PROJET AUTOBLOG


L'Étudiant libre

Site original : L'Étudiant libre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Facebook, je te quitte

mercredi 9 mai 2012 à 19:18
D'abord destiné aux amis Facebook, je vous propose de le partager avec vous !

Facebook est un merveilleux outil. Il permet de retrouver des amis perdus de vue, de la famille, qui habite parfois loin. Mais là, c'est trop. Facebook je te quitte. Marre de perdre du temps à lire un flux d'information ne me concernant pas. Marre d'être le produit de Facebook et d'être traité en produit vendu. Marre d'avoir une invasion dans la vie privée, où le moindre refus de demande d'amitié se transforme en mélodrame. Marre que Facebook détruise petit à petit les fondements d'Internet. Marre que Facebook soit le nouveau AOL. Marre d'être surveillé par un système orwellien. Même si on ne lui donne rien, il le prend. Je serai peux-être marginalisé, mais je quitte Facebook. Il y a d'autres solutions plus décentralisées, et plus libres, que ce site soumis au Patriot Act.
Certes Facebook répond à un besoin, celui de rester en contact, de communiquer, mais il n'est pas le seul. Il existe d'autres alternatives, plus libres, dans tout les sens du terme, et plus respectueuses de la vie privée. Bien sûr, il y a les emails (que je continue et continuerai toujours à utiliser), mais ce n'est pas la même chose.
Pour moi, le seul réseau qui vaut le coup, c'est un réseau décentralisé, libre, respectueux de ses utilisateurs et interopérable avec les autres (comme Internet, me direz-vous).
Peut-être que Facebook a révolutionné la communication, mais maintenant, prenons les fruits et améliorons-les. Ah, oui, Facebook n'a pas inventé le principe de réseau social, qui existait depuis la nuit des temps (ou du moins depuis que l'homme est social).
Ce qui me fais partir, c'est aussi tout le côté commercial qui tourne autour qui me donne envie de vomir.
Bref, Facebook je te quitte. Merci à tous les gens qui m'ont fait rire sur ce site.
Et non, comme je disais, ce n'est pas un suicide virtuel puis-ce qu' il y a les emails ! Celles et ceux qui veulent rester en contact avec moi, passez moi votre mail (le temps que l'on trouve une solution de rechange). Pour les autres, tant pis !
Allez, vous aussi, faites un petit clic (ou deux) pour vous libérez de cette prison dorée (https://www.facebook.com/help/delete_account)
Ce qui pourrait être sympa à faire, c'est que l'on supprime tous nos comptes le même jour. J'ai pensé le 18 mai, jour de l'entrée du site en bourse. Comme je l'ai dit plus haut, c'est nous leur fond de commerce. C'est grâce à nous qu'il gagne de l'argent. Sans nous, ils sont ruinés. Alors, quittons tous Facebook.
Mon raisonnement est simple. Selon Milgram, psychologue américain, il n'y a que six degrés de séparation entre deux personnes choisies aux hasard dans le globe. Avec les nouvelles technologies, c'est passé à 4, 74 (arrondissons à 5). Il suffirait donc que chacun convainque 64 amis, qui eux aussi convainquent 64 amis, pour arriver à 1 073 741 824 convaincus, soit bien plus que toute la population facebookienne. Et pour certains, ce n'est pas difficile, vu qu'ils ont plus de 1000 amis.
Allez, faites un petit effort, et on aura un Big Brother de moins !
Et pour finir, une phrase de Franklin : "Ceux qui sont prêts à abandonner une liberté fondamentale pour obtenir temporairement un peu de sécurité, ne méritent ni la liberté ni la sécurité.".

Quelques citations célèbres (3)

lundi 7 mai 2012 à 18:22
Et on continue avec notre série de citations !
La popularité n'est pas une fonction affine, mais bien une fonction exponentielle ! (fab@c++)
C'est une erreur fondamentale que de confondre le désarmement et la paix. Quand vous aurez la paix, le désarmement suivra. (Churchill)
Tout ce qui est facile à contrôler est facile à détruire. Internet est difficile à détruire. Donc Internet est difficile à contrôler. (Mac Luhan)
La haine ne peut pas chasser la haine ; seul l'amour le peut. (Martin Luther King)
Peu importe que le chat soit noir ou blanc, l'important, c'est qu'il attrape les souris. (Deng Xiaoping, Phrase qui lança l'économie moderne chinoise)
Je n'ai aucune confiance en quelqu'un qui porte à la fois une ceinture et des bretelles… en quelqu'un qui doute de son pantalon. (Il était une fois dans l'ouest)
La vraie censure, la censure profonde, ne consiste pas à interdire (à couper, à retrancher, à affamer), mais à nourrir indûment, à maintenir, à retenir, à étouffer, à engluer (Barthes)
Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient - le mot n’est pas trop vaste - au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous.(Victor Hugo)
Je suis de ceux qui pensent que la science est d’une grande beauté. Un scientifique dans son laboratoire est non seulement un technicien: il est aussi un enfant placé devant des phénomènes naturels qui l’impressionnent comme des contes de fées. […] Telle est bien la beauté et la noblesse de la science: désir sans fin de repousser les frontières du savoir, de traquer les secrets de la matière et de la vie sans idée préconçue des conséquences éventuelles. (Marie Curie)

La violence est le dernier argument des imbéciles. (Assimov)
Si le savoir peut créer des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui les résoudra. (Assimov)
L'espoir nous donne des ailes mais ne nous montre pas comment voler. (Leonid S. Sukhorukov)
Les familles heureuses se ressemblent toutes. Les familles malheureuses le sont chacune à leur façon. (Léon Tolstoï)
Le patriotisme est un sentiment artificiel et déraisonnable, source funeste de la plupart des maux qui désolent l'humanité. (Léon Tolstoï)
Quand je songe à tous les maux que j'ai vus et que j'ai soufferts, provenant des haines nationales, je me dis que tout cela repose sur un grossier mensonge : l'amour de la Patrie. (Léon Tolstoï)
Un jour, lors d'une conférence que je prononçais à l'université de Fullerton, en Californie, un étudiant m'a demandé de donner une définition simple et brève de la réalité. J'ai réfléchi un moment et je lui ai répondu : La réalité, c'est ce qui refuse de disparaître quand on cesse d'y croire. (Philip K. Dick)
Je vous souhaite un bonne réflexion et j'espère que ces citations vous auront inspiré!
Qwerty

Big Brother : Absence de vie privée sur Internet

samedi 28 avril 2012 à 12:03
/! Au départ cet article était un dossier pour le lycée. Voici donc une version en ligne pour vous en faire profiter.



Introduction


La couverture annonce la couleur. L’œil de Hal-9000, le fameux ordinateur du film 2001 l'odyssée de l'espace et Big Brother, du livre 1984, nous montrent bien qu'on va parler de vie privée. En effet, de nos jours, celle-ci est de plus en plus menacée. Nous allons la définir sous plusieurs plans, voir les choses qui la menacent et comment la préserver. Ce document va donc traiter la question de la vie privée d'un point de vue
législatif, d'un point de vue de citoyen et du point de vue technologique.

I. Définir la vie privée


a) Par la loi


La vie privé est définie par la déclaration universelle des droits de l'homme de 1958 comme ceci :

Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

(immixtion = Action de s'introduire - s'immiscer - dans les affaires d'autrui)

b) par le citoyen


Nous avons demander à différentes personnes (geeks, adolescents « lambda »…) la notion de vie privée.
Par exemple, XeCaCanE, rédacteur sur legeekcafe.com, nous décrit la vie privée comme étant un moment que l'on partage avec nos ami(e)s, notre famille, ….
Pour M. A., la vie privé peut être définie comme
être libre de contrôler qui voit mes informations, quand je suis pas amie avec quelqu'un sur internet il voit mon nom, ma ville, mes photos de profil je crois, et quelques infos comme mon lycée, et des citations. Maintenant je sais que souvent je fais en sorte que seul mes amis concernés voient mes publications en modifiant les paramètres. Ma vie privée ce sont mes sentiments.
.
Quant à Timo, pour lui la vie privé serait plutôt
de tous les faits qui ne concernent et ne regarde pas le public (public = le voisins, le monde, les gens).

Un élément de la vie privée de quelqu'un peut concerner plusieurs personnes, mais dans tous les cas, on pourrait définir un tel élément comme ne sortant pas d'un cercle : « ce qui se passe en privé reste entre nous et ne sort pas d'ici » donc.

C'est très large : dans la famille, la vie privée c'est tout ce qui se passe, par exemple. À l'école, si quelqu'un à une mauvaise note, c'est privé pour lui, on va pas le répéter.

Si tu me demande à moi, c'est sûrement aussi pour le côté Geek : la vie privée, sur le net, c'est par exemple ce qu'on y fait : tout comme ça ne regarde personne à part nous quels livres on lit à la bibliothèque, ça ne regarde personne à par nous quels sites on visite : ni google, ni le FAI (NDR = Fournisseur d'accès internet), ni le gouvernement. Donc si un mouchard était installé sur notre ordinateur, c'est comme si quelqu'un installait
une caméra chez nous et regardait tous les livres qu'on lisait, les chaînes TV qu'on regarde ou la nourriture qu'on mange. C'est inadmissible.

La vie privée des gens ne regarde que ces-dits gens. Personne d'autre.

Le droit à la vie privée fait partie d'un des droits fondamentaux inscrits dans la DUDH de 1948.

Si ce droit est retiré, de quelque façon que ce soit, alors la démocratie et la liberté n'existent plus. Actuellement je suis à l'université, sur le réseau internet de l'université. Le réseau utilise les serveurs DNS (résolution des noms de domaine) de mon université. Perso je ne leur fais pas confiance. Je sais que l'université ne respecte pas ma vie privée de ce côté là.

Du coup, pour exercer mon droit à la vie privée, j'utilise des moyens techniques (proxys, web-proxys,…) dont j'ai le contrôle. Si j'ai à me justifier de leur usage, c'est « l'exercice de mon droit à la vie privée ».
.
Selon Aanah Boyd et Alice Marwick, auteurs de La vie privée dans les réseaux sociaux, les attitudes, pratiques et stratégies des adolescents, Internet serait un peu comme la cage d'escalier des générations précédentes, un lieu sans la présence des parents.
L'endroit où on parlerait de notre vie secrète à nos amis. La plupart des ados ont réalisé que limiter l’accès au sens peut être un moyen bien plus efficace que d’essayer de limiter l’accès au contenu lui-même.

c) par la technologie


Avec l'utilisation massive d'Internet, la notion de vie privée a bien changé. Si elle a été vue comme un progrès, elle s'accompagne de dangers (Big Brother). On à défini comme données personnelles :
- l’ensemble nom/prénom
- n'importe quel moyen d'identifier la personne (état civil, adresse IP, login, tout type
d'adresses (postale, e-mail…), numéro de sécurité sociale, caractéristiques
biométriques…)
- les données sensibles d'une personne (informations médicales, religion, opinions
politiques…).
Certaines personnes considèrent les sites que l'on visite et ce que l'on fait en général comme en faisant aussi partie.
Il y a en effet une ambiguïté pour savoir si l'IP est une donnée publique ou privée. En effet, elle permet d'identifier une personne, mais étant donné qu'elle est la « plaque immatriculation » de l'ordinateur, il est nécessaire qu'elle soit visible pour que l'on puisse se connecter sur internet.

II. Qu'est-ce qui la remet en cause


a) le gouvernement


À un moment, le sénateur Jean-Louis Masson voulait faire passer une loi mettant en cause la vie privée en forçant les blogueurs à mettre sur leur site nom, prénom, adresse e- mail, adresse postale et numéro de téléphone. Selon lui, cette loi sertà faciliter l'identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des "blogueurs" professionnels et non professionnels. Cette loi fit beaucoup couler d'encre, ou plutôt de pixels, car en effet, l'anonymat des blogueurs est utilisé pour, par exemple, éviter des usurpations d'identités.

Le parlement a aussi comme projet de ficher les gens honnêtes (sic). Ce projet est celui d'un homme, Claude Guéan. Ce fichier serait constitué des noms, prénoms, adresses, tailles et couleur des yeux, empreintes digitales et photographies de tous les détenteurs d'une carte d’identité. Ce fichier servirait aux juges et magistrats et serait, si il était accepté par le gouvernement, unique en Europe. Cependant de nombreux sénateurs
redoutent des dérives liberticides.

b) par l'individu


Dans la création de documents se glissent des informations sur l'auteur (clique droit -> informations). L'individu peut, par oubli ou par méconnaissance, ne pas les enlever. Si il diffuse le document sur Internet, on pourra donc l'identifier.

c) par la technologie


Plusieurs technologies permettent d'identifier un individu. Ces technologies ne sont pas malsaines en elles-mêmes, mais mal utilisées elles peuvent devenir « dangereuses ».
Tout d'abord, parlons des cookies. Les cookies sont de petits fichiers textes (donc inoffensifs) laissé sur votre ordinateur. Ils servent par exemple à retenir, le temps d'une session, les produits acquis lors d'achats en ligne (pour les paniers), ou à retenir vos identifiants pour pouvoir se connecter automatiquement la prochaine fois sur votre site préféré. La CNIL voulait interdire les cookies. Sans cookies, on perd du confort d'utilisation. Pourtant, la raison de ce vœu est louable.
En effet, certains sites utilisent ces fameux cookies pour pouvoir vous pister. Ils permettent de déterminer sur quelle page vous êtes allé et à quelle heure. S'ils sont utilisés sur un seul site, c'est à des fins statistiques. Si le même cookie est utilisé sur plusieurs sites, ont peut se permettre de se dire qu'ils nous pistent pour connaître nos goûts et faire de la publicité ciblée (on appelle cela des cookies tiers).
Il existe aussi une autre sorte de cookie, nommé cookie flash, facilement effaçable après une petite manipulation (voir les sources).
Facebook utilise des cookies pour reconnaître l'utilisateur, même après avoir été déconnecté (ce qui crée une forte polémique - encore une fois), mais utilise aussi des cookies pour collecter des renseignements de personnes non inscrites via le bouton « j'aime » présent sur de nombreux sites.
D'autres moyens d'identification existent, comme l'empreinte d'un ordinateur, qui consiste, grâce à une suite d'éléments présents (plugins installés, version du navigateur…) à reconnaître votre ordinateur, mais ne nous étendons pas sur ces précisions inutiles et hors sujet.

Nous pouvons aussi prendre le cas de personnes confiant toute leur vie numérique à une seul même société privée. Imaginez que votre compte disparaît. Plus d'e-mails, plus de contacts, plus de photos, plus de vidéos, plus de documents, plus de calendrier, plus de blog, plus de favoris, plus de flux RSS. Vous perdez tout. Ceci est la preuve que ne pas avoir de contrôle sur ces données est une grave erreur. Cela est arrivé plusieurs fois.
Prenons par exemple le cas d'une personne qui a confié toutes ses données à Google et dont le compte est fermé sans préavis. Il ne peut plus plus travailler car il était à la recherche d'un emploi et attendait un e-mail important. Un tel exemple nous fait mieux réfléchir sur l'importance de protéger nos données. En effet, si on confie toutes nos données à une société qui peut les supprimer, elle peut donc aussi les utiliser, non Un autre exemple : via un programme de Google, Gmail « lit » votre email pour faire de la pub personnalisée, ce qui est une atteinte à la vie privé.

Mais sans aller si loin, voici une simple infographie faisant réfléchir sur les droits de confidentialité mise en place sur le réseau social bleu. Les chiffres parlent d'eux mêmes.

Un autre problème vient de certains smartphones qui tracent, via une géolocalisation, le chemin parcouru et envoie ces données à la société (on peut citer, par exemple, la récente polémique avec Apple). Selon la CNIL, 40% des possesseurs de smartphone y stockent des données à caractère secret (coordonnées bancaires 7%, codes secrets 17%, codes d'accès aux immeubles 17%, informations médicales 3%…). Or, un smartphone peut être facilement piraté, et renvoie même ces informations à la société.
Au passage, un centre commercial australien cherche aussi à détecter les ondes émises par les portables afin de savoir sur quels boutiques ils se sont arrêtés, et pouvant ainsi aisément faire de la publicité ciblée.

Mais il ne faut pas croire que la revente de données privées ne concerne que des grosses entreprises. En effet, récemment, la CNIL a infligé une amende de 20 000 euros à une société qui achetait des fichiers contenant les données personnelles d'internautes pour ensuite diffuser des centaines de milliers de SMS, sans recueillir l'avis des intéressés.

III. Comment la protéger


a) technologie


Vous pouvez désactiver les cookies, en fermant le navigateur, ou empêcher les cookies pisteurs en paramétrant votre navigateur.
On peut aussi utiliser des outils qui respectent la vie privée (ne plus utiliser Google, mais Duck Duck Go par exemple). De nombreux équivalents existent, et en recherchant un peu, on peut être plus indépendant. On peut noter que des logiciels peuvent aussi compromettre notre vie privé en renvoyant ce que vous avez écrit (Keylogger) au pirate.
Pour cela, l'usage de logiciels libres est recommandé, car étant donné que le code source, c'est à dire la « recette » du logiciel est disponible à tout le monde, ce genre de programmes serait vite repéré et vite éliminé.
Si vous utilisez Firefox (logiciel libre de navigation internet dont l'éditeur, Mozilla, cherche à défendre la vie privée), vous pouvez protéger vos données de la manière suivante :
Activer l'option do not trackqui signifie ne pas (me) pister Allez dans options vie privée indiquer aux sites de ne pas me pister.
Installer les modules Ghostery et Adblock + qui bloquent les scripts des sites afin de les empêcher de vous suivre.
Le module WOT quant à lui, vous dit si un site à une bonne réputation ou non (et par extension vous revend les données que vous lui soumettez).

Un autre moyen de protéger sa vie privé est de chiffrer ses e-mails, via par exemple l’excellent PGP (Pretty Good Privacy) pour éviter, si l'e-mail est intercepté, qu'il soit lu.
Vous pouvez aussi chiffrer votre navigation en passant par le réseau TOR ou par un proxy (réseau mandataire).

Si ont veut pousser la protection un peu plus loin, on peut aussi s'auto-héberger (stocker nos données personnelles sur notre ordinateur). Plusieurs projets existent comme la Freedombox ou la BeedBox.

b) L'individu


Bien sûr, tout les moyens mis en place pour protéger sa vie privée seront inefficaces si l'utilisateur n'est pas conscient des risques. Pour cela, plusieurs choses sont a faire. Tout d'abord, et qui est en général l'une des choses essentielles, n'est pas de divulguer d'informations personnelles sur Internet. Pour savoir si une information est personnelle, il suffit de se poser la question de si elle peut être criée ou non dans un lieu public. Si la réponse est non, l'information ne doit pas être révélée. Même chose pour la configuration des paramètres des réseaux sociaux : ils ne sont pas efficaces, le même raisonnement doit donc être appliqué.
La seconde chose est de ne pas répondre aux chaînes (« Renvoyer ce message à 10 personnes »). En effet, la plupart du temps, elles ont été crées pour récupérer un maximum d'adresses e-mail qui pourront être utilisées à des fins illégales.
La troisième chose est de se poser la question de la légitimité de s'inscrire sur un réseau social ou un autre service. Si la perte de notre vie privée est plus importante que le service rendu, il ne faudra pas s'inscrire.

Conclusion


Protéger sa vie privée est primordial. Malgré le fait que de nombreuses sociétés nous espionnent, c'est surtout à l'individu de choisir s'il souhaite garder une vie privée ou alors diffuser des informations le concernant. Au delà d'un problème technique s'ouvre devant
nous un choix ethnique. Finissons par une phrase de Benjamin Franklin : Ceux qui sont prêts à abandonner une liberté fondamentale pour obtenir temporairement un peu de sécurité, ne méritent ni la liberté ni la sécurité.

Sources


http://fr.wikipedia.org/wiki/Vie_privée_et_informatique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cookieinformatique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Proxy
http://fr.wikipedia.org/wiki/Traces_num%C3%A9riques
http://www.fsf.org/facebook
http://www.framablog.org/index.php/post/2011/08/16/google-m-a-tuer
http://www.internetsanscrainte.fr/
http://korben.info/facebook-opengraph-comment-proteger-vos-donnees-personnelles.html
http://geekcestchic.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/03/14/mozilla-notre-mission-est-d-ameliorer-le-web.html
http://www.scout123.net/eviter-les-traceurs-sur-les-sites.html
http://www.scout123.net/traquer-les-clients-avec-leur-mobile.html
http://www.numerama.com/magazine/20191-les-mobiles-bientot-traques-par-des-grandes-
surfaces-pour-tout-connaitre-des-clients.html
http://www.numerama.com/magazine/21332-la-cnil-s-en-prend-au-spam-par-sms.html
http://owni.fr/files/2010/08/33.jpg
http://owni.fr/2012/01/18/le-fichier-des-gens-honnetes-sera-policier/
http://owni.fr/2011/05/13/la-vie-secrete-des-adolescents-dans-les-reseaux-sociaux/
http://www.cnil.fr/la-cnil/actualite/article/article/smartphone-et-vie-privee-un-ami-qui-vous-veut-du-bien/
http://www.presseurop.eu
http://www.mozilla.org/
http://www.fansub-streaming.eu/blog/cookies-flash-ces-saloperies.html
http://www.fansub-streaming.eu/blog/souriez-vous-etes-traces.html
https://www.torproject.org/
http://www.danah.org/papers/2011/SocialPrivacyPLSC-Draft.pdf
http://www.centpapiers.com/gmail-quand-google-vous-lit/754
http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/carte-identite-electronique/actualite-473874-identite-assemblee-nationale-accepte-lier-identite-biometrie.html
http://freedomboxfoundation.org
http://www.beedbox.org

Le transistor ultime

jeudi 26 avril 2012 à 15:11
La loi de Moore disait que « quelque chose » double tous les dix-huit mois. Gordon moore faisait référence, en 1965, au nombres de transistors des microprocesseurs. Au rythme prédit, c'était pour 2020. Et pourtant une équipe américano-australien à réussi à faire un transistor fait d'un seul atome, la limite physique. Voici leur recette : au sein d'une couche superficielle en silicium, un atome a été remplacé par du phosphore. Ce dernier possède un électron de plus que le silicium. La conductivité électrique augmente localement.
Mais maintenant que nous avons atteint une limite, que faire ? Il nous reste plus que faire l'ordinateur quantique, où l'information est à la fois 1 et 0.

Qwerty

Jamais deux sans trois !

mercredi 25 avril 2012 à 14:20
Après la SOPA et l'ACTA, une nouvelle loi liberticide arrive : CISPA. CISPA, pour Cyber Intelligence Sharing and Protection Act, est une loi déposée le 30 novembre 2011 à la Chambre des représentants des États-Unis par le représentant républicain Mike Rogers (Michigan). Elle prévoit un échange entre les acteurs du web et les agences de renseignements (NSA au Etats-Unis par exemple).
En gros, tous les e-mails, SMS, échanges sur les réseaux sociaux etc. seront lus par ces sociétés, transmis au gouvernement et pourront être modifiés avant d'être retransmis au destinataire, sous le couvert de la lutte contre le cyber-terrorisme (et du terrorisme en général). Pour faire l'analogie, c'est comme si votre facteur ouvrait vos lettres et décidait de vous les transmettre ou non selon son envie. Cette loi est soutenue par AT&T, Boeing, Facebook, IBM, Intel, Microsoft, Oracle, Symantec et Verizon, des entreprises très puissantes dans le monde de la communication. La Maison Blanche à émis des réserves à l'égard de cette loi. Cependant tout le monde connait le poids du lobbying.
Plusieurs moyens de lutter contre cette loi : Signer la pétition, faire un black-out comme avec SOPA.
Si cette loi est votée, il faudra donc faire comme pendant la Résistance : parler en langage incompréhensible pour "l'homme du milieu" (celui entre l’émetteur et le destinataire), soit par message chiffré, soit en une langue de substitution.
Que les plus imaginatifs gagnent !
Edit : Zut !
Qwerty
Error happened! 0 - Undefined variable: xml In: /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php:77 http://blog.m0le.net/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/?60 #0 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(77): exception_error_handler(8, 'Undefined varia...', '/mnt/nfs/home/b...', 77, Array) #1 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(368): VroumVroum_Feed_Exception::getXMLErrorsAsString(Array) #2 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #3 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/index.php(1): require_once('/mnt/nfs/home/b...') #4 {main}