PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Putintin de copyreich !

samedi 19 avril 2014 à 15:04
Il y a quelque jours j’étais tombé dans le panneau du poisson d’avril de Gee sur sa (fausse) demande de censure d’un article mentionnant un personnage de Tintin par l’éditeur Moulinsart.

Maintenant, c’est un utilisateur de Twitter qui, pour illustrer un tweet poste une image d’une BD de Tintin. Moulinsart demande à Twitter de censurer le tweet pour ça et Twitter collabore sans broncher.

Qu’on m’explique une bonne fois en quoi copier UN SEUL CADRE d’un livre (équivalent à une citation d’un bouquin) porte atteinte à l’éditeur dudit livre ? Il est où le préjudice subit ? Et où est le droit de citation de l’internaute : n’importe qui a tout à fait le droit de citer n’importe quoi dans un but d’illustration.

OUI je peux citer un extrait littéraire !
OUI j’ai aussi le droit de citer un extrait d’une publication !
OUI cela vaut aussi pour le contenu audio-visuel : si je fais une vidéo, je peux mettre un (petit) bout d’un film dedans !
OUI je peux même mettre l’intégralité d’une vidéo quand ça concerne une représentation publique d’un événement !
… le tout sans même avoir à demander l’autorisation aux ayant-droits et aux auteurs.

Ce sont des exceptions au droit d’auteur prévues par le droit Français (article 122-5 du CPI).

Ce qu’il faut retenir ici, c’est surtout que Twitter (et tous les autres) se fichent de vos droits et que les ayants-droit le savent : ils peuvent demander à censurer tout ce qu’ils veulent sous n’importe quel prétexte et ça sera censuré.
On a vu des cas où des majors réussissent à faire censurer des œuvres Libres, comme récemment Sony qui fait censurer l’animation Sintel de la Blender Foundation, alors que Sony n’a aucun droit sur l’animation…

Néanmoins, tout n’est pas perdu : il suffit de ne pas utiliser les services comme Youtube ou Twitter pour diffuser du contenu, mais un site personnel.

Ça fait cinq ans que mon site existe, ça fait autant de temps que je ne prive pas pour y répliquer des citations, images, photos, captures d’écran et extraits de contenus en tout genre. Cependant, je le fais dans un cadre légitime (du moins il me semble) : je n’ai encore jamais reçu de demande de censure ou de lettre d’avocats. Il y a sûrement plusieurs raisons à ça, mais celle sur laquelle je compte rend les demandes de censures illégales si elles ne sont pas justifiées ; et je m’arrange toujours pour être dans ce cadre (prévu par la loi).
Mon site héberge même quelques films et de la musique. Sauf que leur accès est privé et protégé par un mot de passe qui n’est pas diffusé : leur accès est restreint et réservé à un usage personnel, ce qui est autorisé n’est pas interdit.

Oh, et juste à des fins d’illustration, voici une capture d’écran du tweet censuré :

capture d’écran du tweet censuré pour Moulinsart
Il est intolérable que les éditeurs fassent ce qu’ils veulent avec n’importe quoi. L’effet Streisand est une arme efficace, faire valoir ses droits et savoir ce qu’on a le droit ou non de faire en est une autre (c’est le but de cette page).


(via)

Le CSA veut que les sites soient de « bon censeurs »

samedi 12 avril 2014 à 14:02
Le CSA commence à sortir ses idées de vieux cons avec des morceau de censure dedans : ils veulent que les sites reçoivent un label « site de confiance ».

Les prérequis pour avoir ce label seraient bien-sûr une auto-censure disciplinée et le respect d’une charte, en échange de quoi le site labellisé ne sera pas bloqué dans les logiciels de contrôle parental (trop sympa, on en attendait pas tant). Ils veulent aussi que les logiciels de contrôle seront basés sur une liste blanche, et non plus une liste noire.

Ils veulent que le Web devienne comme la TV : que seul ce qui est approuvé par le gouvernement soit visible par le consommateur. C’est lamentable.

Mais ils pourront toujours aller se faire voir pour que je censure quoi que ce soit pour eux.

À quand l’heure où l’ouverture d’un nouveau site se fera contre la signature d’une charte imposant la censure au doigt et à l’œil et une allégeance inconditionnelle à la République et interdisant toute publication contraire au régime, comme en Chine en fait ? À quand aussi que la liste blanche soit imposée aux FAI ?

Finalement la bonne vieille blague du « Hadopi-explorer » risque de devenir une réalité :

capture d’écran des sites GNU.org, Wikipédia et lehollandaisvolant.net dans le Hadopi-Explorer

ÉDIT : Goshu me signale qu’en fait ce ne seraient que les sites de diffusion multimédia qui soient concernés. Mouais, l’expérience avec la Hadopi et tout ces trucs idiots me pousse à penser que ça ne sera peut-être effectivement que ces sites là au début, puis ça sera élargi à tous les sites (d’ailleurs, n’importe quel site qui diffuse une vidéo intégrée de Youtube pourrait entre temps être concerné par « site de partage audio-visuelle »)…

Pourquoi vider la Ram sous Android est une mauvaise idée

vendredi 4 avril 2014 à 22:29
On ne compte plus les applications censées « optimiser » ou « accélérer » Android en supprimant toutes les applications en cache.
Ces programmes sont inutiles et ont bien souvent l’effet inverse de ce qu’ils disent faire : ils ralentissent le fonctionnement du téléphone.

Qu’on soit clair : Android est assez grand pour gérer la mémoire vive tout seul, il n’a pas besoin de l’utilisateur pour ça. Si le téléphone a 2 Go de mémoire vive, c’est pour que ça soit rempli, pas vide.
Et c’est ce qui se passe : le système conserve un instantané de l’application dans la mémoire vive pour pouvoir l’ouvrir très rapidement lorsque l’utilisateur le souhaite.
Si vous supprimez cet instantané de la mémoire (en utilisant un programme de vidage de la mémoire), alors ça libèrera de la mémoire vive, mais ça prendra beaucoup plus de temps lorsque vous voudrez rouvrir l’application.

Exemple sur mon ordinateur (du GNU/Linux) : sur les 6144 Mo de mémoire vive de mon ordinateur, un $ free -m me dit qu’il reste 351 Mo de libre. Pourtant, 3495 Mo sont disponibles ! La différence des 3144 Mo correspond à des données restées en cache pour une éventuelle utilisation ultérieur. Ces données sont déjà en mémoire et n’auront pas a être rechargées depuis le disque dur. Conséquences : la rouverture d’un programme précédemment fermé est bien plus rapide !

Si j’ouvre une application lourde qui n’a jamais été ouverte, alors elle prendre de la place sur ces 3144 Mo comme elle l’aurait fait si la place était vide. C’est le job du système d’exploitation de gérer l’espace mémoire, pas celui de l’utilisateur.

Les problèmes viennent plutôt des programmes qui démarrent en tâche de fond et qui tournent en permanence : les applications des réseau sociaux par exemple, sont tous constamment connectées et à l’affut de la moindre mise à jour à notifier : c’est ça qui bouffe de la batterie.
Configurez plutôt vos applications pour qu’elles font moins de mises à jour, ne démarrent pas toutes avec le téléphone ou supprimez celles qui ne savent pas se tenir.

Soulagement pour la neutralité du net en Europe

jeudi 3 avril 2014 à 15:57
Ouf, aujourd’hui l’UE a adopté le rapport Pilar Del Castillo sur la neutralité du net.

La définition de la neutralité du net retenue est la suivante :

"neutralité du réseau", le principe selon lequel l'ensemble du trafic internet est traité de façon égale, sans discrimination, limitation ni interférence, indépendamment de l'expéditeur, du destinataire, du type, du contenu, de l'appareil, du service ou de l'application;

Cela signifie que :


Les requêtes faites doivent être faites de la même façon. Un opérateur n’a donc pas le droit de brider la vidéo, de favoriser certains internautes, de bloquer des pages en fonction de l’appareil.

C’est une très bonne nouvelle, surtout quand certains opérateurs brident Youtube (Orange, Free), brident le protocole P2P (tous), font payer Skype (Orange) ou les email (Bouygues, sur mobile) en supplément.

Reste maintenant à appliquer ça, et c’est pas gagné : car certains sites s’y mettent d’eux-mêmes : Youtube bloque des vidéos en fonction de l’appareil par exemple. On verra aussi comment les opérateurs réagiront : ils pourront très bien proposer une offre expressément bridée (dans le contrat avec l’abonné) sous une appellation autre que « Internet » pour pouvoir vendre un accès internet foireux. On verra.

Non à la censure du Geektionnerd

mardi 1 avril 2014 à 18:10
Mise à jour 2 avril : finalement c'était un blague. Très reussie et réaliste.


… et non à la dictature du Copyreich, commise par les descendants du créateur de Tintin.

Le Geektionnerd, blog-BD a reçu un courrier lui demandant de censurer certaines images, par exemple une illustration tout à fait originale reprenant le mot « Haddock ». Les images des bandes-dessinés de Hergé ne sont pas reprises en elles-mêmes.

Avec ça, c’est sûr que Gee (l’auteur du Geektionnerd) est maintenant un dangereux terroriste à cause de qui l’auteur de Tintin va mourir de faim (après être mort depuis plus de 30 ans déjà -_-).

Et effet Streisand oblige, voilà des copies des images incriminées, armes de cet odieux crime digne de Super Crapule :

Sabord :

image
image du geektionnerd


Alfred :

image du geektionnerd
image du geektionnerd
image du geektionnerd


Rascar Capac :

image du geektionnerd
image du geektionnerd


(ces images sont la création de Gee et sont sous Licence CC)

Quant à ceux qui se plaignent parce que le fric leur est sûrement monté à la tête : parler de droit d’auteurs quand l’auteur est mort, c’est juste une honte. Voilà.