PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Le hoax du jour : les panneaux solaires épuisent le Soleil

mercredi 28 mai 2014 à 21:18
un panneau solaire
Les sites satyriques (du style du Gorafi.fr) sont de plus en plus nombreux mais ce n’est pas sans quelques petits problèmes.

Si parfois un canular est déguisé en véritable information (je tombe moi-même parfois dans le panneau), ces sites racontent des blagues simplement pour l’humour. Encore faut-il le comprendre et quand on ne sait pas et que personne ne sait… Ben… ça fait mal.

Le site National Report avait partagé une blague selon laquelle l’usage des panneaux solaires épuisaient le Soleil, et qu’il ne resterait que quelques siècles au Soleil avant que celui-ci soit complètement épuisé, mettant alors fin à toute existence de vie sur Terre.

L’article a été partagé en masse sur les réseau sociaux…

Ce genre de phénomène arrive très souvent, mais il faut avouer que celui-ci est quand même vraiment très gros.
Après, certains disent que plus c’est gros, mieux ça passe… Mais bon y’a des limites quand même.


Pour le côté scientifique : bien-sûr que non, l’usage des panneaux solaires n’a aucune incidence sur l’épuisement du Soleil !
Tout comme le fait de retirer une casserole du gaz (en laissant le gaz brûler) n’aura aucune incidence sur la consommation de gaz : casserole ou pas, ça brûlera autant jusqu’à ce que vous coupiez l’arrivée de gaz.

En fait, l’énergie solaire qui arrive sous forme de lumière et rayonnement électromagnétique sur les panneaux solaires arrive dans tous les cas sur Terre : les panneaux ne sont que des capteurs qui attrapent cette énergie pour la transformer en électricité au lieu de la laisser filer sur le sol.

(Via Nagumo)

Sinon voilà deux autres sites satyriques, en plus du Gorafi cité plus haut :

image de Chandra Marsono

Les touches de clavier devenues inutiles avec le temps

lundi 26 mai 2014 à 20:09
Vous savez vous servir d’un ordinateur et donc d’un clavier. Mais savez-vous à quoi servent toutes les touches ? Par exemple la touche Syst ou Pause ? Je parie que non : en effet, ces touches ne sont plus jamais utilisés sur les ordinateurs actuels…
Je vous liste ici quelques-unes de ces touches et leur usage.


Touches de fonction : F1, F2, F3…


Ces touches sont rarement utilisées, mais quand on les utilise c’est souvent encore dans le sens originel : alors que les touches A ou Z affichent toujours une lettre à l’écran, les touches de fonction de F1 à F12 sont utilisées par les programmes pour effectuer des actions prédéterminées et propres à ce programme. Généralement la touche F1 correspond à l’interface d’aide, mais ce n’est pas systématique.

Par exemple, dans le logiciel Htop (sous Linux), l’action associée à chacune de ces touches est affichée en bas, tel un menu :
capture d’écran de htop en console
Sur un ordinateur portable, elles ne sont pas à confondre avec les touches bleues qui s’utilisent en combinaison avec la touche Fn qui signifie fonction aussi, mais qui sert à activer le son ou la lumière de l’écran : ce sont les touches de fonction matériel propre à l’ordinateur (quelque soit le système d’exploitation) et souvent reliés au Bios directement.

Les touches Pause et ArrêtDéf


Ces deux touches ne sont pratiquement jamais utilisées non plus. La touche ArrêtDef signifie « arrêt défilement » et active une Del du clavier (comme les touches de verrouillage numérique et majuscule).
La touche de pause est très ancienne et remonte à l’époque du télégraphe : il permettait au récepteur d’une communication de signaler à l’émetteur qu’il désirait une pause dans la transmission.

Quand les ordinateurs n’avaient pas encore d’interface graphique, les lignes défilaient à l’écran très rapidement. Les touches Pause et ArrêtDéf permettaient de stopper temporairement le défilement pour pouvoir lire ce qui est écrit : il était souvent impossible de remonter le texte pour lire ce qu’il y avait au dessous.
Appuyer de nouveau sur la touche permettait de reprendre le défilement du texte.

Aujourd’hui ces touches fonctionnent encore dans les terminaux GNU/Linux ou Unix (les TTY) et peut-être aussi dans Windows sans interface graphique. Certains jeux utilisent aussi la touchent Pause pour mettre le jeu en pause.

La touche Attn


Cette touche — dite « Attention » — est également très peu voire pas du tout utilisée. Sur certains systèmes d’exploitations presser ce bouton permettait de lancer la procédure de connexion.

Sous Windows il faut parfois faire la combinaison CtrlAltSuppr pour afficher l’écran de connexion et taper le nom d’utilisateur de le mot de passe. Cette combinaison a le même rôle que la touche d’attention.

La touche Syst


À l’instar des touches des pauses du défilement, la touche Syst date également des vieux ordinateurs : elle permettait de donner la main au système d’exploitation quand les ordinateurs n’étaient pas encore multitâches en envoyant directement une instruction au Bios (et non au pilote logiciel du clavier).

Cette touches n’est pratiquement plus utilisé aujourd’hui. Les systèmes Linux l’utilisent dans la combinaison de touches dite « magiques » pour envoyer des instructions directement au noyau Linux, par exemple pour redémarrer l’ordinateur d’urgence ou pour arrêter tous les accès disque.

La touche AltGr


Cette touche est le raccourcis de « alternate graphic » (il y a aussi une touche Alt « alternate »). Sur les vieux claviers, cette touche (comme la touche majuscule) permettait d’afficher un caractère différent de celui affiché sur la touche. C’est avec cette touche qu’on affiche le croisillon « # » sur la touche 3.

Il était à l’époque considéré que les caractères affichés à l’aide de cette touche était plus fantaisistes, plus « graphiques » que les caractères normaux comme les lettres ou la ponctuation.
Aujourd’hui, sous Windows et par défaut, il permet d’afficher les caractères en bas à droite des touches numériques au dessus des lettres, ainsi que le signe de l’euro « € ».
Sous GNU/Linux, il permet d’ajouter beaucoup plus de caractères, comme les points de suspensions « … » avec AltGrMaj; ou la ligature A-E « æ » avec AltGrA.


Outre les touches d’un clavier, il y a quelques autres éléments que les ordinateurs ou les systèmes d’exploitation actuels ont hérités des vieux systèmes.
Citons par exemple les économiseurs d’écrans (qui n’ont rien d’économique) : sur les écrans cathodiques l’image était affichée à l’aide d’un faisceau d’électrons qui excitaient une couche de poudre fluorescente. Si l’écran affichait toujours la même image, c’est toujours la même zone qui est bombardée par les électrons et ceci finissait par abîmer l’écran.
Il était donc préférable d’afficher une image bidon et qui changeait souvent en forme et en couleurs lorsque l’ordinateur n’était pas utilisé depuis un certain délai : l’économiseur d’écran sert à ça.
Parlons aussi des caractères de fin de ligne (que l’on ne voit jamais en fait, mais que les programmeurs utilisent parfois) : « \r » ou « \n ». Les deux datent de l’époque de la machine à écrire : le premier les l’abréviation de « carriage returns » dans le sens du retour chariot : le chariot (la partie qui tient le papier) de la machine à écrire se remettait au début de la ligne ; et le second vient de « newline » qui signifie « nouvelle ligne » : en plus du retour chariot, il fallait descendre sur une nouvelle ligne du papier. Logiquement donc, un retour à la ligne correspond donc à la séquence « \r\n », mais les systèmes d’exploitation informatique actuels ne s’accordent pas tous sur quel caractère utiliser pour coder un retour à la ligne : « \r\n » (Windows), « \r » (Mac-OS) ou « \n » (Unix).

[PHP] Faire plusieurs requêtes HTTP simultanées avec cURL

mardi 20 mai 2014 à 21:21
two elephants Toujours en développement de mon lecteur RSS en PHP, je me suis heurté au problème de la mise à jour des 154 flux auquel je suis abonné. Si le file_get_contents() fonctionne avec les URL, il ne peut les télécharger que les uns après les autres. Ainsi, même en ne mettant qu’un délai d’attente d’une seconde, la mise à jour prendrait au minimum 2 minutes 34 secondes. C’est bien trop long.

Une solution aurait pu être de faire 154 requêtes depuis les navigateur, pour ouvrir 154 instances de file_get_contents(), mais ça me semblait trop lourd.

La meilleure solution est à mon avis d’utiliser le module curl : lui, il peut faire 154 requêtes simultanées, et la durée de l’opération totale sera simplement la durée de la plus longue des requêtes et non la somme de toutes les requêtes. Avec cette méthode, je met à jour tous mes flux en moins d’une minute, toutes opérations incluses.

En pratique, pour récupérer le contenu de plusieurs URL, ça se présente comme suit.

On initialise une liste de sessions curl « $multihandler » : chacune correspondra à une instance de curl qui ira se connecter à une URL :
// init multi handler
$multihandler = curl_multi_init();
$handlers = $result = array();

On peuple la liste des sessions : chaque session est initialisée individuellement (avec une option CURLOPT_RETURNTRANSFER qui force curl à retourner le contenu plutôt que de l’afficher) puis on ajoute la session $handler[$i] à la liste des sessions $multihandler
// init each url
foreach ($urls as $i) {
	$handlers[$i] = curl_init($i);
	curl_setopt($handlers[$i], CURLOPT_RETURNTRANSFER, TRUE);
	curl_multi_add_handle($multihandler, $handlers[$i]);
}

Il n’y a plus qu’à établir toutes les connexions aux URL et télécharger les données.
Le $pendingConnex est une variable donnée par curl qui donne le nombre de connexions actives. Ce nombre diminuera progressivement jusqu’à zéro quand toutes les URL auront été téléchargées.

Les 10 ms d’attente sont là pour éviter que PHP ne fasse trop de tests, et permet de réduire la charge serveur (si on ne le met pas, la charge serveur explose — une méthode plus propre, mais dont le gain par rapport au sleep() n’est pas énorme est visible dans la doc).
10ms, pour un temps d’exécution de 10 seconde sur un processeur qui fait une boucle par nanoseconde (proc à 1 GHz) permet de réduire le nombre d’itérations par un facteur 10'000'000, ce qui est colossal : le serveur a dix millions de fois moins de puissance à allouer.

Dans mon lecteur RSS, je mets dans cette boucle do/while le code qui m’affiche à intervalle régulier le nombre de requêtes restantes.

// exec connexions + download
do {
	curl_multi_exec($multihandler, $pendingConnex);
	usleep(10000); // 10 ms
} while ($pendingConnex > 0);

À ce stade, les requêtes sont faites, les données récupérées en mémoire.
Il suffit de les parser et de les récupérer dans le tableau $result. Ce tableau contiendra les données en valeur et les URL en clés :

// parse responses
foreach ($urls as $i) {
	$result[] = curl_multi_getcontent($handers[$i]);
}

Le code ci-dessus devrait être suffisant.
Néanmoins, je conseille d’ajouter quelques options, avec curl_setopt() :

image de Jim Frost

Ceci n’est pas un drone

mardi 20 mai 2014 à 18:33
Depuis des mois, les médias et tout le monde en général utilise le terme « drone » pour un peu n’importe quoi, et surtout de façon totalement incohérente.

En général, ce qui est appelé drone, c’est quelque chose comme ça :

quadricopter
Cela n’est pourtant pas plus drone que ceci :

rc plane
Les deux sont des appareils radio-commandés, volant, destinés au grand public. Aucun des deux n’es muni de capteurs de vision nocturne, de cameras, de stabilisateurs, de détecteurs d’obstacles/de cibles ou de capteur GPS qui lui permettraient de prévoir de façon autonome une trajectoire et d’effectuer des opérations tout seul.

Ce ne sont donc pas des drones au sens propre.
Ce que vous voyez sur la première image, c’est un quadricoptère radio-commandé, et sur la seconde image un avion miniature radio-commandé.

Bien que l’ICAO désigne par le terme drone tout appareil volant inhabité, le terme désigne originellement un appareil autonome ou semi-autonome et à usage militaire.
La définition de l’ICAO inclurait t-il donc les avions, hélicoptères, quadricoptères, insectes radio-commandés miniatures, y compris ceux pour les enfants ? Ce n’est clairement pas le cas de la définition qu’en ont fait les médias et l’inconscience collective qui se sont mis à désigner par « drone » uniquement les multicoptères radiocommandés et les appareils volants inhabités militaires…

À défaut d’avoir une définition claire du drone il y a bien une réelle incohérence dans l’emploi du terme « drone » par tout le monde.

Au passage, l’utilisation des quadricoptères radio-commandés n’est pas interdite en France : du moment que l’appareil survole un espace à vous, qu’il n’y personne en dessous et qu’il n’y a pas de camera vous pouvez envoyer à 150 mètres de haut un bolide de 25 kilogrammes d’une puissance de 15kW (soit 20 CV, donc plus qu’une moto 125 cc) : personne ne pourra vous dire quoi que ce soit.
S’il y a une caméra, en revanche, vous ne pouvez pas dépasser 0,01 kW en puissance, 600 grammes de poids… et il vous faudra un diplôme et demander l’autorisation d’exploitation des clichés ou des films de toute personne figurant sur les vidéos (source)…

Copyreich : on peut toujours faire plus ridicule…

lundi 19 mai 2014 à 20:26
jesus everywhere swimming pool Un livre écrit par une personne qui se dit possédée par Jésus Christ tombe t-il sous le droit d’auteur de cette personne ou de Jésus ?

Telle est la question qui a secoué la Haute Cour régionale de Francfort qui considère que c’est la personne qui écrit physiquement le texte qui est l’auteur légal.

Concernant la paternité du texte on s’en fiche un peu, mais je trouve quand même délirant que certains se prennent la tête pour ce genre de trucs : la New Christian Endeavour Academy (en Allemagne) avaient en effet considéré que le texte était libre de droits car écrit par Jésus (et donc dans le domaine public) alors que la Foundation for Inner Peace (aux USA) qui est détentrice des droits du livre l’a attaqué en justice…

Bon.
Et si Jésus ressuscite il reprend ses droits d’auteurs ou pas, alors ?

Vous avez deux heures.

source image