PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Surveillance : Tristan Nitot à l’aide des internautes

lundi 9 janvier 2017 à 20:52

C’est un pari difficile que de vulgariser des concepts techniques. C’est étonnamment bien réussi de la part de Tristan Nitot, dans son live « Surveillance://, Les libertés au défi du numérique:comprendre et agir ». Expliquer les enjeux de la surveillance et les moyens mis en place par les Etats et les entreprises privées, n’est pas chose aisée. Les non-spécialistes ont tendance à rapidement utiliser le point #spagrave, #jairienacacher ou #jinteressepersonne. Et pourtant, lorsqu’on leur explique que même s’ils n’ont rien à cacher, ils ne donnent pas leur numéro de carte bancaire à un inconnu, que même s’ils ont de belles fesses, ils se promènent habillés plutôt que nus, ils comprennent assez bien l’idée que l’on souhaite leur faire passer.

Tristan Nitot, ancien de la Mozilla Foundation est allé plus loin que cela, car c’est insuffisant pour convaincre et rallier les indécis. La première partie de son livre explique les méthodes de surveillance et dévoile les auteurs de cet accaparement des données personnelles. La deuxième partie explique quant à elle que si l’on contrôle le code, on contrôle ce qui est fait de nos données. En clair, mieux vaut un logiciel libre qu’une boite noire, même étatique et supposément au service des citoyens. Et l’auteur de s’inquiéter : « l’informatique est chaque jour plus indispensable à nos vies et pourtant nous perdons chaque jour des capacités de contrôle ». Une tendance qui s’illustre par exemple avec la généralisation des logiciels propriétaires, à l’extension du cloud et des SAAS (software as a service). Comme l’explique Tristan Nitot, si l’on veut faire adhérer le grand public à ces idées de protection contre la surveillance massive, privée ou publique, il faudra offrir aux internautes une plus-value. Quelque chose qui soit perçu comme une « amélioration », bien au-delà de la sécurisation de ses données. « L’expérience utilisateur », comment disent les experts du digital, est au coeur de la transformation nécessaire.

Dans la troisième partie, Tristan Nitot, que nous avions reçu pour une émission de Radio Reflets et au cours de laquelle il évoquait ce livre en devenir, expose comment le réseau devrait être structuré pour éviter la surveillance. Enfin, dans sa quatrième partie, cet expert des Internets explique simplement mais de manière assez complète aux internautes, comment améliorer leur environnement informatique.

Sans tomber dans une paranoïa totale et sans décrire une infrastructure de psychopathe de la protection des communications, Tristan Nitot donne aux béotiens les moyens nécessaires pour assurer un minimum de privacy. Ce qui est une gageure.


« Surveillance://, Les libertés au défi du numérique:comprendre et agir »
C&F Editions
Blogollection
2016
ISSN 2492-0258
19 euros

L’opinion politique, ce truc fluctuant plus vraiment sous influence ?

vendredi 6 janvier 2017 à 15:38

L’année 2016 nous a enseigné quelques petites choses assez intéressantes. L’une d’entre elles, et pas des moindres, quand on y réfléchit bien, est la suivante : les opinions publique politiques sont en pleine mutation. Malgré l’immobilisme le plus parfait de la classe politique mondiale — ainsi que des caisses de résonances médiatiques diverses et variées qui tentent de décrire la réalité sous différents jours, fonction des intérêts des uns et des autres — les opinions publiques, donc, mutent. Oui, elles mutent. Mais qu’est-ce à dire ?

Une volonté (un peu trop) affichée de marché commun

Dans opinion, il y a « inion ». Mais il y a aussi « op ». C’est drôle non ? Oubliez ça, et passez à la suite. Jusque là, une opinion, ça se travaillait, au quotidien, sans trop de problèmes. Il suffisait d’ouvrir les journaux TV sur les mêmes sujets avec des angles différents mais qui arrivaient aux mêmes conclusions, pour que la masse informe des sous-citoyens abrutis par leurs programmes audiovisuels ait l’impression de s’être fait une idée sur les « grands sujets » d’actualité » qui comptent.

Même si cette masse allait (un peu) sur Internet, et qu’elle y trouvait des informations complémentaires, c’était quand même plutôt raccord avec la TV. Lire Le Monde ou Libé n’est pas vraiment un acte de résistance face au 20h de Pujadas, sur les grands sujets comme les petits. Parce qu’au fond, toute cette actualité a une base commune, celle de décrire le monde par le plus petit dénominateur commun, celui du pouvoir économique et politique européen qui n’a qu’une seule volonté : maintenir et renforcer le fonctionnement actuel des institutions et des règles qui régissent cet espace des 27 ou 28 : celui du marché unique.

Dénoncer cette influence, consciente ou non, de la presse officielle et de la classe politique n’a aucun intérêt en soi. La chose est connue. Ce constat est simplement là pour permettre une meilleure compréhension de la progression du rienafout’ et des profonds changements survenus dans l’opinion. Justement.

Le pusrienafout’ progresse

Cette volonté des pouvoirs politiques — soutenus par le pouvoir médiatique — a commencé à se voir un peu trop fort il y a déjà presque une décennie. Mais la majorité de « l’opinion » ne pouvait rien en faire. Sachant que de nombreux « européistes » de partis gouvernementaux, inquiets de leur image à ce sujet, promettaient de « corriger » l’Europe, la « mettre au service des peuples ». Toutes ces grandes déclarations établissant que ce n’était pas l’Europe le problème, mais en réalité le « manque d’Europe », sociale,  fiscale, enfin bref : rêvez braves gens, on va vous faire une Europe tellement chouette que vous vous endormirez le soir un sourire aux lèvres et rêverez de Bruxelles et Strasbourg comme un Kevin rêve de Disneyland. Ok. Génial. Et ?

Et pépère a gagné la présidentielle de 2012 sans même comprendre comment c’était possible. Avec un programme et des déclarations d’intentions écrites par des conseillers en comm’ qui avaient bien flairé l’air du temps, niveau agacement sur l’Europe. La finance aussi, qui était l’ennemi, tout comme le traité d’austérité perpétuelle (TSCG), tous ces trucs qui seraient mis au pas s’il était élu. Corrigés en quelque sorte.

C’est, en France, ce moment là qui scelle le début du grand chaos de l’opinion publique. Pas directement en 2012, puisque pépère n’a pas encore eu le temps d’envoyer se faire fout’ l’opinion (dont ses quelques 18 millions d’électeurs), mais en 2016. Après 4 ans d’exercice du pouvoir fait de : renoncements répétés, mauvaise foi,  mensonges, promesses bidons et foutages de gueule uniques dans l’histoire de la République, cinquième du nom. L’opinion, à ce moment là, commence à ne plus vraiment fonctionner comme auparavant. Les ficelles sont trop visibles. Le prestidigitateur est mauvais, le spectacle pathétique. Ils sortent les tomates, sifflent, et se mettent à plébisciter un autre artiste pour monter sur scène : la blonde néo-fasciste déguisée en amie des classes moyenne prolétarisées et grande pourfendeuse de l’Europe et de la finance mondialisée.

L’opinion, un truc d’enfants gâtés ?

Ce qui caractérise l’année 2016 — et pourrait tout balayer en 2017 — est cette faculté tout à fait nouvelle des opinions, à se déplacer, là où on aucun analyste et autre expert ne les attend. Malgré le martèlement politique boosté par les rassurements et l’influence médiatique du prêt-à-penser, il y a fort à parier que les opinions publiques aillent donc là où elles veulent aller.

Hein, coquinou, toi aussi tu es au courant d’un peu tout, et on ne te la fait pas, hein ? Je te kiffe, tu sais…

Dans le pusrienafout’. Parce que plus personne n’y croit. Parce que tout le monde (ou presque) sait bien que la France est un pays très riche et pourtant sans aucun avenir autre que celui d’être un grand supermarché cerné de cités dortoirs et de bureaux sans âmes. Une sorte de désert post-moderne habité par des vieillards apeurés pousseurs de caddies observant une [presque] minorité de jeunes connectées qui n’ont pas d’autres envies que celles vendues par les géants du Cloud, et des entre-deux-âges dépressifs craignant en permanence de se paupériser.

L’opinion est prête à tout, parce que tout la fait chier. Les clowns dogmatiques de la politique spectacle n’emballent plus qu’une part congrue d’imbéciles privilégiés, qui se mettent « en marche » entre deux sessions de cours à Sciences-Po, ou des vieux bourgeois réactionnaires qui payent l’ISF et sont prêts à aller voter pour un pilote de course amateur vieille France vivant dans un château et qui voudrait bien détruire les acquis du CNR. La majorité est saturée par le bullshit ambiant.

Mais qu’est-ce donc alors qu’une opinion publique faite de pusrienafout’ ? Ahaha ! L’analyste politique des chaînes de radio ou de télévision, les vieux éditorialistes de la presse écrite ne savent pas traiter cette option. Ils n’arrivent pas à situer la chose. Ca leur échappe, eux qui mettent dans des petites cases les opinions politiques de leurs concitoyens depuis tant d’années, avec des sondages d’opinion — justement — venant les conforter dans leurs savantes analyses. Que faire de gens qui n’en ont plus rienafout’ ? Compliqué, non ? Surtout quand on ne fréquente que les dîners parisiens…

Durcissons notre mollesse

La seule chose que les conseillers en comm’ ont trouvé, est une figure rhétorique appliquée à la politique-spectacle : le durcissement. Du discours, hein, pas d’autre chose. Les masses sont furieuses d’avoir du Flanby à l’Elysée, elles votent pour la blonde de l’extrémité bien dure de la droite de la droite extrême ? Faisons pareil qu’elle, les gars : allons-y à fond, trouvons des propositions et des postures « bien dures » qui démontrent à la populace, que nous aussi « on n’est pas des mous ». Chez les socialos-libéraux-démocratico-jumenfoutises de marché ça donne des affirmations péremptoires, du genre : « Je supprimerai le 49.3 ! ». Ou bien : « Je réduirai le déficit à1,5% ! ». « Je créerai un revenu universel à 3,50€ pour tous ! ». Wahooooouuuu : on ne rigole plus, là, c’est vraiment du dur…

<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8">

Quant au reste du « spectre politique » (formulation plutôt adaptée à l’époque, vu l’aspect fantomatique de la classe en question) il agite ses petits bras en revendiquant sa capacité à vraiment « changer la donne » : à droite, c’est du libéralisme à la Reagan-Thatcher, so XXème siècle, et à la gauche de la gauche, on propose de l’expérimentation démocratique à la Chavez : demander aux vieux croûtons pousseurs de caddies d’aller participer à des constituantes. C’est beau sur le papier, mais ça laisse un peu tout le monde dubitatif quant à la capacité d’amener des électeurs du rienafout’ à aller pousser un bulletin pour un truc auquel ils ne croient pas un instant. Mais allons savoir, les jeunes connectés du Cloud pourraient s’y intéresser ? Le leader maximo ex-sénateur socialo est un youtoubeur émérite…

Du pouvoir de l’ignorance

Discuter avec une caissière de supermarché, un vendeur de rayon d’électroménager, un petit agriculteur, une infirmière, un artisan ou un gérant de TPE a un intérêt certain pour l’analyste politique. C’est une sorte de thermomètre sur la température de l’opinion, celles des électeurs et observateurs quotidiens de la vie politique française. Cet exercice est souvent stupéfiant par plusieurs aspects. Le premier est que l’électeur de la « France moyenne » (oui, cette terminologie est absurde, mais bon) s’intéresse beaucoup à la politique de son pays, tout en étant très mécontent de la dite politique. Un peu comme un ado à qui on offre un jeu vidéo qu’il attend avec impatience, et qu’après 10 minutes d’essai il trouve « trop nul ». Imaginez que tous les jeux vidéos qui sortiraient seraient « trop nuls » pour la majorité des ados, et vous aurez une idée de l’état d’esprit de la France-qui-se-fait-profondément-chier-et-ne-finit-pas-bien-les-fins-de-mois. Le discours récurent est celui du « tous pourri », c’est un fait, mais au delà, une profonde ignorance de l’histoire politique et des différents courants de pensées, idéologies censées constituer l’offre dans cette matière. Bien qu’il faille avouer qu’ils ne sont plus franchement revendiqués par grand monde.

Pour résumer, il y a « les socialos, ces gros traîtres qui bouffent du caviar en jouant aux gentils amis du peuple qui bosse, et qui en fait sont des grands bourgeois qui font tout pour les gros patrons. » Il y a aussi « la droite ». Et le FN. Et « les gauchos ». La droite, souvent, la France moyenne les aime pas spécialement, mais « au moins, ils sont sérieux, eux ». Et puis « ils veulent remettre les choses en place, quand même ».

On a toujours l’impression qu’avec la droite, les gens pensent que leur ado fera moins de conneries et sera remis plus facilement dans le droit chemin. Mais comme il y a eu Sarko, et que c’est mal passé, et puis l’Europe, qui passe aussi vraiment très mal, et que la droite continue de la défendre quand même, les gens sont emmerdés. Bon, les écolos, « c’est des bobos », et les gauchos, « tout ce qu’ils rêvent c’est de rien faire d’autre que de nous piquer notre pognon qu’on a durement gagné pour le filer à des immigrés ».  Alors ils disent que, ils savent pas, mais que quand même, on pourrait  « essayer », parce qu’après tout, au moins « avec elle », on sait que « les choses, elles seront faites ». « Et puis ça les fera chier, les autres, elle va les écraser, et au moins on aura une revanche, après toutes ces années où ils nous ont menti et où ils ont profité de leurs situations ». Mais il y a aussi tous ceux qui disent : « ah, bah cette fois, ça sera la première fois, mais là, j’irai pas voter, j’en peux plus. »

Toutes ces réflexions de la France des rayons de supermarché, établies sur une fine analyse du journal de 20h et de posts Facebook  pointant vers des publications patriotiques ou de dénonciation du « système » (souvent les deux), créent… l’opinion. Un truc fluctuent, plus ou moins sous influence, et de moins en moins contrôlable, qui va peut-être confirmer, en 2017, que décidément, le XXIème siècle a débuté en réalité, en 2016. Une sorte d’an 0.

2017 : l’an 1 de la nouvelle ère du pusrienafout’ ?

La redoutable stratégie des barbares digitaux

jeudi 29 décembre 2016 à 20:07

Vous l’avez sans doute déjà compris, parler de numérique est un peu ringard. Ne parlons pas de l’horrible terme « d’informatique » à ranger désormais dans le tiroir poussiéreux des technologies absconses du XXème siècle. Le bon terme, pour parler technologies de l’information (là aussi c’est ringard) est américain — si l’on veut un tant soit peu paraître à la pointe des dernières tendances (toujours technologiques) — et il réunit tous les fantasmes de la geekerie startupienne : le digital.

« Didjitôl » si tu prononces bien. Mais comme tu es Français, tu dis digital. Le doigt. Le même mot que pour l’empreinte digitale. Qui ne signifie rien d’autre en français que le doigt. Un peu comme si, pour parler des voitures, de l’automobile, on utilisait le mot anglais « car ». Ce qui pourrait donner : j’ai acheté une car, car j’avais besoin d’en changer. Oui, bon, l’exemple est moyen, mais vous voyez ce que je veux dire.

De la stratégie digitale et des barbares qui vont tout disrupter

Une bonne policy digitale, enfin une bonne stratégie, parce que bizarrement, là, on garde le terme français, passe par la disruption. Tout le monde le sait et on se demande s’il est nécessaire d’en parler plus avant. Même Macron s’est emparé du concept, puisqu’il est un « candidat disruptif ». Pour épater la galerie des ignares, parlons de disruption. Mais vite fait.

La disruption, c’est de l’innovation, voyez-vous. Une façon d’innover qui casse tous les codes établis auparavant, qui fait table rase du passé, pour inventer des trucs que personne n’a encore vu ou osé faire. Sarkozy, sans le dire, était un candidat disruptif avec sa « rupture ». Parce que c’est ça la disruption : une rupture. Dans le monde du digital, l’innovation doit être disruptive, sinon ce n’est pas vraiment de l’innovation digitale. D’où le fait que les vrais innovateurs digitaux, en France, se nomment eux-mêmes les « Barbares ». Comme une partie de nos ancêtres venus du froid, qui avaient des casques à pointes et maniaient la hache avec autant de vélocité que les startupers manient le touchpad, les disrupteurs digitaux veulent tout envahir et tout changer. Whaaaa. On en tremble.

Uber, Un barbare disruptif… justement

Le grand barbare disruptif digital mondial en chef, est une entreprise californienne de réservation en ligne de VTC. La grande disruption digitale d’Uber a été, soi-disant, de coder une app qui vous géolocalise et vous permet d’alerter un ex-chômeur reconverti en chauffeur auto-entrepreneur d’occasion (ou pas) et qui vient vous chercher avec sa « car » pour vous câliner un maximum.

Il faut avouer que d’un point de vue technique, vu le nombre d’app équivalentes qui existent, on se demande bien ou est la rupture technologique de l’app Uber. Et c’est justement là le génie d’Uber : la disruption est ailleurs que dans la technologie en tant que telle. Elle est dans la capacité à balayer plein d’autres choses, issues du vieux monde ancien poussiéreux qui nous ennuie tant, comme : le code du travail et ses contrats pénibles avec sa protection sociale qu’un employeur offre normalement à une personne en lien de subordination, les règlementations toutes pourries sur les taxis, ces gros ringards qu’on aimerait bien désormais voir uniquement dans des films historiques. Et puis, cerise sur le gâteau de la disruption, la notation du client envers le chauffeur, qui, s’il n’a pas assez câliné ses clients, peut voir sa note baisser en dessous de 4,7/5 et se faire éjecter par son pseudo employeur disruptif, Uber, qui n’en est pas un, mais prend quand même 20% de comm pour chaque course (et a imposé désormais 25%). Génie !

Le barbare Uber a envahi plus 240 villes dans le monde avec son système de maquignon digital, et permis ainsi à des hordes de chômeurs ou de travailleurs pauvres de faire chauffeur pauvre à 15 heures par jour 6 ou 7 jours sur 7, sous pression de clients proprets, avides de confort et de « rupture digitale ». Ils sont nombreux, ces clients, à trouver Uber « formidable », et maudire tous ces taxis grognons et pas pratiques. Comme on les comprend. Ils ont en plus la possibilité de donner leur avis, émettre une opinion sur la créature servile qui les charrie, et peuvent, ô comble du pouvoir digital du doigt, lui faire perdre son travail, ou le conforter dans sa servitude au géant californien, par la grâce d’un simple clic…digital. Émouvant. Efficace. Moderne.

…mais un peu clodo

Le truc marrant avec Uber, c’est qu’ils sont malgré tout un peu clodo, dans la boite. Ils n’ont pas une thune, disent-ils, au point d’avoir 800 millions de dollars qui manquent à l’appel pour le seul dernier trimestre 2016. C’est comme ça dans le monde des startups disruptives : on éclate tout, on devient un quasi monopole mondial, on est valorisé à plusieurs milliards, mais on est fauché. Savoir ce qui coûte tant à Uber — qui n’a rien d’autre à gérer qu’un tiroir-caisse digital automatisé par son app — reste mystérieux, surtout quand on pense qu’avec 20% de commission sur chaque course et aucune flotte de voitures ou de chauffeurs à gérer, il n’y a pas beaucoup de frais de fonctionnement dans son « business model ». Mais bon. C’est le mystère du digital. Sûrement. Le doigt est impénétrable.

Reste qu’Uber, fort de ce constat, a pris le taureau numérique par les cornes et commencé à faire rouler des VTC sans le C. Des VTA : Véhicule de transport Autonome. Le PDG a compris très vite que les clients, quand même, pouvaient trouver tout ça très bien, mais encore un peu trop cher. Et il a bien expliqué que la cherté, on savait d’où elle venait : de « l’autre type ». Celui qui vous charrie. Le chauffeur qui bouffe la feuille avec le prix de sa course pour gagner 800€/mois en travaillant 15h par jour. Le PDG a donc déclaré :


Et ensuite, il a commencé à mettre en test 3 ou 4 Uber Car sans conducteurs et promet de bientôt charrier les gens avec un chauffeur digital, bénévole.
Moderne. Efficace. Disruptif.

C’est comment qu’on freine… j’voudrais descendre de là…

A tous ceux qui ont applaudi face à la « lutte d’Uber » contre les syndicats, les taxis, l’Etat, contre toutes ces rigidités absurdes venues d’un autre temps, et qui ont bien souligné qu’ils ne reviendraient jamais en arrière, c’est-à-dire prendre un taxi, « parce que quand même, c’est troooop top les VTC Uber », une petite pensée…

La vie n’est pas un paquet cadeau, et la suffisance narcissique technologique de ceux qui veulent profiter de toutes les innovations, ne devrait pas — normalement — permettre un tel mépris envers la partie de la population, toujours précarisée et instrumentalisée par les barbares digitaux. Mais à terme, les mêmes qui aujourd’hui s’enthousiasment pour la disruption, seront eux aussi remplacés par des machines. Les voitures seront autonomes, et la totalité des humains, dépendants. Tout ça risque d’être fort amusant.

C’est comment qu’on freine ? J’voudrais descendre de là…

Quand Saadi Kadhafi s’envoyait en l’air chez Dassault

mercredi 28 décembre 2016 à 12:41
Le Rafale au couleurs de la Jamahiriya qui illustrait la réponse à l’appel d’offre libyen pour la vente d’avions de chasse au régime de Kadhafi. © Dassault Aviation / DR

Vous êtes peut-être un lecteur trop récent de Reflets pour vous en souvenir, mais en avril 2012, votre journal préféré publiait une vidéo montrant Saadi Kadhafi en France, réalisant toute une série d’emplettes, auprès notamment de Panhard et de Thalès. Du 6 au 10 juin 2006, à une époque où Mouammar était entre gentil-gentil et méchant-gentil, le troisième fils du dictateur Lybien faisait la tournée des marchands d’armes au pays des droits de l’homme, des Lumières et du fromage qui pue. Aujourd’hui, nous vous proposons l’épisode 1 de la saison 2 de « Les emplettes de Saadi ». Cette fois, pas de vidéo, mais des photos. Elles sont bien entendu inédites, l’épisode que nous allons vous conter s’étant déroulé dans le plus grand secret.

C’est la grande époque où, selon les termes d’un militaire rapportés par le Canard Enchaîné, le temps est au beau fixe entre Tripoli et Paris : « à cette époque on se crachait dans la bouche« , tellement on s’aimait. Très vite, le temps va pourtant tourner à l’orage et Nicolas Sarkozy, qui déclarait en 2012 ne « jamais avoir frayé avec Kadhafi », république irréprochable oblige, fera le forcing pour rayer de la carte Mouammar Kadhafi, à grands coups de bombes larguées par des Rafales.

Et dire que, quelques mois plus tôt, la France espérait encore vendre à Kadhafi une centrale nucléaire et… des avions Rafale, justement.

Tout le monde sait que Nicolas Sarkozy aurait bien aimé être le premier président à vendre l’avion de chasse de Dassault. Et la Libye était une très bonne option. Ce que l’on sait moins, car jusqu’à aujourd’hui, le secret avait été bien gardé, c’est que Dassault avait mis les petits plats dans les grands pour le fils du Guide. Rien de trop beau pour lui. Falcon personnel pour l’amener à Istres, visite guidée et surtout… essai en vol du fleuron de l’industrie aéronautique française, le Rafale.

Sur la base, le nom de Saadi Kadhafi n’est jamais évoqué. Alors qu’il a fait les visites des autres marchands d’armes en uniforme, cette fois-ci, le fils Kadhafi vient en  civil, décontracté. Lorsqu’un salarié se montre trop curieux, il est juste qualifié de VIP par ceux qui sont dans la confidence.

Parmi ces derniers, on trouve bien entendu ceux qui l’accueillent et le guident pour cette visite spéciale, agrémentée d’un essai de l’avion : le PDG de Dassault, Eric Trappier, mais aussi Patrick Castagnos, le directeur des essais en vol et Philippe Rebourg, le chef pilote Dassault qui est monté dans l’avion avec Saadi.

En 2012, nous reprenions la célèbre phrase de Desproges à notre compte : peut-on vendre de tout à tout le monde ? Et surtout, doit-on faire n’importe quoi pour vendre de tout à n’importe qui ?

Les photos que vous allez visionner nous ont été communiquées par une personne travaillant pour Dassault. Elle souhaite évidemment rester anonyme, ce que nous respectons. Le service de presse étant en vacances (bonnes fêtes), nous n’avons pu obtenir de commentaire de Dassault Aviation à propos de notre article.

Saadi Kadhafi, en civil, en visite, incognito chez Dassault. Accompagné de Eric Trappier (PDG de Dassaut Aviation), au centre, et de Patrick Castagnos directeur des essais en vol, à gauche de l’image. © Dassault Aviation / DR

 

« Bon si ça prend feu, tu tires sur la poignée rouge ici ». © Dassault Aviation / DR

 

Le monsieur en costard gris à derrière Saadi Kadhafi était à l’époque le responsable export Rafale pour la Libye. Il s’agit d’un ancien colonel de l’armée de l’air, Alain Martel. © Dassault Aviation / DR

 

« Allez c’est parti, on s’envoie en l’air ». © Dassault Aviation / DR

 

Quelques G dans la tête plus tard… © Dassault Aviation / DR

 

C’était mieux qu’Eurodisney, mais dur de descendre de ce truc. © Dassault Aviation / DR

 

Ce Rafale aux couleurs de l’armée libyenne illustrait la réponse française à l’appel d’offre libyen. Nous ne savons pas s’il s’agit d’un montage Photoshop ou si un Rafale a bien été repeint aux couleurs de la Jamahiriya. UPDATE : cette photo est bien un photo montage. © Dassault Aviation / DR

NDLR : vous ne pouvez pas republier ces photographies sans notre accord.

Enfarineurs de tous les pays, unissez-vous !

jeudi 22 décembre 2016 à 16:28

Ce n’est pas l’enfarinage de Manuel Valls qui est important dans cette séquence.

Ce n’est pas la réaction de Manuel Valls, simple candidat en campagne, qui est importante dans cette séquence.

Ce qui est important, c’est de voir comment la personne qui a simplement lancé de la farine sur un candidat politique est embarquée dans un fourgon de CRS. Dans l’indifférence générale.

Il sera intéressant, dans les prochains jours, de savoir comment va être traitée judiciairement cette personne.

Qui n’a rien fait d’autre que de clamer son mécontentement, pacifiquement.

Non pas à l’encontre d’un représentant de l’Etat, mais à l’encontre d’un candidat, ex-représentant de l’Etat.