PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Pourquoi l’E-mail est et reste mon moyen de communication numérique préféré

samedi 12 octobre 2013 à 23:06
Je suis présent sur MSN, disponible par téléphone et par SMS, j’ai une adresse Skype et un compte Facebook… Mais mon moyen de communication numérique préféré reste l’E-mail.

L’E-mail est vieux. D’un point de vu technologique, il est même très vieux, puisque les premiers courriels dateraient de 1966, à l’époque où le nombre d’ordinateurs dans le monde se comptaient sur les doigts d’une main et faisaient la taille d’un étage.
Pourtant l’E-mail fonctionne toujours, très bien même.

Si je préfère l’E-mail à la place des SMS, des messages Facebook ou de n’importe quel autre moyen de communication, c’est parce que c’est un protocole ouvert, fiable, sûr, pratique et complet.

L’E-mail est fait pour envoyer du texte, même formaté (gras, italique, couleur…) ou des fichiers. Les correspondants sont repérés par des noms qu’ils choisissent et pas des numéros attribués de façon arbitraires et on peut envoyer des messages à plein de personnes à la fois.

Mais surtout à l’époque des SMS, de Whatsap et des conversations Skype ou Facebook, l’E-mail est gratuit et illimité en taille et en nombre (seule la connexion Internet est payante) ; l’E-mail est le seul de tout ça qui ne dépend pas de la plate-forme : il existe des applications pour envoyer un E-mail sur toutes les plate-formes : ordinateurs, consoles, téléphones, smartphones… sous GNU/Linux, Windows, Android, iOS, Backberry… Qu’on soit en 4G, 3G ou en 2G et même en Wap, on peut envoyer un E-mail qui arrivera à destination (essayez le tchat Facebook ou Skype en Wap pour voir).
Et les E-mails seront visible depuis partout : un E-mail envoyé depuis un ordinateur arrivera sur un téléphone.

Les E-mails sont fais pour afficher les conversations et être répondues clairement (paragraphe par paragraphe), ce qui n’est pas le cas des SMS.

On est en 2013 et les SMS ne sont toujours pas gratuits ; encore moins quand on est en déplacement dans un autre pays : ils sont facturés pour couvrir un coût artificiel et pas qu’un peu : envoyer une photo de 5 Mo par SMS reviendrait à 35 714 € (à dix centimes les 140 octets).

À l’heure où pratiquement tout le monde dispose d’un téléphone capable de se connecter à l’Internet, il n’y a selon moi aucun avantage à utiliser les SMS limités.
Certains essayent de ré-inventer la roue, comme What'sApp, et c’est pas mal : ça montre qu’on est capable de détrôner ce qui est en place, mais je pense que l’E-mail ne doit pas être enterré pour autant : je pense qu’il devrait être remis au goût du jour, même pour les discussions rapides et courtes : l’E-mail peut tout faire, le SMS non.

Pour l’instant on ne peut que fantasmer sur des idées de forfaits téléphoniques téléphonique/SMS/3G mondial, mais ce n’est pas pour demain, tant que ça rapportera de l’argent en masse (Free a montré qu’ils pouvaient faire de la marge avec un forfait à 2€)…

Je pense que l’E-mail, comme le RSS ou le peer-to-peer, sont de ces technologies super pratiques, pensées pour le mieux depuis des décennies et qui sont largement sous-utilisés. Le Minitel-2.0 que représente les réseaux (as)sociaux n’aident pas à vouloir attirer tout le monde vers eux au lieu de laisser les gens créer leur petit réseau libre et personnel.

Non, insulter une femme-noire-handicapée ne fait pas de moi un sexiste-raciste-intolérant !

mercredi 9 octobre 2013 à 16:23
affiche banania y a bon
Rhââaaa®, que je déteste cette mentalité où l’on ne peut plus rien dire sans être fiché soit raciste, soit sexiste, soit homophobe, soit n’importe quoi d’autre considéré comme socialement pas bien.

Aujourd’hui, un député fait le poulet à l’assemblé, alors qu’une députée parle et tout de suite : « sexisme à l’assemblée ».

Qu’ils fassent le con avec l’argent public, c’est une chose, ils sont là pour ça et tout le monde trouve ça normal. Mais faut-il toujours que n’importe quelle action soit sexiste/raciste/homophobe ? Et si c’était juste une moquerie sans aucune raison (sinon la connerie de ceux qui votent les lois) ?

Putain…

C’est pas parce que je gueule sur un noir qui manque de m’écraser que je suis raciste !
C’est pas parce que j’insulte un handicapé dans un fauteuil roulant parce qu’il fonce dans mon vélo que je suis intolérant¹ !
C’est pas parce que je dis à une femme d’aller se garer ailleurs qu’en plein milieu du chemin que je suis sexiste !

Sérieux les gars, arrêtez de raconter n’importe quoi.

Oh et pardon hein, j’ai dit « noir » au lieu de « personne de couleur » ? Allez-vous faire foutre aussi avec votre politiquement correcte à la con. C’est pas parce que j’emploie l’un ou l’autre des termes que ma pensée varie et la vôtre non plus, vous le savez très bien.

Et laissez-nous nous insulter sans que ça fasse la une du canard à chaque fois.

(¹ : j’avais mis « homophobe » au début, mais on me fait remarquer que sa définition actuelle ne désigne que le rejet des homosexuels, ce qui n’est pas le sens que je voulais lui donner ici)

image de just.luc

Non, insulter une femme-noire-handicapée ne fait pas de moi un sexiste-raciste-intolérant !

mercredi 9 octobre 2013 à 14:23
affiche banania y a bon
Rhââaaa®, que je déteste cette mentalité où l’on ne peut plus rien dire sans être fiché soit raciste, soit sexiste, soit homophobe, soit n’importe quoi d’autre considéré comme socialement pas bien.

Aujourd’hui, un député fait le poulet à l’assemblé, alors qu’une députée parle et tout de suite : « sexisme à l’assemblée ».

Qu’ils fassent le con avec l’argent public, c’est une chose, ils sont là pour ça et tout le monde trouve ça normal. Mais faut-il toujours que n’importe quelle action soit sexiste/raciste/homophobe ? Et si c’était juste une moquerie sans aucune raison (sinon la connerie de ceux qui votent les lois) ?

Putain…

C’est pas parce que je gueule sur un noir qui manque de m’écraser que je suis raciste !
C’est pas parce que j’insulte un handicapé dans un fauteuil roulant parce qu’il fonce dans mon vélo que je suis intolérant¹ !
C’est pas parce que je dis à une femme d’aller se garer ailleurs qu’en plein milieu du chemin que je suis sexiste !

Sérieux les gars, arrêtez de raconter n’importe quoi.

Oh et pardon hein, j’ai dit « noir » au lieu de « personne de couleur » ? Allez-vous faire foutre aussi avec votre politiquement correcte à la con. C’est pas parce que j’emploie l’un ou l’autre des termes que ma pensée varie et la vôtre non plus, vous le savez très bien.

Et laissez-nous nous insulter sans que ça fasse la une du canard à chaque fois.

(¹ : j’avais mis « homophobe » au début, mais on me fait remarquer que sa définition actuelle ne désigne que le rejet des homosexuels, ce qui n’est pas le sens que je voulais lui donner ici)

image de just.luc

Pourquoi le flat design tel qu’il est utilisé actuellement sux

lundi 7 octobre 2013 à 18:09
Le flat design dans les interfaces des sites-web, des logiciels et même ailleurs, c’est assez à la mode en ce moment.

En fait, ça consiste tout simplement à supprimer les dégradés, les arrondis et bien souvent à l’usage d’icônes monochromes et sans détails :

Depuis peu, le logo de Google a changé :

logo de google avant et après flat design
Dans Android, par exemple, entre la version 2.3 de 2010 et 4.1 de 2012:

comparaison entre android 2.3 et 4.1

À première vue, ça semble joli : c’est la suppression du bruit visuel apporté par les dégradés et arrondis, les détails, les ombres et les bordures et tracés inutiles.

Sauf que, pour l’interface d’Android par exemple, c’est utilisé sur des téléphones dont la coque est arrondie, avec des reflets (donc dégradés), des dessins et bordures partout. Au final : ça loupe tout : une interface flat-design dans un appareil au look fancy. J’aime pas du tout : c’est moche.

Pour moi, dans le design, il faut que tout suive. Autrement, ça donne des contrastes visuellement contestables. Regardez par exemple le design entre le Samsung Galaxy S3 et le Sony XPeria S : le premier est arrondi avec une interface flat, et le second est flat avec une interface flat. Je ne possède aucun des deux téléphones là, ni ne projette de les prendre, mais visuellement parlant, je trouve quand même le Sony est beaucoup plus adapté à son interface logicielle.

Pour une interface flat, il y a aussi le Nokia Lumia et il aurait pu y avoir l’Ubuntu Edge, que je trouve très classe.

Il y a des choses qui ne vont pas ensemble, et parmi ça il y a le design fancy et le flat qui — à mon avis — donnent quelque chose d’horrible quand on les mélange.


Pour les interfaces sur ordinateurs, il n’y a rien à faire : entre une interface flat et une interface plus classique, je préfère largement le deuxième. L’autre me donnant toujours cette impression de travailler sous Windows 95.

Pourquoi le flat design tel qu’il est utilisé actuellement sux

lundi 7 octobre 2013 à 16:09
Le flat design dans les interfaces des sites-web, des logiciels et même ailleurs, c’est assez à la mode en ce moment.

En fait, ça consiste tout simplement à supprimer les dégradés, les arrondis et bien souvent à l’usage d’icônes monochromes et sans détails :

Depuis peu, le logo de Google a changé :

logo de google avant et après flat design
Dans Android, par exemple, entre la version 2.3 de 2010 et 4.1 de 2012:

comparaison entre android 2.3 et 4.1

À première vue, ça semble joli : c’est la suppression du bruit visuel apporté par les dégradés et arrondis, les détails, les ombres et les bordures et tracés inutiles.

Sauf que, pour l’interface d’Android par exemple, c’est utilisé sur des téléphones dont la coque est arrondie, avec des reflets (donc dégradés), des dessins et bordures partout. Au final : ça loupe tout : une interface flat-design dans un appareil au look fancy. J’aime pas du tout : c’est moche.

Pour moi, dans le design, il faut que tout suive. Autrement, ça donne des contrastes visuellement contestables. Regardez par exemple le design entre le Samsung Galaxy S3 et le Sony XPeria S : le premier est arrondi avec une interface flat, et le second est flat avec une interface flat. Je ne possède aucun des deux téléphones là, ni ne projette de les prendre, mais visuellement parlant, je trouve quand même le Sony est beaucoup plus adapté à son interface logicielle.

Pour une interface flat, il y a aussi le Nokia Lumia et il aurait pu y avoir l’Ubuntu Edge, que je trouve très classe.

Il y a des choses qui ne vont pas ensemble, et parmi ça il y a le design fancy et le flat qui — à mon avis — donnent quelque chose d’horrible quand on les mélange.


Pour les interfaces sur ordinateurs, il n’y a rien à faire : entre une interface flat et une interface plus classique, je préfère largement le deuxième. L’autre me donnant toujours cette impression de travailler sous Windows 95.