PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Ceci n’est pas un drone

mardi 20 mai 2014 à 18:33
Depuis des mois, les médias et tout le monde en général utilise le terme « drone » pour un peu n’importe quoi, et surtout de façon totalement incohérente.

En général, ce qui est appelé drone, c’est quelque chose comme ça :

quadricopter
Cela n’est pourtant pas plus drone que ceci :

rc plane
Les deux sont des appareils radio-commandés, volant, destinés au grand public. Aucun des deux n’es muni de capteurs de vision nocturne, de cameras, de stabilisateurs, de détecteurs d’obstacles/de cibles ou de capteur GPS qui lui permettraient de prévoir de façon autonome une trajectoire et d’effectuer des opérations tout seul.

Ce ne sont donc pas des drones au sens propre.
Ce que vous voyez sur la première image, c’est un quadricoptère radio-commandé, et sur la seconde image un avion miniature radio-commandé.

Bien que l’ICAO désigne par le terme drone tout appareil volant inhabité, le terme désigne originellement un appareil autonome ou semi-autonome et à usage militaire.
La définition de l’ICAO inclurait t-il donc les avions, hélicoptères, quadricoptères, insectes radio-commandés miniatures, y compris ceux pour les enfants ? Ce n’est clairement pas le cas de la définition qu’en ont fait les médias et l’inconscience collective qui se sont mis à désigner par « drone » uniquement les multicoptères radiocommandés et les appareils volants inhabités militaires…

À défaut d’avoir une définition claire du drone il y a bien une réelle incohérence dans l’emploi du terme « drone » par tout le monde.

Au passage, l’utilisation des quadricoptères radio-commandés n’est pas interdite en France : du moment que l’appareil survole un espace à vous, qu’il n’y personne en dessous et qu’il n’y a pas de camera vous pouvez envoyer à 150 mètres de haut un bolide de 25 kilogrammes d’une puissance de 15kW (soit 20 CV, donc plus qu’une moto 125 cc) : personne ne pourra vous dire quoi que ce soit.
S’il y a une caméra, en revanche, vous ne pouvez pas dépasser 0,01 kW en puissance, 600 grammes de poids… et il vous faudra un diplôme et demander l’autorisation d’exploitation des clichés ou des films de toute personne figurant sur les vidéos (source)…

Copyreich : on peut toujours faire plus ridicule…

lundi 19 mai 2014 à 20:26
jesus everywhere swimming pool Un livre écrit par une personne qui se dit possédée par Jésus Christ tombe t-il sous le droit d’auteur de cette personne ou de Jésus ?

Telle est la question qui a secoué la Haute Cour régionale de Francfort qui considère que c’est la personne qui écrit physiquement le texte qui est l’auteur légal.

Concernant la paternité du texte on s’en fiche un peu, mais je trouve quand même délirant que certains se prennent la tête pour ce genre de trucs : la New Christian Endeavour Academy (en Allemagne) avaient en effet considéré que le texte était libre de droits car écrit par Jésus (et donc dans le domaine public) alors que la Foundation for Inner Peace (aux USA) qui est détentrice des droits du livre l’a attaqué en justice…

Bon.
Et si Jésus ressuscite il reprend ses droits d’auteurs ou pas, alors ?

Vous avez deux heures.

source image

Tout ce qu’il est possible de faire en jQuery et pas en vanilla JavaScript

vendredi 16 mai 2014 à 15:42

Blocage de TPB en France ?

mercredi 14 mai 2014 à 19:47
L’Australie s’était mise à bloquer des sites et a fait marche arrière car c’était trop cher.
Les Pays-Bas avaient bloqué The Pirate Bay mais l’ont débloqué car c’était inutile.

En France, on doit faire des économies mais ils seront quand même prêt à balancer des millions dans un blocage qui ne servira à rien, juste pour que le gouvernement fasse plaisir à môsieur CD en plastique.

Ils sont désespérant, à la fin.

Hé oh, réveillez-vous : on en est en 2014 : votre blocage, tout comme votre Hadopi ne servent à rien du tout, il faut maintenant évoluer !

La blague du permis Internet

samedi 10 mai 2014 à 11:35
facepalm head in hands Ça y est, sur l’initiative de la compagnie d’assurances Axa, le gouvernement proposera un « permis Internet » aux élèves de CM2.

Selon les premiers constats, ce permis serait basé sur la peur : l’internet est dangereux, bardé de pédo-nazis-terroristes-voleurs et il faut surtout ne rien y dire si on veut rester sain d’esprit.

Étrangement, tout ceci est très vendeur pour les offres « protection Internet » du même vendeur d’assurances…

Pfff…

Internet n’est pas dangereux.
Pas plus qu’un couteau entre de bonnes mains. C’est quand on s’en sert n’importe comment que des risques peuvent apparaître. Les réseaux sociaux, forums, blogs, la webcam ne sont pas plus dangereux non plus : il suffit de les utiliser correctement et ne pas partager n’importe quoi avec n’importe qui.

Internet n’est pas plus un repère de pédo-nazis que la rue.
L’avantage des réseaux sur Internet, c’est qu’on peut bloquer (et signaler) les gens qui nous font chier : apprenez à bloquer quelqu’un sur Skype, Facebook, Twitter. Mais c’est pas parce qu’une seule personne dans une liste de 300 amis vous importune qu’il faille se replier sur soi.

Ça commence à bien faire là avec leurs campagnes de FUD sur tout : Internet c’est mal, les réseaux sociaux c’est mal, acheter en ligne c’est dangereux…
Ah… par contre ils se tiennent bien de dire pourquoi il y a des dangers, où ils sont réellement et surtout : comment les éviter. Ça ça serait de la vrai pédagogie : expliquer pourquoi et comment.

Parce que là, leur propagande par la peur dans un contexte politique déjà très anti-Internet, ça me rappelle une définition bien précise : celle du terrorisme : « Le terrorisme est l'emploi de la terreur à des fins politiques. ».

Il serait pas mal aussi d’apprendre aux gens les côtés techniques de l’informatique : installer des mises à jour de sécurité, utiliser un antivirus, détecter un site contrefait (merci WOT) et accessoirement à se protéger des gouvernements trop curieux avec Tor, GPG ou des VPN.

Bref, ce permis Internet me semble encore une bonne bouse pondu par et pour des intérêts privés et qui arrange pas mal un gouvernement de vieux technophobes.

image de Proimos