PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

« Alt-Right » VS « Neo-Nazis »

lundi 14 août 2017 à 17:25

Il est temps de lever un petit malentendu. Je suis sûr que c’est totalement involontaire et que si confusion il y a, il ne s’agit là que d’une méprise. Du coup, pour simplifier, je vous ait fait un petit collage.

Remerciez-moi après, après avoir imprimé ça, toute la presse mondiale là, et l’avoir accroché au mur :

alt-right VS neo-nazis

Quant à ici en France, c’est pareil : « droite alternative » c’est une façon bien curieuse d’orthographier « néo-nazisme ».
N’est-ce pas, la Croix ? L’Express ? 20 Minutes ? Le Figaro ?

« Extrême droite » c’est déjà moins faux, mais je pense, que par la présence des croix gammées, saluts fascistes, portraits d’Hitlers et autres « détails » référent à ces trucs là, on peut clairement dire que ce sont des Néo-Nazis. Merci donc aux journalistes de se souvenir d’appeler un chat un chat.

Disney se retire de Netflix et veut fonder son propre truc

mercredi 9 août 2017 à 00:27

Je n’ai pas Netflix.
Je n’habite pas à Paris : mon débit est pourri (il est où Macron et sa fibre pour tous ?) et ne permet pas de streamer un flux vidéo fHD convenablement. Netflix, donc, j’oublie.

Mais… je vois quand même un gros problème avec cette news : Disney qui se retire du catalogue pour faire son propre système de streaming.

Vous savez, avant on avait le DVD. C’était pas pratique, ces trucs en plastique, mais au moins que ce soit Disney, Dreamworks, Universal, 4Kids ou Pathé ou n’importe quel autre, tout le monde produisait des DVD qui rentraient dans mon lecteur DVD.

Aujourd’hui t’as Netflix qui produit ses trucs.
Youtube qui fait les siens, avec Youtube Red.
Y a ADN pour les anime japonais.

Bientôt Disney aussi, donc. Peut-être Apple/Microsoft/Facebook également ?
ÉDIT 2017-08-11 : La Fox pense faire pareil.

À chaque fois il faudra une applications dédiée, du matériel compatible et même peut-être un investissement spécifique dans une box ou un décodeur spécial (oui, le retour au temps des décodeurs canal+ ou câble).

Et… bien-sûr un abonnement — payant — à chaque fois…

Eh… et sans oublier que rien ne vous appartient : si avant vous aviez votre DVD à vous dans votre salon, là vous n’avez rien du tout.

Sinon c’est quand qu’ils font une licence globale directement facturé soit chez le FAI, soit dans les impôts, pour pouvoir télécharger en P2P en illimité sans risques légaux ?
Au moins j’aurais un MKV lisible partout, de qualité normal, dans la langue que je veux, enregistré sur mon PC/tablette/téléphone/console/cafetière/toaster, et le tout obtenu en 2 clics et sur un système qui existe déjà et qu’ils n’ont même pas à construire.

Parce que contrairement à ce disent Mr. Netflix ou Mr. Deezer, les clients ils veulent pas tous du streaming.
Certains vivent dans des zones où y a pas de réseau, où ce dernier est merdique, où le streaming est juste pas possible ; où ils n’ont juste pas envie de laisser leur connexion de données activée pour écouter de la musique qui peut très bien être placée en local sur l’appareil.
On est sur le net décentralisé (pas sur minitel), mon ordinateur n’est pas juste un terminal de connexion à une interface à 2 balles et mon téléphone a de l’espace disque : c’est pas pour saturer le réseau à chaque fois que j’écoute un titre en boucle.

Merde.

Non, la science n’est pas une croyance

mercredi 2 août 2017 à 23:44

Apparemment, certains sont d’accord avec eux mêmes pour se dire (et dire aux autres) que la science est une croyance. Je ne suis pas d’accord.

Déjà, la science n’est pas une croyance car on n’a pas besoin de croire pour qu’elle opère de façon visible, concrète et factuellement indiscutable.

Ce n’est pas parce que vous cessez de croire à la gravité que vous allez vous envoler : elle continuera de vous maintenir les deux pieds sur terre quoi que vous pensez.

La réalité, au travers des principes de la nature, n’en a rien à faire que vous croyez en elle ou non. Les principes de la nature sont les mêmes pour tous : femme, homme, blanc, noir, gros, petit, barbu, blond, chaton ou théière : vous serez attirés vers la Terre et vous subirez la gravité de cette dernière de façon identique.
Vous avez toujours le choix de dire ce que vous voulez à propos d’elle, mais vous n’avez pas le choix que de vous soumettre et de la subir.

La science ? Ce n’est que la description de cette réalité dans le langage des mathématiques. Rien de plus. Il n'y a pas de place, en science, pour le surnaturel, la magie, ou les opinions personnelles farfelues.

Si le langage des mathématiques n’est pas une langue que vous maîtrisez, allez l’apprendre ! Mais ne venez pas dire que c’est faux sans en avoir la preuve.
Sachez que l’on vous écoutera lorsque vous parlerez vous aussi le langage des mathématiques, mais pas avant.


Que je sois bien clair : on est dans un pays libre. Chacun pense ce qu’il veut, chacun dit ce qu’il veut.
C’est grâce à ces principes là que moi-même je suis permis d’écrire sur ce blog.

La liberté d’expression, c’est de pouvoir dire ce qu’on veut sans craindre de répression de la part de quiconque, et par répression, je veux dire « répression pénale » (quiconque ait écrit la loi) : c’est à dire qu’une autorité quelconque me condamne pour avoir dit quelque chose.

Une critique, un avis différent et/ou opposé, ce n’est pas une répression. C’est un constituant des mêmes deux libertés, mais appliquées aux autres personnes. Dans ce cas présent, j’utilise ce droit d’avoir un avis différent pour expliquer mon désaccord avec ceux qui disent que « la science est une croyance ».

Certains sont tout à fait en droit de penser que la Terre est plate. Qui suis-je pour dire que c’est interdit ? Qui sommes-nous ? Personne.

Par contre je ne suis pas obligé d’écouter. Je ne suis pas obligé d’être d’accord. Et par contre, je peux dire des choses moi aussi : que la Terre n’est pas plate, par exemple.

Au final, pour se départager, il va falloir lancer un débat. Mais soyez sûrs qu’avec deux explications contradictoires à propos d’un fait unique et indiscutable, il y aura au minimum une des deux façons de pensées qui soit fausse et au maximum une qui soit vraie. Pour l’exemple de la Terre plate, je vous laisse vous débrouiller, vous avez des yeux pour voir et un cerveau pour réfléchir, analyser et conclure.

Le truc c’est qu’une fois qu’une des idées a été montrée comme fausse, il s’agit de l’abandonner, puis d’accepter la solution qui aura été démontrée comme étant réelle (et ça veut dire ici « qui explique ce qu’on observe dans la réalité », pas « qui soit écrit dans un livre », ni « qui me convient le mieux » : un livre n’est pas la réalité, seule la réalité est la réalité).

À partir de là, si vous choisissez de vous cramponner à une idée fausse, que voulez-vous que je vous dise, à part que vous êtes fous ? Après tout, c’est une définition de la folie, que de penser vivre dans un monde qui n’est pas le monde réel…

Recharger sa voiture électrique en quelques secondes ?

mercredi 26 juillet 2017 à 00:36

Une batterie, c’est une façon comme une autre de stocker de l’énergie pour une utilisation ultérieure.
Le problème des batteries actuelle (au Lithium), c’est à la fois leur capacité (quantité d’énergie stockée) et leur temps de recharge (le temps nécessaire pour placer toute l’énergie à l’intérieur).

Dans les deux cas, on est d’accord qu’il y a largement la place pour de l’amélioration.
De là à dire qu’on peut recharger une voiture en quelques secondes, pardonnez-moi de vous remettre les pieds sur terre, mais non, ce n’est pas possible. Et ça ne le sera probablement pas avant très longtemps. Et voilà pourquoi.

Prenons l’exemple de la Tesla modèle S : il y a plusieurs configurations possibles, mais la plus petite batterie fait 75 kWh. Ce nombre correspond à la quantité d’énergie que la batterie peut stocker.
75 kWh d’énergie, c’est une façon de dire que la batterie peut stocker assez d'énergie pour ensuite délivrer une puissance continue de 75 kW durant 1 h. Ou bien 150 kW durant 30 minutes. Ou encore 7,5 kW durant 10 heures.

Lors de la recharge (supposée sans pertes), c’est l’inverse : pour recharger une telle batterie en 1 h, il faut l’alimenter avec 75 kW de puissance. Pour la recharger en 15 minutes, il faut un chargeur de 300 kW.

L’article dit « quelques secondes ».
« Quelques » c’est assez vague, mais plaçons nous dans le cas où l’on parle de « 10 secondes ».

Pour recharger la batterie de 75 kWh en 10 secondes, il faut un chargeur capable de délivrer une puissance de… 27 000 kW. Soit vingt-sept mégawatt.

Pour vos donner une idée, le type d’installation la plus répandue en France est celle qui propose 6 kW à une maison toute entière (en réalité on parle de 6 kVA, mais pour simplifier un peu, on va dire que c’est la même chose, l’erreur n’est pas très importante et de toute façon pas énorme).

Afin de recharger en 10 secondes notre Tesla S, il faudrait donc une puissance électrique équivalente à 4 500 ménages, soit la puissance électrique délivrée par EDF à une ville de 10 000 habitants environ.

Le problème n’est pas la quantité d’électricité nécessaire, mais la vitesse à laquelle on l’injecte dans notre batterie : pour transporter 75 kWh d’énergie en 10 secondes de votre prise à la batterie, il faut non seulement une source d’énergie colossale, mais aussi une prise énorme ainsi que des câbles démesurément gros.

Si on reste sur du 230 V, le câble serait traversé par 117 000 ampères. N’importe quel câble fondrait instantanément avec une telle intensité. Avec la gaine du câble, la prise, le mur, le compteur, le transformateur électrique et même toute l’installation EDF jusqu’à la sortie de la centrale. C’est juste infaisable.

Pour vous donner une autre idée, même recharger un téléphone portable en 5 secondes n’est pas possible : il faudrait faire passer du 16 A sous 230 V dans votre téléphone. C’est à peu près le câble utilisé pour un chauffage électrique de 3 000 W : ces câbles sont gros et ce n’est pas pour rien : à cette puissance, le cordon d’alimentation risque de fondre si il était moins gros, tellement ça chauffe.

Tout ça pour dire qu’on ne verra sûrement jamais une voiture électrique recharger en « quelques secondes ». Au moins, quelques dizaines de minutes, au pire, une heure ou deux (et encore, pas avec n’importe quelle prise), mais jamais quelques secondes. En réalité, même un smartphone ne sera jamais rechargé en quelques secondes.

Et il n’est ici pas question du type de batterie : un super condensateur à nanotubes de carbone sera sûrement plus efficace pour stocker l’électricité ainsi qu’une plus grande quantité d’électricié, mais il ne se rechargera pas infiniment rapidement pour autant. Ce sont deux choses et deux problèmes bien différents.

Quelques héritages que les PC tiennent du passé

mardi 25 juillet 2017 à 19:23

Dans l’histoire de taper du texte sur un bout de papier, on est passé des moines copistes, aux presses à imprimer, puis à la machine à écrire mécanique (puis électronique) et enfin à l’ordinateur. Inutile de dire que beaucoup de choses ont changée d’une technologie à la suivante, mais il est remarquable de noter certaines choses qui n’ont, elles, pas changées du tout !
On peut faire la même remarque avec l’internet, le téléphone et le télégraphe : certains héritages subsistent encore aujourd’hui.

Voici une courte liste de ces choses, en espérant que vous aurez appris, comme moi, certaines choses nouvelles.

Certaines touches du clavier

Savez-vous à quoi sert la touche Pause/Attn sur votre clavier ? J’en avais déjà parlé dans mon article dédié aux touches du clavier : cette touche remonte à l’histoire du télégraphe ! Avec le télégraphe, il fallait noter chaque lettre transmise à la volée et manuellement. Si l’émetteur bipait trop vite, le récepteur le faisait savoir en appuyant sur la touche Pause pour demander un peu de temps.

Les touches Syst, AltGr, Backspace et d’autres ont également une histoire ancienne (cf. l’article).

Shift

Le terme shift utilisé pour désigner la touche de majuscule tire également son origine des machines à écrire mécaniques.
Sur ces appareils, chaque tige portant une lettre comportait la variante minuscule et la variante capitale. Taper sur un touche permettait de placer une des deux variantes face au ruban contenant de l'encre et donc de taper une lettre.

Pour taper l'autre variante, il fallait décaler (to shift en anglais) les touches par rapport au ruban, d'où le nom anglais de cette touche.
Le terme majuscule me semble inapproprié ici : en effet, sur les touches de chiffres, il n'a pas pour effet de faire des majuscules, mais d'autres caractères (sauf sur les dispositions comme FrOSS) . De plus, la touche de verrouillage majuscules ne verrouille pas les majuscules, mais les capitales (le premier est un terme orthographique, le second typographique). Notons que le terme anglais Caps Lock ne fait pas cette erreur...

L’Azerty

Les touches du clavier ne sont pas disposées dans l’ordre alphabétique. La raison à cela remonte à la machine à écrire mécanique. Les premières machines à écrire étaient effectivement construite de façon à garder l’ordre alphabétique sur les touches.

Le problème c’est que l’ordre alphabétique n’est absolument pas optimisé pour les machines à écrire. Deux touches proches dans l’alphabet peuvent être très utilisées, comme très peu. Sur le clavier d’une machine à écrire mécanique, où les lettres sont au bout d’une tige métallique qui vient heurter le papier avant de revenir à sa place, frapper trop vite des touches proches avait parfois pour désagrément de bloquer la machine à écrire : les tiges métalliques n’avaient pas le temps de revenir à leur place et elles s’entremêlaient rapidement.

Une solution qui permettait de continuer à taper aussi vite tout en limitant les problèmes était de déplacer les touches : séparer les touches les plus utilisées, afin que les tiges métalliques soient moins proches et donc moins susceptibles de s’accrocher les unes dans les autres :

une machine à écrire emmêlée
↑ une machine à écrire « emmêlée » (image)

Bien-sûr, toutes les langues ont des fréquences de lettres différentes et donc toutes les langues ont des claviers différents (bien que souvent assez proches) : Azerty pour le français, Qwerty pour l’anglais, Qwertz pour l’allemand, etc. (et je ne parle ici que des langues latines, mais on retrouve ce principe également sur d’autres claviers, comme le grec ou le russe).

Cette disposition est restée sur les ordinateurs, même si elle n’est plus justifiée : il n’y a plus de parties mécaniques susceptibles de s’entremêler. Il est même plutôt question de choisir des dispositions de clavier adaptées à d’autres choses : nos mains.
Pour taper toujours plus rapidement et surtout sans se faire mal au poignet (y compris à long terme), des dispositions « ergonomiques » sont de plus en plus populaires : Dvorak pour l’anglais, Bépo pour le français. Les touches ont une disposition précisément étudiée pour correspondre à la langue utilisée. La frappe est alors facilitée moins pénible et accélérée.

L’underscore, ou « tiret du 8 »

Je parle du tiret là : « _ ». Je ne sais pas si vous avez déjà fait attention, mais ce tiret se trouve plus bas que la ligne de texte. Ça se voit bien une fois que le document est imprimé. Aujourd’hui les traitements de texte permettent de souligner du texte très facilement, mais sur les machines à écrire, on utilisait ce tiret là. On tapait le texte, puis on revenait en arrière en restant sur la même ligne et on appuyait sur l’underscore : les lettres étaient alors soulignées une à une.

Le « tiret du 6 », lui, ne correspond en réalité à rien en typographie, contrairement à la flopée d’autres types de tirets que j’ai listé dans les tirets typographiques, qui ont tous un usage bien précis.

Le retour chariot et la nouvelle ligne

Toujours sur les machines à écrire, quand on finissait une ligne sur le papier (matérialisé par le son d’un petite clochette), il fallait revenir au début de la ligne puis faire défiler le papier d’une hauteur de ligne. De cette façon on se retrouvait au début d’une nouvelle ligne et on pouvait reprendre la frappe.

Sur les logiciels de traitement de texte et même le simple éditeur de texte, comme le Notepad de Windows, il existe des caractères invisibles mais qui correspondent à ces deux actions : le caractère « \n » correspondant à une nouvelle ligne, et le caractère « \r » correspond au retour au début de la ligne. On peut d’ailleurs les voir dans un terminal (ici, la console python) :

>>> print "a b c d e f"
a b c d e f
>>> print "a \nb \nc d e f"
a 
b 
c d e f
>>>

Le « \n » signifie d’ailleurs « newline » (nouvelle ligne) et « \r » correspond à « [carriage] return » (retour chariot ; le « chariot » étant le cylindre physique de la machine à écrire sur lequel le papier était plaqué). Il en existe d’autres : « \t » pour une tabulation, « \a » pour émettre un son. Aujourd’hui, ils sont parfois utilisés pour indenter ou rechercher des syntaxes dans les textes, mais restent assez techniques.

Bas-de-casse et haut-de-casse

Ou en anglais « lower-case » et « upper-case » : ils désignent les caractères minuscules (abcdef…) et capitales (ABCDEF…). Cette terminologie dérive d’une pratique plus ancienne encore que les machines à écrire : l’imprimerie, avec les caractères en plomb que l’imprimeur venait aligner, avant de les enduire d’encre et de presser le papier dessus.

Les caractères étaient rangées dans des boîtes appelées « casses » : les capitales en haut (haut-de-casse) et les minuscules en bas (bas-de-casse) :

casse typographique
↑ une casse, avec les plombs, capitales en haut et minuscules en bas (image)

Dans ces cas là, chaque casse (chaque boîte complète) correspondait à une fonte (une police d’écriture) donnée, avec lettres, chiffres, capitales, minuscules, mais aussi l’italique (qui n’est pas oblique), le gras. Le terme « fonte » est lui-même resté dans le vocabulaire (anglophone) pour désigner une police d’écriture différente d’une autre.

CC, CCi

Lorsque l’on envoi un e-mail, on peut l’envoyer à plusieurs personnes en même temps : on utilise pour ça le champ « CC », signifiant « copie carbone ». Avant, pour avoir plusieurs exemplaires d’un même document (manuscrit ou tapé à la machine), on utilisait une feuille de papier carbone : ce papier (salissant rapidement les doigts) était recouverte de poudre de graphite (du carbone, le même que les crayons à papier). Intercalée entre deux feuilles blanches, ce papier permettait d’écrire en double, en appuyant suffisamment fort :

exempe avec du papier carbone
↑ utilisation du papier carbone (image)

C’est encore utilisé pour certains document administratifs. À la Poste, quand on souhait envoyer une lettre recommandé, le double qui vous revient est rempli à l’identique grâce à un papier carbone également.

Un des problèmes dans le cas de l’e-mail est que tous les destinataires savent que la copie est envoyée aux autres. Si une telle chose n’est pas souhaitée, on doit utiliser le champ « CCi », qui correspond à « copie carbone invisible » : le courriel est toujours envoyé à tout le monde, mais personne ne sera au courant ni des destinataires en question, ni de leur nombre.