;
juin
10
2012

Fab's Live, E06 - Orelsan

Un peu de retard pour ce Fab's Live classé rap, mais néanmoins très bon.

orelsan

Orelsan, 31/05/2012 Olympia - Paris

Bon je dois vous avouer que je n'écoute que très rarement du rap, et je crois que c'est presque mon premier concert de ce genre. Je n'y connais donc rien ou presque dans ce style.
Ayant écouté Orelsan à diverses occasion, son style et ses texte m'ont tout de suite intéressé, j'ai donc décidé d'assister à son concert. Je ne ferai pas de polémique autour de ses textes qui sont vivement critiqués par certains.

C'est le rappeur Eklips qui s'occupe de chauffer la foule de l'Olympia. Mêlant hip-hop et human beatbox, il réussit à convaincre la salle, mais malheureusement pas moi.
Le première partie me permet de me rendre compte de la très mauvaise qualité du son. C'est la première fois que j'entends un si mauvais son dans cette salle, je ne sais pas si c'est le style de musique qui fait cela. J’espère que ça va s'arranger pour Orelsan.

L'artiste attendu entre enfin en scène avec sa cape pour interpréter Raelsan. Seul sur scène pour ce premier son, plusieurs musiciens le rejoignent très vite et le suivront tout au long du concert. Je ne m'attendais qu'à la présence du rappeur avec son Dj ; mais,  je suis agréablement surpris de voir un groupe complet sur scène. Le groupe continue avec le très bon Mauvaise idée, avec ses passages dubstep.

 

 

Comme prévu la qualité du son est aussi mauvaise que la première partie, peu fort, saturé et très peu net. Il est donc un peu dur pour comprendre les textes d'Orelsan, heureusement que le public surchauffé connait les paroles par cœur, contrairement à moi pour les chansons 1990 et Jimmy Punchline. Heureusement le son semble s'améliorer un petit peu pour Changement et l'excellent Plus Rien Ne M'étonne. Cette track montre toute l'originalité de l'artiste qui taquine plusieurs genres, à tel point que l'Olympia se transforme en concert de rock durant ces refrains ; pas de doute, Orelsan n'est pas un rappeur comme les autres.

La setlist dévoile Pour le Pire avec le rappeur au synthétiseur pour l'intro.

 

Je peux comprendre que les paroles peuvent choquer, mais à regarder de plus près, cette chanson est un vrai poème contemporain. On se perd à tel point dans ce son que l'on oublie que c'est du rap. A partir de là Orelsan explique aux fans son histoire d'amour et la tisse avec ses chansons comme Double Vie, Finir Mal.

Le groupe enchaîne encore beaucoup de chanson comme Soirée Ratée et Des trous dans la tête qui montre encore des influences dubstep.
Le groupe termine cette partie du concert avec La Terre est Ronde, reprise en cœur par le publique.

 

 

On peut la trouver niaise et commerciale, cette chanson montre encore la diversité musicale de l'artiste.

Le groupe revient donc très vite sur scène, après une pause de cinq minutes et les acclamations du public, pour jouer la chanson éponyme du dernier album : Le Chant des Sirènes.
Orelsan finit avec, d'après moi, la meilleur de ses tracks, celle avec laquelle je l'ai connu (merci Nono). Suicide Social un titre très grinçant mais avec une ambiance tellement prenante. (Si vous avez du rap avec une telle intensité dans vos playlists, merci de faire tourner !)

 

 

Je finis pour dire que plusieurs guest on accompagné le concert, malheureusement je ne connaissais que Oxmo Puccino et Kyan Kojandi (de passage pour dire un simple 'bref')

Les + :

  • Un rap original avec plein d'influences
  • Presque deux heures complètes de concert
  • L'ambiance des artistes et du public

Les - :

  • La qualité du son

Related Posts

A propos de l'auteur: Skibooss

2 Comments + Add Comment

  • Raphi

    En rap français, le fabuleux "L'Ecole du Micro d'Argent" d'IAM atteint la quasi perfection et reste de très très loin mon album préféré du genre. La dernière chanson "Demain, c'est loin" est un peu dans l'esprit de "Suicide social", un plaidoyer très long et très bien écrit.

  • [...] sale pour les plus crasseux d'entre vous... 1h de show, ça change des 1h30 quand je l'avais vu à l'Olympia y a 2 mois... Et là attention, il y avait un son super, car oui, à l'Olympia, le son était pourri ! Il [...]

Leave a comment