PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Monde de merde...

mercredi 7 novembre 2018 à 17:02

Bienvenue dans un avenir très incertain

Les petits signes se multiplient... Nous allons vers un monde de merde, comme disait George Abitbol. Espérons que nos enfants feront mieux que nous...

George Abitbol - D.R. - D.R.

Trump aux Etats-Unis, Salvini en Italie, Erdoğan en Turquie, Duterte aux Philippines, Orban en Hongrie, Duda en Pologne, Poutine en Russie, on pensait que l'extrême-droite, le populisme rance avaient fait le plein. Eh bien non... Voilà que le Brésil élit Bolsonaro. Un nostalgique de la dictature militaire qui a plombé le pays de 1964 à 1985. Selon Bolsonaro, «L'erreur de la dictature a été de torturer sans tuer. » On ne peut pas lui reprocher de ne pas être clair :«Oui, je suis favorable à une dictature! Nous ne réglerons jamais les problèmes de la nation avec cette démocratie irresponsable!»

Un truc à la mode visiblement, ce truc de l'homme « fort », « autoritaire ». Il y a quelques jours l'Ifop sondait les français avec cette question : « Certains pensent que la France doit se réformer en profondeur pour éviter le déclin mais qu’aucun homme politique élu au suffrage universel ne disposera plus du pouvoir nécessaire pour mener à bien ces réformes et que dans ce cadre, il faudrait que la direction du pays soit confiée à un pouvoir politique autoritaire, quitte à alléger les mécanismes de contrôle démocratique s’exerçant sur le gouvernement. Etes-vous tout à fait d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas du tout d’accord avec cette opinion ? » Surprise, 40% des sondés répondent par l'affirmative...

A ce stade, on serait tenté de se résigner... Les électeurs ont les dirigeants qu'ils méritent...

La multiplication des « fascistes » à la...

Migrants : violation de droits de l’homme en Libye et cynisme européen

lundi 5 novembre 2018 à 21:44

Une situation intenable

En Libye, les migrants sont torturés ou exploités. L'Europe regarde ailleurs quand elle ne met pas des bâtons dans les hélices des bateaux des ONG qui tentent de sauver les migrants en Méditerranée...

Tripoli, le 4 Juillet 2015. Centre de détention pour migrants illégaux à Garabouli, dans la région de Tripoli. - Cyril Marcilhacy - © Cyril Marcilhacy

Fin 2015, nous nous étions rendus à Tripoli en Libye. Profitant de la visite d’un député français, nous avions pu accéder à deux centres de rétention. Dans ces centres répartis dans tout le pays, certains officiels contrôlés par la polices, d’autres aux mains de milices, des milliers d’Érythréens, de Soudanais, de Maliens et de Nigériens sont détenus dans des conditions inhumaines. Les centres que nous avions pu visiter étaient évidemment les plus « présentables ». Mais les photos et les témoignages que nous avions pu en rapporter montraient la dureté des conditions de détention.

Dans l’un de ces centres officiels, adossé à un poste de police de Tripoli, Misron, un Erythréen de 13 ans, raconte son histoire. « Je suis parti il y a deux mois. Sans le dire à mes parents… J’en avais assez de la pauvreté et de la dictature. J’ai mis un mois pour me rendre à Karthoum au Soudan. Là, j’ai rencontré quatre autres jeunes Erythréens et nous avons décidé de poursuivre ensemble le voyage jusqu’en Europe. Nous avons mis un mois pour arriver jusqu’à la côte libyenne. Nous avons été arrêtés il y a dix jours. » Pour payer leur voyage, ils ont fait des petits boulots au gré de leur périple. Un policier tient à nous montrer que le migrants sont bien traités. « Nous avons même une infirmerie ici. » Il nous entraîne vers une porte métallique donnant dans la cour. Il cherche désespérément la clef, la demande a un collègue. En vain. Il a un petit rire un peu gêné. Visiblement, il ne vaut mieux...

Pas simple d’être solidaire des migrants en Italie

samedi 3 novembre 2018 à 12:31

L'arrivée de l'extrême-droite n'est pas neutre

A Vintimille, de l'autre côté de la frontière les Italiens ne sont pas en reste pour venir en aide aux migrants. Mais les pressions d'un Etat passé aux mains de l'extrême-droite sont fortes.

Vintimille, Italie - Antoine Champagne - Reflets - Citation Reflets.info requise

Côté italien, à Vintimille, les associations continuent à se mobiliser, même si le flot des migrants s’est largement tari. Selon les estimations, il aurait baissé de 95% par rapport au pic de la crise migratoire en 2015. La situation politique italienne a profondément évolué. Le nouveau chef du gouvernement populiste et d’extrême droite, Giuseppe Conte, a verrouillé le pays. Les pays d'origine des migrants ont aussi récemment changé. Longtemps majoritairement en provenance d’Érythrée, du Soudan et du Nigéria, ils viennent désormais principalement d’Afghanistan et d’Irak. C'est dans cet environnement politique difficile et face à quelques centaines de migrants encore présents que les associations côté italien continuent, en coordination avec leurs homologues françaises, d'apporter un soutien matériel et psychologique aux migrants.

Caritas distribue des petits déjeuners et propose des consultations médicales.

La cuisine de l'association Caritas à Vintimille - Antoine Champagne - Reflets - Citation Reflets.info requise
La cuisine de l'association Caritas à Vintimille - Antoine Champagne - Reflets - Citation Reflets.info requise

"Nous avions 600 personnes qui bénéficiaient de notre aide il y a un an. Aujourd'hui, c'est une petite quarantaine", explique Manuela, bénévole de Caritas. L'arrivée de l'extrême droite au pouvoir s'est fait sentir dès la première semaine où les éloignements de migrants ont été multipliés par trois. Désormais, les rafles ont lieu le jeudi. Les migrants sont amenés en bus dans le sud de l'Italie. Ici aussi, les...

Hubert Jourdan, le Cédric Herrou de l'ombre

mercredi 31 octobre 2018 à 11:20

A l'écart des médias, de nombreux bénévoles aident les migrants

Grande gueule, Cédric Herrou a retenu l'attention des médias. Dans l'ombre, d'autres bénévoles apportent leur aide aux migrants, en silence. D'autres encore, sont "en accord avec Dieu et le Cosmos".

Hubert Jourdan - Jacques Duplessy - Reflets - Citation Reflets.info requise

Sur une route étroite et perdue qui serpente dans les environs de Nice, soudain, un petit chemin monte à pic. C'est là qu'il faut bifurquer pour atteindre la maison d'Hubert Jourdan. Dans le maquis environnant, on distingue des tentes, des cabanes, un chalet. Hubert y reçoit des migrants. L'association Habitat et Citoyenneté est un peu le dernier rempart pour bon nombre de personnes. Elle fournit un accès à une épicerie, au réseau Internet pour renouer ou conserver des liens avec ceux qui sont restés. Mais aussi et surtout un accès au droit, ce qui fait le plus défaut aux migrants. Hubert a un passé engagé dans des ONG. Au Bangladesh, en Inde, dans les Balkans. C'est assez naturellement qu'il s'est rapproché des associations locales lorsqu'il s'est posé dans le Sud de la France. Et depuis la fermeture des frontières en 2015, il n'a pas arrêté... « On n'a même plus le droit de leur donner à manger, explique-t-il, à Vintimille, le conseil municipal s'est même réuni pour savoir si on ne devait pas interdire de leur filer à boire». D'ailleurs, depuis longtemps, les fontaines sont fermées à Vintimille.

Les trois gardes à vue qu'il a subies n'ont en rien entamé son action. Ce soir, nous discutons autour d'une table devant sa maison et trois migrants se joignent à nous. « Aucun ne reste ici, c'est un lieu de passage, un endroit où se reposer et reprendre des forces. Ils veulent tous rejoindre quelqu'un de...

Martine Landry ou l'absurdité des poursuites contre ceux qui viennent en aide aux migrants

mardi 30 octobre 2018 à 11:29

Poursuivie devant les tribunaux pour avoir accompagné des mineurs sur 100 mètres

Membre d'Amnesty International, Martine Landry a convoyé à pied des mineurs sur une centaine de mètres. La voilà renvoyée devant un tribunal. Le procureur s'acharne...

Martine Landry devant le panneau France à la frontière (haute) de Menton - Antoine Champagne - Reflets - Citation Reflets.info requise

Martine Landry est devenue malgré elle un symbole de l’absurdité des poursuites judiciaires à l’encontre de ceux qui aident les migrants. « L’affaire » pourrait prêter à sourire : la justice lui reproche d’avoir convoyé deux mineurs depuis le poste frontière italien jusqu’au poste frontière français à Menton, bref d’avoir emmené des mineurs de la police italienne à la police française. Il faut se représenter le lieu pour comprendre l’absurdité de la chose : une route sur les hauteurs de la ville, d’un côté le poste frontière italien, de l’autre les douanes françaises. Une centaine de mètres séparent les deux bâtiments. Au milieu, un panneau France. C’est dans cet espace que plusieurs associations, dont Amnesty International à laquelle appartient Martine Landry, effectuent des observations sur la légalité des reconduites vers l’Italie.

L’affaire commence le 25 juillet 2017. Postée à la frontière, Martine Landry constate que plusieurs mineurs sont renvoyés vers l’Italie, une reconduite illégale car les mineurs non accompagnés sont censés être pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). « J’ai vu que les douaniers italiens ont renvoyé les mineurs vers la France car c’est le droit international, raconte Martine. Mais Je savais que les policiers français avaient un stratagème : les renvoyer en Italie par le train depuis la gare de Menton Garavan pour empêcher les douaniers italiens de les intercepter. Je suis donc allée attendre les mineurs dans le tunnel de la gare...