PROJET AUTOBLOG


L'Étudiant libre

Site original : L'Étudiant libre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Guerre et Paix

samedi 17 août 2013 à 08:26
Un jour, je suis tombé sur une citation d'un inconnu, que j'ai juste souhaité vous partager :

Et si on essayait la paix quelques temps ? Si la guerre est préférable, on peut se battre à nouveau !

Cela me semble clair et limpide comme argument.
Cela m'a fait pensé au discours de Charlie Chaplin, dans le film The Great Dictator, discours toujours vrai cent-onze ans après, voir bien plus.
© Roy Export SAS


Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié.

L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité.

Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu.

Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.

En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’habilité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que des hommes mourront pour elle, la liberté ne pourra pas périr. Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.
Vous n’êtes pas des machines.
Vous n’êtes pas des esclaves.
Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur.
Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour.
Soldats ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.

Il est écrit dans l’Evangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, mais en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir, le pouvoir decréer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir, le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

Alors au nom même de la Démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut tous nous battre pour un monde nouveau, un monde humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur. Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous !

Et en anglais :
© Roy Export SAS


Hope… I’m sorry, but I don’t want to be an emperor. That’s not my business. I don’t want to rule or conquer anyone. I should like to help everyone if possible - Jew, Gentile - black men - white. We all want to help one another. Human beings are like that. We want to live by each other’s happiness - not by each other’s misery. We don’t want to hate and despise one another. In this world there is room for everyone. And the good earth is rich and can provide for everyone. The way of life can be free and beautiful, but we have lost the way.

Greed has poisoned men’s souls - has barricaded the world with hate - has goose-stepped us into misery and bloodshed. We have developed speed, but we have shut ourselves in. Machinery that gives abundance has left us in want. Our knowledge has made us cynical; our cleverness, hard and unkind. We think too much and feel too little. More than machinery we need humanity. More than cleverness, we need kindness and gentleness. Without these qualities, life will be violent and all will be lost.

The aeroplane and the radio have brought us closer together. The very nature of these things cries out for the goodness in man - cries out for universal brotherhood - for the unity of us all. Even now my voice is reaching millions throughout the world - millions of despairing men, women, and little children - victims of a system that makes men torture and imprison innocent people.

To those who can hear me, I say: ’Do not despair.’ The misery that has come upon us is but the passing of greed - the bitterness of men who fear the way of human progress. The hate of men will pass, and dictators die, and the power they took from the people will return to the people. And so long as men die, liberty will never perish.

Soldiers! Don’t give yourselves to these brutes - who despise you - enslave you - who regiment your lives - tell you what to do - what to think and what to feel! Who drill you - diet you - treat you like cattle and use you as cannon fodder. Don’t give yourselves to these unnatural men - machine men with machine minds and machine hearts! You are not machines! You are men! With the love of humanity in your hearts! Don’t hate! Only the unloved hate - the unloved and the unnatural! Soldiers! Don’t fight for slavery! Fight for liberty!

In the seventeenth chapter of St. Luke, it is written that the kingdom of God is within man- not one man nor a group of men, but in ALL men! In you! You, the people, have the power - the power to create machines. The power to create happiness! You, the people, have the power to make this life free and beautiful - to make this life a wonderful adventure. Then - in the name of democracy - let us use that power - let us all unite. Let us fight for a new world - a decent world that will give men a chance to work - that will give youth a future and old age a security.

By the promise of these things, brutes have risen to power. But they lie! They do not fulfil that promise. They never will! Dictators free themselves but they enslave the people. Now let us fight to free the world - to do away with national barriers - to do away with greed, with hate and intolerance. Let us fight for a world of reason - a world where science and progress will lead to the happiness of us all. Soldiers, in the name of democracy, let us unite!

Jeunesse, dans quel monde voulez-vous vivre ?

samedi 10 août 2013 à 10:25
Quand je parle à mes amis, je leur pose souvent une question : dans quel monde voulez-vous vivre ? La plupart du temps, ils me répondent qu'ils veulent vivre dans un monde en paix, avec la fin des inégalités, enfin, tout le contraire du monde d'aujourd'hui.
Souvent, on me dis que c'est impossible. Je souris, et je leur dis : « Regarde Mère Thérésa, Regarde l'abbé Pierre, par exemple, ils essayent ». Et je rajoute : « Et pas besoin d'aller à l'autre bout du monde, le besoin est partout. Certes, c'est moins criard, la misère ne touche pas (heureusement), mais ils y a d'autres problèmes ». Ils me regardent avec leurs yeux grand ouverts. Je leur pose alors une question toute simple : « A ton avis, comment avoir la paix, et réduire les inégalités ? ». Et là, les réponses fusent. Plus de bienveillance, de partage, d'apprendre à connaitre l'autre, plus d'unité… la liste est longue. Mais on peut résumer en une phrase : Développer les qualités morales, humaines.

Tout le monde peut être une Mère Thérésa à son échelle.
Et le changement se feront par les jeunes (15-30 ans). Pourquoi ? Ils ont plein d'énergie, ils n'ont pas encore perdu espoir. Et pourquoi donc changer le monde ?
On n'a plus le choix, c'est devenu une nécessité. On est arrivé à une phase critique de l'Histoire Humaine. On a une population grandissante, des ressources limités. On a assez à manger pour nourrir tout le monde et bien plus encore, et pourtant, il y a des personnes qui meurent de faim.
Peut-être qu'après notre génération, celle de nos enfants pourront faire quelque chose, mais après, c'est trop tard. Game Over.
Sanderovski CC-BY

On a le choix entre deux directions : soit celle de la paix, de l'égalité sous toutes ses formes, de l'unité, de la coopération et de la bienveillance, chemin qui aspire à "élever" la condition humaine, soit celle de la guerre, de l'inégalité, de la désunion, de l’égoïsme et de la malveillance, et c'est la dégénération totale de l'espèce humaine. Contre les inégalités de richesses (ou celle tout court !), contre la désinformation… ils faut apprendre aux gens, ou du moins faire redécouvrir, les qualités humaines, morales (service, bienveillance, coopération, justice…) qu'ils ont en eux et les développer. Sans ça, la survie de l'espèce ne pourra pas se faire, et on finira par tous mourir dans d'affreuses souffrances dû à la guerre !
Et pour changer le monde, il faut d'abord se changer soi. Essayer d'être plus humain, réfléchir avec sa tête et son cœur, et non pas en terme d'argent, de rentabilité, et ce genre de choses dont on nous pourri la vie depuis si longtemps.
Peace (?) par Ragnar1984 CC-BY

Sérieusement, je pense que l'unité et ce qui s'en découle (coopération, bienveillance…) est un remède aux maux de notre temps. Ne partout pas défaitiste, et essayons d'appliquer ça dans notre quartier, dans notre famille, dans notre vie de tout les jours. Essayez d'apprendre ça à vos enfants, à vos adolescents. C'est dès l'enfance que ce travail de « forger » le caractère se fait.
Dans quel monde voulez vous vivre ? Celui en guerre, rempli de vols, viols et violences ou celui en paix, avec amour, unité, coopération ?
Les cartes sont dans nos mains !
Qwerty
PS : On va certainement me traiter de naïf, de d'optimiste, de fou et ce genre de choses, mais bon, « Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade » (Jiddu Krishnamurti).
«  le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » (Albert Einstein)
PPS : et ah oui, Être altruiste, c'est bon génétiquement, si ce n'est pas une bonne raison de changer le monde, ça !

Le Logiciel Libre et moi

samedi 3 août 2013 à 11:18
J'utilise régulièrement des logiciels libres. Cependant, je suis encore sous Windows 7. Pourquoi ?
Il faut d'abord que je raconte les raisons de l'utilisation des logiciels libres. Je les utilise plus parce qu'ils sont performants et gratuits (OK, Windows est payant, mais avec la vente liée :) (et que je sais qu'ils ne pistent pas l'utilisateur)) et qu'il est aisé de suggérer des améliorations, des bugs… aux développeurs.
Alors, pourquoi je suis encore sous Windows 7 ? Parce qu'il est un système relativement stable et performant (comme Windows XP ! Pour une fois que Microsoft fait un travail correct, il ne faut pas le blâmer). J'utilise pour un usage presque « professionnel », c'est à dire que j'ai pas le temps de débugger quand Linux merdouille parce que tel ou tel drivers n'est pas installé ou de re-compiler le kernel deux fois par jour. Je n'ai pas le temps, ni l'envie, de « jouer » avec Linux. En plus, la plupart des logiciels que j'ai besoin (Inksape, Gimp, Notepad++, Firefox, VLC, Audacity, LibreOffice, FileZilla, Musescore, LaTeX et bientôt OpenShot) se trouve sous Windows. Pourquoi alors s'enquiquiner à passer sous Gnu/Linux (ah oui, pour les puristes), alors que tout fonctionne impeccablement comme je suis actuellement ?

J'ai déjà essayé plusieurs fois : problèmes de matériel. J'ai laissé tomber. Je me suis dis « pourquoi s'embêter à faire moins bien alors que tout fonctionne bien ? »
terminal
crédit : moi-même

De plus en plus d'ex-linuxiens passent sous des produits Apple : Faut pas se leurrer, les gens veulent que ça marche, ne pas se prendre la tête, car ils ont autres choses à faire, et que le temps est une ressource rare !
Linux fonctionne parfaitement sous les serveurs, les systèmes embarqués, car il a été prévu pour ! Pour le Bureau (Desktop), c'est, enfin ce que je ressens, plus un ensemble de bricolage. Il suffit de voir la conception, une accumulation de couches successives. Il n'est pas fait pour le grand public qui doit travailler mais plus comme un hobby pour passer les dimanches pluvieux. D'ailleurs, Linus Trosvald a bien dit au départ que Linux n'était qu'un hobbit pour lui !
Je n'ai ni le temps, ni les compétences de passer à Linux. On peut être libriste (= être d'accord avec la philosophie des logiciels libres) et avoir un système pas forcément 100% libre !
Je fais des logiciels plus ou moins libres (le creative commons fait débat) mais la volonté est là. Je consomme presque que des œuvres culturelles qui sont dans du domaine public niveau musicale (du classique, certes et les orchestres en rejouant l'œuvre la font sortir du domaine public c'est un autre débat. Pour la littérature et le cinéma, c'est un autre débat).
Si je veux m'amuser, je n'ai qu'à ouvrir Notepad++ ou Musescore.
Licence CC-BY par Nyuhuhuu

Si j'utilise les logiciels libres, c'est pour l'ambiance de partage, de découverte, d'entraide. Chose que je retrouve de moins en moins et remplacer par un fort élitisme. Tant pis, j'essaye d'insuffler ces valeurs sur le blog.
Et pour finir, je voudrais claquer le bec de certains oiseaux de mauvaises augures : la vrai liberté, c'est de pouvoir choisir. On peut être en prison et avoir l'esprit libre. Mon esprit est libre, parce que je maitrise mon système d'exploitation, je ne suis pas (ou alors beaucoup moins) entraver par des « tiens, je fais comment ce truc ? Je vais chercher. En fait, je voulais faire quoi déjà ? ».
Licence CC-BY par blmurch

La vrai liberté c'est de pouvoir choisir.
Nota Bene : Au lycée, je peux utiliser, sans problèmes, les machines sous Ubuntu pour un usage classique (bureautique + navigation). C'est juste que je suis habitué à un système, et qu'il me plait !

Dune, introduction philosophique d'une des plus grande épopée de la SF

samedi 27 juillet 2013 à 20:33
J'ai lu récemment Dune. Je comptais vous faire une fiche de lecture, avec un résumé, bref quelque chose de sérieux.
Mais je n'ai pas eu le courage de le faire. J'ai préféré, et je trouve que ça serait plus intéressant, de vous parler des thèmes abordés et de comment je les ai ressentis. D'ailleurs, à mes deux bacs blanc de français et au bac officiel, j'ai y fait référence (j'ai pris mon temps pour le lire, de Noël à fin juin).
Dune, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une oeuvre de science-fiction de Frank Herbert, composé entre 1965 à 1986 à sa mort. Je préfère ne pas parler des oeuvres de son fils, restons sur l'essence originale. Ces livres sont Dune, le messie de Dune, les enfants de Dune, l'Empereur Dieu, les hérétiques de Dune et la Maison des mères.
L'histoire est assez compliquée, je vais essayer de la résumer, enfin, suffisamment pour que vous puissiez comprendre l'histoire, sans vous gâcher le plaisir de lire le livre. Je vous conseille de lire sur wikipédia un résumé pour mieux comprendre.
L'univers connu est rassemblé dans un immense empire féodal inter-galactique. Un produit, l'Épice (produite par les vers des sables), est utilisé à toutes les sauces, si je peux me permettre le jeu de mot : pour aider les voyages intergalactiques de la Guilde, pour les transes (l'Agonie) des Révérendes Mères, ou simplement comme drogue pour le commun des mortels.
Bande Originale du film Dune de Lych


Plusieurs forces régissent l'Univers :

C'est une révolte ? Non, une révolution !

samedi 20 juillet 2013 à 08:35
Reprenant allégrement le titre d'un vieil article, je vais vous exposer ma vision d'une révolution.
Habituellement, quant-on parle d'une révolution, on pense à 1789, les Printemps arabe, la Révolution verte iranienne de 2009, de la révolution d'octobre…
Dans ces révolutions, ces soulèvements populaires, je remarque plusieurs choses qui forment un schéma :

Bref, un soulèvement, patapouf le soufflé tombe, et c'est presque pire qu'avant !
Je n'ai pas cette vision de la révolution.
Image par gaelx, licence CC-BY-SA

Pour moi, la révolution, si on veut que les effets soit durable et solide, doit être sur le long terme.
Qu'est-ce que j'appelle le long terme ? Une génération. Car la véritable révolution, si on veut la plus pacifiste possible, passe par l'éducation.
Mais éduquer à quoi ? Militant pour les technologies libres et ouvertes, apprendre à mes enfants "comment ça marche", et la philosophie derrière (Do It Yourself (faire soit-même), ne pas confier ses données à des sociétés privés….). Militant pour un développement durable, j'apprendrais à mes enfants à être respectueux (et de la comprendre. Comment respecter quelque chose qu'on comprend pas ?) de la nature, de penser de façon durable. Faisant des études scientifiques, j'apprendrais à mes enfants à être curieux, à (se) poser des questions, s'ouvrir au monde. Littéraire, j'encouragerai mes enfants à lire, réfléchir, puis écrire. Artistes, je les encouragerai dans leur art. Et enfin, étant humain, je les aideraient à développer leurs qualités moraux universelles (justice, bienveillance, coopération, …).
Photo par DonkeyHotey licence CC-BY

Le secret pour changer le monde est là : Elle passe par l'éducation. La base est là. Si on apprend à quelqu'un que voler, tricher, mentir est quelque chose de normal, il va l'appliquer sans se poser de question, car il trouvera normal. Si on apprend aux enfants à réfléchir sur qui ils sont réellement, la notion de bien et de mal (même si je n'aime pas cette expression : le mal est l'absence de bien, comme l’obscurité est l'absence de lumière), en un mot comme en mille, réfléchir sur la vie, se questionner et comprendre le monde qui l'entoure pour l'améliorer. Car je ne pense que personne n'aiment un monde de violence, de guerre, d'inégalité tant de richesse, de sexe ou bien d'autres encore.
Car la véritable révolution passe par des gestes quotidiens : S'entre-aider entre voisins, essayer de favoriser l'unité dans son quartier (et éviter le plus possible les conflits en les arrêtant au plus vite).
Photo par Elizabeth Albert licence CC-BY

Certains me penseront utopique, de vouloir la paix dans le monde. Certains diront que c'est impossible.
Certains pensent qu'on ne peut pas éviter les extrêmes de richesses, la guerre, la violence, l'égoïsme et tant de choses négatives.
A grande échelle, seul, non.
A son échelle, dans son quartier, avec sa famille, oui.
Si chacun s'y met, alors, le monde peut changer. Chacun dans son coin peut changer le monde.
Il suffit, que, dans chaque quartier, une famille allume la flamme de bienveillance pour qu'elle embrasse le quartier en entier, et qui, peu à peu, embrassera, avec l'aide d'autres flamme, la ville, la région, le pays, le monde. Et là, cette paix mondiale, tant rêvés par nos ancêtre, sera possible.
Les mentalités peuvent changer par l'éducation, en l'espace d'une génération.
En une génération, on arrivera à accomplir le rêve de centaines, de milliers de générations : vivre en paix, dans un monde tranquille.
Car, en vérité, la violence entraine la violence, la haine entraine la haine, et la bienveillance entraine la bienveillance, l'amour entraine l'amour.
Image par srqpix sous licence CC-BY

Tout ça, il suffit d'y vouloir, d'avoir la volonté. Et après, c'est si facile d'y arriver !
C'est ce que l'on peut appeler le soft power, le pouvoir doux, qui s'oppose au hard power, le pouvoir dur, celui des armes.
Et c'est ainsi qu'on pourra faire une révolution inédite, jamais vu dans l'histoire : sans une goutte de sang, avec un résultat durable, et, espérons, irréversible. On reverserai l'ordre établi : violence, guerre, suprématie du dieu argent, égoïsme, corruption, pauvreté, racisme, inégalités, injustice,… N'est-il pas le but de toutes révolutions ?
Qwerty
Error happened! 0 - Undefined variable: xml In: /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php:77 http://blog.m0le.net/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/?44 #0 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(77): exception_error_handler(8, 'Undefined varia...', '/mnt/nfs/home/b...', 77, Array) #1 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(368): VroumVroum_Feed_Exception::getXMLErrorsAsString(Array) #2 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/autoblog.php(932): VroumVroum_Blog->update() #3 /mnt/nfs/home/blog/streisand.me/autoblogs/etudiantlibrefrnf_425d845a63579f45ea903a2ee6a549351d2fb27e/index.php(1): require_once('/mnt/nfs/home/b...') #4 {main}