PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

À propos du « business trouble » sur Youtube, selon LeMonde

lundi 9 novembre 2015 à 18:40
En référence à cet article du journal lemonde : Cyprien, Norman, EnjoyPhoenix : le business trouble des youtubeurs.

Ça me fait rire quand ce sont les sites de presse qui parlent de ça.

Eux qui sont payés par les subventions et les fonds publics (18,7 M€ pour LeMonde ; 5 000 M€ tous les journaux confondus en 2013) ;
Eux qui ont des pages web pleines de pub.
Eux qui ont des tonnes de trackers (47 pour lemonde.fr et la page actuelle) qui rapportent des sous ou des services en vendant notre historique de navigation au plus offrant.

Ça me fait rire, effectivement.

Non, il y a pas de mal à gagner de l’argent.
Les journaux doivent simplement apprendre à vivre avec le fait qu’ils ne sont plus les seuls à partager de l’information (peu importe sa forme), ni à le faire de façon rémunérée.

Quand les journaux parlent « d’hystérie », de « business trouble », « d’enquête » ou de « liaisons dangereuses » , ça n’est pas dans un sens flatteur.
Je pourrais faire la même chose, en disant que la publicité et les trackers c’est violer la vie privée des visiteurs. Je le dis d’ailleurs.

La loi c’est la loi et il y a sûrement des choses à dire sur les Youtubeurs, c’est vrai, mais quand votre page web affiche une cinquantaine de scripts pour pister les internautes, on devrait être autorisé à ne pas parler de « déontologie ».

Le fisc contre Mediapart

jeudi 5 novembre 2015 à 16:14
Mediapart est un journal (exclusivement) en ligne qui propose un système d’abonnement payant. Comme tous les journaux, la TVA sur les abonnements devrait être la TVA réduite de 2,1%.

L’État ne le voit pas de cette façon : pour eux, c’est une TVA de 20%.
Résultat : après deux ans de combat, ils doivent payer 4,1 millions d’euros.

En prime, l’amende a été majorée de 40% car l’État les considère comme fraudeurs.

Pourquoi ils leur font ça ?
Pour ceux qui ne connaissant pas Mediapart, c’est un journal qui a pour habitude de jeter des pavés dans la marre politique. Ah.

Source, plus d’infos sur cette injustice & page de don : Le mauvais coup du fisc contre Mediapart — Mediapart

Sélection de quelques films sur l’histoire de l’informatique

lundi 2 novembre 2015 à 19:06
J’aime beaucoup les films retraçant les débuts de l’informatique, ou juste la montée en puissance de l’Internet ou des boîtes comme Microsoft de l’époque où ils étaient des « gus dans un garage » jusqu’au moment où leur fondateurs sont les hommes les plus fortunés du monde.

En voici une sélection, contenant des films basés sur des faits réels et des documentaires :



En voici deux autres, bien plus récents. Je les note ici, mais je les ai beaucoup moins appréciés car ce sont plus des films que des documentaires.
Même Jobs, qui est beaucoup moins bien que Pirates de la Silicon Valley :


ÉDIT : ce qui suit est la liste des docu et films proposés dans les commentaires (je ne les ai pas tous vu) :

Une énigme

samedi 31 octobre 2015 à 00:00
1).
12332
34532


2).
2²1¹
1¹4¹3⁴

4¹2¹3³

L’application Le Mot Du Jour

samedi 24 octobre 2015 à 20:23
un dictionnaire Nonobstant l’irréfragable vocabulaire dont vous disposez, voici une suggestion pour améliorer vos connaissances.

Je dois être un hâbleur cinoque (bien que n’ayant point d’accessoire infundibuliforme sur la tête) tombé dans la garrulité pour déblatérer avec une pétulance volubile tous ces mots, prenant le rôle d’un laudateur, mais je souhaite que ce phébus — loin d’être une pasquinade allusive — soit un satisfecit pour cette application oblative, grâce à laquelle plus rien ne sera plus sibyllin et avec laquelle vous pourrez enfin vous rasséréner.
Qu’elle vous invite même à une libation roborative du savoir, au moyen de cette cascatelle du trésor de vocabulaire.

Vous pourrez alors enfin exhiber votre fatuité que même le cénacle et la nitescence des littéraires les plus outrecuidants pourront vous envier, passant alors du statut d’aliboron à jovien en matière de mots.

Il n’est qu’un simple truisme que cette application à la saveur immarcescible vous emporte dans le céans de la langue Française. Qu’elle sache être un affiquet surérogatoire sur votre téléphone.



image de Greeblie