PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Installer son propre serveur DNS sous Ubuntu

mardi 7 juillet 2015 à 23:58
Ce tuto est valable pour Ubuntu et ses dérivés. Il fonctionne sans soucis sur Linux Mint 17.

Le serveur DNS, c’est ce qui permet de relier le nom d’un site (lehollandaisvolant.net) à un serveur ailleurs sur le net (5.39.16.10 pour ce site).

En général, vous utilisez les DNS de votre opérateur, mais ceux-ci vont devenir malsain au fur et à mesure que les gouvernements vont leur demande de bloquer des sites dérangeant.
Vous pouvez utiliser les serveurs DNS alternatifs, comme ceux de Google ou d’OpenDNS, mais ces serveurs DNS subiront le même problème que ceux des opérateurs, en plus de constituer un problème manifeste pour la vie privée.

Sachez qu’il est possible d’installer un serveur DNS directement sur votre ordinateur : quand vous voudrez vous connecter à un site, votre ordinateur contactera lui-même les serveurs DNS racine, sans passer par un serveur DNS intermédiaire.
Dans mon cas, la navigation est également devenu sensiblement plus rapide.


Sous Ubuntu et ses dérivés, il y a un paquet à installer. Ouvrez un terminal et copiez ceci :

sudo apt-get install unbound

Exécutez la commande par la touche Entrée, tapez votre mot de passe et validez de nouveau par la touché Entrée. Le paquet va alors s’installer.

Ensuite, changez les DNS dans le gestionnaire de réseau. Faites un clic droit sur l’icône réseau, puis « modification des connexions ». Sélectionnez sur votre connexion réseau puis cliquez sur « Modifier ».

Allez dans l’onglet IPv4, mettez « Adresses automatique seulement (DHCP) » et changez le serveur DNS pour 127.0.0.1 et enfin enregistrez :

changer ses DNS dans Mate
Quand c’est fini, copiez et exécutez successivement ces commandes  :

sudo sed -i 's/dns=dnsmasq/#dns=dnsmasq/g' /etc/NetworkManager/NetworkManager.conf
sudo service network-manager restart
sudo service unbound stop
sudo /etc/init.d/dns-clean restart
sudo unbound -c /etc/unbound/unbound.conf
sudo unbound-anchor -a "/var/lib/unbound/root.key"
sudo service unbound start

Voilà, vous pouvez surfer normalement et vous utilisez maintenant un serveur DNS directement sur votre ordinateur.

Vous pouvez vérifier par la commande suivante :

nm-tool | grep DNS

Qui devrait retourner ça :
DNS:             127.0.0.1

La présence du « 127.0.0.1 » indique que c’est bien votre ordinateur qui constitue le serveur DNS.

Les 6 commandes consécutives ci-dessus ont pour fonction respective :

Si vous vous amusez à refaire un :
sudo service unbound stop
Vous ne pourrez plus accéder à mon site via son nom (lehollandaisvolant.net) mais ça marchera encore via l’IP (5.39.16.10).

N’oubliez pas de réactiver unbound avec ça :
sudo service unbound start

Ça prouvera que vous utilisez bien le serveur DNS sur votre ordinateur et non celui de votre routeur ou d’un autre programme.

N’oubliez pas de faire en sorte que votre ordinateur ne serve de serveur DNS qu’à vous et pas au reste du réseau (y compris le net) si c’est ce que vous voulez :

Ouvrez le fichier de configuration :
gksudo gedit /etc/unbound/unbound.conf

Et ajoutez ceci à la fin pour limiter le service qu’à votre ordinateur :

access-control: 0.0.0.0/0 refuse
access-control: ::0 refuse
access-control: 127.0.0.0/8 allow
access-control: ::1 allow

Puis relancez unbound :
sudo service unbound restart


Liens :

Câble HDMI en or VS câble HDMI à 2€

mardi 30 juin 2015 à 13:26
(Cet article est basé sur ma propre expérience. Je ne suis pas un professionnel du cinéma, je ne suis pas un ingénieur du son et je n’ai pas l’oreille absolu, que je sache).

J’en avais vite fait parlé dans mes liens, mais jamais ici. C’est donc une occasion de faire le point sur les câbles HDMI premier prix.

TL;DR : ils fonctionnent très bien et c’est tout à fait normal.

Ça fait maintenant presque un an que je regarde films et vidéos sur un vidéoprojecteur full-HD branché en HDMI à mon ordinateur.

Le câble HDMI mesure 5 mètres, après il y a un raccordeur femelle-femelle puis un autre câble, de 1,50 mètres.
Une partie du câble HDMI passe juste à côté du câble ADSL (sur environ 1 m) et une autre partie suit le câble réseau qui relie mon routeur à mon ordinateur.

Autrement dit, s’il y a des interférences, je pense que je devrais être en mesure de les voir. Tous mes câbles sont premiers prix, achetés en ligne et pour pas plus de 1€ le mètre. Ils ne sont ni blindés, ni plaqués or.

Le résultat : je n’ai aucun problème à signaler sur l’image ni sur le son : pas de grésillement, pas de bandes de couleurs, pas de problèmes de couleurs ternes. Tout va pour le mieux.

Conclusion : les câbles à 2€ ça marche très bien. Je n’ai pas testé les câbles à 100€, blindé, plaqué or avec fixations en titane ou résistant aux aliens, mais vu comme est mon image actuellement, je ne vois pas pourquoi j’investirais dans ça : un câble est un câble.


Comment c’est possible ?


Déjà, il faut savoir deux/trois choses sur ce qui se passe dans un câble HDMI.

Le câble transporte des signaux électriques d’un endroit à un autre. Dans le cas du HDMI, le signal est numérique : ça veut dire que le message est en binaire avec des 0 et des 1, contrairement au signal analogique où le message peut prendre toutes les valeurs possibles entre 0 et 1.

numérique & analogique (source image)


Si on veut transmettre un nombre entre 0 et 1, comme par exemple « 0,5 », on utilise un code en binaire, composé de 0 et de 1. C’est comme cela que l’on peut afficher du gris dans un monde binaire ou tout est soit tout noir soit tout blanc. Le problème n’est pas vraiment ici, il est plutôt dans la déformation du signal électrique.

Disons que le signal envoyé dans le câble est 0101. Le signal émis est donc :

numérique
Le signal passe maintenant dans le câble et va (dans le pire des cas) subir des interférences : de petites fluctuations dans le bruit électromagnétique ambiant qui va altérer notre signal. On a donc quelque chose comme ça à l’autre bout du fil :

numérique déformé
Zut alors : le signal est déformé !

Maintenant, voyez le signal : sachant qu’il est en binaire, est-il possible de savoir quand même quel était le signal de départ ?

Oui : on voit clairement que le signal de départ devait être 0101, car il suffit de faire une moyenne : les valeurs ne sont jamais très éloignés de 0 ou de 1.

Sans le savoir, on vient ici de corriger un signal numérique qui a subit des distorsions. Et pour tout vous dire, le vidéo-projecteur, il fait exactement pareil.

Pour l’appareil qui reçoit le signal, si le « 1 » est devenu un « 0,9 », alors il verra quand même un « 1 ». Ce n’est donc pas un problème si on subit de petites interférences : celles-ci sont totalement invisibles ; dans le cas du numérique, elles n’ont vraiment aucun effet sur l’image projeté.

Oui mais… Si un 0 est très déformé et devient un 1 ?

Dans le cas du HDMI, il n’y a pas de code de correction d’erreurs qui pourrait réparer même ce genre d’inversion. Si un bit est effectivement inversé, l’erreur sera visible à l’écran. Mais là encore il faut relativiser : un bit inversé, c’est juste un pixel dans une image qui change de couleur : vous sauriez différencier la couleur d’un pixel qui passe d’un jaune citron à un jaune safran, affichée durant 1/24e de seconde sur une image de 2 million de pixels à 4 mètres de distance ?
En fait, il y a de grandes chances que non : à 4 mètres, sur une image de 2 mètres de longueur comportant 1920 pixels en largeur, chaque pixel est vu sous un angle apparent de 0.89 minutes d’arc, ce qui est plus petit que la limite de résolution d’un œil humain qui a 20/20 d’acuité visuelle.


Sans compter que pour inverser un bit sur un signal numérique dans un câble, il faut un peu plus que du bruit électromagnétique ambiant : donc à moins que votre installation avec des câbles HDMI se trouve dans l’espace, à côté d’un four à micro-ondes, à côté d’un transformateur électrique ou emmêlé avec 50 autres câbles, vous ne verriez aucune différence et le plaquage or ou le blindage ne servent à rien du tout.


Le blindage est important sur les câbles des casques audio sur une prise Jack car le signal est analogique : ici, la moindre déformation dans le signal se traduit toujours par une déformation du son. Même chose pour les prises « peritel ».


Liens


Cazeneuve voit « tous les jours des drames à cause d'internet »

lundi 15 juin 2015 à 19:20
J’en vois tous les jours moi aussi.

Oui, j’entends tous les jours que des gens sont morts à cause de voitures qui roulent trop vite à cause de l’alcool ; des gens qui décèdent des causes du tabac ; des gens qui meurent à cause des pesticides ; des gens tués au travail à cause d’un manque de sécurité ; des gens tués par des armes à feu qu’ils pensaient déchargés ; des gens morts par un manque de soin médical trop onéreux ; des gens qui meurent dans la rue de la faim ou du froid ; des gens tués pour leur croyances ou leur origine ; des gens tabassés à mort par les flics ; des gens qui se suicident parce ce monde les dégoûte ou parce qu’ils sont persécutés pour leur orientation sexuelle ; des gens qui meurent parce qu’ils sont un peu cons et que l’Éducation Nationale n’a pas réussit à sensibiliser au danger ; des gens qui se noient parce que le maître nageur était distrait par une fille de 9 ans en maillot de bain ; des gens qui font des arrêts cardiaques à cause de bouffer n’importe quoi ; des gens tués dans des avalanches ou dans accidents de parapente ; des gens tués parce qu’un train déraille ou d’un avion s’écrase ; des gens qui s’électrocutent parce qu’EDF ne fait pas son boulot parce qu’investir dans la sécurité c’est pas leur priorité ; des bébés qui meurent étouffés parce qu’ils se mettent un sac plastique qui traînait sur la tête ; des gens qui s’empoisonnent avec des champignons qu’ils viennent de ramasser ; des gens qui crèvent à cause d’un virus qu’on pensait éradiqué parce qu’ils sont trop cons pour se faire vacciner ; des gens qui sont tués parce qu’un animal les a agressés après lui avoir jeté des cailloux dessus ; des gens qui meurent foudroyés par l’orage ou assommé par un arbre ; des gens qui meurent de déshydratation à cause de la chaleur alors qu’il suffit de boit ; des gens qui s’étouffent parce qu’ils ne comprennent pas que mélanger de l’eau de javel et de l’acide ça ne fait pas bon ménage ; des gens qui se tuent en moto parce le chauffard ne l’avait pas vu ; des gens qui meurent parce qu’une bouteille de gaz a explosé ; des gens qui décèdent parce que personne autour d’eux n’a été formé pour faire un massage cardiaque…


Heureusement Cazeneuve est là pour censurer Internet.

Oui, c’est sûr, ça va sûrement aider à sauver tout plein de gens. Et peut-être même les ressusciter, mais pour ça il faudra un vote.


(source)

Facebook se met aux Gifs

lundi 1 juin 2015 à 06:30
Putain, ça c’est de la news !

Oh, quelle révolution !

Vous savez quoi ? Le Gif animé a 20 ans, le HTML en a 25 et ça fait autant de temps qu’il est possible pour n’importe qui de faire du HTML avec un Gif dedans, car c’est franchement pas un exploit de savoir utiliser un gif animé dans une page web.

Je suis bien content qu’il n’a pas fallu attendre qu’une entreprise de la Silicon Valley découvre une ligne de code pour pouvoir utiliser une technologie aussi banale.


Voilà quelques gifs de chats :

gif chat toast
gif chat abeille
gif grumpy cat

Le droit d’auteur (ou copyreich) pour les nuls

vendredi 29 mai 2015 à 12:45
Le droit d’auteur sert à protéger les auteurs d’œuvres artistiques. Enfin… ça c’est ce qu’on dit.

En pratique, il y a deux cas :

1) Vous êtes riche, connu, vous exposez.

Dans ce cas aucun problème : vous pouvez prendre des œuvres sur internet, les imprimer en grand et les exposer dans un musée.
On ne vous dira rien et vous vous ferez des couilles en or.

Ceci marche aussi si vous êtes une chaîne de télévision qui a envie de prendre des reportages amateurs et s’en proclamer auteur.

Exemple : Un artiste vend plusieurs milliers de dollars des photos subtilisées sur Instagram


2) Vous n’êtes pas riches, pas connu et vous êtes un consommateur de produits culturels.

Ici, attention : si vous entrez dans un musée avec un calepin pour faire un croquis de l’architecture du musée (pas des œuvres), alors là on appelle la police, on vous jette à terre, on vous menotte et on vous envoie au poste de police.

Exemple : Dessiner à Mons, ça fait BAM*!


Voilà comment ça marche, maintenant vous saurez la prochaine fois que vous allez dans un musée.