;
Juin
10
2013

Halte au GAFArnaüm !

J'aimerais, par ce titre un peu énigmatique, vous accompagner vers une réflexion de toute l'équipe de m0le pour contribuer, à notre modeste mesure, à un peu se libérer de GAFA.

Crédits : Sean MacEntee CC-BY

 

Crédits : Sean MacEntee CC-BY

 

 

Mais qu'est-ce que GAFA ? C'est un acronyme signifiant littéralement Google, Apple, Facebook, Amazon, soit quatre grands géants d'Internet. Evidemment, il y en a d'autres et je suis certain qu'à ce stade de la lecture, vous avez sûrement quelques autres noms pour compléter cette liste, et votre propre ordre ;-).

Celui que j'ai entendu le mieux en parler récemment est sans nul doute Xavier de la Porte, l'animateur de l'excellente émission radio Place de la Toile. Interviewé par le tout aussi excellent Jean-Marc Manach sur la problématique  des"Menaces sur les Internets", cela donne un entretien que vous ne pouvez pas louper :

Il est tout de même un peu long, et comme de la Porte a tendance à partir dans tous les sens, je vais brièvement lister trois petites choses qui m'ont particulièrement marqué pendant son intervention :

  • une grande menace est évidemment celle des Etats qui veulent avoir des yeux, des oreilles et des mains partout, mais on aurait tort de ne se focaliser que sur eux. Xavier de la Porte pointe des "ennemis intérieurs", des gens qui utilisent les technologies sans être technophiles pour autant, et qui ne seraient pas forcément les premiers à défendre un Internet libre malgré une présence notable
  • il s'interroge également sur le parcours de plusieurs cyber-optimistes devenu très critiques sur le réseau des réseaux, avec en tête le chercheur biélorusse Evgeny Morozov. Perso, sans être particulièrement pessimiste, c'est aussi un phénomène qui m'interpelle (je vous conseille d'ailleurs, si vous avez le temps, de lire les questionnements de l'éditorialiste 2.0 Guy Birenbaum à ce sujet).
  • enfin, de la Porte dénonce le renseignement inconscient des utilisateurs de GAFA qui amènent à la volée foules de données sans se demander ce qu'il pourra bien en être fait. Cette participation à "Big Data" peut aller aussi bien du changement de situation maritale sur Facebook aux infos recueillies par des objets intrusifs comme les fourchettes intelligentes.

Je suis moi-même un utilisateur assidu de certains de ces services intrusifs, mais je vous avoue que ce "GAFArnaüm", ce terrible foutoir de 0 et de 1, cette mine d'or de données et surtout sa centralisation sur un territoire particulièrement friand de tout ce qu'il peut ratisser me pousse à ressortir de vieux dossiers.

Ça tombe bien, on en a gardé un potentiellement intéressant dans les tuyaux de m0le...

Une feuille de route pour créer son réseau social

Si le problème des données est leur centralisation dans un même endroit, la solution réside forcément dans la décentralisation. Pourquoi donc presque personne ne se lance dans l'aventure de créer son propre réseau social, sa propre communauté auto-gérée, à l'aide d'outils libres ?

Peut-être qu'il manque simplement pour démarrer une simple feuille de route, un résumé étape par étape de chaque pas qui mène ailleurs que dans les sentiers tracés par GAFA.

Nous en avons parlé entre rédacteurs de ce blog il y a déjà quelques mois, et pensons nous lancer dans la rédaction (la plus digeste possible) dès que la migration vers un nouveau serveur se sera bien passée.

Ce billet est en quelque sorte une profession de foi pour que je n'oublie pas de m'y mettre dès que possible. Ca prendra probablement du temps, chacun ayant sa vie à côté de ce blog, mais j'espère vous redonner des nouvelles de notre réseau social "made in m0le" très vite, en espérant que ça puisse resservir à d'autres.

Pour l'instant, la seule info que je puisse vous donner avec un peu de certitude, c'est que nous allons certainement nous orienter vers Jappix. Les comm' sont ouverts à toutes vos suggestions et/ou remarques !

5 Comments + Add Comment

  • Pourquoi ne pas héberger un pod Movim ?

    • Raphi

      Bonjour, et merci pour la contribution. Pour répondre rapidement : parce que tout simplement je n'avais jamais entendu parler de Movim. Comme expliqué dans l'article, nous évoquons le bricolage d'un pod open source sur notre propre serveur depuis plusieurs mois, et c'est vrai que je n'ai pas fait de veille très active sur ce sujet.

      J'avais d'abord en tête Diaspora, qui avait réussi un beau coup médiatique il y a environ deux ans. Mais Nono n'a plus jamais voulu en entendre parler, pour des raisons que je détaillerai dans un prochain billet. J'ai un peu fureté et trouvé que Jappix pouvait être pas mal, mais j'avoue avoir eu un petit faible pour Movim. Encore merci du coup 😉 !

      • J'imagine que Nono a eu en travers l'arrêt du projet par les dév ...
        J'ai pensé à Movim parce qu'il a l'air relativement complet, fonctionnel, éthique et (en partie) décentralisé, ça évite aussi de réinventer le fil à couper le beurre... Je ne l'ai pas testé mais le fait que l'on puisse s'inscrire sans l'héberger sois-même est un bon point. En plus je ne pense pas avoir les compétences pour le mettre en place (gros noob inside), même si grâce au raspberry j'ai pu faire pas mal de progrès et tester sans grand risques les joies de l'auto-hébergement (modestement ;-)).
        Petite remarque : la force du réseau dépend (en partie) du nombre d'utilisateurs, je crois en avoir compté (à la louche) environ 300... Y'a plus qu'a !
        En tout cas, quoi qu'il arrive bonne continuation dans les réflexions et la mise en place du réseau (quel qu'il soit) et au plaisir de lire la suite !

        • Nono

          J’étais absent lors de la publication du billet, mais je voulais quand même y rajouter mon grain de sel 🙂
          Dans un premier temps, l'engouement suscité par Diaspora commençait à disparaitre (non, pas à diminuer, vraiment disparaitre), et surtout qu'après quelques bonnes heures passées à (juste) essayer de lancer une instance : Échec cuisant.
          Des dépendances qui n'en finissait plus, des docs qui se contredisait entre les versions anglaise, française, les compatibilités et les versions de certain paquet (debian) voir source à compiler : un Capharnaüm sans nom.
          Bref, Diaspora, j'ai assez perdu de temps avec 🙂
          On va laisser place à Movim, qui devrait pointer le bout de son nez "prochainement" 🙂
          (En version fermé dans un premier temps)

  • [...] notre annonce d'un prochain réseau social estampillé "made in m0le", certains nous ont demandé pourquoi ne pas avoir opté pour le challenger Diaspora. Les [...]

Leave a comment to Pourquoi pas Diaspora ? « m0le'o'blog