PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Si, écrire en français avec un clavier AZERTY est possible !

mercredi 20 janvier 2016 à 16:14

Il y a pas mal d’effervescence depuis quelques jours concernant le gouvernement qui souhaite avoir un véritable Clavier-Français® made in Taïwan. Comprendre ici qu’ils veulent un clavier qui puisse accentuer les majuscules, taper les guillemets français, les points de suspension et bien d’autres caractères spécifiques à la langue française..
On peut même lire qu’il serait presque impossible de faire tout ça avec un clavier AZERTY normal.

Euh, 'scusez ? Vous permettez ? J’ai un clavier AZERTY et je sais taper tout ça sans problème.

Ce n’est pas un problème de clavier mais de pilote et de logiciel.

La disposition Fr-OSS (ou « français alternatif », « français variante » dans les systèmes d’exploitations…) n’est sûrement pas parfaite non plus, mais elle permet au moins de taper tous les diacritiques minuscules et majuscules, les ligatures, les tirets et l’apostrophe typographiques, les vrais points de suspension, les espaces insécables, les guillemets français "«»", anglais « ” », américains « " » et allemands („), les signes mathématiques (÷×⋅±≠) et plein d’autre choses :

disposition français alternative

C’est un coup à prendre pour les utiliser de façon automatique, mais ça existe, c’est possible et pas besoin d’avoir un clavier à 2000 € : n’importe quel clavier fonctionne, il suffit du bon logiciel.
C’est natif sous Linux, mais il y a des logiciels pour le faire sous Windows (voir là et c’est possible sous OS-X également. Sous Android et iOS c’est là depuis longtemps aussi.

Parce que je les vois déjà venir moi : demain il y aura des claviers approuvés par le ministère (avec mouchard intégré) en tête de gondole dans les rayons de tous les supermarchés au double du prix.
(Mais bon, s’ils avaient préféré Linux (où ces claviers sont actifs par défaut) dans les écoles plutôt que se vendre à Microsoft, peut-être que quelqu’un se serait rendu compte accidentellement qu’on pouvait accentuer les majuscules simplement en appuyant sur une touche)…

Ah et oui : je ne parle même pas du BÉPO, qui est une alternative au AZERTY, destinée à faciliter la frappe, à la rendre plus ergonomique et plus rapide. C’est spécialement conçu pour le français et langue française (la disposition AZERTY était prévue pour éviter que les machines à écrire mécaniques ne s’enrayent, sans tenir compte de la fatigue de nos poignets).

Si, écrire en français avec un clavier AZERTY est possible !

mercredi 20 janvier 2016 à 16:14

Il y a pas mal d’effervescence depuis quelques jours concernant le gouvernement qui souhaite avoir un véritable Clavier-Français® made in Taïwan. Comprendre ici qu’ils veulent un clavier qui puisse accentuer les majuscules, taper les guillemets français, les points de suspension et bien d’autres caractères spécifiques à la langue française..
On peut même lire qu’il serait presque impossible de faire tout ça avec un clavier AZERTY normal.

Euh, 'scusez ? Vous permettez ? J’ai un clavier AZERTY et je sais taper tout ça sans problème.

Ce n’est pas un problème de clavier mais de pilote et de logiciel.

La disposition Fr-OSS (ou « français alternatif », « français variante » dans les systèmes d’exploitations…) n’est sûrement pas parfaite non plus, mais elle permet au moins de taper tous les diacritiques minuscules et majuscules, les ligatures, les tirets et l’apostrophe typographiques, les vrais points de suspension, les espaces insécables, les guillemets français "«»", anglais « ” », américains « " » et allemands („), les signes mathématiques (÷×⋅±≠) et plein d’autre choses :

disposition français alternative

C’est un coup à prendre pour les utiliser de façon automatique, mais ça existe, c’est possible et pas besoin d’avoir un clavier à 2000 € : n’importe quel clavier fonctionne, il suffit du bon logiciel.
C’est natif sous Linux, mais il y a des logiciels pour le faire sous Windows (voir là et c’est possible sous OS-X également. Sous Android et iOS c’est là depuis longtemps aussi.

Parce que je les vois déjà venir moi : demain il y aura des claviers approuvés par le ministère (avec mouchard intégré) en tête de gondole dans les rayons de tous les supermarchés au double du prix.
(Mais bon, s’ils avaient préféré Linux (où ces claviers sont actifs par défaut) dans les écoles plutôt que se vendre à Microsoft, peut-être que quelqu’un se serait rendu compte accidentellement qu’on pouvait accentuer les majuscules simplement en appuyant sur une touche)…

Ah et oui : je ne parle même pas du BÉPO, qui est une alternative au AZERTY, destinée à faciliter la frappe, à la rendre plus ergonomique et plus rapide. C’est spécialement conçu pour le français et langue française (la disposition AZERTY était prévue pour éviter que les machines à écrire mécaniques ne s’enrayent, sans tenir compte de la fatigue de nos poignets).

Captvty attaqué par RTS

lundi 18 janvier 2016 à 16:01

Après avoir essuyé des plaintes de TF1 puis de Canal+, Captvty est maintenant attaqué par la RTS (Radio Télévision Suisse).

Je vous laisse lire le PDF, avec le courrier de la RTS à Captvty et la réponse de Captvty : rts-captvty.pdf.

Comme d’habitude, toujours les mêmes affirmations des chaînes de TV :

Et blablabla : tout ça c’est c’est totalement faux.

Captvty n’est qu’un agrégateur de flux de streaming qui sont proposés par les chaînes TV elles-mêmes. Ils donne l’adresse du flux à l’utilisateur, mais le fichier vidéo de l’émission de TV n’est jamais passé par le site de Captvty : il reste sur le site de la chaîne de TV. En outre, les flux vidéos étant distribués en clair par les chaînes de TV, Captvty ne pirate rien du tout et ne fait aucun cassage de DRM ou quoi que ce soit de ce type.

Aussi, comme les autres fois, les chaînes de TV ont également contacté l’hébergeur du site de Captvty, OVH en l’occurrence, en espérant sans doute que ce dernier bloque le site de Captvty sans broncher (comme si ça allait empêcher quoi que ce soit : le logiciel est hébergé sur des centaines de sites…). Heureusement OVH sait plutôt bien résister (il semble l’avoir fait jusqu’à maintenant — ce qui est une bonne chose à savoir aussi) et ceci évidemment car Captvty n’enfreint aucune loi et que les attaques qu’ils essuient si régulièrement sont infondées (déclarations fausses de la part des chaînes de TV).

Car d’un point de vu légal (en France, du moins), ni les chaînes de TV ni les ayants-droit, ni les auteurs des œuvres impliquées ne peuvent vous empêcher de récupérer une vidéo diffusée librement à la TV, que ce soit en téléchargement direct ou en streaming. Ils ne peuvent même pas utiliser de DRM sur ces flux :

Les éditeurs et les distributeurs de services de télévision ne peuvent recourir à des mesures techniques qui auraient pour effet de priver le public du bénéfice de l'exception pour copie privée, y compris sur un support et dans un format numérique

(Art. L.331-9 du CPI)

Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire :
1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ;
2° Les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l’exception des copies des oeuvres d’art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l’oeuvre originale a été créée et des copies d’un logiciel autres que la copie de sauvegarde établie dans les conditions prévues au II de l’article L.122-6-1 ainsi que des copies ou reproductions d’une base de données électronique [...].

(Art. L.122-5 du CPI)

Dois-je ajouter que contacter un hébergeur en vu de faire retirer un contenu sans raisons légitimes (en gros : censure abusive) est illégal (Article 6-I-4° de la loi LCEN n°2004-575) ?

Captvty attaqué par RTS

lundi 18 janvier 2016 à 16:01

Après avoir essuyé des plaintes de TF1 puis de Canal+, Captvty est maintenant attaqué par la RTS (Radio Télévision Suisse).

Je vous laisse lire le PDF, avec le courrier de la RTS à Captvty et la réponse de Captvty : rts-captvty.pdf.

Comme d’habitude, toujours les mêmes affirmations des chaînes de TV :

Et blablabla : tout ça c’est c’est totalement faux.

Captvty n’est qu’un agrégateur de flux de streaming qui sont proposés par les chaînes TV elles-mêmes. Ils donne l’adresse du flux à l’utilisateur, mais le fichier vidéo de l’émission de TV n’est jamais passé par le site de Captvty : il reste sur le site de la chaîne de TV. En outre, les flux vidéos étant distribués en clair par les chaînes de TV, Captvty ne pirate rien du tout et ne fait aucun cassage de DRM ou quoi que ce soit de ce type.

Aussi, comme les autres fois, les chaînes de TV ont également contacté l’hébergeur du site de Captvty, OVH en l’occurrence, en espérant sans doute que ce dernier bloque le site de Captvty sans broncher (comme si ça allait empêcher quoi que ce soit : le logiciel est hébergé sur des centaines de sites…). Heureusement OVH sait plutôt bien résister (il semble l’avoir fait jusqu’à maintenant — ce qui est une bonne chose à savoir aussi) et ceci évidemment car Captvty n’enfreint aucune loi et que les attaques qu’ils essuient si régulièrement sont infondées (déclarations fausses de la part des chaînes de TV).

Car d’un point de vu légal (en France, du moins), ni les chaînes de TV ni les ayants-droit, ni les auteurs des œuvres impliquées ne peuvent vous empêcher de récupérer une vidéo diffusée librement à la TV, que ce soit en téléchargement direct ou en streaming. Ils ne peuvent même pas utiliser de DRM sur ces flux :

Les éditeurs et les distributeurs de services de télévision ne peuvent recourir à des mesures techniques qui auraient pour effet de priver le public du bénéfice de l'exception pour copie privée, y compris sur un support et dans un format numérique

(Art. L.331-9 du CPI)

Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire :
1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ;
2° Les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l’exception des copies des oeuvres d’art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l’oeuvre originale a été créée et des copies d’un logiciel autres que la copie de sauvegarde établie dans les conditions prévues au II de l’article L.122-6-1 ainsi que des copies ou reproductions d’une base de données électronique [...].

(Art. L.122-5 du CPI)

Dois-je ajouter que contacter un hébergeur en vu de faire retirer un contenu sans raisons légitimes (en gros : censure abusive) est illégal (Article 6-I-4° de la loi LCEN n°2004-575) ?

Windows 7/8 : bloquer les mises à niveau vers Windows 10

samedi 16 janvier 2016 à 13:29

Microsoft nous emmerde encore pour forcer le passer vers Windows 10. Ça fait des mois que ça dure mais ils ne semblent pas s’en lasser.

Avant de bloquer totalement les mises à jours pour éviter W10, voici un récapitulatif des mises à jours Windows qui sont à bloquer pour le moment :

Je vous conseille de vérifier les mises à jour de façon automatique, mais de ne les installer que manuellement et de les vérifier une par une : mêmes masquées et désactivées, ces mises à jours réapparaissent régulièrement.

Pour les supprimer, ouvrez le bloc-note (notepad.exe), copiez-collez ceci :

echo Uninstalling KB3035583
start /w wusa.exe /uninstall /kb:3035583 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB2952664
start /w wusa.exe /uninstall /kb:2952664 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB3021917
start /w wusa.exe /uninstall /kb:3021917 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB2990214
start /w wusa.exe /uninstall /kb:2990214 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB2977759
start /w wusa.exe /uninstall /kb:2977759 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB2976978
start /w wusa.exe /uninstall /kb:2976978 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB3044374
start /w wusa.exe /uninstall /kb:3044374 /quiet /norestart
echo Uninstalling KB3112336
start /w wusa.exe /uninstall /kb:3112336 /quiet /norestart
echo Disabling GWX in Registry
reg add HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Policies\Microsoft\Windows\Gwx /v DisableGwx /t REG_DWORD /d 1

enregistrez le fichier sur le bureau sous le nom w10fix.bat (n’oubliez pas de changer le type du fichier à « *.* tous les fichiers »), double-cliquez dessus et attendez que ça se passe : la fenêtre se fermera une fois que tout sera supprimé.

En plus des mises à jour, ce script ajoute une clé du registre qui bloque GWX. Pour le moment, ceci a suffit pour repousser le passage à Windows 10. Mais pour combien de temps encore, je ne sais pas.

J’essayerai de maintenir cette page à jour au fur et à mesure que Microsoft voudra forcer ces mises à jours stupides.

Sources :