PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Le ministère de la Justice et d'autres entités publiques touchés par des ransomwares

Monday 31 January 2022 à 19:29

Quels documents vont se retrouver sur Internet dans quelques jours ?

Le ministère verrouille sa com. La ville de Saint-Cloud a également été visée ainsi que le centre interdépartemental de gestion de la grande couronne de la région d'Ile-de-France. La semaine dernière, des documents de Thales s'étalaient sur la toile.

La semaine dernière, Thales Group découvrait une liste de documents mis en ligne par le groupe Lockbit. Étonnamment, avant la diffusion d'une flopée de code informatique concernant des projets internes du groupe, Thales minimisait :

La ligne d'activité Thales Digital Identity and Security (DIS) / Cloud Protection and Licensing (CPL) a pris connaissance de l'attaque par ransomware "Lockbit" visant des données appartenant au groupe Thales. Il n'y a actuellement aucune preuve matérielle d'un impact sur les offres de services ou l'infrastructure CPL, et nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'impact sur les données des clients dans les services CPL, ou les lignes de produits CPL associées. Bien qu'il n'y ait pas eu de notification directe de rançon, une équipe dédiée d'experts en sécurité examine actuellement la situation dans l'ensemble du groupe Thales. D'autres mises à jour de Thales seront fournies au fur et à mesure de l'avancement de l'enquête.

Réponse de Thales lorsque le groupe Lockbit a annoncé avoir piraté le groupe
Réponse de Thales lorsque le groupe Lockbit a annoncé avoir piraté le groupe

Sans surprise, Lockbit a mis en ligne des documents quelques jours après avoir annoncé le piratage du groupe :

Documents Thales mis en ligne par Lockbit
Documents Thales mis en ligne par Lockbit

En effet, comme le soulignait le communiqué de Thales, il n'y avait pas de données clients. Mais beaucoup de code informatique interne, probablement propriétaire.

Bout de code Thales
Bout de code Thales

La démarche consistant à minimiser...

Que pèse l'armée ukrainienne ?

Tuesday 25 January 2022 à 09:56

Etat des lieux alors que la menace d'attaque russe se renforce

Depuis le choc de l'annexion de la Crimée en 2014, le pays a renforcé sa défense. Sur le papier, la force militaire d'Ukraine est la 22e au monde. Mais malgré des réformes menées au pas de charge, l'armée souffre de problèmes structurels et de nombreux équipements sont obsolètes. Revue des forces et des faiblesses.

Un char ukrainien T64 défile à Jiev pour la journée de l'indépendance - Віталій - Creative Commons

Les bruits de bottes sont de plus en plus assourdissants à la frontière de l'Ukraine. Que peut-faire son armée si Vladimir Poutine décide d'une action militaire ?

L'invasion de la Crimée par la Russie et l'insurrection dans le Donbass téléguidée par Moscou en 2014 ont été un choc pour le pouvoir ukrainien. Le ministre ukrainien de la Défense a reconnu que le pays ne comptait alors que 6.000 soldats prêts au combat !

Depuis le gouvernement a tenté de reprendre les choses en main Entre 2010 et 2020, le budget consacré à la défense a été multiplié par trois, passant de 1,43 milliards de dollars à 4,32 milliards.

Aujourd'hui, l'armée ukrainienne compterait environ 150.000 soldats opérationnels. Depuis 2014, les forces armées ukrainiennes ont fait des progrès considérable, affirme une synthèse du service de recherche du Congrès américain (note en anglais) réalisée en juin 2021. Elle ont entrepris des efforts pour adopter les standards de l'OTAN, et ont reçu une assistance de l'OTAN et des Etats-Unis. Elle a entrepris des réformes du niveau tactique au niveau stratégique, ainsi que des mesures politiques, comme par exemple, une plus grande transparence, la lutte contre la corruption et le contrôle des militaires par le civils. L'armée ukrainienne a aussi modernisé son équipement, réformé le commandement et accru la professionnalisation, comme sa préparation.

Des améliorations sensibles

L'armée ukrainienne a reçu notamment des missiles...

Calais : la résistance à l'inhumanité par l'humour

Monday 24 January 2022 à 11:40

Les migrants sont toujours « emmerdés  » quotidiennement par les forces de l'ordre

Arbre de noël décoré avec des grenades lacrymogène, peinture d'un passage piéton pour les migrants, les bénévoles moquent la répression qui s'abat sur les demandeurs d'asile.

Un sapin de Noël à la décoration très particulière - DR

Alors que les policiers et leurs auxiliaires découpent les tentes au cutter des migrants ou les détruisent au bulldozer, confisquent quasi-quotidiennement leurs effets personnels, donnent des coups de couteau dans les réservoirs d’eau ou perturbent les distributions alimentaires, des bénévoles de nombreuses ONG tentent de mettre un peu d'humanité dans cette folie sécuritaire.

Et la lutte passe aussi par l'humour, comme en témoigne deux actions entreprises par des bénévoles du Secours Catholique.

Françoise, une religieuse catholique, manie la dérision dans son action pour soutenir les migrants. Pour Noël, des bénévoles et des réfugiés ont décoré un arbre avec des grenades lacrymogènes qui pleuvent quasi-quotidiennement sur eux.

Il y a quelques temps, elle avait aussi peint, avec le jésuite Philippe Demeestère (celui qui a mené une grève de la faim pour exiger de l'Etat une prise en charge digne de ces personnes) un passage clouté au beau milieu d’une route nationale à Calais. A quoi ça sert? A rien. Mais cela permet de rappeler dans l'espace public l'existence de ces personnes.

Imaginez la scène. A trois heures du matin, la fringante octogénaire et le prêtre partent seau de peinture blanche et pochoirs en cartons à la main pour badigeonner une signalisation pour faciliter la traversée des migrants. «De nombreuses personnes traversaient cette route très passante à cet endroit pour aller prendre une douche dans le local du Secours Catholique, raconte sœur...

« Le poutinisme vise à la destruction systématique de tout ordre »

Friday 21 January 2022 à 14:56

Nicolas Tenzer, spécialiste de la Russie, tente de décrypter l'idéologie du leader russe.

Que cherche Vladimir Poutine ? Alors que l'armée russe masse des troupes à la frontière ukrainienne, c'est à cette question complexe que tente de répondre le président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique et éditeur de la publication "Desk Russie". Selon lui, la recherche permanente de l’instabilité voulue par le chef du Kremlin révèle sa véritable idéologie : un nihilisme.

Nicolas Tenzer, président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique - D.R. - C.C

Les bruits de bottes s'amplifient entre la Russie et l'Ukraine. Cette dernière a été victime ces derniers jour d'une attaque informatique possible. Une guerre entre les deux pays est-elle possible ?

Nicolas Tenzer : Il y a quelque mois, j'aurais dit que Poutine montrait simplement ses muscles pour obtenir des concessions, que c'était du bluff. Mais aujourd'hui, je n'en suis plus certain... Il n’existe pas que de la rationalité dans l’attitude de Poutine, ce qu’une analyse de son idéologie peut contribuer à montrer.

Que cherche Vladimir Poutine ?

Assez curieusement, il existe peu de travaux en profondeur sur ce que veut Vladimir Poutine, autrement dit ses buts ultimes. Plus précisément, beaucoup en restent à l’écume des choses ou aux manifestations momentanées de cette présumée volonté. Il sera aisé, en effet, d’établir que le régime russe entend sinon reconquérir, du moins dominer l’Ukraine, en l’empêchant si possible d’être un régime démocratique et libre, en tout cas en la neutralisant.

Il en va ainsi aussi du Bélarus et de la Géorgie ainsi que du Caucase où il contrôle de fait l’Arménie et a pris pied en Azerbaïdjan, et bien sûr du Kazakhstan. On pourra aussi considérer qu’il entend déstabiliser l’Afrique, affaiblir les démocraties occidentales et l’Union européenne et pousser autant que possible l’ensemble des mouvements opposés au libéralisme politique. Enfin, il entend corroder et, finalement, mettre à bas les règles de droit international...

Inquiétude à propos du variant Omicron BA 2

Thursday 20 January 2022 à 16:51

L'épidémiologiste Antoine Flahault décrypte les dernières évolutions de la pandémie.

L'envolée des cas de Covid au Danemark est dû à un nouveau variant Omicron encore plus contagieux. Le conseiller scientifique du directeur de l'OMS pour l'Europe invite la France à rechercher ce virus qui pourrait expliquer la flambée constatée dans notre pays. Il revient aussi sur la politique de test et de vaccination.

Covid 19 - © Reflets

Boris Johnson, le premier ministre britannique, a annoncé la fin à compter du jeudi 27 janvier, de l’essentiel des restrictions imposées pour lutter contre le variant Omicron en Angleterre. Le port du masque ne sera plus obligatoire, le télétravail ne sera plus recommandé officiellement et un passe sanitaire ne sera plus imposé. Comment jugez-vous l'annonce de ces mesures ?

Antoine Flahault : Le Royaume-Uni accompagne la décrue épidémique actuelle qui est rapide. Le R actuel est de 0,7 (c'est-à-dire qu'une personne contamine 0,7 autre, NDLR). Croire que l'immunité collective permettra d'empêcher toute nouvelle vague de revenir serait présomptueux, mais libérer les restrictions lors des accalmies peut être une preuve d'agilité et d'adaptation à une crise qui s'étire en longueur. Mais les décideurs et la population doivent être clairement informés qu'ils auront à rétablir rapidement ces restrictions en cas de détérioration de la situation, ce qui peut survenir à tout moment. Ces choix, c'est le problème des politiques.

A l'inverse, en France, le passe vaccinal doit être instauré très prochainement. A-t-il encore un intérêt ?

Ce n'est pas aux scientifiques de décider de la mise en œuvre d'une recommandation qu'ils font. Ce qui est certain, c'est qu'il faut le plus de gens vaccinés possibles. Le partage des rôles entre scientifiques et politiques est utile : les premiers essaient d'éclairer la décision...