;
août
24
2012

L'art de confondre réel et virtuel

Un pigiste qui a voulu se la jouer provoc de geek dans Joystick se retrouve, à cause d'un article lourdaud sur le dernier Tomb Raider, torpillé par la cause féministe depuis plusieurs jours. Ce triste exemple me conforte dans l'idée qu'à confondre réel et virtuel, on risque de louper un vrai combat.

Quel malheur pour ce pigiste de Joystick qui a voulu faire le malin en se fendant d'une provoc bien lourde sur la situation tendue de Lara Croft dans le dernier Tomb Raider. Pour la faire simple, il s'est dit "excité" par les positions de faiblesse dans laquelle elle se trouve, notamment une tentative de viol (dont elle se sort à temps, rassurez-vous).

Certaines féministes ont alors bondi sur lui, en clamant que ce machisme était inacceptable, et je dois dire que ça m'a laissé un peu pantois.

Non pas que le féminisme me dérange, les combats pour l'égalité des droits et des salaires entre femmes et hommes sont une évidence, mais là je trouve que c'est beaucoup de bruit pour au fond pas grand-chose.

Pour les simples raisons que:

  • Joystick, c'est ni Le Monde, ni une profession de foi idéologique. Quand on le lit, on sait en général qu'on peut tomber sur des journalistes qui veulent se la jouer geek à fond, quitte à tomber dans le cliché du nolife graveleux
  • ses lecteurs le savent, jouent à des jeux vidéo violents plus ou moins régulièrement, sans pour autant avoir envie de reproduire la bataille des Ardennes dans leur rue
  • le pigiste qui a pondu cet article de mauvais goût n'a pas fait de l'incitation à reproduire ce qu'on voyait dans le jeu, il s'est simplement dit excité par un fantasme virtuel
Et c'est bien ça qui me gêne, cette confusion entre réel et virtuel. Bon, je vous l'accorde, il y a plusieurs sens au mot "virtuel", mais j'aimerais en dégager particulièrement une :
,,Transition quantique réelle d'émission suivie de réabsorption ou d'absorption suivie de réémission, ne respectant pas la conservation de l'énergie``
Non je déconne, en fait je pensais plutôt à :
Qui est à l'état de simple possibilité ou d'éventualité

Evidemment, une image virtuelle peut être créée à partir d'un objet/sujet réel. Un reflet dans le miroir ou un mirage dans le désert sont deux images virtuelles produites à partir de choses réelles qui sont ailleurs.

Le jeu vidéo est toujours un fantasme

De la même façon, votre implication dans un univers virtuel peut avoir des conséquences sur votre vie réelle. Si votre avatar sur Twitter insulte un autre avatar, son propriétaire pourra vous poursuivre dans la vraie vie.

Dans un jeu vidéo, ce n'est pas le cas, vous obéissez un système de règles qui s'affranchit de la réalité. Si vous faites une LAN avec des potes et que votre avatar se fait tuer, il se relève en deux secondes et peut recommencer à canarder.

Si vous jouez seul et que vous tuez un personnage que vous aimiez bien, pas de souci, vous rechargez une sauvegarde antérieure et votre crime n'a jamais eu lieu. Ca n'a rien à voir avec la réalité et c'était assez évident de faire la part des choses.

C'est clairement du fantasme, au sens de "représentation imaginaire marquant une rupture avec la réalité consciente". Il n'y a donc aucune honte à fantasmer, mais il en y aurait une à réaliser ce fantasme.

Le problème du type de Joystick, c'est qu'il a partagé son fantasme (un peu comme les programmeurs du jeu), à mon avis en se disant qu'il serait de toute façon interprété comme tel. Il s'est reçu une volée de bois vert en retour, mais le caractère virtuel de Lara Croft n'a pas changé.
 
Cette femme n'existe pas et il est inutile de clouer au pilori ce journaliste pour ce qu'il a pu écrire à son endroit, malgré toutes les erreurs de forme qu'il a pu faire.
 
La vraie question serait le machisme dans le jeu vidéo, la représentation charnelle de la femme dedans.
 
Au passage, des magazines féminins comme Cosmopolitan exploitent des images charnelles de femmes, virtuelles car allègrement Photoshopées, sans qu'on les taxe pour autant de machisme. Autant dire que s'engouffrer dans cette brèche reviendrait à ouvrir une boîte de Pandore.

On oublie les vrais combats

Cette propension à tirer à vue sur le premier qui a le malheur de sortir un poil des clous est franchement triste. Cette condamnation à être consensuel sur Internet est de plus en plus décriée, comme ici, ou encore .

L'article de Joystick est aussi à mon sens extrêmement surinterprété, et les réactions qu'il suscite sont du coup démesurées. On blâme le type en partie pour ce qu'il a écrit (c'est de bonne guerre), mais surtout pour les retombées supposées qu'il aura sur le lectorat.

Exercice périlleux au cours duquel on finit par verser forcément dans le procès d'intention.

D'ailleurs, on pourrait surinterpréter la chose dans l'autre sens pour montrer à quel point cette démarche est vaine :

  • dans Tomb Raider, le joueur incarne l'aventurière qui doit survivre
  • le but du jeu est de lui permettre de survivre sans heurts, notamment en tuant les hommes qui veulent lui faire du mal
  • donc en fait, ce jeu prouve la supériorité de la femme par rapport à l'homme dans des situation extrêmes

Redisons-le tout net : l'article de ce mec était mauvais. Il méritait au maximum des "ton article est une merde bourrée de clichés", mais certainement pas une chasse aussi disproportionnée. Je trouve bizarre d'imaginer que tout se vaut, le réel et le virtuel, les paroles et les actes.

Et si je suis énervé, ce n'est pas spécialement pour prendre la défense de ce mec, c'est surtout pour déplorer que cette tempête dans un verre d'eau a éclipsé un truc qui moi, perso, m'a vraiment mis hors de moi. C'est par ici que ça se passe :

Pour ceux qui connaîtraient pas encore l'homme interviewé, il s'appelle Todd Akin. M. Akin, un candidat au Sénat pour le Parti Républicain, estime le plus sérieusement du monde qu'on peut interdire totalement l'avortement puisque, en cas "de viol légitime, le corps féminin rejette naturellement tout ça".

Il y a au XXIe siècle, des hommes politiques, autrement dit des personnes qui veulent changer des projets virtuels en applications concrètes, qui ne voient aucun problème à décider comment les femmes doivent disposer de leur corps.

Il y a, dans un pays qui évoque une démocratie exemplaire, des représentants d'un des deux principaux partis, des gens qui sont prêts à balancer des idée moyenâgeuses pour tenter de justifier leurs idées réactionnaires.

Il y a enfin des gens qui pensent qu'on peut classifier le viol pour en distinguer le "viol légitime", concept aussi rétrograde que scandaleux.

Il y a donc matière à faire un vrai foin autour d'Akin, mais son physique ne doit pas être assez charnel...
Raphi

A propos de l'auteur: Raphi

4 Comments + Add Comment

  • Alors, j'ai du mal à me fâcher tout rouge, mais je vais quand même essayer de recadrer quelques trucs.

    « On oublie les vrais combats » C'est LA phrase qui est utilisée *systématiquement* pour ne pas avoir à donner de réel argument. Il faut d'abord définir « Vrai Combat » et là bon courage pour y arriver.

    Il faut aussi considérer qu'à chaque combat, il semble y avoir un combat plus vrai, plus légitime. Quand on parle de sexisme dans les jeux videos, on s'entend dire qu'on ferait mieux de se battre pour l'égalité des salaires. Quand on parle d'agressions sexuelles, on s'entend dire qu'on ferait mieux de se battre contre la position de la femme dans les pays musulmans. Quand on parle de la position de la femme dans les pays musulmans, on nous dit qu'on ferait mieux de s'attaquer à l'excision, etc…

    Je suis certains qu'en parlant de respect de la neutralité du net et de non régulation du secteur tu y as également été confronté. Quand on pousse les gens qui répondent ça dans leurs retranchement, soit il passent à autre chose (sans pouvoir justifier le sens de vrai combat), soit ils se mettent à parler de la faim dans le monde.

    Ensuite, il ne s'agit pas non plus d'interdire quoi que ce soit, les féministes c'est pas « familles de france » elles pratiquent pas la censure. Par contre elles revendiquent leur droit d'apporter des arguments en faveur d'une plus grande réflexion, avec plus ou moins de véhémence.

    Deez (l'auteur de l'article de Joystick) a tout à fait le droit de fantasmer sur le viol. Mais sachant qu'il s'agit d'une pratique illégale et humiliante, il n'est peut-être pas très malin d'en parler dans un magazine adressé aux joueurs. Le problème est précisément là, notre société est suffisamment à l'aise avec le viol pour en parler en termes positifs dans des mass-media. Qu'il s'agisse de ce gouverneur imbécile ou d'un pigiste de magazine, c'est le même souci, on appelle ça la rape culture: http://en.wikipedia.org/wiki/Rape_culture

    Tu prétends que les joueurs *savent*, permet moi d'en douter fortement. Étant gamin je lisais beaucoup Joystick. Il me semble déraisonnable de penser qu'aujourd'hui il ne reste plus que des jeunes adultes pour les lires. Crois-tu qu'un gamin de 8 - 12 ans puisse faire la part des choses ? (Le jeu est certes 18+, mais pas le magazine.)

    Tu confonds aussi violence physique et agression sexuelle en t'étonnant que personne ne se plain de violence dans les jeux vidéo sauf ceux qui n'y jouent pas et qu'il est évident qu'on ne va pas reproduire la bataille des ardennes après avoir joué à un jeu violent.

    La différence est dans la symbolique et dans l'image du viol dans la société par rapport à la violence.

    Prenons l'exemple d'une personne qui se fait tabasser et va porter plainte. Les gens la plaindront, compatiront, l'encourageront à obtenir justice et la soutiendront dans cette épreuve. (Même des témoins ou des connaissances lointaines)

    Dans le cas d'un viol, s'il s'agit d'une femme elle verra sa parole remise en question, ses actes, sa tenue, etc… Elle devra se justifier, prouver qu'elle a suffisamment résisté, qu'elle n'a pas envoyé de « signaux mélangés », qu'elle n'avait pas une attitude aguicheuse, etc…

    Et s'il s'agit d'un homme il sera couvert de honte, un homme digne de ce nom devrait pouvoir résister à une femme, s'il a pu y avoir viol c'est qu'il a été suffisamment excité, de quoi se plaint-il ? etc… Il se retrouve donc à l'état de moins que rien, privé de son statut d'homme.

    Le viol a un vrai problème d'image en ce sens que c'est un des seuls crime où même une fois avéré, la victime doit continuer de se défendre et faire face aux quolibets des personnes au courant.

    Pour revenir à Lara, elle n'a pas vocation d'être incarnée par le joueur. Les développeurs considèrent encore trop que leur jeu s'adresse à un public composé de jeunes adolescents blancs et hétéro. Elle n'est pas une femme forte, elle est un protagoniste que le joueur va vouloir protéger et venger.

    Tu saisis la différence ? Les personnages masculins du jeu vidéo sont faits pour que le joueur s'identifie à eux, alors que les personnages féminins sont faits pour que le joueur les regarde et des fois les protèges. C'est une démarche complètement différente figée dans les débuts des jeux vidéo qui ignore complètement qu'actuellement 40% des joueurs sont des joueuses, et qui a pour seul effet de s'aliéner ces joueuses.

    Tu fais le parallèle avec les « Féminins » Cosmo, Elle etc… qui ne seraient pas taxés de machisme. Je t'invite vraiment à te renseigner plus avant sur le sujet… les féministes n'ont de cesse de tirer à boulets rouges sur ces torchons qui enferment les femmes qui les lisent dans les pires stéréotypes genrés.

    Voila quelques liens de référence pour te rendre compte de l'ampleur du phénomène du sexisme dans les jeux vidéo:
    http://cafaitgenre.org/2012/08/18/joystick-apologie-du-viol-et-culture-du-machisme/
    http://cafaitgenre.org/2012/06/01/genre-et-jeu-video-1-pour-le-plaisir-des-yeux-masculins/
    http://cafaitgenre.org/2012/06/08/genre-et-jeu-video-2-les-femmes-comme-recompenses/
    http://cafaitgenre.org/2012/06/29/genre-et-jeu-video-3-des-muscles-et-des-couilles/
    http://www.escapistmagazine.com/videos/view/the-big-picture/4719-Gender-Games
    http://www.doctornerdlove.com/2011/11/nerds-and-male-privilege/
    http://www.journaldugamer.com/2012/08/23/chronique-jeux-video-sexisme/

    (Ils sont aussi plein de liens à visiter qui illustrent encore mieux mon propos.)

    Voila, pardon pour le pavé, j'espère que ça aura servit à quelque chose.

    • Raphi

      Ton pavé a servi, la preuve je vais me permettre de répondre.

      Le propos de l'article n'est pas de dire que critiquer l'article de Joystick est vain, j'estime que la critique est constructive, ce que je reproche c'est la démesure de ceux qui se sont emparés du sujet. En comparaison, l'affirmation moyennâgeuse d'Akin est passée presque inaperçue. Je suis désolé mais perso, ça me choque, il y a un "deux poids, deux mesures" que je trouve inacceptable.

      L'article de Joystick était mauvais, bourré de clichés mais ça méritait vraiment pas tout ce battage en comparaison des propos d'un homme politique dont le métier est d'infléchir sur la vie réelle de ses concitoyens.

      Quant aux conséquences sur un lectorat prétudemment puérile, rien ne prouve qu'un article de mauvais goût puisse avoir des conséquencess grave sur ce lectorat. Dans ce cas-là, on aurait aussi pu vouloir interdire Hara-Kiri en prétextant que les enfants des lecteurs pourraient vouloir reproduire ses couvertures scatophiles.

      Le sujet est bien virtuel, et je soutiens que le joueur du dernier Tomb Raider ne s'identifie pas au violeur, puisqu'il ne l'incarne pas. De plus, tu interprètes mal mon exemple dont le but est de montrer à quel point la surinterprétation peut amener à un constat raccourci, donc forcément non exhaustif.

      Quant aux magazines féminins, certes ils sont critiqués par certains féministes, mais qui les achète en majorité ?

      • « Quant aux conséquences sur un lectorat prétudemment puérile, rien ne prouve qu'un article de mauvais goût puisse avoir des conséquences grave sur ce lectorat. »

        Un seul article de mauvais gout sûrement pas, mais ça fait partie d'un tout. Quand le gamin qui lit cet article sans le recul nécessaire pour faire la part des choses, puis qu'il entend vaguement à la télé qu'une dame a sûrement accusé ce pauvre DSK par cupidité, puis qu'il entend ses parents dire que telle a été violée mais qu'elle l'a bien cherchée vu comment elle s'habille, etc… Il ne comprends pas forcément de quoi il s'agit précisément, mais ce sont des éléments de langage qui vont participer à ce qu'il sera plus tard. Le reste de son éducation et de son environnement vont faire en sorte qu'il remette ça en question par la suite (chose rare…), ou au contraire qu'il l'intègre et qu'il le reproduise (chose courante…)
        Ça fait partie d'un tout. C'est du conditionnement. C'est un cercle vicieux.

        « Le joueur du dernier Tomb Raider ne s'identifie pas au violeur, puisqu'il ne l'incarne pas. »

        Il ne s'identifie certes pas, mais il va très certainement trouver normal qu'une femme change après une telle épreuve, et par extension qu'une femme comme Lara (Forte, indépendant, éprise de vengeance) a forcément vécu quelque chose d'affreux dans son passé: Ce n'est pas dans sa nature d'être dotée de ces attributs masculins.

        Tu vas me dire qu'il est normal de sortir transfiguré après ça. Oui, mais le problème là n'est pas tant que Lara change, le problème c'est qu'on imagine pas un personnage féminin être naturellement bad ass comme peuvent l'être un Nathan Drake, un War ou un Belmont.
        Une Lara doit passer par des violences ET un viol, alors qu'un homme se contentera de se faire passer à tabac. C'est pas choquant dans le sens où ce n'est que le banal reflet de notre société, mais ce n'est absolument pas original.

        D'ailleurs, le jeu n'est pas du tout le sujet de la polémique actuelle. Mais sur le fait que Deez se sente suffisamment soutenu et à l'aise avec l'idée qu'on puisse être excité par un viol pour se lâcher dans un magazine tout public.

        La polémique sur le viol de Lara c'était fin juin et encore une fois, plus que le jeu, c'était les propos de Crystal Dynamics qui étaient sexistes:
        http://kotaku.com/5917400/youll-want-to-protect-the-new-less-curvy-lara-croft
        http://kotaku.com/5918222/the-rapey-lara-croft-reboot-is-a-fucked+up-freudian-field-day
        http://kotaku.com/5922228/tomb-raider-creators-say-rape-is-not-a-word-in-their-vocabulary
        http://kotaku.com/5918193/tomb-raider-creators-are-no-longer-referring-to-games-attempted-rape-scene-as-an-attempted-rape-scene

        « Quant aux magazines féminins, certes ils sont critiqués par certains féministes, mais qui les achéte en majorité ? »
        Justement, le sexisme est tellement prégnant que certaines femmes le revendiquent. C'est d'autant plus dommage puisqu'elles aussi profitent des avancées en la matière.

Leave a comment