efficacité zéro. Plus on essaye de censurer et plus le message est transmit[6]
Maintenant, revenons en arrière et changeons le cours de l’histoire. Jean-Jacques est un politicien pas trop idiot[7]. Il se dit que, au lieu de censurer des sites, on allait s'attaquer à la racine du problème. Alors il se pose la question suivante : Pourquoi diantre des jeunes, pourtant sain d'esprit selon leur famille, partent à la guerre défendre euh quelque chose ? Peut-être qu'ils sont en manque de sensations fortes, sensations qu’ils avaient du temps où le service militaire existait encore ? Une envie de partir à l’aventure ? Ou alors qu’ils n’ont plus confiance en leur pays, ils ont eu que des désillusions ? Ou alors, comme toute l'humanité, ils subissent leur crise existentialisme ? Qu'ils ont envie de croire en quelque chose ?[8] Avoir une famille, se sentir utile ? Jean-Jacques ne sait pas vraiment ce qui motive ces gens à partir au Moyen-Orient donner leur vie. Il sait seulement que, si on traite la cause de leur désarroi, ces personnes pourront s'épanouir et ne voudront plus partir faire la guerre. Pour lui, traiter à la racine le problème serait plus efficace que cacher les symptômes.
Mais bon, il est plus simple de vouloir apporter une réponse technique que humaine.

Payer plus d’impôts que Robespierre

Thursday 11 September 2014 à 11:44
Je suis tombé, en buvant mon thé et en consultant mes flux, sur cette information. Je la remet ici :
En France, les impôts étaient bien moins élevés en 1789 qu'en 2013. Sous l'Ancien Régime, un travailleur français moyen payait l'équivalent de 18 jours de travail en impôts. Aujourd'hui, cela équivaut à 208 jours, soit 11,5 fois plus.

Certes, à l’époque du citoyen Capet, on payait moins d’impôts. Mais, avant de tomber dans le piège de « on paye trop d’impôts » (on en paye toujours trop), une remise en point est nécessaire, avant que des personnes veuillent retourner à ce siècle de révolution.
Le niveau de vie de l’époque était, pour le français moyen, faible. Certes, il y avait quelques médecins, quelques marchands, mais la majorité du tiers-état (le seul qui payait des impôts), était des paysans. Or à l’époque on gagnait pas de quoi beaucoup survivre. Si on avait de la chance, un toit sur la tête, des terres (qui on a vraiment la chance d’en posséder, sinon elles appartiennent à la noblesse qui la loue), quelques meubles, une ou deux bêtes et c’est tout. De nos jours ? Une maison ou un appartement confortable, une télévision, un ordinateur, un accès aux loisirs… Le niveau de vie s'est élevé. Et de part conséquent notre richesse.
De plus, on a le droit à des prestations (sécurité sociale, …) qui n’existait pas à l’époque.
Donc certes, on paye plus d’impôts, mais on est plus riche. A bon entendeur.
Error happened! 0 - Undefined variable: xml In: /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php:77 http://blog.m0le.net/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/?13 #0 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(77): exception_error_handler(8, 'Undefined varia...', '/var/www/html/s...', 77, Array) #1 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(368): VroumVroum_Feed_Exception::getXMLErrorsAsString(Array) #2 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #3 /var/www/html/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/index.php(1): require_once('/var/www/html/s...') #4 {main}