PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Radio Reflets #8 : la société, le judiciaire… (invité : Serge Portelli)

mercredi 1 juillet 2015 à 18:17

on_air#RadioReflets8 – vendredi 3 juillet 2015.

Téléchargez le podcast

Format OggFormat mp3

Le thème :

Le changement c’est maintenant nous avait promis François Hollande. Sur de nombreux sujets, force est de constater qu’il n’est pas encore arrivé. Certains commentateurs voient même une sorte de continuité entre le quinquennat Sarkozy et celui de François Hollande. L’utilisation de l’expression « Guerre de civilisation » par Manuel Valls laisse penseur.
Radio Reflets a donc décidé d’inviter un écrivain, également président de chambre près la Cour de Versailles. Outre le fait qu’il ait réussi à contrer par les mots Nicolas Sarkozy dans une émission de télévision, Serge Portelli est un fin analyste de la société et un connaisseur, évidemment, du système judiciaire français.
Nous avons souhaité le recevoir pour passer en revue les changements éventuels intervenus depuis 2012 dans la société et l’appréhension du monde judiciaire par le nouveau pouvoir exécutif.

L’invité : Serge Portelli. Président de chambre près la Cour d’appel de Versailles. Il a été conseiller auprès du président de l’Assemblée nationale et doyen des juges d’instruction au tribunal de Créteil. Serge Portelli est également membre du syndicat de la magistrature. Serge Portelli est a également publié de nombreux ouvrages sur les questions de maltraitance des enfants, sur le traitement de la récidive et sur la réforme de la Justice. Il s’est également révélé être un farouche opposant à Nicolas Sarkozy.

Animateurs : Drapher, Kitetoa

Technique et programmation musicale : Epimae.

Playlist musicale :

Le flux audio est assuré par Tryphon (ils sont forts Tryphon, et sympas en plus…)

Hashtag : #RadioReflets8

La date : le vendredi 3 juillet 2015, de 17 h à à 18h15. Tout ça sans climatiseur…

Terres de Gandhaäl (3) – Livre 1 : « Fondations »

mercredi 1 juillet 2015 à 15:35

gandhaal-3

Danda ouvrit les yeux. Il ne vit rien d’autre qu’une nuit d’encre. Il tendit l’oreille. Aucun son ne lui parvint. Il remua la main droite et tâtonna du bout des doigts. Du cuir, lisse et froid. Ses jambes étaient ankylosées mais il parvint à les replier puis à les basculer sur le côté. Son dos le lançait et une pluie de petites piques se projeta du bas de sa nuque et pénétra son cerveau. Une douleur aigüe s’ensuivit qui l’obligea à fermer les yeux et serrer la mâchoire pour ne pas hurler de douleur. Une constellation d’étoiles clignotantes remplit son champ de vision puis s’estompa, faisant de nouveau place à la nuit d’encre. Le souvenir du banquet et de la jeune femme revint en une succession d’images colorées qui donnèrent le frisson à l’ambassadeur d’Anglar. Il avait crû contrôler la situation, distribuer des cartes. C’était un leurre. Il avait été manipulé, jouet docile et naïf des Golgiens. Cette pensée lui procura immédiatement un sentiment de révolte et de dégoût qui se manifesta par un regain d’énergie. Il parvint à relever le buste. Ses yeux commençaient à s’habituer aux ténèbres qui enveloppaient la pièce. Un mince filet de lumière grisâtre filtrait d’une persienne sur sa gauche, il se leva pesamment et s’en approcha à pas mesurés. Les volets s’entrouvrirent sous la poussée qu’il effectua des deux mains. La monumentale cité de Khaäl-Nezbeth apparut, telle un monstre tentaculaire aux protubérances grossières et purulentes. La vue des milliers de tours chargées de sculptures obscènes, des esclaves empalés le long des pontons de pierres volcaniques, de la brume épaisse et grise qui serpentait entre les ruelles tortueuses donnèrent la nausée à Danda qui ne put se retenir de vomir violemment toutes ses tripes. Que faisait-il ici? Ce n’était que folie de sa part d’avoir pu penser convaincre les buveurs de sang de s’allier à l’empire marchand. Mais pourquoi était-il encore en vie, que voulaient donc de lui Ziäd et son sorcier?

Le petit homme détourna le regard de la ville, cracha par terre et s’essuya les lèvres rageusement du revers de sa veste. Il n’y avait pour tout mobilier dans la pièce que ce lit recouvert d’une pièce de cuir usé. A l’autre extrémité, une porte de bois bardée de pièces de métal. Il s’en approcha et tourna le loquet. A sa plus grande surprise l’anneau de métal s’actionna sans bruit et la porte joua sur ses gonds. Un couloir où brûlait une torche presque consumée. Désert. Danda n’osait pas avancer, son estomac était noué et il eut de nouveau envie de vomir. A l’instant où il s’apprêtait à rebrousser chemin, une voix inconnue, aigrelette, jaillit du couloir.

— Sieur Danda, c’est un plaisir de vous voir remis ! Venez, venez, vous êtes attendu, n’ayez aucune crainte, approchez.

Le vieux diplomate, chancelant, fouilla du regard le sombre couloir sans parvenir à identifier celui qui s’adressait à lui en langue commerçante, le Gandh, de façon parfaite. Une ombre de très petite taille s’anima à quelques pas. Danda baissa les yeux et vit alors son interlocuteur. C’était une créature à la peau grise, pas plus haute qu’un enfant de quatre ou cinq cercles. Sa tête, chauve, était disproportionnée par rapport au reste du corps, tordu et chétif. Un visage immonde aux yeux globuleux flanqué de deux fentes à la place du nez, à la bouche dépourvue de lèvres. C’était un Chtoïn, l’émissaire en avait déjà croisés plusieurs années auparavant dans une armée Morglangienne. Celui-ci était particulièrement laid et dégénéré. La créature grimaça un sourire et fit une courbette.

— Nos maîtres sont très contents de vous, ils vous attendent. Si vous voulez bien me suivre…

Danda resserra les pans de sa veste de fourrure et s’engagea derrière le Chtoïn qui déjà disparaissait déjà à l’angle du couloir.

*  *
*

Un sablier avait suffit pour conclure les premiers termes d’un futur accord entre les deux cités. Danda n’en revenait pas encore. Il passait et repassait en revue cette dernière rencontre alors qu’il approchait des côtes de l’empire marchand d’Anglar, accoudé au bastingage du même navire qui l’avait conduit jusqu’au Ghöl-Amgöth, sans comprendre encore comment cela avait été possible. Le Chtoïn l’avait conduit jusqu’à Ziäd alors en pleine séance de massages. Allongé sur une couche jonchée de fourrures, visiblement détendu et satisfait, celui-ci l’avait félicité pour sa bonne volonté vis à vis du véritable maître de la cité des prêtres noirs, le Kendaï Shubda, grand régent des démons et de la luxure. Danda avait alors compris à cet instant quelle était l’identité de la splendide jeune femme qui l’avait envoûté au cours du banquet. Lui qui croyait rencontrer l’homme-dieu au cœur d’un temple dédié à sa gloire, tremblant et agenouillé, avait en fait copulé avec lui sur une table d’auberge…. Ziäd lui avait ensuite fait part du vif intérêt que ses propositions d’alliance commerciales avaient suscité. Trois rouleaux de parchemin lui furent confiés, cachetés de cire, qu’il ne devrait ouvrir qu’une fois en présence des dirigeants d’Anglar. Déstabilisé mais enchanté par la tournure des évènements, le vieux diplomate avait ensuite longuement conversé avec le seigneur de Khaäl-Nezbeth des possibilités qu’offriraient ces échanges entre l’empire sombre et la jeune nation marchande. C’était un songe, la situation était rocambolesque. Ziäd l’avait remercié de sa visite, assuré de son amitié et le fit même raccompagner jusqu’à son petit deux mats accompagné par une troupe de délégués officiels et d’esclaves porteurs de caisses remplies de cadeaux pour le vaillant Seghuenor, prince d’Anglar. Là on lui souhaita bon voyage. Il levèrent l’ancre sans encombres, l’équipage était au complet. Danda resta debout à l’arrière du bateau à observer la cité des prêtres noirs jusqu’à que les tours effilées ne soient plus qu’une nuée de petits points sombres qui se confondirent avec les écharpes de brumes courants sur les vagues. Le capitaine ne lui posa aucune question. C’était la règle qui avait été établie dès le départ de l’expédition. Ils étaient désormais, après une semaine de mer, à quelques encablures de la cité des mille marchés. Danda voyait étinceler la coupole de verre du palais encore en construction. Il avait réussi. Un sourire victorieux s’épanouit sur ses lèvres. Dans quelques heures il irait au palais apporter l’incroyable nouvelle: l’empire sombre, par le biais de sa deuxième cité, acceptait de s’allier à la première nation humaine des terres de Gandhaäl !

Espagne : la loi de sécurité citoyenne interdit toute contestation

mardi 30 juin 2015 à 18:37

hologrammes-espagne

C’est une loi qui ne cache même pas son caractère anti-démocratique, digne d’une dictature. Elle n’est pas promulguée ce 1er juillet dans une République bananière, mais au cœur de l’Europe, en Espagne. Le gouvernement Rajoy l’a voté en décembre dernier, et à partir de demain manifester devant un bâtiment officiel sera passible d’une amende, comme se réunir publiquement, et bien d’autre choses encore.

Le collectif « Hologramas por la libertad »  dénonce cette nouvelle loi hallucinante, qui préfigure une dystopie propres aux romans d’anticipation : Le texte comprend 45 infractions allant des moins graves aux plus graves selon le législateur. Ainsi, les manifestations devant le parlement et autres bâtiments officiels, comme las Cortes, sont classées parmi les infractions les plus graves et peuvent écoper d’une amende de 30 000 euros. Même si l’immeuble est vide pendant le rassemblement. Les manifestations spontanées sur les réseaux de transport ou dans des sites nucléaires pourront être punis avec une amende de 600 000 euros.

Le droit à informer ou relayer l’information est aussi compris dans la « loi organique de sécurité citoyenne », comme l’ explique Virginia Alvarez responsable des enquêtes et de la politique espagnole chez Amnesty international en Espagne : «Cette loi porte atteinte aux libertés les plus fondamentales et porte surtout atteinte au droit d’informer et d’être informé car les témoins de brutalité policière ne pourront plus en rendre compte »,  L’experte explique que « les journalistes ou citoyens qui prendront des photos des représentants des forces de l’ordre pendant une manifestation pourront payer une amende de jusqu’à 30 000 euros. »

Clip du collectif « Hologrammes pour la liberté » :

Manifestation d’avril 2015… en hologramme :

 

L’Europe, qui ferme la porte à la Grèce et la punit d’organiser un référendum, qui place un ex premier ministre luxembourgeois — ayant organisé l’évasion fiscale des plus grandes multinationales — à la tête de la Commission européenne, qui laisse un gouvernement en Espagne faire voter une loi digne de la dictature de Franco, devrait donc être défendue ?

Il va falloir expliquer ça plus clairement. Parce que là, ça devient de plus en plus difficile.

Article complet de Florencia Valdès Andino sur le site de TV5Monde

Le délit de dissimulation de données informatiques : Uber casse-toi, il est encore temps

lundi 29 juin 2015 à 21:34

UberPopAujourd’hui un nouveau délit a fait son apparition dans la presse française, il s’agit de la dissimulation de données informatiques, motif pour lequel (parmi d’autres), deux dirigeants d’UberPop auraient été aujourd’hui placés en garde à vue. On se gratte un peu la tête, on se demande d’où sort ce délit de dissimulation de données informatiques… ce délit n’existe pas. Et heureusement car si c’était le cas, il y a 60 millions d’internautes qui risqueraient une condamnation.

En informatique, dissimuler des données sensibles, les rendre inaccessibles, c’est même une règle.

On n’expose pas des fichiers de configuration, on n’expose pas ses mots de passe, on n’expose pas non plus des documents publics qu’on ne souhaite pas publics.

Mais j’en conviens, c’est un peu compliqué à suivre des fois et ceci soulève une question existentielle :

Si je dissimule des données informatiques publiques préalablement volées dans les résultats de recherche de Google, est-ce que je fais Scrabble ?

La malheureuse imprécision serait du fait de l’AFP, imprécision abondamment reprise par l’ensemble de la presse et claironnée en boucle sur les chaines d’information en continue.

Edit 21h34 : Il ne s’agirait en fait pas de l’ AFP puisque l’agence précise dans sa dépêche initiale :

L’enquête vise aussi des faits présumés de « conservation illégale de données à caractère personnel au-delà de la durée prévue préalablement à la mise en œuvre du traitement »

Le Point évoque aussi une infraction à la loi informatique et libertés :

« Ce volet porte sur la collecte des données des clients et de possibles infractions à la loi informatique et libertés de 1978. « 

Tiens, voici que la justice s’enquiert des données personnelles manipulées par les applications mobiles… de quoi mettre en examen Google et Apple pour leur store respectif, et surtout 90% des éditeurs d’applications de leur catalogue.

Mouais, on y croit.

Cher UberPop, vu d’ici, ça sent le roussi pour toi, si on en vient à imaginer des infractions ou à invoquer la loi informatique et libertés pour avoir ta peau, c’est qu’il est temps de plier les gaules… l’affaire est devenue trop politique pour que tu aies la moindre chance en justice.

Valls et Hollande dans les traces de Sarkozy, pour entrer dans l’Histoire

samedi 27 juin 2015 à 21:23

v-justiceOn pensait vraiment ne pas pouvoir tomber plus bas. L’Ego boursouflé de Nicolas Sarkozy l’avait poussé à prendre toutes sortes de décisions qui grignotaient les fondements de notre contrat social. Bien entendu, la démocratie française n’est plus, depuis longtemps -l’a-t-elle seulement été un jour- qu’un très pâle reflet de ce que ses textes fondateurs énoncent. Mais tout de même. Les tests d’ADN pour le regroupement familial, le fichage des enfants dès 3 ans, la disparition du juge d’instruction, tout était rocambolesque. Tellement rocambolesque que s’en était devenu une technique. Annoncer un projet abject en disant qu’il ne fallait pas avoir de tabous et que tout pouvait être mis sur la table, puis faire un pas un en arrière. Bilan ? Deux pas en avant, un en arrière. Le détricotage de notre contrat social avançait. Et Nicolas Sarkozy voulait entrer dans l’Histoire. Il l’a fait, comme prévu. Il sera sans aucun doute considéré comme le plus mauvais président de la Vème république. Mais il est désormais talonné par Manuel Valls et François Hollande, qui font tout ce qu’ils peuvent pour rogner les libertés individuelles et détricoter le droit du travail. Un paradoxe pour deux hommes qui se disent de gauche.

La sénatrice Françoise Laborde a émis le souhait, via un tweet, que nous écrivions cet article. La voilà donc heureuse. C’est notre mission première : satisfaire nos lecteurs.

Si l’on en croit le gouvernement actuel et le président de la république, le besoin de rogner les libertés individuelles s’explique aisément. Les « boites noires », la loi sur le terrorisme, tout ça s’explique par la nécessité de luter contre un péril sans précédent : le terrorisme. Et vouloir censurer Twitter ou Youtube, comme le veut François Laborde, aussi.

 

<script src="//platform.twitter.com/widgets.js" async="" charset="utf-8">
Non, Françoise, ce n’est pas normal. Et ce n’est pas normal non plus de tirer un trait sur des libertés fondamentales qui scellent notre contrat social. D’une part, les signataires dudit pacte vont finir par se rendre compte, peut être d’ailleurs grâce au vilain Internet, que les autres signataires (les politiques) se moquent d’eux. Généralement, ça finit mal.

Je vous échange un baril de Loi sur le renseignement contre un peu de liberté

D’autre part, le terrorisme n’a pas attendu Internet pour frapper ou recruter, y compris en France. Sa nature même fait que justement, il frappe de manière horrible.

Si l’on observe les politiques actuels sans recul historique, on peut croire que le terrorisme est une chose récente, que sans Internet, il serait moins violent, il « séduirait » moins de monde.

Comme si le terrorisme d’extrême gauche ou d’extrême droite n’avait jamais existé, comme si les avions n’avaient jamais explosé avant le 11 septembre, à une époque, d’ailleurs, où on montait dedans sans toutes les fouilles et les restrictions actuelles, comme si Munich était un film de fiction.

Il n’en est évidemment rien.

Toutes ces lois qui s’empilent depuis des années, rognant nos libertés sont en train de dessiner une autre forme de démocratie. Une démocratie où la torture peut être légalisée est-elle vraiment toujours une démocratie ? L’exemple de la dérive des Etats-Unis n’a-t-il servi à rien ? François Hollande et Manuel Valls dessinent cette nouvelle forme de démocratie, dans le prolongement des gouvernements précédents. Un « autre chose » se met en place, avec l’aide de la passivité de la population qui a, la pauvre, d’autres chats à fouetter.

Avec mon baril de Loi sur le renseignement, éliminez les terroristes en un seul lavage

Si cet empilement de lois sécuritaires avaient permis d’éviter les actes de terrorisme, les critiques des opposants à cette mutation de la démocratie seraient plus faciles à décrédibiliser. Mais non. Les attentats continuent et continueront toujours. Car le risque zéro n’existe pas. Il y a plusieurs dizaines d’années, le patronat français avait commandité une étude sur les « fauteurs de trouble » en entreprise. Résultat ? Même en virant tous les empêcheurs de faire du business en rond, le problème des patrons ne serait pas résolu. Car un pourcentage égal de fauteurs de trouble naîtrait, y compris en puisant dans le contingent des « bons petits soldats ». Il en est de même avec le terrorisme. Même en tuant tous les terroristes actuels, il y en aurait d’autres plus tard. La solution est sans doute en partie dans la diplomatie. Qui aurait pu croire dans les années 80 que la guerre du Liban s’arrêterait un jour ? Qui aurait pu penser que le conflit en Irlande du Nord trouverait une issue ? La solution n’est en aucun cas dans une répression aveugle qui ne mène qu’à plus de violence. Paradoxalement, c’est souvent en ramenant les terroristes dans un processus politique, avec toutes les compromissions que cela implique, que l’on trouve une issue à la violence…

La solution n’est pas non plus dans l’empilement des lois sécuritaires qui rognent les libertés publiques. A moins d’avoir une véritable volonté de transformer la démocratie (qui a déjà assez de défauts) en « autre chose ». Est-ce cela que veulent les dirigeants français ? La question peut raisonnablement être posée.