PROJET AUTOBLOG


refOK, référencer votre site ou blog sur Internet

Site original : refOK, référencer votre site ou blog sur Internet

⇐ retour index

La Tortue et les deux Canards

vendredi 12 août 2016 à 12:09
Une Tortue était, à la tête légère,
Qui lasse de son trou voulut voir le pays.
Volontiers on fait cas d’une terre étrangère :
Volontiers gens boiteux haïssent le logis.la tortue et les deux canards
Deux Canards à qui la Commère
Communiqua ce beau dessein,
Lui dirent qu’ils avaient de quoi la satisfaire :
Voyez-vous ce large chemin ?
Nous vous voiturerons par l’air en Amérique.
Vous verrez mainte République,
Maint Royaume, maint peuple ; et vous profiterez
Des différentes mœurs que vous remarquerez.
Ulysse en fit autant. On ne s’attendait guère
De voir Ulysse en cette affaire.
La Tortue écouta la proposition.
Marché fait, les oiseaux forgent une machine
Pour transporter la pèlerine.
Dans la gueule en travers on lui passe un bâton.
Serrez bien, dirent-ils ; gardez de lâcher prise :
Puis chaque Canard prend ce bâton par un bout.
La Tortue enlevée on s’étonne partout
De voir aller en cette guise
L’animal lent et sa maison,
Justement au milieu de l’un et l’autre Oison.
Miracle, criait-on ; Venez voir dans les nuës
Passer la Reine des Tortues.
La Reine : Vraiment oui ; Je la suis en effet ;
Ne vous en moquez point. Elle eût beaucoup mieux fait
De passer son chemin sans dire aucune chose ;
Car lâchant le bâton en desserrant les dents,
Elle tombe, elle crève aux pieds des regardants.
Son indiscrétion de sa perte fut cause.
Imprudence, babil, et sotte vanité,
Et vaine curiosité
Ont ensemble étroit parentage ;
Ce sont enfants tous d’un lignage.
© refOK.fr - duplication interdite

Le Corbeau voulant imiter l’Aigle

vendredi 12 août 2016 à 12:01
L'Oiseau de Jupiter enlevant un mouton,
Un Corbeau témoin de l'affaire,
Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,
En voulut sur l'heure autant faire.
Il tourne à l'entour du troupeau,corbeau voulant imiter l'aigle
Marque entre cent Moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai Mouton de sacrifice :
On l'avait réservé pour la bouche des Dieux.
Gaillard Corbeau disait, en le couvant des yeux :
Je ne sais qui fut ta nourrice ;
Mais ton corps me paraît en merveilleux état :
Tu me serviras de pâture.
Sur l'animal bêlant à ces mots il s'abat.
La Moutonnière créature
Pesait plus qu'un fromage, outre que sa toison
Etait d'une épaisseur extrême,
Et mêlée à peu près de la même façon
Que la barbe de Polyphème.
Elle empêtra si bien les serres du Corbeau
Que le pauvre animal ne put faire retraite.
Le Berger vient, le prend, l'encage bien et beau,
Le donne à ses enfants pour servir d'amusette.
Il faut se mesurer, la conséquence est nette :
Mal prend aux Volereaux de faire les Voleurs.
L'exemple est un dangereux leurre :
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands Seigneurs ;
Où la Guêpe a passé, le Moucheron demeure.
© refOK.fr - duplication interdite

Le Corbeau et le Renard

vendredi 12 août 2016 à 11:36
Maître Corbeau sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard par l’odeur alléché
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !


le corbeau et le renard
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie :
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.
le corbeau et le renard
© refOK.fr - duplication interdite

Le Coche et la Mouche

vendredi 12 août 2016 à 11:32
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au Soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu.
L’attelage suait , soufflait , était rendu.
Une Mouche survient, et des chevaux s’approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
la coche et la mouche
Pique l’un, pique l’autre, et pense à tout moment
Qu’elle fait aller la machine,
S’assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
Aussi-tôt que le char chemine,
Et qu’elle voit les gens marcher,
Elle s’en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l’empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu’elle agit seule, et qu’elle a tout le soin ;
Qu’aucun n’aide aux chevaux à se tirer d’affaire.
Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C’était bien de chansons qu’alors il s’agissait !
Dame Mouche s’en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussi-tôt :
J’ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Çà, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S’introduisent dans les affaires.
Ils font partout les nécessaires ;
Et, partout importuns devraient être chassés.
© refOK.fr - duplication interdite

Jean de La Fontaine

vendredi 12 août 2016 à 11:20
Poète et conteur, Jean de La Fontaine a marqué de sa plume l'histoire de la France et du Monde entier. Les Fables de La Fontaine, notamment, sont désormais les incontournables de la littérature du XVIIème siècle ainsi que des millions d'enfants qui l'ont ainsi découvert sur les bancs de l'école.
Mais, personnage à la destinée étrange, personnage à la renommée mondiale, Jean de La Fontaine ne fut pas seulement un simple ' auteur de Fables ', mais beaucoup plus, surtout à son époque !

La vie de Jean de La fontaine.

Il est né à Chateau-Thierry ( France ) le 8 juillet 1621, décédé à l'âge de 73 ans, à Paris le 13 avril 1695 après une vie intimement liée à son époque et surtout une prolifique création littéraire qui a pour toujours inscrit son nom à la liste des plus grands poètes, écrivains et autres moralistes.

Jean de La Fontaine
Jean de La Fontaine : les fables, les contes et autres écrits !
Son enfance.
Une enfance à laquelle il ne porta lui-même que très peu d'intérêt. Son père, " Maître ds Eaux et Forêts " du duché de Chateau-Thierry, lui laissa mener la vie d'un bourgeois très aisé dont il ne sut jamais vraiment se satisfaire.
Bien son père essaya de lui transmettre cette ' charge ' il n'y trouva que peu d’intérêt et fort peu de goût, n'en faisant à peine fonction que par pure complaisance, pendant environ une vingtaine d'années.
Après de études au Collège de sa ville natale, il partit poursuivre la recherche de ses connaissances à Paris, à une époque qui vit naître un nouveau Roy : LOUIS XIV.
Sa vie.
Une vie longue ( 73 ans ), riche et remplie, d'une foule de péripéties et de rebondissements.
Il entre, en 1658 au service du Surintendant des Finances, Nicolas Fouquet et commence ses écrits. Une fonction très vite interrompue par l'arrestation de Fouquet, sur l'ordre de Louis XIV ce qui lui valu une certaine mise à l'écart ' royale ' ainsi que de plus que certaines tensions de la part de jean-Baptiste Colbert.
En 1664, au service de la Duchesse de Bouillon, puis de la Duchesse d'Orléans, le 'gentilhomme' se vit alors anoblir. C'est principalement à cette période que sa " plume se délia " et le fit de plus en plus connaître, mais plutôt pour des traductions ou autres débats, voire pour quelques textes jugés alors assez 'licencieux'.
Passant ensuite à d'autres personnages, connaissant aussi quelques difficultés financières, il se diversifia alors dans l'ensemble de ses écrits.
Après des pièces de théâtre ou autres recueils de contes, certaines fables, principalement dédiées à Madame de Montespan, la maîtresse du Roi, le firent rentrer ' en grâce '.
Il fut nommé à l'Académie Française en 1684, période qui relança cependant de nombreux débats autour du personnage même de jean de La Fontaine et de ses œuvres ...
Des œuvres dont vous allez peu à peu découvrir, ici, dans cette rubrique destinée principalement aux Fables de Jean de La Fontaine , mais dont vous pouvez en apprendre beaucoup plus, y compris sur la personnalité elle-même de La Fontaine sur ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_La_Fontaine .
Son œuvre.
Pour essayer de confirmer son ' ambition moraliste ', Jean de La Fontaine est également relié à une foule de pièces ou de livrets de théâtre, mais tout ceci ne fut, in fine, qu'une petite histoire de promotion personnelle et d'actualité, ... de l'époque.
voir le chapitre ci-dessous, ou faire des recherches thématiques et précises sur Internet : des milliers de liens et d'articles fort intéressants sont et existent en ligne.

Il nous a ainsi légué une œuvre immense dont chacun ne peut en ignorer au moins un passage ...
Jean de La Fontaine a été un véritable auteur plus que prolifique, il est surtout connu par ses fameuses " Fables de La Fontaine ", ce que retient surtout la mémoire collective ET les influences pédagogico/moralisatrices de divers enseignements quasi incontournables pour nos ' petits élèves ' qui se veulent trouver et ' se terminer ' par une morale que l'on se définit soi-même.
Mais, il n'y a pas que cela, non plus ...
Les contes de La Fontaine.
Beaucoup moins connus, beaucoup moins évoqués, et ( très certainement 'non relayés ici ! ) ont toujours été jugés d'une tendance assez plus que 'licencieuse' et par ses contemporains, et encore de nos jours.
Les pièces de théâtre et autres livrets d'Opéra.
Pour essayer de confirmer son ' ambition moraliste ', Jean de La Fontaine est également relié à une foule de pièces ou de livrets de théâtre, mais tout ceci ne fut, in fine, qu'une petite histoire de promotion personnelle et d'actualité, ... de l'époque.

L’œuvre de Jean de La Fontaine.

Si l'on ne devait retenir qu'une seule chose à propos de Jean de La Fontaine, ce serait, normalement, bel et bien, l'ensemble de ses " Fables ", d'un nombre finalement incroyable, réunies en plusieurs tomes, mais que nous allons, ici, faire paraître et relayer, petit à petit, pour le plus grand plaisir de tous, espérons-le ...

Fables de La Fontaine
Fables de La Fontaine : une image symbolique.
Petite photographie, mai Ô combien expressive, prise dans l'un des plus grands parcs d'attractions de France qui lui a réservé un ' petit coin ', Jean de La Fontaine, se retrouve ainsi entouré d'une ( petite ) partie des animaux qu'il a su mettre en oeuvre dans les thématiques de ses diverses Fables ...

Les Fables de La Fontaine dans l'imagerie populaire.

C'est au travers de petites histoires, de petits poèmes, mettant en scène, dans la très grande majorité des cas, différents animaux, que Jean de La Fontaine a su, très habilement pour ne citer personne, désigner des personnages de "son" époque qui de par leur comportement, leurs valeurs morales, pouvaient toujours soit porter à polémique, soit porter à un jugement ... et donc = ' morale ' oblige !
Là est toute l'intelligence ET le talent de l'auteur ( n'oublions ni son époque, ni toutes les circonstances qui y sont liées surtout ! ) et qui encore de nos jours font et son succès et le simple fait que la quasi-majorité d'entre elles sont toujours d'actualité !!!
Si la Mémoire Collective a adopté les Fables de Jean de La Fontaine, ce n'est quand même pas pour rien ^^^.
Alors donc, pas la peine de s'étendre davantage sur le sujet :
- il y en a assez déjà dans les manuels scolaires, dans les bibliothèques, sur de nombreux sites en ligne également !
- restons donc concentrés, simplement ( là c'est vite dit !!! ) sur les Fables de La Fontaine, partie dédiée, ici, sur ce blog, à cet auteur plus que marquant.

Jean de La Fontaine en vidéo.

Juste pour le plaisir des yeux, juste dans le même Centre d'Attractions dans lequel lui est dédié un ' petit carré ' de verdure, une bien belle capture vidéo ET sonorisée pour nous en rendre l'ambiance ...

Jean de La Fontaine, est sur ... Youtube :)
Mettez-le en plein écran et écoutez le fond sonore ...
© refOK.fr - duplication interdite