PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Pourquoi le flat design tel qu’il est utilisé actuellement sux

lundi 7 octobre 2013 à 18:09
Le flat design dans les interfaces des sites-web, des logiciels et même ailleurs, c’est assez à la mode en ce moment.

En fait, ça consiste tout simplement à supprimer les dégradés, les arrondis et bien souvent à l’usage d’icônes monochromes et sans détails :

Depuis peu, le logo de Google a changé :

logo de google avant et après flat design
Dans Android, par exemple, entre la version 2.3 de 2010 et 4.1 de 2012:

comparaison entre android 2.3 et 4.1

À première vue, ça semble joli : c’est la suppression du bruit visuel apporté par les dégradés et arrondis, les détails, les ombres et les bordures et tracés inutiles.

Sauf que, pour l’interface d’Android par exemple, c’est utilisé sur des téléphones dont la coque est arrondie, avec des reflets (donc dégradés), des dessins et bordures partout. Au final : ça loupe tout : une interface flat-design dans un appareil au look fancy. J’aime pas du tout : c’est moche.

Pour moi, dans le design, il faut que tout suive. Autrement, ça donne des contrastes visuellement contestables. Regardez par exemple le design entre le Samsung Galaxy S3 et le Sony XPeria S : le premier est arrondi avec une interface flat, et le second est flat avec une interface flat. Je ne possède aucun des deux téléphones là, ni ne projette de les prendre, mais visuellement parlant, je trouve quand même le Sony est beaucoup plus adapté à son interface logicielle.

Pour une interface flat, il y a aussi le Nokia Lumia et il aurait pu y avoir l’Ubuntu Edge, que je trouve très classe.

Il y a des choses qui ne vont pas ensemble, et parmi ça il y a le design fancy et le flat qui — à mon avis — donnent quelque chose d’horrible quand on les mélange.


Pour les interfaces sur ordinateurs, il n’y a rien à faire : entre une interface flat et une interface plus classique, je préfère largement le deuxième. L’autre me donnant toujours cette impression de travailler sous Windows 95.

Pourquoi le flat design tel qu’il est utilisé actuellement sux

lundi 7 octobre 2013 à 16:09
Le flat design dans les interfaces des sites-web, des logiciels et même ailleurs, c’est assez à la mode en ce moment.

En fait, ça consiste tout simplement à supprimer les dégradés, les arrondis et bien souvent à l’usage d’icônes monochromes et sans détails :

Depuis peu, le logo de Google a changé :

logo de google avant et après flat design
Dans Android, par exemple, entre la version 2.3 de 2010 et 4.1 de 2012:

comparaison entre android 2.3 et 4.1

À première vue, ça semble joli : c’est la suppression du bruit visuel apporté par les dégradés et arrondis, les détails, les ombres et les bordures et tracés inutiles.

Sauf que, pour l’interface d’Android par exemple, c’est utilisé sur des téléphones dont la coque est arrondie, avec des reflets (donc dégradés), des dessins et bordures partout. Au final : ça loupe tout : une interface flat-design dans un appareil au look fancy. J’aime pas du tout : c’est moche.

Pour moi, dans le design, il faut que tout suive. Autrement, ça donne des contrastes visuellement contestables. Regardez par exemple le design entre le Samsung Galaxy S3 et le Sony XPeria S : le premier est arrondi avec une interface flat, et le second est flat avec une interface flat. Je ne possède aucun des deux téléphones là, ni ne projette de les prendre, mais visuellement parlant, je trouve quand même le Sony est beaucoup plus adapté à son interface logicielle.

Pour une interface flat, il y a aussi le Nokia Lumia et il aurait pu y avoir l’Ubuntu Edge, que je trouve très classe.

Il y a des choses qui ne vont pas ensemble, et parmi ça il y a le design fancy et le flat qui — à mon avis — donnent quelque chose d’horrible quand on les mélange.


Pour les interfaces sur ordinateurs, il n’y a rien à faire : entre une interface flat et une interface plus classique, je préfère largement le deuxième. L’autre me donnant toujours cette impression de travailler sous Windows 95.

Le web reviendrait-il un peu aux internautes ?

samedi 5 octobre 2013 à 19:10
porte monnaie en forme de pierre avec des pièces Tiens tiens, un blog que je suis pas mal, Hackaday, demande gentiment aux internautes de désactiver le bloqueur de publicité.
Ils sont très loin d’être les seuls : que ce soient les forums d’entre-aide, blogs, grands sites… ils passent pratiquement tous par un article pour demander la désactivation des bloqueurs de publicité disant que bloquer les pubs car ça tue leur économie.

Comme c’est mignon.

Pendant des années ils ont maltraité les internautes avec des publicités clignotantes, des gifs, des liens vérolés et des popup intrusifs…
Maintenant qu’Ad-Block est très connu et disponible pour pratiquement tous les navigateurs et toutes les plates-formes, ils se rendent compte que ce sont les internautes qui leurs donnent leur pain et ils nous supplient de les respecter ?

J’aime bien Hackaday, et j’aime ce qu’ils font, et je veux qu’ils continuent. Donc je ferais un effort de laisser quelques pubs, mais si c’est trop intrusif, je m’en irai : le contenu compte, mais le respect des internautes également.

Oui, c’est bien qu’ils se rendent compte que ce sont les internautes qui posent les règles. Au moins ils comprennent maintenant qu’un site dépend de ses lecteurs quand il s’agit des revenus publicitaires, et qu’ils faut mieux respecter un maximum ceux qui les font vivre.

(Oui je sais, le principal problème des pubs sur les pages web ce n’est plus trop le dérangement visuel, mais le tracking, et ça c’est un autre problème, résoluble autrement.)

image de Aaron Shumaker

Le web reviendrait-il un peu aux internautes ?

samedi 5 octobre 2013 à 17:10
porte monnaie en forme de pierre avec des pièces Tiens tiens, un blog que je suis pas mal, Hackaday, demande gentiment aux internautes de désactiver le bloqueur de publicité.
Ils sont très loin d’être les seuls : que ce soient les forums d’entre-aide, blogs, grands sites… ils passent pratiquement tous par un article pour demander la désactivation des bloqueurs de publicité disant que bloquer les pubs car ça tue leur économie.

Comme c’est mignon.

Pendant des années ils ont maltraité les internautes avec des publicités clignotantes, des gifs, des liens vérolés et des popup intrusifs…
Maintenant qu’Ad-Block est très connu et disponible pour pratiquement tous les navigateurs et toutes les plates-formes, ils se rendent compte que ce sont les internautes qui leurs donnent leur pain et ils nous supplient de les respecter ?

J’aime bien Hackaday, et j’aime ce qu’ils font, et je veux qu’ils continuent. Donc je ferais un effort de laisser quelques pubs, mais si c’est trop intrusif, je m’en irai : le contenu compte, mais le respect des internautes également.

Oui, c’est bien qu’ils se rendent compte que ce sont les internautes qui posent les règles. Au moins ils comprennent maintenant qu’un site dépend de ses lecteurs quand il s’agit des revenus publicitaires, et qu’ils faut mieux respecter un maximum ceux qui les font vivre.

(Oui je sais, le principal problème des pubs sur les pages web ce n’est plus trop le dérangement visuel, mais le tracking, et ça c’est un autre problème, résoluble autrement.)

image de Aaron Shumaker

Le cloud le plus simple qui soit

vendredi 4 octobre 2013 à 14:30
Adobe et son cloud se sont fait pirater : trois millions de comptes sont compromis.

Le cloud c’est cool, hein ? Tellement « cool » que ça me refroidit toujours plus dans l’idée de laisser mes fichiers sur les serveurs d’une grande entreprise bien souvent américaine.

La solution est pourtant très simple : prendre un service d’hébergement en ligne (plus simple et coûte quelques euros par mois) ou installer votre propre serveur à la maison (plus sûr, plus libre, mais faut le laisser tourner 24/7 et la maintenance est pour vous).

Tous les services d’hébergement proposent un accès FTP (protocole de transfert de fichier) : c’est la base de la base, ils ont tous ça.
Tous les systèmes d’exploitation « desktop » on nativement un client FTP : que ce soit Gnome, KDE, Unity, Windows ou OSX. Idem pour Android : les clients FTP ne manquent pas (pour iOS, un jour ou l’autre il faudra bien assumer qu’Apple vous prive de votre liberté).

Ce client FTP vous permet d’avoir accès à vos fichiers distants comme si ils étaient dans un dossier normal :

capture client FTP Mate
Avec votre propre espace d’hébergement, vos fichiers sont accessibles n’importe où, n’importe quand, sans limite ni de nombre d’accès ni de type de fichier, ni de moyen d’organiser vos fichiers, ni de moyen d’y accéder : que ce soit via un autre serveur (en PHP), vie un script (Batch, Bash, Python, C…) ou n’importe quel programme : ça marchera tout le temps.
Et vu qu’il est visible comme un simple dossier, il est même possible de configurer son lecteur multimédia pour qu’il aille chercher sur les fichiers hébergés ailleurs.

Si vous le voulez, vous pouvez chiffrer les fichiers avant (avec l’algorithme de chiffrement de votre choix), manuellement ou à la volée via un script.
Pour partager un fichier il suffit simplement de partager son lien (fichier public) ou le lien avec un couple identifiant/mot de passe (fichier privé).

Un simple service d’hébergement (ou un serveur d’auto-hébergement) basique comme tout vous permet d’avoir votre cloud personnel illimité en fonctionnalités. Plus personne ne vous fera chier pour quoi que ce soit.

Que demander de plus ? Franchement ?