PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

La neutralité du net est enterrée aux USA…

mercredi 15 janvier 2014 à 13:32
La neutralité du net c’est le principe selon lequel certaines informations ne sont pas privilégié sur d’autres concernant la vitesse de transfert ou le l’accès à cette information par exemple.

Ainsi, si vous avez un fournisseur d’accès qui bride l’accès à Youtube ou à un autre site ou vous interdit d’utiliser le P2P ou bien les services de VoIP, ça signifie que les autres sites sont privilégiés sur celui là. La neutralité du net n’est alors pas respectée.

En gros, votre fournisseur d’accès ne doit agir que comme un transporteur de l’information, pas comme un juge qui décide si telle ou telle information a ou non le droit de passer (c’est comme si la Poste se permettait de refuser un colis en fonction du contenu, du destinataire ou de l’expéditeur : ce serait inadmissible).

Les USA viennent de refuser d’imposer ce principe de neutralité aux fournisseurs d’accès américains.

Ceci est :

  1. une gêne pour les internautes : certaines sites seront lents (les sites concurrents par exemple — même si ça ne sera pas avoué), d’autres peut-être rendus payants par le FAI et non le site lui-même (5€ par mois pour Wikipédia, 5€ par mois pour Youtube, 5€ par mois pour Google…).
  2. une atteinte à la liberté, et une possibilité de censure.

Pour le seconde point, c’est subtile mais bien réel : imaginez qu’un site aux idées contraire au régime en place deviennent soudainement très lent car les FAI auront décidés de le brider.
Que vont faire la majorité des internautes ? Ils vont zapper et ne reviendront pas. Le site sera comme censuré indirectement.

Imaginez maintenant que tous les FAI (ou les plus gros) appartiennent au gouvernement (tout ou en partie) ou ont tout intérêt à aller dans la direction imposée par le gouvernement… Il devient alors clair que les gouvernement auront un contrôle absolu sur tous les transferts d’informations : si un site ne leur plaît pas, ils peuvent discrètement brider l’accès à ce site et le censurer indirectement. L’internaute ne verra rien, juste que le site est lent et ne reviendra plus…

Cette décision des USA va dans le mauvais sens pour un internet Libre et ouvert. Espérons que le principe de neutralité du net (un principe de non-censure sélective, en fait) soit inscrite dans les lois de nos contrées.
C’est déjà le cas au Chili, aux Pays-Bas, en Slovénie… et c’est tout…

Affaire Dieudonné et la décision du conseil d’État

vendredi 10 janvier 2014 à 16:51
Alors que la polémique autour de Dieudonné grandit, le gouvernement a voulu censurer un de ses spectacles à Nantes. Le tribunal de Nantes a rendu un verdict : le spectacle du 9 janvier (hier) ne sera pas annulé.

Valls a alors décidé de faire passer de force l’interdiction en demandant au conseil d’État (la plus haute juridiction administrative de la république). Le conseil d’État s’est alors couché devant le ministre et a finalement interdit le spectacle.
Le Conseil d’État a rendu sa décision en quelques heures (alors qu’on imagine qu’elle doit avoir bien d’autres sujets à traiter, non ?).

Ce que cela signifie, c’est que la justice se plie devant le gouvernement en place. Il n’y a donc plus de justice : t’es pas d’accord avec le gouvernement ? On va te réduire à silence. Point.
On est pas loin d’une situation où le ministre exerce un plein pouvoir sur le pays.


Et comme j’ai dit hier : censurer a priori, c’est mal : car dès qu’on censure pour un truc minuscule, ça ouvre la porte à des tas de censures bien plus graves (c’est pour ça que je suis pour la liberté absolue d’expression).

Si Dieudonné tient un discourt raciste dans un lieu public, c’est après qu’il faut déposer plainte contre lui et le faire rendre des comptes.
Si on censure avant, on passe de la liberté à la dictature, du principe de présomption d’innocence à la présomption de culpabilité (sur un crime qui n’a même pas encore été commis, qui plus est).

Ce n’est pas comme ça que ça doit se passer dans un État de droit.
La censure n’a pas sa place dans un État libre.

(Via Sammy Fisher Jr et via Libé)

Quelques clauses abusives utilisées contre les consommateurs

mercredi 8 janvier 2014 à 23:32
objection meme J’avais déjà fait un article pour montrer qu’un commerçant ne peut pas refuser des billets de 500€, et que toute affichette qui dirait le contraire en magasin est une clause abusive.
Voici quelques autres points qu’il peut être intéressant de savoir, en tant que consommateur.

Le propriétaire de votre appartement loué vous interdit de laisser loger une tierce personne chez vous

Ceci est une clause abusive : si vous payez votre loyer, vous pouvez héberger qui vous voulez autant que vous voulez, tant que vous ne générez aucun trouble.

Votre hôtel se déclare non responsable en cas de vol

Là aussi c’est du pipo : l’hôtel est responsable en cas de vol. L’hôtel est en réalité même responsable si le vol est commis depuis votre voiture stationnée sur leur parking (et les remboursements peuvent atteindre jusqu’à 100 fois le prix de la nuit, voire beaucoup plus si le personnel de l’établissement est directement en cause).

Le supermarché n’est pas responsable des sac volé que vous laissez à l’entrée

Certains supermarchés (ou tout autre magasin) vous demandent parfois de laisser vos sacs à l’entrée du magasin. S’ils vous le demandent, alors ils sont responsables en cas de perte, de vol, de dégradation…
Si vous acceptez (car aucune loi ne vous oblige à laisser votre sac comme ça à l’entrée), alors vous pouvez exiger un papier signé comme quoi le magasin est responsable. Si vous ne voulez pas laisser votre sac et qu’on vous refuse l’entrée, alors c’est assimilable à un refus de vente, voire de la discrimination basée sur le physique (vos accessoires, sacs à main).

Un transporteur vous refuse l’inspection du colis avant la signature

Quand on envoi un colis, le destinataire est en droit de vérifier l’état du colis avant la signature, pour s’assurer que le transporteur n’a pas détérioré la marchandise (même si la poste déclare le contraire, à priori, et selon la jurisprudence).
Le transporteur est responsable de l’état du colis durant la phase de transport. Si l’expéditeur envoie un colis endommagé dès le départ, c’est lui qui doit le refuser.
Si à l’arrivé votre colis est endommagé, vous avez le droit de le refuser.

Faire payer un verre d’eau du robinet dans un café

Le verre d’eau n’a pas besoin d’être gratuit.

Enfin, juste pour rire : sachez que vous avez le droit de goûter le vin (et l’huile) avant de l’acheter ou de ne pas l’acheter. Même dans un supermarché. Je conseille quand même, comme la source le dit, de vous munir des références légales, sous peine de vous voir essuyer un refus.

Se faire rembourser un produit

Comme pour le verre d’eau, aucun commerçant n’est tenu de vous rembourser si vous voulez rendre un article (en dehors d’un article que vous avez constaté comme étant défectueux ou abîmé une fois arrivé chez vous).
Les magasins qui vous remboursent le font uniquement pour garder leurs clients ou par geste commercial.

On m’a arrêté car je n’avais pas mes papiers sur moi

Là aussi, c’est abusif.
Aucune loi n’oblige le port de papiers d’identités sur soi. La seule chose obligatoire, c’est de pouvoir être en mesure de prouver son identité (qui passe en général par la présentation de papiers). Si vous n’avez pas vos papiers, un document administratif quelconque avec nom et photographie est légalement suffisant (carte d’électeur, carte de séjour… Même la carte d’étudiant ou d’employé).
Si vous n’avez rien mais que vous êtes accompagnés, alors la personne qui est avec vous peut présenter, lui, ses papiers et prouver votre identité.

Si vous n’avez rien, alors les forces de l’ordre (Police, Gendarmerie, Douanes) peuvent vous demander de les accompagner au poste pour faire des vérifications (mais ne peuvent pas vous garder plus de 4 heures sur place).

Le rootage des téléphones annule la garantie

C’est plus technique, et j’espère que ça mettra fin à toutes les rumeurs : le rootage d’un téléphone n’annule, en soi, pas le téléphone. Même chose pour l’installation d’un logiciel alternatif sur un ordinateur.
La Directive européenne 1999/44/CE déclare que les constructeurs doivent garantir le bon fonctionnement du matériel. Le rootage est une modification (non sans risques tout de même) du logiciel.
Le seul cas où un rootage peut entraîner une perte de la garantie, c’est si un hack dans le programme a pour effet de modifier le matériel (sur-cadençage du processeur ou augmentation des limites des enceintes par exemple). Mais dans ce cas là, c’est au SAV de fournir les preuves du lien entre le rootage et la panne (avec intervention d’un expert, et tout le reste).

Tout ceci reste vrai, quoi qu’en disent les constructeurs, bien-entendu.


Voir aussi :

Créer un Gif animé à partir d’une vidéo en ligne de commandes

mercredi 1 janvier 2014 à 23:23
Une astuce pour la nouvelle année — la sixième bientôt entamée pour ce site \o/.

Vous avez une vidéo et vous voulez faire un gif animé d’une scène, sous GNU/Linux ?

Il faut avoir installé avconv (le nouveau nom de ffmpeg) et des outils de manipulation d’images Imagemagick), puis il suffit de lancer ces commandes :

Prenez la séquence vidéo que vous voulez, avec après -ss le temps de début et après -t la durée de la séquence :
avconv -i "video.avi" -f avi -vcodec copy -acodec copy -ss 00:13:00 -t 00:00:5 "temp.avi"

On fait un dossier temporaire :
mkdir frames

On extrait les images de la vidéo, on mettant la largeur à 480 pixels et à raison de 10 images pour une seconde de film :
avconv -i temp.avi -vf scale=480:-1 -r 10 frames/ffout%03d.png

On convertit ces images en un seul gif animé :
convert -delay 5 -loop 0 frames/ffout*.png output.gif

Supprime les fichiers temporaires :
rm temp.avi
rmdir -r frames


Astuce : il est préférable de choisir une fenêtre de temps plus large pour la scène lors de la première commande, par exemple avec 10 secondes avant et 10 secondes après. Juste après la troisième commande, vous pouvez aller dans le dossier frames et voir grâce aux vignettes les images précises qu’il vous faut.

Notez que cette commande (plus complexe) donne des gif animés de bonne qualité, contrairement à certaines autres commandes du genre.

G, H, 3G, H+, E… À quoi correspondent les lettres sur les réseaux mobile ?

dimanche 22 décembre 2013 à 17:23
Sur mon téléphone, quand j’active la « data » (l’internet le web mobile), j’ai tout un tas d’icônes qui apparaissent au dessus de la connexion réseau. Je parle des H+, H, 3G, E là :

h h+ 3G icons
Peut-être est-ce innée chez certains, mais pas chez moi. J’ai donc fait quelques recherches sur leur signification.

Ces icônes représentent le type de réseau mobile auquel le téléphone est connecté :


Les codes ci-dessus sont listés dans l’ordre de vitesse de transfert croissants : la G est la moins rapide et la LTE la plus rapide. Après, le réseau peut être plus ou moins saturé, les vitesses de transferts varient donc très fortement (et on est toujours loin des débits annoncés par les opérateurs).